background preloader

L'indice qui calcule autrement la prospérité d'un pays

L'indice qui calcule autrement la prospérité d'un pays
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé Pour évaluer la richesse d'un pays, il existe depuis les années 1930 le produit intérieur brut, ou PIB – il avait été créé pour mesurer l'effet de la Grande Dépression sur l'économie américaine. Cet indice, souvent critiqué en raison de ses critères strictement économiques, n'avait pas jusqu'à présent d'alternative ; désormais, il existe le SPI, pour « Social Progress Index », qui mesure le progrès social de chaque pays. Ses concepteurs, des économistes et des statisticiens, ont pu présenter cette année les premiers résultats de leur travail entamé en 2009. Après une version bêta en 2013, l'édition de l'an dernier ne portait que sur 50 pays. Cette année, 133 pays représentant 99 % de la population mondiale sont passés au crible. Si les deux sont corrélés, il s'avère que la croissance économique n'est pas forcément le moteur du progrès social. Pays scandinaves en tête

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/13/l-indice-qui-calcule-autrement-la-prosperite-d-un-pays_4614051_4355770.html

Related:  Chapitre 12 : Les inégalités de richesse au niveau mondialLe PIB : calcul et limites2. Richesse et pauvreté dans le mondeLeçon 5 : Les pays pauvres dans la mondialisationChangeons de boussole pour changer de cap

Au-delà du PIB, 10 indicateurs pour mesurer autrement le progrès Le Monde | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard Partiel, incomplet, trop centré sur l’économie : le produit intérieur brut (PIB) est depuis longtemps accusé de ne refléter que partiellement la situation d’un pays, écartant des domaines primordiaux comme la qualité de vie ou le développement durable. Début avril, le Parlement français a adopté une proposition de loi écologiste préconisant l’examen de nouvelles mesures avant les discussions budgétaires de l’automne.

Les pays développés ne sont plus qu'à moitié riches Il n’y a pas eu de communiqué de presse, pas de conférence internationale. Et pourtant, la terre a basculé ces derniers mois, son centre de gravité économique s’est déplacé provoquant un changement à la fois infinitésimal et historique. Les pays développés produisent désormais moins de la moitié de la richesse mondiale, dépassés par la poussée économique des grands pays émergents (Brésil, Chine, Inde…) et des pays en développement. Ce seuil de 50% d’un gâteau à près de 100 000 milliards de dollars (1) symbolise les modifications profondes des grands équilibres internationaux depuis 25 ans. Eclairage en cinq graphiques. 1/ Les pays émergents et en développement pèsent plus lourd que les pays riches

Poverty Is Not A Game Accueil Poverty Is Not a Game (PING) – Un jeu sur la pauvreté PING est un jeu informatique destiné à être utilisé dans les écoles secondaires. Une femme « ministre du bonheur » aux Emirats arabes unis Un remaniement gouvernemental sans précédent a également désigné une jeune diplômée d’Oxford, âgée de 22 ans, ministre d’Etat aux affaires de la jeunesse. Une ministre du bonheur a été nommée aux Emirats arabes unis, mercredi 10 février, à la faveur d’un remaniement gouvernemental sans précédent – même si les ministères clés restent toujours aux mains des familles régnantes. Le poste de ministre d’Etat du bonheur a été attribué à Ouhoud Al-Roumi, par ailleurs directrice générale de la présidence du conseil des ministres, fonction qu’elle conserve aussi. Selon le premier ministre des Emirats arabes unies, cheikh Mohammed Ben Rached Al-Maktoum, qui est aussi souverain de Dubaï, ce ministère devra s’assurer que les politiques gouvernementales créent « le bien-être social et la satisfaction » des individus. « Le bonheur n’est pas seulement un vœu pieux dans notre pays. Il y aura des plans, des projets, des programmes et des indicateurs.

Dharavi (Bombay) : Économie d’un méga-bidonville Le bidonville de Dharavi jouit d’une grande notoriété. Située au cœur de Mumbai, cette étendue de 3 km², sur laquelle vivent quelques 800 000 habitants, est récemment devenue le centre de toutes les attentions. Au cours des dernières années, les ouvrages dédiés au bidonville se sont multipliés : parmi eux Rediscovering Dharavi : Stories From Asia’s Largest Slum (2000), Poor Little Rich Slum (2012) and Dharavi, The City Within(2013), pour n’en citer que quelques-uns. Cette série de publications constitue presque une discipline à part entière, la Dharavi-ologie. Le livre de Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Dharavi : From Mega-Slum to Urban Paradigm (2013), appartient à cet ensemble de travaux. Mais il ne s’agit pas d’un simple ouvrage supplémentaire.

La Chine, première puissance mondiale ou dernier empereur du PIB ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Éloi Laurent (Economiste et enseignant à Sciences Po et Stanford University, Californie) Si l’on en croit les récents calculs du Fonds monétaire international (FMI), la Chine a ravi en 2014 aux États-Unis la place de première puissance économique mondiale. Certains analystes ont critiqué à juste titre les défauts statistiques de la méthode dite de « parité de pouvoir d’achat » qui a abouti au constat de ce dépassement prématuré. Mais l’essentiel est ailleurs : l’indicateur de classement lui-même, le produit intérieur brut (PIB), est inapte à mesurer le succès d’une nation et le bien-être de ses habitants.

Inégal développement dans le monde Le PIB (plusieurs cases à cocher)L'IDH (plusieurs cases à cocher)Où sont principalement les pays développés ? Ils sont dans l'hémisphère sud. C'est pourquoi on appelle aussi les pays développés les pays du Sud Ils sont dans l'hémisphère nord (+Australie et Nouvelle-Zélande). C'est pourquoi on appelle aussi les pays développés les pays du NordOù sont principalement les pays en développement ? Mali : croissance au rendez-vous, mais... Constructeur d'infrastructures, ATT n'a pas réussi à développer l'industrie malienne.© AFP Doté d’atouts agricoles et miniers, le Mali, bon élève ouest-africain, affiche une croissance régulière. Mais sans parvenir à éradiquer la pauvreté.

Conjuguer le progrès économique, social et environnemental, c'est possible. LE MONDE ECONOMIE | | Par Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen) Le monde va mal et l’Europe elle-même ne se sent pas très bien. Si elle entendait conforter un sentiment général, la Fondation allemande Bertelsmann, un think tank influent, a atteint son objectif. L’« indice de transformation » (Bertelsmann Transformation Index, BTI), une vaste étude mondiale qu’elle confie à 250 experts et publie tous les deux ans, est cette fois titré « Des temps difficiles pour le changement démocratique ». Cette analyse de la situation de 129 pays « en développement et en transformation » conclut, sur la base de dix-sept critères (politiques, économiques, sociaux, éducatifs, etc.), que six pays observés seulement peuvent revendiquer une « très bonne gouvernance » : le Chili, l’Estonie, la Lituanie, Taïwan, l’Uruguay et la Pologne. « Une performance historiquement faible »

Related: