background preloader

Les blagues sexistes favorisent les mécanismes mentaux qui justifient la violence envers les femmes

Les blagues sexistes favorisent les mécanismes mentaux qui justifient la violence envers les femmes
Les blagues sexistes (et ce genre d’humour dans tous ses versants) favorisent les mécanismes mentaux qui incitent à la violence et aux mauvais traitements envers les femmes de la part de sujets qui présentent des attitudes machistes. C’est ce qui découle d’une recherche menée à bien à l’Université de Grenade, et qui sera présentée le 2 juillet, dans le contexte du symposium international le plus prestigieux du monde sur les applications scientifiques du sens de l’humour (International Summer School and Symposium on Humour and Laughter’ : Theory, Research and Applications), qui se célèbre à Grenade. Pour mener à bien cette recherche, les scientifiques ont appliqué plusieurs questionnaires à un groupe composé de 109 hommes universitaires entre 18 et 26 ans. Leur furent présentées deux séries de blagues, une avec des blagues machistes dans lesquelles les femmes sont dénigrées, et l’autre avec des blagues normales, sans aucun contenu sexiste.

http://canal.ugr.es/sciences-sociales-economiques-et-juridiques/item/6560-les-blagues-sexistes-favorisent-les-mecanismes-mentaux-qui-justifient-la-violence-envers-les-femmes?tmpl=component&print=1

Related:  Humour Critique et critique de l'anti-politiquement correctRéflexions sur l'humour et la liberté d'expressionHumourFéminisme 2GENRE-SEXISME

L'ironie, par Vladimir Jankélévitch L'IRONIE de Vladimir JANKELEVITCH Plan : Introduction : courte biographie de l'auteur I. Le mouvement de conscience ironique 1. L'ironie sur les choses 2. Ironies : le sexisme éclairé - Plateforme de Jeunes Feministes Par : Marie-Anne Source : Je Suis Féministe Dans la catégorie humour, le gagnant est (roulement de tambour) … le rétro-sexisme pour faire du sexisme une tendance cool ! Mais qu’est-ce que le rétro-sexisme ? peut-on se demander. Qu’a-t-il à voir avec le sexisme tout court ? ...pour être laissée à des rigolos Moi : Tagazok, gars. . Moi : Ah, ben, ça tombe bien, je me suis justement retiré dans un fjord perdu de la Norvège pour réfléchir au sens des propositions humoristiques. Lui : ... Le supplément Homme de Causette Causette n’a pas fini de décevoir les lecteurs-trices un moment attirés par ce qui semblait être l’orientation féministe du magazine. Nous publions ici le courrier d’un lecteur mettant en garde contre les affinités possibles du Cahier "Hommes" de l’été 2012 avec certaines idées masculinistes. Chère Causette, Sache tout d’abord que c’est avec plaisir que je te lis régulièrement depuis ton premier numéro. Mais c’est tout aussi régulièrement que je suis agacé par certains de tes articles, surtout par ton cahier pour hommes, le pitoyable « Causette monsieur [1], puissant viril, masculin ». Pourquoi infliger cela à tes lectrices-teurs ?

Déconstructions des clichés les plus courants au sujet du féminisme. Il y a quelques jours, j’ai été invitée par Biaise sur twitter à co-écrire une FAQ du sexisme avec tout plein de beau monde tout partout. Beaucoup ont participé, tous n’ont pas signé à la fin (parce qu’ils n’avaient pas envie ou parce qu’ils ne se sont pas manifestés), mais en tout cas, je suis fière de vous présenter cette FAQ à présent terminée. J’espère de tout cœur que cet article commun permettra de chasser un peu les idées reçues liées au féminisme ! À noter que ce texte est donc, totalement libre de droit. Vous pouvez le copier, le diffuser partout, mais en laissant les signatures, par contre. Et en ne modifiant pas le contenu, ça va de soi (manquerait plus que vous nous fassiez dire n’importe quoi).

Point Desproges et liberté d'expression - Les Hystériques Souvent, lorsque l'on critique une blague qui entretient les poncifs d'une mentalité nauséabonde - la culture du viol, au hasard - on a droit à des objections systématiques : parmi ces objections, il y en a deux qui me laissent toujours pantoise. La mort de la liberté d'expression, et le Point Desproges. Censure et liberté d'expression

On peut plus rien dire ! « Pensée unique », « dictature du politiquement correct », « interdiction de critiquer l’islam », « injonction » à soutenir le mariage homo... On ne compte plus, ces derniers temps, les délires paranoïaques sur la police de la pensée et du langage que feraient régner, en France, des minorités toutes-puissantes... On a déjà parlé de cela sur ce site, mais il nous prend l’envie d’en reparler. L’humour est une arme Je vais parler d’humour. La chose à laquelle il ne faut pas toucher, parce que les inconditionnels de la liberté d’expression l’ont placée au panthéon. Parce que selon eux tout doit pouvoir être dit n’importe comment, sans réflexion, même le pire, et surtout quand c’est sous couvert d’humour. Mais voilà, l’humour a bien des formes. Et est parfois instrumentalisé.

Une Barbie "intelligente", capable d'espionner les enfants (vidéo) - Insolite Cela fait déjà plusieurs années que Barbie n'a plus la côte auprès des petites filles. Ce sont les poupées Bratz et Monster High, au look plus trash, qui l'ont détrônée ou encore Lammily, la poupée aux proportions normales qui a fait le buzz il y a quelques mois. Les chiffres de vente catastrophiques de Noël dernier ont même poussé le PDG de la firme à démissionner en janvier. Mattel sort donc le grand jeu avec sa nouvelle Barbie intelligente. Elle est capable de converser avec les enfants et de mémoriser ce qu'ils disent.

societe Les hommes seraient-ils les nouvelles femmes ? Les hommes seraient-ils les nouvelles femmes ? C’est la thèse de David Benatar, auteur de « The Second Sexism, Discrimination Against Men and Boys ». Sur près de 300 pages, ce directeur du département de philosophie de l’Université du Cap détaille toutes les discriminations dont le sexe fort serait l’objet. Et, à l’en croire, la liste est longue. Il débute par ce qui semble le plus évident : l’injustice de la conscription systématique encore en vigueur dans certains pays, les risques et les séquelles à long terme de l’envoi au front.

L'impolitesse du désespoir Je n'ai pas d'humour. Voilà, comme ça, c'est dit. J'ai préféré préciser ce point d'entrée de jeu pour que les choses soient claires... [Chiennes de garde] Le second degré Le "second degré", j’entends ça à longueur de journée, et ça m’agace. Ca m’agace parce que trop souvent ceux qui prétendent en faire usage n’ont pas compris de quoi il s’agit. Et encore, je laisse de côté ceux pour qui ça n’est qu’un alibi destiné à leur permettre tout et n’importe quoi. L’erreur courante consiste à prendre pour second degré ce qu’on dit sans le penser. Moi aussi, j'ai envie d'écrire un texte réac - Lacets rouges et vernis noir Avant d'écrire ce qui suit, je tiens à préciser que je n'ai rien contre les croyant·e·s. J'ai des ami·e·s croyantes. Et puis je ne suis pas raciste : j'ai même longtemps vécu au Maroc, comme dirait OSS117. Non, ce qui me pose problème, ce sont les gens qui ne s'intègrent pas. Parce que notre belle république est quand même un putain de fleuron des droits de l'homme, et tout serait beau et bien si les gens s'intégraient à notre belle république une et indivisible. Et laïque.

"Gone Girl", ou l'argumentaire des masculinistes. Le film "Gone Girl" a, en apparence, tout d'un thriller sympathique, avec la promesse de nous tenir en haleine 2h29 durant. Le pitch : Amy et Nick sont jeunes, beaux et riches, ils fréquentent le gratin new-yorkais, sont follement et romantiquement amoureux l'un de l'autre, ils ont tout pour être heureux... jusqu'à la disparition soudaine d'Amy. Nick apparaît vite comme le suspect idéal et les investigations commencent.

Related: