background preloader

La première guerre mondiale dans la bande dessinée

La première guerre mondiale dans la bande dessinée
sélection bibliographique C’était la guerre des tranchées, 1914-1918 / scén. et dessin Jacques Tardi. - Casterman. Suite de courtes histoires sur le quotidien sordide de la vie dans les tranchées de la première guerre mondiale. Beaucoup d’albums de Jacques Tardi mettent en scène la Première Guerre mondiale. On pourra lire également Le Der des Ders , d’après Didier Daeninckx (Casterman), et Putain de guerre ! Texte de Verney (Casterman). Paroles de poilus Tome 1 : Lettres et carnets du front 1914-1918 / adapté de et préfacé par Jean-Pierre Guéno ; ouvrage collectif - Paris : Soleil. Les Champs d’honneur / adapté de et scén. La Lecture des ruines tome 1 / scén. et dessin David B. ; Thomasine, coloriste. - Dupuis (Aire libre). Le Sang des Valentines / scén. et dessin Christian de Metter ; dessin Catel. - Casterman (Un Monde). Une Après-midi d’été / dessin et scén. La Grande guerre de Charlie / Pat Mills ; Joe Colquhoun. - Ed. pour la jeunesse Bécassine chez les alliés / scén.

http://www.citebd.org/spip.php?article5664

Related:  lodaugeGuerre 1914/1918Guerre - ArtsExpositions, filmographie, etc.Hgéo 1ère

Pinterest - Musée du Louvre Log in Home Categories There’s more to see... 1914-1918 : Combats de femmes - Les femmes pilier.... Evelyne Morin-Rotureau, Collectif - Decitre - 9782746705159 Aux champs, dans les usines, dans les hôpitaux, les femmes ont répondu massivement dès 1914 à l'effort de guerre : c'est le travail, même bénévole, le quotidien du foyer à gérer seule, le soutien moral au soldat, avec l'aide des enfants embrigadés comme "graines de poilus"... Les femmes de la Grande Guerre ont aussi subi, dans les territoires du Nord, les douleurs de l'occupation. D'autres ont décidé de résister au patriotisme aveugle en s'opposant au militarisme et à la guerre ou en dénonçant des conditions de travail pénibles, dangereuses et sous-payées. Le Verfügbar aux Enfers, Opérette de Germaine Tillion A l’occasion de l’entrée au panthéon de Germaine Tillion Il s'agit de la rediffusion d'une retransmission sur France Musique du concert donné en création mondiale le 2 juin 2007 au Théâtre du Châtelet à Paris par l'Orchestre de chambre Pelléas et le Choeur de la Maîtrise de Paris dirigés par Hélène Bouchez dans l'opérette "Le Verfügbar aux Enfers" écrite par Germaine Tillion pendant sa détention au camp de concentration de Ravensbrück durant la Seconde Guerre mondiale, et présentée dans une reconstitution musicale ajustée par le compositeur Christophe Maudot à partir de chansons et d'airs d'opérette célèbres à l'époque. Emission reconstruite par le réalisateur Christophe Hocké

La Grande Guerre au miroir de la bande dessinée Nombreux sont aujourd’hui les récits dessinés qui évoquent le premier conflit mondial et certains critiques vont même jusqu’à parler d’une nouvelle écriture de la guerre en bande dessinée, voire d’un sujet à la mode. Pourquoi la Grande Guerre intéresse-t-elle autant les auteurs de bandes dessinées ? Qu’elle soit réaliste, humoristique, fantaisiste, et quelles que soient les époques (de Bécassine1 à la série Le Cœur de Bataille2 ), la bande dessinée se manifeste comme un véritable laboratoire d’imageries mémorielles de la Grande Guerre. Or loin des illustrés d’époque et depuis Tardi avec C’était la guerre des tranchées3, qui fait figure de classique fondateur - comment les dessinateurs se sont-ils emparés d’un tel sujet ? Peut-on aujourd’hui parler d’un renouveau de la Représentation de la Grande Guerre en bande dessinée ?

La guerre à l’image La guerre à l’image L'image de la guerre chez Tardi La bande dessinée de Tardi s'appelle C'était la guerre des tranchées. Dans ce livre de 126 pages, c'est le choix du noir et blanc qui surprend. En le feuilletant, on peut apercevoir les flammes, les trous d'obus, les armes, et beaucoup, beaucoup de cadavres dans les tranchées. Comme chez Otto Dix, c'est donc la violence du dessin qui marque d'abord. Car cette bande dessinée reconstitue la vie des soldats pendant la guerre de positions, entre 1915 et 1918 : on voit donc ici les conditions de vie des soldats enterrés dans les tranchées Pour traduire cette violence, on voit des cadavres entassés dans des trous d'obus, mais aussi des soldats blessés, comme par exemple par les gaz (soldats allongés dans l'infirmerie les yeux bandés, comme dans Un long dimanche de fiançailles).

14-18 Dans la bande dessinée - Images de la.... Bruno Denéchère, Luc Révillon - Decitre - 9782844786975 Biographie de Bruno Denéchère Bruno Denéchère, 54 ans, enseigne l'histoire au lycée Mongazon (Angers) depuis 1977 et en classe préparatoire aux IEP depuis 2005. Certifié en histoire et géographie il a participé à deux publications Histoire de Montjean sur Loire en 1996 et Patrimoine des communes de Maine et Loire en 2001. Féru d'histoire de la première guerre mondiale, il a réuni sur ce sujet qui le passionne une impressionnante bibliothèque de livres et de documents. Luc Révillon est titulaire d'un DEA en Histoire et Civilisations et est un spécialiste des relations que la bande dessinée entretient avec l'histoire et plus particulièrement de Tintin. Il a donné de nombreuses conférences et participé à plusieurs débats et tables rondes sur ces thèmes.

Germaine Tillion face à l’extrême Fig. 1 Page du manuscrit du Verfügbar aux enfers de Germaine Tillion, illustration de France Audoul © Association Germaine Tillion/Éditions de La Martinière. 1La question de savoir si le musée est le lieu approprié pour commémorer les génocides fait partie d’un débat plus vaste, qui engage des entités plus étendues ou plus générales. Le génocide est un cas particulier de situation extrême, dont d’autres instances sont fournies par les massacres, la torture, les camps de concentration, les ghettos fermés : à chaque fois nous nous trouvons aux limites mêmes de l’expérience humaine. Pour sa part, le musée, et en particulier celui qui est consacré non aux œuvres, comme les musées des beaux-arts, mais aux activités humaines, comme les musées historiques ou anthropologiques, est une des formes que prennent la connaissance scientifique et sa mise à la disposition du grand public ; en ce sens, le musée n’est pas radicalement différent du livre.

Cerfs-volants d'Observation - Guerre 14-18 - diorama Carnet de Vol Le socle de ce diorama est composé de deux panneaux en contre-plaqué de 52 cm de long, soit un diorama de 1.04 m de long pour l'ensemble. Sur ce support, Patrick a collé une mousse polyuréthanne de 3 cm d'épaisseur. La base des soldats de plomb a été noyée dans la mousse. Des impacts de bombes et une tranchée viennent compléter la mise en scène.

Related:  HistoireLa première guerre mondiale en BDHistoire géographie