background preloader

Economie politique du geek

Economie politique du geek
un nouvel article pour souligner toutes les pratiques et tous les comportements sexistes qui pourrissent la culture geek. Travail impressionnant qui devrait, a minima, lancer une certaine réflexion. Comme précédemment, les réactions sont parfois... Le problème est la transposition à la France ou, plus généralement, à tout univers social hors du système scolaire américain. Et lorsque l'on sort du système scolaire, les choses sont encore plus délicates : de quelle oppression souffrent exactement les amateurs de jeux vidéo ou les défenseurs du logiciel libre ? Mais surtout définir ainsi les geeks revient à passer à côté de l'essentiel. Des mouvements culturels, vous en connaissez : les impressionnistes, les préraphaélites, les sur-réalistes, le rock, le street-art, le punk, le dadaïsme... complétez la liste à votre guise. On peut y ajouter cet autre point : les geeks s'intéressent à des produits issus des industries culturelles. Mais voilà, les choses ne sont pas si simples. Related:  CULTURE GEEK ET SEXISME

"Les femmes comme récompense" Suite de la série inaugurée la semaine dernière par Mar_Lard. Vous pouvez lire sur le blog de sociologie Une heure de peine « Qu’est-ce qui fait qu’une image est sexiste? », une réponse à l’article de la semaine dernière (« Pour le plaisir des yeux masculins »). Je vous signale également la tenue à Lyon, du 12 au 14 juin, d’un colloque intitulé Genre et jeux vidéo (hasard total – cliquez pour voir le programme). Cet article contient des spoilers pour de nombreux jeux. Le héros sauve la demoiselle en détresse, elle tombe follement amoureuse de lui, ils se marient et vivent heureux jusqu’à la fin des temps . Évidemment les jeux vidéos ne dérogent pas à cette tradition ; ils comptent même parmi ses plus zélés défenseurs. Dans la famille des jeux dont le scénario tient en deux lignes, il n’y a pas plus connu que la série des Mario. D’autres jeux ne prennent pas la peine de déguiser la nature sexuelle de la récompense. De l’héroïne active à la demoiselle en détresse Bref, comment dire…(6)

Geek : une identité plurielle Le titre de l'article suppose, chez le lecteur, la connaissance de ce qu'est un « geek »; or, il y a quinze ans, personne ou presque n'utilisait ce mot en France. Le Collaborative International Dictionary of English (GCIDE) définit ce terme ainsi, les différents sens provenant de déformations successives : Laissons tomber le sens numéro 1, qui me semble assez désuet. La progression 2-3-4 est assez naturelle dans un contexte d'anti-intellectualisme comme celui qui règne (apparemment) dans les lycées américains. On en vient donc à la définition suivante du « geek » : une personne plutôt intellectuelle, étudiant des disciplines scientifiques ou techniques ou exerçant un métier intellectuel technique, tel qu'ingénieur, spécialement en informatique. Ces dernières années, les médias grand public français se sont mis à utiliser le terme « geek », mais souvent avec un sens plus étendu. Faut-il en conclure que tout usager de l'informatique peut être qualifié de « geek » ?

Misogyny, Sexism, And Why RPS Isn’t Shutting Up By John Walker on April 6th, 2013 at 3:00 pm. There were two sessions in a row on Wednesday afternoon at this year’s GDC. The first was a panel of women in the games industry, discussing the causes and results of the #1ReasonWhy and #1ReasonToBe phenomena – the reasons to be and not be in the games industry. There is a clear message: Rock, Paper, Shotgun will never back down on the subject of sexism and misogyny (nor racism, nor homophobia, for that matter) in games, the games industry, and the games journalism industry. To remove the accusations of “linkbait”, I’ve put a complete version of this article on Pastebin – people are welcome to link to that instead should they wish to complain about it without providing us hits. Many women are mistreated and misrepresented within the games industry. There’s the ludicrously overt. Then less in-your-face, arguably more insidious, is an article like Complex Tech’s “The 40 Hottest Women In Tech“. More disclaimers are likely necessary here.

Au-delà du jeu #2 - On ne naît pas femme, on le devient ... AU DELA DU JEU #2 : On ne naît pas femme, on le devient ... Qu'aurait pensé Simone de Beauvoir du jeu vidéo « pour filles » ? Cette question peut sembler un rien fumeuse, mais songez-y deux petites secondes. La compagne de Sartre épinglait avec un malin plaisir tout ce qui, dans la culture, participe à incarcérer la femme dans le rôle qui lui est imposé. Si l'écrivaine avait connu notre époque, nul doute qu'elle se serait saisie du jeu vidéo comme objet d'étude. Une vieille légende urbaine raconte qu'avant la sortie de la Nintendo DS les femmes, jeunes et moins jeunes, ne jouaient pas. « La montée en flèche du nombre de joueuses est, en grande partie, l'oeuvre des consoles DS et Wii de Nintendo » Pourtant, il y a bien un fait sur lequel tout le monde s'accorde : la montée en flèche du nombre de joueuses est, en grande partie, l'oeuvre des consoles DS et Wii de Nintendo. Manifestement, oui. Réagissez à cet article : On ne naît pas femme, on le devient ..., et commentez-le sur le forum

Sexisme et jeux vidéo: Vous avez interviewé la «gameuse» et féministe @Mar_Lard [Le chat est terminé] L’heure tourne, je dois malheureusement m’arrêter là... Navrée de ne pas avoir pu répondre à toutes vos questions, elles étaient très nombreuses et certaines auraient méritées un article à elles seules! J’espère avoir clarifié certaines de vos interrogations. Bonne soirée à tous et merci pour votre présence! Le Malkavien: Ne pensez-vous pas, chère demoiselle, être allée un peu loin? Non, cher damoiseau. Kevin: Comment penses-tu pouvoir combattre le sexisme en imposant une vision sexiste du débat, à savoir que seules les femmes puissent parler pour les femmes à propos du harcèlement, de la «rape culture»? Il ne s’agit pas de dire «les hommes ne peuvent pas en parler», il s’agit de dire «les hommes ne peuvent pas en parler à notre place». Sur le sujet : Orlane: Je conçois que la phrase parue dans Joystick vous ait choqué concernant le «viol» de Lara Croft dans son dernier opus mais avez-vous joué ou testé le jeu? Je suis encore bien jeune... Je l’espère très fort...

little girls R better at designing heroes than you Little Girls Are Better At Designing Superheroes Than You is a project where superheroes are drawn based on the costumes of young girls. This submission is drawn by the talented SaEun Moon at This submission is Amazing Girl! This submission is Leopard Girl and her sidekick, Mouse Girl, drawn by the talented SaEun Moon at Little Girls Are Better At Designing Superheroes Than You is a project where superheroes are drawn based on the costumes of girls. This submission is Super Z and Super L. This submission was kindly drawn by the talented artist, Angie, of Angie Arts! Prints Available Just to let you know, if you’re interested I now have some Little Girls Are Better At Designing Superheroes Than You prints available. Unfortunately, they are limited to images I actually bothered making in high-res (so not much of the early stuff, sorry!!) Thanks for following~ Unfortunately, the evil Dr. Say hi to Super Baby Princess Sophie! How sweet

Vingt-quatre heures dans la vie d'une gameuse Le monde des jeux vidéo n'est pas tendre avec les femmes. Qu'on fasse taire les trolls. Salut, je m'appelle Elisa, je suis une gameuse et une geek. Assise devant mon ordinateur, je porte un T-shirt Star Trek pour célébrer l'arrivée sur Mars du robot Curiosity. Les jeux vidéo font partie de ma vie depuis si longtemps que je ne peux pas dire, précisément, quand j'ai commencé. Je donne peut-être l'impression de me justifier, de chercher à valider ma crédibilité geek. Le harcèlement en ligne est un phénomène aussi vieux que les jeux vidéo en ligne et ne se limite pas forcément aux femmes –même si elles en sont probablement les cibles les plus nombreuses et les plus visibles. Un flot de messages insultants Cette critique féministe de la pop-culture a comme projet d'analyser les tropes misogynes dans les jeux vidéo, après une campagne de financement réussie sur Kickstarter. Le cas de Sarkeesian est loin d'être unique. Dans la semaine, j'ai reçu plus d'un millier de mails. Le mépris ordinaire

Les communautés n'existent pas. Certains, devant l'article encyclopédique de Mar_lard dont la longueur va devenir proverbiale bien que je ne sois pas vraiment certain de l’instant précis où la «page Word» est devenu l’unité de mesure universelle, ont décidé de botter en touche. Et de dire que le critère «geek» n’était pas pertinent, puisque la «communauté geek» n’existe pas. En l’occurrence ici par Zalifalcam, et là, à l'aide de l'article de Jérémie Conde. Mais pour les deux bloggers suscités cette accumulation manque sa cible, ou plus exactement, ces accusations ne s'additionnent pas, ne s'accumulent pas, puisqu'elles visent des pans différents du web, des individus différents, pas une communauté unie et définie. Ils n’ont pas fondamentalement tort, le terme de "communauté geek" est flou, imprécis, voire recouvre des réalités divergentes mais je trouve ça de mauvaise foi, parce que ça met fin à toute possibilité d'interprétation sociologique. Un Ismaélien, c’est musulman ? TL;DR : la communauté geek, ça n’existe pas ?

Related: