background preloader

Le PIB

Le PIB
Related:  ECO 2.1 circuit économique2. Création et partage de la richesse

En Italie, la prostitution et la drogue pour doper le PIB De la drogue et des prostituées dans le PIB. En Italie, en vertu de nouvelles règles européennes, les revenus estimés provenant du trafic de drogue et de la prostitution seront intégrés l’année prochaine au PIB. Les contrebandes de tabac et d’alcool seront également intégrées. L’institut statistique italien Istat indique que la procédure de calcul sera "très difficile pour la raison évidente que ces activités illégales ne sont pas déclarées". Selon les prévisions du gouvernement, le taux de croissance (avant ces nouvelles règles) étaient de 1,3% pour 2014. Ce nouveau calcul porterait le taux de croissance du PIB à 2,4%.

Entreprise : Travail et Capital Accueil > Production > Entreprise : Travail et Capital Production L’entreprise acquiert sur des marchés spécifiques des facteurs de production : travail(main d’œuvre) et capital(machines) ; Il s’agit de choisir la meilleure combinaison productive, dans un objectif de compétitivité. La combinaison productive Combinaison productive : opération qui consiste à utiliser dans l’unité de production une certaine quantité de capital et de travail pour obtenir un produit (bien ou service). Les facteurs de production - Le travail : mobilisation des capacités physiques et intellectuelles d’un homme pour obtenir un produit, bien ou service. Le travail peut être : - manuel ou intellectuel ; - plus ou moins qualifié ; - salarié ou non salarié (indépendant). - Le capital : le capital peut être soit synonyme de patrimoine, ou représenter la somme d’argent que les actionnaires ont mis à la disposition de l’entreprise pour lui permettre de démarrer puis de se développer. Le capital peut être fixe ou circulant :

Rapport Stiglitz : mesurer la croissance autrement Le Figaro s'est procuré le rapport Stiglitz, qui doit être remis lundi au gouvernement. Dans ce document, la mission prône un changement complet de méthode de calcul des richesses des pays. C'était en février 2008. Après dix-huit mois de travaux, leurs conclusions sont prêtes. Revenir à des critères simples Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie. Le rapport final de 291 pages, que Le Figaro s'est procuré dans sa version anglaise, préconise de revoir de fond en comble les modes de calcul de la croissance. Parmi les nombreuses pistes qu'elle étudie pour mieux décrire la réalité économique, la commission insiste plus particulièrement sur trois sujets. Deuxième axe fort : les statistiques doivent mieux valoriser le montant des transferts en nature de l'État vers les ménages. Technique au premier abord, le rapport Stiglitz se révèle, au final, d'une grande modernité : il dépeint un monde où la situation de l'individu prône sur celle de la nation…

PIB : vers une croissance en trompe l’œil ? L'information était restée secrète : nous avons découvert une nappe géante de pétrole sous le Champs de Mars à Paris nous imposant de transformer la Tour Eiffel en un gigantesque derrick. Miracle économique ? Non, pas de miracle. Nous ne sommes pas non plus le 1er avril. nous ne sommes qu'un modeste jeudi 15 mai 2014, jour d'entrée en vigueur des nouvelles règles de la comptabilité nationale, autrement appelée le nouveau " Système européen de comptes ". De quoi s'agit-il exactement ? Qu'est-ce que cela change sur le fond ? Réalité ou trompe l'œil ?

Les Français et la productivité, qu’en est-il ?, Le Cercle La productivité du travail est le rapport entre la richesse créée et le nombre d’heures travaillées. Le tableau ci-dessous représente le P.I.B pour l’année 2012 de la France, de l’Allemagne et des États-Unis ainsi que le nombre d’heures travaillées sur la même période. Ces statistiques montrent que les Français effectuent moins d’heures de travail pour l’emploi que les Allemands et les Américains. Grâce à ces données, on peut calculer la productivité horaire en dollars des travailleurs pour ces trois pays. Ce calcul pour l’année 2012 met en évidence que la France reste une référence en la matière bien que les États-Unis disposent de meilleurs résultats que les nôtres. Peut-on se fier à ces résultats ? Dans leur globalité oui. Ces données sont donc plus optimistes que ne l’est la réalité. Comment peut-on expliquer ces si bons chiffres ? Ces méthodes de sélectivité rendent également plus difficile l’obtention d’un emploi et rigidifie le marché du travail. Caunes Étienne

Dix indices qui prouvent l’omniprésence de l’Etat en France 1. 1209 milliards d’euros de dépense publique C’est l’indicateur le plus évident, mais il n’est pas inutile de rappeler qu’il progresse toujours : la dépense publique en France (Etat + collectivités territoriales + Sécurité sociale) atteindra 1 209 milliards d’euros pour 2014. Des chiffres qui ne signifient pas grand-chose dans l’absolu, y compris si on les compare à la richesse nationale dont ils représentent 56,5 % (l’un des records dans les pays développés, derrière le Danemark). Pour mieux en mesurer l’ampleur, il faut se dire que c’est l’équivalent du PIB de l’Australie et un chiffre supérieur au PIB de l’Espagne. Lire aussi notre article : la France ultra-libérale ? 2. 100 lois par an « Nul n’est censé ignorer la loi. » Mais comment la connaître alors qu’exactement cent nouvelles lois ont été définitivement adoptées au cours de la dernière année parlementaire ? 3. 11 mois pour un permis de construire 4. 69,8 fonctionnaires pour 1 000 habitants 5. 9. 10.

Le Système européen de comptabilité nationale et régionale (SEC 2010) va calculer autrement le PIB des Etats membres pour tenir compte des changements dans l’économie avec pour conséquence une augmentation des taux de croissance retenus - Europaforum Luxe Eurostat a annoncé, jeudi 16 janvier 2014, que le PIB de l'Union européenne va être augmenté de 2,4 % en raison d'une nouvelle méthodologie comptable dans le cadre du SEC 2010 applicable à partir de septembre 2014. Cette nouvelle méthodologie tiendra compte des évolutions des travaux statistiques dans ce domaine au niveau international et des évolutions dans l’économie. "L'impact moyen pondéré sur le PIB de cette évolution méthodologique est une augmentation de 2,4 % du PIB desquels 1,9 % (près de 80 % de l'impact total) est dû à la capitalisation de la recherche et développement", a indiqué la Commission européenne dans un communiqué. En effet, alors qu'ils étaient auparavant considérés comme des dépenses, les fonds alloués à la recherche et au développement seront dorénavant qualifiés d'investissements. La mesure qui vient d’être décidée n’a rien d’anodin. Les chiffres calculés dans le cadre du SEC 2010 jouent un rôle central dans la gouvernance économique de l’UE.

Statistiques sur la productivité Le "Manuel de l’OCDE sur la productivité : un guide pour la mesure de niveau de l'industrie et de croissance de la productivité globale», présente les fondements théoriques de la mesure de la productivité et et propose une discussion sur des questions de mesure et de mise en pratique (en anglais). Lire plus La mesure de la consommation du capital fixe reste l’une des raisons principales pour expliquer la mesure du capital mais deux autres objectifs ont récemment gagné en importance : établir des bilans pour les secteurs économiques et mesurer les services du capital pour l'analyse de la production et la productivité (en anglais). Lire plus Did you know … that some business sector services show productivity growth rates that are as high, or even higher than average productivity growth in the manufacturing sector? Lire plus

Yaourts: les industriels dans le viseur de l'autorité de la concurrence- 24 février 2015 L'Autorité de la concurrence enquête depuis trois ans sur plusieurs fabricants de produits laitiers frais vendus sous marque de distributeurs (MDD), dont Novandie, Senoble, Lactalis et Yoplait, soupçonnés de s'être concertés sur les prix et la répartition du marché, révèle mardi 24 février Le Figaro. Réunions dans des hôtels ordinaires de région parisienne ou en province, carnet secret, téléphone souscrit au nom de la compagne d'un des participants: plusieurs indices font soupçonner la constitution d'un "cartel du yaourt", détaille le quotidien qui a consulté un document recensant les griefs reprochés aux producteurs par l'Autorité. Selon l'organisme, "des échanges d'informations sensibles" ont permis aux grands producteurs ainsi qu'à des PME comme Laïta, Les Maîtres laitiers du Cotentin ou Alsace Lait, "une concertation destinée à coordonner leurs politiques tarifaires et commerciales". Accord anticoncurrentiel (avec AFP)

Le circuit économique Le circuit économique Le circuit économique a passionné les économistes dès le début de la pensée économique. Les premiers modèles étaient sommaires mais pertinents (vous pouvez observez le Zig Zag de Quesnay). Les derniers ressemble plus à des nuages d’équations héhé. Mais entre les deux, il reste (survit) encore des représentations imagées du circuit économique. C’est-à-dire des flux réels et monétaires entre les différents agents économique. Bien entendu, il ne s’agit pas de la réalité mais d’une représentation de la réalité sujette aux erreurs et incompréhensions humaines. Partagez cet article, choisissez votre réseau ! Aujourd'hui professeur d'économie à BGF, je souhaite partager ce que j'enseigne et ce que j'apprends sur l'économie, les sciences et la culture en général.

Les clés pour comprendre la productivité et ses enjeux Qu’est-ce que la productivité ? C’est le rapport entre une quantité de richesses produites et les moyens utilisés pour la produire. On peut calculer la productivité d’une machine (combien de vis et de boulons elle peut fabriquer en une heure) ou du capital investi (combien de vis et de boulons 1 million d’euros immobilisé dans une affaire permet de produire). Mais, le plus souvent, les économistes préfèrent mesurer l’efficacité du facteur travail : combien de vis et de boulons un ouvrier peut produire. Bien sûr, cela ne dépend pas seulement de sa vitesse d’exécution. Pourquoi est-elle si ­importante ? Parce que c’est sa progression, et elle seule, qui nous permet de nous enrichir. Comment parvient-on à l’accroître ? D’abord, bien sûr, grâce au progrès technique. Mais le progrès technique n’explique pas tout. La hausse de la productivité crée-t-elle du chômage ? Par définition, oui, puisqu’elle permet de fabriquer la même quantité de biens et de services avec moins de travailleurs.

Classement PIB : les pays les plus riches du monde Découvrez le nouveau classement des PIB mondiaux ainsi que le classement des PIB par habitant. Dernière minute : d'après les données publiées en octobre par le Fonds monétaire international (FMI), si l'on prend en compte le PIB exprimé en parité de pouvoir d'achat (PPA), un outil qui mesure le pouvoir d'achat des monnaies par rapport à un panier de produits, la Chine s'impose comme la première puissance économique mondiale en 2014, avec un PIB de 17 632 milliards de dollars. Pour la première fois, l'empire du Milieu dépasse les Etats-Unis, dont le PIB en PPA s'élève à 17 416 milliards de dollars. Pas de changement dans les trois premières places du classement des nations qui produisent le plus de richesses identifiées, cette fois-ci, en utilisant les taux de change du marché. La Chine conservera la deuxième place, avec un PIB 2015 en hausse de 9% par rapport à 2014, selon les estimations de l'organisation.

Le mirage du PIB Comme le rappelle Marie Monique Robin dans son ouvrage Sacrée croissance !, Simon Kuznets, lauréat du prix de la banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel, avait montré il y a déjà soixante ans que le « revenu national » — l’ancêtre du PNB (produit national brut) et du PIB (produit intérieur brut) — ne mesure que quelques aspects de l’économie et ne devrait jamais servir à évaluer le bien-être, voire les progrès d’une nation : « Le bien-être d’un pays peut […] difficilement se déduire de la mesure du revenu national », écrivait Kuznets dès 1934. Il attirait l’attention sur le fait qu’il ne fallait pas se contenter de s’interroger sur ce qui augmente quantitativement, mais sur la nature de ce qui augmente : « Il faut garder à l’esprit la distinction entre quantité et qualité de la croissance […]. Quand on fixe comme objectif « plus » de croissance, il faudrait préciser plus de croissance de quoi et pour quoi faire ». Marie-Monique Robin, (2014). À lire également: Dominique Meda,(2008).

2012 : « Cibler la croissance plutôt que la dette publique » 2. L'augmentation de la productivité du travail Dans le scénario central, le RESF 2008 évoque « un coup d'arrêt à la tendance baissière observée depuis le début des années 80 sur le nombre d'heures travaillées par tête, en lien avec le nouveau régime d'exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires et complémentaires entrant en vigueur le 1er octobre », qui préserverait la croissance potentielle. A l'appui du scénario « haut », le même document invoque « une dynamique d'accumulation du capital plus rapide [qui] viendrait aussi soutenir la croissance potentielle ». Dans le « document pour l'Eurogroupe » précité, il est précisé que « le second scénario intègre un effet rapide des réformes structurelles menées par le Gouvernement. Les trois facteurs susceptibles de concourir à l'augmentation de la productivité du travail sont identifiés : durée du travail, intensité capitalistique et productivité globale des facteurs (PGF). a) Le nombre d'heures travaillées

Related: