background preloader

Depuis vingt ans, la France diminue les charges des entreprises

Depuis vingt ans, la France diminue les charges des entreprises
Depuis le début des années 1990, les gouvernements ne cessent de vouloir diminuer le coût du travail. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Qui se souvient du rapport Malinvaud de 2001 ? Du rapport Charpin de 1992 ? Ou de celui de Dominique de la Martinière et Alain Demarolle en 1996 ? Mis à part pour quelques historiens, ces documents sont tombés dans l'oubli. La question des cotisations sociales des entreprises, généralement appelées "charges sociales", est en effet tout sauf nouvelle. Et c'est ce qui est fait, par une série de mesures prises sous les gouvernements Balladur, Rocard et Juppé. Alain Juppé fusionne les deux mesures en 1996, et permet, en 1997, à des entreprises de bénéficier d'allègement sur les salaires de 5 millions d'employés, ce qui abaisse le coût du travail au niveau du smic de 12 %. Parmi ces niches, les exonérations de cotisations sociales représentent une part non négligeable.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/11/08/depuis-vingt-ans-la-france-diminue-les-charges-des-entreprises_1786486_823448.html

Related:  Travail & pauvretéTravail

2012-169 - Les allègements de cotisations sociales patronales sur les bas salaires en France de 1993 à 2009 N° 169 de février 2012 par Benoît OURLIAC (DG-Trésor) et Cyril NOUVEAU (Dares) Les allégements de cotisations sociales patronales sur les bas salaires, instaurés en 1993 et progressivement étendus depuis, constituent aujourd’hui une composante majeure de la politique en faveur de l’emploi en France. Monde du travail: où est l'humain ? Batterie d'Ipad déchargée L'article de Jack Dion sur Francis, postier suicidé dans le bureau de poste où il était employé, a engendré une discussion au sein des Mariannautes sur les conditions de travail en France jugées de plus en plus délétères. Du même auteur Qui est responsable de la dégringolade du moral chez les fonctionnaires ? Mister JYL, postier, témoigne : « Je suis fonctionnaire et il est absolument vrai que depuis que des managers non fonctionnaires ont pris le pouvoir à la Poste, l'ambiance est devenue détestable.

La compétitivité est une idée morte Peu nombreux sont ceux qui le contestent : la montée des inégalités socio-économiques et l’augmentation continue des émissions de gaz à effet de serre portent en germe des catastrophes sociales et écologiques à l’horizon de deux ou trois décennies. Pourtant les décisions politiques de court terme ne sont pas seulement indifférentes à ces menaces, mais en accélèrent de toute évidence l’arrivée. Contrairement à une vision superficielle, l’austérité n’engage aucunement nos sociétés dans la voie de la sobriété. La priorité donnée par François Hollande à la compétitivité de la France s’inscrit en effet dans une vision de court terme — redresser la croissance des exportations du pays par la baisse du coût du travail et des dépenses publiques — qui est contraire à toute perspective de redistribution des richesses et de transition écologique. Deux courbes explosives Mais c’est précisément au moment où elle semblait près de se réaliser que cette promesse d’accomplissement tourne au cauchemar.

C'est bon ! La compétitivité est relancée ! « Contrairement à ce que croit l’extrême-gauche, il n’y a pas d’avenir pour l’industrie française et pour les classes populaires dans une stratégie d’affrontement qui serait contreproductive pour elles et pour la France. La stratégie de coopération de toutes les forces de la production, ce que j’ai appelé « l’alliance des productifs », appuyée sur un compromis social réaliste, est la seule féconde pour le redressement du pays. » C’est ce que déclare Jean-Pierre Chevènement sur son blog. J’aime bien ce gars-là, il sait garder la tête froide et devrait servir d’exemple pour tous les blogueurs de gouvernement. Garder la tête froide ?

Les prélèvements obligatoires : France et pays occidentaux  - Approfondissements Découverte des institutions <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Prélèvements obligatoiresPrélèvements obligatoiresEnsemble des impôts et des cotisations sociales perçus par les administrations publiques. et évolution des taux La notion de prélèvements obligatoires fut à l’origine définie par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) comme recouvrant l’ensemble des "versements effectifs opérés par tous les agents économiques au secteur des administrations publiques (élargi en Europe aux institutions de l’Union européenne), tel qu’il est défini en comptabilité nationale, dès lors que ces versements résultent, non d’une décision de l’agent économique qui les acquitte, mais d’un processus collectif de décisions relatives aux modalités et au montant des débours à effectuer, et que ces versements sont sans contrepartie directe". Cette augmentation globale du taux des prélèvements obligatoires a résulté :

PIB, temps de travail et productivité dans les pays de l’OCDE Comment expliquer les écarts internationaux de PIB par habitant? Par le différentiel de qualité du travail ou par l’écart du volume de travail? Grâce à l’abrégé 2012 des indicateurs de productivité de l’OCDE, nous pouvons, avec prudence, émettre quelques hypothèses. La politique déboussolée : purge à la française, par Martine Bulard (Le Monde diplomatique, septembre 2014) «Mon véritable adversaire, c’est le salaire. » Bien sûr, ce type de conviction ne s’affiche pas publiquement, et le président de la République française ne s’exprime pas ainsi. Mieux vaut clamer son rejet de la finance pour gagner, à gauche, une élection. Mais, une fois les urnes vidées, le dogme du « coût du travail » trop élevé a dicté la conduite de M. François Hollande, quel que soit son premier ministre — tout en rondeur, comme M.

Moi électeur, je m'interroge {*style:<b> Le 20 septembre dernier, je tirais ici ma révérence. Comme beaucoup, je pensais qu'avec François Hollande aux commandes, ce blog n'avait plus aucune raison d'exister. Hier encore, j'avais l'intention le clôturer définitivement. </b>*} Comme beaucoup aussi, je suis stupéfait par la conférence de presse et les mesures adoptées par Jean-Marc Ayrault. L'employé en CUI-CAE ne coûte que 44 centimes de l'heure à son patron Jeudi, 09 Juin 2011 08:33 Notre ami Patdu49 a sorti sa calculette. Pas de doute : pour les employeurs, le contrat unique d'insertion, c'est une aubaine ! Mais pas pour le RSAste... Ça ne coûte rien aux esclavagistes, les CUI-CAE : le salaire brut est payé à 95% par l'Etat, sans parler de l'exonération des cotisations sociales. Exemple : je suis Maire, et je n'ai pas de scrupule à infliger aux autres ce que je ne voudrais surtout pas pour moi-même ou pour mes proches (donc je suis un esclavagiste, n'ayons pas peur des mots, peut-être même qu'on me présente comme un homme de gauche, ça ne mange pas de pain).

HARO SUR LE COÛT DU TRAVAIL ! VIVE LE CHOC D’OFFRE ! par François Leclerc Billet invité Une nouvelle notion fait florès, le coût du travail, dont on n’a pas fini d’entendre parler. Et si l’on en parle tant, c’est parce que bien évidemment il va falloir le diminuer. Pourquoi ?

Related: