background preloader

Les civils pris pour cible: le génocide arménien

24 avril 198228515 vues08min 04s Rétrospective revenant sur le génocide dont ont été victimes les Arméniens en 1915, décidé par le gouvernement de l'empire ottoman, suite au refus des Arméniens turcs de combattre contre la Russie.Extrait d'un discours à propos de la non reconnaissan... + de détails Rétrospective revenant sur le génocide dont ont été victimes les Arméniens en 1915, décidé par le gouvernement de l'empire ottoman, suite au refus des Arméniens turcs de combattre contre la Russie.Extrait d'un discours à propos de la non reconnaissance officielle du génocide arménien, lors d'un meeting commémoratif, au Palais de la mutualité, le 16 mars 1982. Puis, des images d'archives (notamment issues du comité de défense de la cause arménienne) sont suivies du témoignage d'une femme arménienne, Mme PANOSSIAN, dans une maison de retraite arménienne à Montmorency, se rappelant l'exode du peuple arménien ; elle avait 14 ans au moment des faits.

http://www.ina.fr/video/CAB8200592901

Related:  PSTMG H2 Guerre et paix (1914-1946)Histoire1GM

Les villages morts pour la France Le passage d'une guerre de mouvement à une guerre de position à la fin de l'année 1914 donna un rôle nouveau à l'artillerie, qui devint l'arme la plus efficace pour tenter d'affaiblir les défenses et tranchées adverses et d'en déloger leurs occupants. Alors qu'au début de la guerre dominait l'artillerie légère (avec côté français le canon de 75), l'artillerie lourde s'imposa rapidement afin de réaliser des tirs de plus en plus lointains et de plus en plus destructeurs. Les calibres furent de plus en plus monstrueux (105, 150, 210, 420). La France dût fournir un effort important en la matière afin de rattraper l'armée allemande qui était déjà bien pourvue de pièces d'artillerie lourde.

Parcours parcours pédagogique Nicolas Rocher - IA IPR Histoire Géographie – académie de Clermont-Ferrand Présentation Le fil directeur de ce parcours est l'étude de la bataille de Verdun, considérée comme exemple de la « violence de masse » par les programmes d'Histoire de la classe de Troisième. Place dans le programme Troisième > Histoire > Guerres mondiales et régimes totalitaires > La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)Première > S > Histoire : La guerre et les régimes totalitairesPremière > L et ES > Histoire : La guerre au XXème siècle 24 avril 1915 - Le génocide arménien - Herodote.net Le samedi 24 avril 1915, à Constantinople (*), capitale de l'empire ottoman, 600 notables arméniens sont assassinés sur ordre du gouvernement. C'est le début d'un génocide, le premier du XXe siècle. Il va faire environ 1,2 à 1,5 million de victimes dans la population arménienne de l'empire turc (ainsi que plus de 250 000 dans la minorité assyro-chaldéenne des provinces orientales et 350 000 chez les Pontiques, orthodoxes hellénophones de la province du Pont). Un empire composite Aux premiers siècles de son existence, l'empire ottoman comptait encore une majorité de chrétiens (Slaves, Grecs, Arméniens, Caucasiens, Assyriens....).

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918 Contexte historique Mobilisation pécuniaire de l’arrière Durant la Première Guerre mondiale, l’épargne française est mise à contribution par le biais d’emprunts nationaux annuels (novembre 1915, octobre 1916, 1917 et 1918). Ces initiatives répondent à une double nécessité. L’Odyssée dans les collections d’art grec Sully-RDC – salle 17 - Portrait imaginaire d’Homère aveugle, II°s. (?) On peut installer son groupe dans le renfoncement sous la fenêtre. Depuis le banc, les élèves voient le portrait sculpté d’Homère. Une guerre totale : le sort des civils - 1918, la Grande Guerre s'achève... À la fin du XIXe et au début du XXe siècle des règles avaient été édictées pour, en principe, protéger les populations non-combattantes durant les conflits. Si les civils ne sont pas au cœur même des combats de la Grande Guerre, ils sont affectés de bien des manières par la violence de guerre : l'invasion, les bombardements, les souffrances affectives, sont trois épreuves parmi tant d'autres analysées par Anne Duménil dans "La guerre au XXe siècle, l'expérience des civils" (La Documentation photographique n° 8043, 2005). Invasion L'exode des Belges vers la France. Photo : Préfecture de police, La Documentation française © Présidence du Conseil.

Mobiliser les esprits : « l'effort de guerre » mobilise toute la société Guerre des adultes, « guerre des enfants » 1916 : cela fait déjà deux années que la Grande Guerre fait rage, qu’elle prive les enfants de leurs pères, les mères de leur soutien. Deux années que l’État, les acteurs économiques et industriels, la société tout entière se dévouent pour mener à terme ce combat à mort. 1916 est une année particulièrement meurtrière, marquée par la saignée de Verdun (de février à décembre), l’offensive de la Somme (de juillet à novembre) et le rejet par Briand, en décembre, des propositions de paix faites par les Allemands. À l’arrière s’est organisée dès décembre 1914 la « croisade des enfants » sous le signe du Sacré-Cœur du Christ et le patronage de Jeanne d’Arc – l’un sacrifié sur l’autel de l’humanité souffrante, l’autre sur celui de la patrie occupée. L’école, la presse enfantine, les jouets, tout parle aux enfants d’une guerre héroïque, grandiose, omniprésente et singulière à la fois.

Relations entre le film Il faut sauver le soldat Ryan et l'Histoire Le film "Saving Private Ryan" a, dans l'ensemble, assez bien respecté l'histoire du débarquement. La première partie, celle du débarquement à Omaha Beach, ne comporte pas grand chose a relever, sauf ce qui va être évoqué ci-dessous : - La mer, après le débarquement, n'était pas rouge de sang mais noire à cause des obus allemands qui s'enfonçaient dans la vase et la faisait remonter à la surface.

Cérémonies à Melle. Un hommage aux Fusiliers marins morts en Belgique Sept cents fusiliers marins français, dont de nombreux Bretons, sont tombés à Melle, en Belgique, dans leur combat pour contrer l'offensive allemande en octobre et novembre 1914. Deux autres soldats sont décédés plus tard, ce qui porte à 702 le nombre de morts sur les terres de Flandres. Un hommage, très solennel, leur a été rendu hier dans la commune du nord du plat pays.« Leur patrie et la nôtre »« On ne pourrait résumer leur sacrifice en mots, a déclaré le maire de Melle, Dirk de Maeseneer. Nous avons un profond respect pour tous ces fusiliers marins. » La cérémonie, présidée par le représentant du roi de Belgique et l'ambassadeur de France, s'est déroulée devant le monument aux morts entièrement dédiés aux soldats français. Gravé dans la pierre, on peut lire ceci : « Comme la mer qui chantait dans leurs âmes, ils furent grands avec simplicité, en défendant ici leur patrie et la nôtre, leurs cendres parmi nous ne sont pas en exil. »

Related: