background preloader

Et si les rôles des hommes et des femmes étaient inversés dans la pub ?

Et si les rôles des hommes et des femmes étaient inversés dans la pub ?
La réclame tombe parfois, trop souvent, dans des travers sexistes. Les femmes sont soumises et un peu bêtes, les hommes virils et dominateurs. Trois étudiants de l'université canadienne de Saskatchewan, Sarah Zelinski, Kayla Hatzel et Dylan Lambi-Raine, se sont mis en tête pour un cours sur le genre d'inverser les stéréotypes des publicités dans une vidéo mise en ligne sur YouTube (et déjà vue plus de 800 000 fois depuis début avril). En introduction, ils compilent une sélection de campagnes anciennes et récentes où les femmes ne sont que des objets dédiés au plaisir des hommes. «Ces standards de beauté mis en avant affectent la manière dont les hommes et les femmes perçoivent le corps féminin, écrivent-ils, entre 2000 et 2009, il y a eu une augmentation de 36% des opérations d'augmentation mammaire.» (Parodie d’une pub Burberry, extraite de la vidéo. Ils jugent également que les «hommes sont aussi victimes des clichés». (Parodie d’une pub Calvin Klein, extraite de la vidéo.

http://next.liberation.fr/sexe/2013/05/14/et-si-les-roles-des-hommes-et-des-femmes-etaient-inverses-dans-la-pub_902739

Related:  sexeImagesfeminism

Gynécologie Obstétrique Pratique - Mensuel francophone de gynécologie obstétrique Sexologie Publié le 17 Avr 2014 P. enseigner avec la bande dessinée [janvier 2013] L’histoire des liens entre bande dessinée et éducation s’est exprimée successivement dans les termes d’une hostilité farouche, d’une intégration résignée, puis d’une récupération intéressée et d’une légitimation affichée. Petit historique de l’intégration scolaire de la bande dessinée Le rejet des éducateurs catholiques et laïcs s’exprime dès 1907, lorsque la bande dessinée devient presque exclusivement un matériau des publications de presse destinées à la jeunesse.

Ces études à la con qui nous prennent pour des connes Les dangers du neurosexisme à travers le portrait-robot de «Gwendoline», LA femme telle qu'elle est décrite par des pseudo-études scientifiques. Mi-janvier, le psychologue évolutionnaire, Jesse Bering, a écrit un article pour Slate.com, où il présentait quatre manières dont les femmes avaient évolué pour se protéger des viols lorsqu’elles ovulaient. Son article a déclenché de violentes critiques, au sein de Slate et sur des sites scientifiques notamment.

Des phrases chocs pour dénoncer les "femmes-objets" dans la publicité - Il était une pub « J’aime offrir une fellation à mon sandwich », « J’aime coucher avec des hommes qui ne connaissent pas mon nom », « Le secret pour me faire craquer ? Un homme qui sent le vagin ! ». Des phrases chocs pour dénoncer une coutume devenue trop commune dans la publicité : utiliser la femme comme objet. La raison d’utiliser la femme-objet pour promouvoir sa marque est assez triviale.

Ovulation = perturbation ? Il y a des femmes qui n'éprouvent aucun changement, avant, pendant ou après les règles. Il y a en qui affirment que ça les rend maladroites. Elles cassent tout, se cognent, deviennent irrascibles… L'influence attribuée au cycle menstruel les autorise, paradoxalement, à remettre en cause leur image de "femme féminine". Comme s'il fallait une excuse "rationnelle" pour devenir irrationnelle ? Dans un petit carnet de croquis noirs et blancs, imprimé en série limitée, l’artiste Anne van der Linden raconte l’histoire d’une femme qui, saisie par une saute d’humeur, se transforme en Wonder Woman.

Enseigner la littérature par l'image - BD Virginie Chavant et Frédéric Le Meur, co-rédacteurs en chef. En prenant pour thème les liens entre littérature et image, le défi qui s'est rapidement imposé à nous a été de pouvoir embrasser l'ensemble des objets de cette relation. Nous avons donc décidé de développer le dossier thématique initialement intitulé "Enseigner la littérature par l'image" au travers de deux numéros.

ZONES La série brosse en particulier un tableau saisissant de la condition des femmes. Betty Draper, la mère au foyer, élevée dans le souci exclusif de son apparence et de sa beauté, qui a tout pour être heureuse selon les critères de son milieu, mais qui crève de solitude et d’ennui ; Peggy Olson, la jeune rédactrice volontaire – seule femme à occuper ce poste –, aux prises avec le dragon ultra-catholique qui lui sert de mère, furieuse à la fois de subir les mains baladeuses de ses collègues et d’être jugée trop menaçante pour correspondre à leur idéal amoureux ; Joan Holloway, la plantureuse secrétaire rousse, qui tente de faire une force de son statut d’objet sexuel, sans que cela la mette à l’abri de la frustration et de la déception : toutes, si différentes soient-elles, se débattent dans les limites que leur assigne la société américaine de cette époque. Et, pourtant, on peut se demander si ce n’est pas cela, précisément, qui est en train de changer dans les mentalités.

En finir avec la fabrique des garçons Quelque chose ne tourne pas rond chez les garçons. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : au collège, ils représentent 80% des élèves sanctionnés tous motifs confondus, 92% des élèves sanctionnés pour des actes relevant d’atteinte aux biens et aux personnes, ou encore 86% des élèves des dispositifs Relais qui accueillent les jeunes entrés dans un processus de rejet de l’institution scolaire. Tous ces garçons ont-ils des problèmes, des troubles du comportement et/ou de l’apprentissage ? Eh bien non, loin s’en faut. Je ne suis pas « féminine »... et alors ? Yun n’est pas vraiment une fille considérée comme « girly ». Entre le côté assumé et la frustration de n’être souvent perçue que comme un garçon manqué, petit récap’ d’une fille pas « féminine ». Pour moi, être féminine c’est pas forcément une histoire de robes, de talons et de cheveux parfaitement coiffés chaque jour. Mais j’ai toujours eu du mal à trouver ma place, à être en adéquation entre la manière dont je me perçois et l’image que je donne de moi. Plus Tomboy que Laura Ingalls…

Sites pour l'éducation à l'image • ACAP Ressources - Portail ressources éducation aux images de l'ACAP • ACRIMED - action critique médias- Observatoire critique des médias - Association-carrefour qui réunit des journalistes et salariés des médias, des chercheurs et universitaires, des acteurs du mouvement social et des "usagers" des médias. Sous la présidence de Henri MALER, universitaire de Paris 8. • ADEIF Vidéo - Education à l'image et aux médias audiovisuels en Loir et Cher • AEEMA - Association Européenne pour l’Education aux Médias Audiovisuels. • AFECCAV - Association Fançaise des Enseignants et Chercheurs en Cinéma et Audiovisuel.

Related: