background preloader

A quoi rêvent les jeunes filles ? - INFRAROUGE [Déconseillé aux - de 16 ans]

A quoi rêvent les jeunes filles ? - INFRAROUGE [Déconseillé aux - de 16 ans]

http://www.youtube.com/watch?v=kZQ8GUDscOw

Related:  vidéosCorps de la femme - MilitantismeSexisme & FéminismePornographiedems5

Le pain et le vin de l'an 2000 Une émission de 1964 critiquant l'emploi massif de pesticides et d'insecticides à grande échelle ainsi que les conséquences des additifs chimiques dans l'alimentation. Un extrait de ce film a été utilisé dans le film Insecticide Mon Amour sorti en 2015. >> Découvrez "Insecticide mon Amour << De plus en plus de produits chimiques sont ajoutés aux aliments que nous consommons. Le corps des femmes, le corps des mères et l'injonction du corps parfait Que se passe-t-il dans la tête d'une personne capable d'écrire, à propos d'une femme qui vient à peine d'accoucher qu'alors «qu'on l'avait connue si bien foutue», qu'elle a aujourd'hui «des gros poteaux plein de cellulite» et que le fait qu'elle ait «ait gonflé autant enceinte» et «n'a pas fondu rapidement» est «vraiment décevant»? Qu'est-ce qui peut pousser à tenir de tels propos? L'ignorance? La malveillance? Ou l'idée visiblement bien ancrée qu'une mère ne doit «pas se laisser aller» après une grossesse?

Être féministe. Aimer les hommes. Ou pas. Le jour où j’ai enfin troqué la phrase « Je ne suis pas féministe, mais… » pour la phrase « Oui, je suis féministe, et alors ? », j’ai eu l’impression d’avoir fait un grand pas. En avant. Évidemment, à partir de ce jour-là, mon « Oui, je suis féministe » m’amenait systématiquement, si j’en venais à le prononcer en présence d’hommes, à répondre avec gentillesse, patience et pédagogie à leurs questions inquiètes ou soupçonneuses concernant l’animosité supposée que j’éprouvais envers eux, en tant que féministe. Il me semblait alors normal de les rassurer, les mecs : bien sûr que non, je ne déteste pas les hommes. Mais non, je ne souhaite pas que les femmes dominent les hommes.

Ces féministes mal baisées qui n'aiment pas le porno... Dans un excellent billet, Daria Marx avoue ne pas aimer le porno : "Je n’aime pas le porno, parce qu’il ne m’excite pas. Il ne remplit pas, pour moi, sa fonction d’outil de masturbation, puisqu’il me suffit de 32 secondes pour jouir, si j’ai envie, mon corps répond assez bien, pas besoin d’autres stimulis. Il ne remplit pas non plus sa fonction d’outil fantasmatique, je n’ai pas trouvé de pornographie qui réponde à mon univers, qui enclenche quelque chose, qui me donne envie de réaliser dans la vraie vie, de passer à l’acte, de reproduire." Le porno s'est tellement normalisé que ce billet prend la forme d'un "aveu". Ce qui était il y a encore quelques années considéré comme une perversion est présenté aujourd'hui comme le modèle à atteindre. Car c'est bien d'image se soi et d'image qu'on donne qu'il s'agit.

Mouton 2.0 - La puce à l'oreille - Film documentaire Ce documentaire retrace le parcours d’éleveurs ovins résistant à l’industrialisation de leur métier qui se battent notamment contre l'obligation de pucer leurs moutons. La modernisation de l’agriculture d’après guerre portée au nom de la science et du progrès ne s’est pas imposée sans résistances. L’élevage ovin, jusque là épargné commence à ressentir les premiers soubresaut d’une volonté d’industrialisation. Depuis peu une nouvelle obligation oblige les éleveurs ovins à puçer électroniquement leurs bêtes.

La presse féminine, outil d'émancipation des femmes? La presse féminine est légère, réjouissante, distrayante. Du moins, c’est ce qu’elle donne à voir aux femmes qui la lisent. On reproche pourtant aux magasines féminins de diffuser un double discours extrêmement contradictoire entre l’injonction à être mince avec ces numéros spéciaux sur les régimes permettant de perdre dix kilos en trois jours avant la plage et la nécessité de s’accepter tel que l’on est parce que c’est “au naturel que les hommes nous préfèrent” (Grazia, 2013). On peut imaginer ce double discours comme récent, symbole des crispations de l’émancipation des femmes dans un monde qui reste très masculin. Pourtant, des publications récentes montre que l’injonction à la minceur dans les magasines féminins prend racine dans les années 1930 et qu’elle est alors symbole de la femme moderne. Retour sur cet apparent paradoxe.

Femmes : soyez des chaudasses (mais pas trop quand même) Chaudasse mais pas trop non plus. Voilà comment l’on pourrait vulgairement résumer à quelle injonction impossible les femmes devraient aujourd’hui se soumettre. C’est ce qui ressort de l’excellent documentaire, réalisé par Ovidie, ancienne actrice porno, désormais auteure et réalisatrice, et joliment intitulé À quoi rêvent les jeunes filles ? Pornographie et fin de la masculinité Dans son plus récent livre, Robert Jensen force le lecteur à prendre au sérieux les effets d’une industrie de la pornographie devenue ultra-sadique et à reconnaître la nécessité de repenser l’attirail de la masculinité comme source d’une violence accrue envers les femmes et de leur dégradation. J’ai toujours adhéré au système de valeurs collectiviste, libéral, progressiste qui accepte la pornographie comme une expression légitime du Premier Amendement [de la Constitution des États-Unis]. Dans cette vision du monde, les femmes sont censées participer librement aux films pornographiques et la pornographie refléter souvent des fantasmes que les gens ont réellement - même si ces fantasmes sont parfois quasi-violents et dégradants. Donc, tant que les personnes ne font que jouer un rôle dans les films de porno et qu’on ne les force pas ou qu’on ne viole pas la loi, ces films sont acceptables.

« La Petite Maison dans la prairie », féministe et subversive Les petites filles qui courent les couettes au vent dans la prairie américaine, quelle niaiserie ! Tournée en dérision pour sa naïveté et la scène mythique de la gamine s’effondrant dans l’herbe à chaque générique, la série télé « La Petite Maison dans la prairie » est tirée de huit ouvrages autobiographiques féministes. Making Of Ceux qui Sèment – Film Complet L’agriculture familiale représente 80% de l’alimentation produite à l’échelle planétaire, et emploi à ce jour 40% des actifs mondiaux. Ce film réalisé par Pierre Fromentin, et par l’intermédiaire de 40 étudiants agronomes, nous mène a la rencontre d’agriculteurs des quatre coins du monde, nous transportant dans un voyage à travers la France, le Cameroun, l’Equateur, l’Inde et le Canada, pour découvrir cette agriculture familiale, ses avantages, ses limites, et relancer la réflexion a son sujet. “Aujourd’hui, l’agriculture Familiale permettrait de nourrir 12 milliards de personnes, soit le double de la population mondiale actuelle” L’Affiche du Film : Un livre homonyme :

Related: