background preloader

Débat interprétatif et discussion à visée philosophique à l’école (...)

Débat interprétatif et discussion à visée philosophique à l’école (...)
La littérature comme expérience de pensée En insistant sur la portée philosophique de la littérature (de jeunesse) en général et des œuvres de la liste, les programmes de littérature à l’école primaire ont ouvert la voie à des débats réflexifs dans laquelle tous ceux qui jugent nécessaire une initiation précoce à la philosophie ont pu s’engouffrer. Ces programmes visent absolument à éviter la dérive techniciste de l’approche des textes. Inspirés par les théories de la réception et les réflexions de Umberto Eco et Paul Ricœur, ils insistent pour que l’étude des œuvres ne soit jamais un prétexte à un décorticage formaliste mais l’occasion d’une rencontre poétique et intellectuelle. Ils centrent l’enseignement sur le plaisir de lire, sur le sens, la beauté et la complexité des œuvres, sur la constitution d’une bibliothèque mentale. Un exemple de dispositif. À mon sens, ce dispositif présente les avantages : Bibliographie Chirouter Edwige, Lire, réfléchir et débattre à l’école élémentaire.

http://www.cahiers-pedagogiques.com/Debat-interpretatif-et-discussion-a-visee-philosophique-a-l-ecole-elementaire

Related:  Didactique de la philosophieAteliers philoPhilosopher avant la TerminaleLDJ

Textes et débats à visée philosophique - CRDP de Paris - Centre Régional de Documentation Pédagogique de Paris Deux professeurs de philosophie fournissent ici aux enseignants de cycle 3 et de collège les matériaux philosophiques et pédagogiques nécessaires pour rebondir sur des remarques d’élèves. Développer les capacités de réflexion des élèves et leur autonomie de jugement, tel est l’objectif de ce livre. Choix de propos entendus, de notions et de textes philosophiques, repères pour lire les extraits et organiser le débat « fiches-élève »... une panoplie immédiatement utile pour apprendre à penser. Dix paradoxes pour une innovation La discussion à visée philosophique en amont de la classe terminale est une innovation récente majeure du système éducatif, très controversée. Explicitation de quelques-uns de ses aspects contradictoires. Le développement depuis dix ans de nouvelles pratiques à visée philosophique à l’école primaire et au collège (en particulier dans les Segpa, cf. J.

OCCE 26 - Moment philo / AGSAS 9) Les mises en garde sont : · ne pas chercher à transmettre une connaissance : il s’agit d’une préparation à la pensée philosophique, non d’une initiation à la philosophie ; · ne pas essayer d’instrumentaliser les ateliers philo pour résoudre des questions autres (des actes de violence, des manifestations d’intolérance religieuse, des marques d’irrespect, un deuil qui ne passe pas…) ; · éviter au début les questions concernant la mort ou l’abandon, qui ne peuvent être débattues qu’après un temps de préparation ; · compte-tenu des situations locales, éviter les questions sur lesquelles les enfants ont déjà des certitudes (religion, racisme, etc.) et qui provoqueraient des confrontations d’opinion stériles ;

Diotime - Interrogations mutuelles de la pratique du philosopher en terminale et au primaire Geneviève Guilpain, professeur de philosophie au Lycée Jean-Jaurès à Montreuil (Seine-Saint-Denis) Depuis quelques années se développent des pratiques de la philosophie en école primaire, qui ont reçu presque officiellement le nom de " pratiques à visée philosophique1. Cette dénomination exprime-t-elle une prudence de la part de leurs promoteurs à l'égard des prétentions qu'elles sont en droit d'afficher en comparaison de l'enseignement philosophique au lycée, ou bien, après quelques années de mise en oeuvre cette appellation traduit-elle une plus juste évaluation des fins réelles qu'elles visent et des résultats qu'elles peuvent escompter ?

L'atelier philo Le blog d'Edwige Chirouter (chroniqueuse à Siné Hebdo) Présentation de l'ouvrage "Apprendre en philosophant" « La philo à l'école : Pour quoi faire? (in)novatio Préambule Récits de pratique/Etudes de cas Regard croisé sur les ateliers Paroles d’élèves Une principale de collège engagée dans des ateliers philo obligatoires Des ateliers philo obligatoires au collège Des ateliers de réflexion collective Le « Club Philo » au Lycée Professionnel Erik Satie 2007/2008 Des lycéens en filière professionnelle parlent de leur club philo Des ateliers philo dans le cadre du RASED Le sport et les ateliers philo à l’école : un même engouement Former aux ateliers philo : un point de vue Un atelier philo avec des collégiens volontaires Initiation à la philosophie au lycée professionnel Flocon De la tradition de l’agora aux ateliers de philosophie pratique Des ateliers de philosophie en DSA au collège Utrillo Des ateliers philo au lycée professionnel Jenatzy Des ateliers philosophiques en maternelle Perspectives Les pratiques à visée philosophique : un espace en construction. Ressources

Animer une discussion a visée philosophique en classe Michel TOZZI, professeur émérite en sciences de l’éducation à l’Université Montpellier 3 Didacticien du débat et de l’apprentissage du philosopher Les pratiques philosophiques se sont développées en France dans la cité depuis 1992 (cafés philo), et depuis 1996 dans le système scolaire, bien avant la terminale (maternelle, école primaire, Segpa etc.). La psychanalyse des contes de fées : les concepts de la théorie psychanalytique de bettelheim examinés experimentalement par le test des contes de fées La fascination qu’éprouvent les enfants pour les contes de fées a fait l’objet de diverses études, essentiellement du point de vue littéraire (Favat, 1977 ; Applebee, 1978). Les interprétations symboliques des contes des fées ainsi que leur relation avec l’inconscient sont devenues un champ de spéculation où entrent en lice aussi bien des analystes freudiens que jungiens (Bettelheim, 1976 ; Von Franz, 1982 ; Kaës et al., 1989 ; De la Génardière, 1996). Freud (1900) fut le premier à découvrir la nature symbolique des contes de fées. De même que les mythes et les légendes, ils plongent dans les parties les plus primitives de la psyché. Dans son Interprétation des rêves, Freud se réfère aux contes de fées pour justifier l’analyse des rêves : “Nous savons déjà que les mythes et les contes de fées, les proverbes et les chansons, le langage d’imagination utilisent le même symbolisme” (1916, p.168).

[Rituel] Lecture offerte – Compréhension philo – Cycle 3 SumoMe NOUVEAU : correction des coquilles Ce rituel autour de la lecture offerte des Philo-fables de Michel Piquemal reprend le principe de ce que j’ai fait l’année passée autour des histoires de Sagesse et Malice de Nasreddine Hodja. Il permet après la lecture d’un très court texte de vérifier la compréhension et de faire émerger des réflexions se rapprochant de la philosophie.

Diotime Bruno Chevaillier , professeur de philosophie à l'IUFM d'Orléans-Tours Parmi les questions que nous nous posions à la suite de nos premières expériences en 2003 1 , nous avons surtout exploré celle-ci : quel est le rôle joué par le support livre comme déclencheur de la discussion? À la suite des rencontres avec Evelyne Beauquier et Anne Lalanne en novembre 2004 2 et de nos expérimentations dans une classe de grande section de maternelle, notre question d'abord très générale a pris une orientation plus particulière : comment l'album peut-il permettre à l'élève de GS (grande section de maternelle) de réfléchir à de "grandes questions"? Nous avons donc voulu explorer l'intérêt pédagogique du livre comme support à la réflexion de l'élève d'âge primaire.

Apprendre à questionner ? Quand Socrate peut encore être utile ! Les débats autour des compétences informationnelles des jeunes, leurs habiletés, leur naïveté, leur absence de sens critique sont entrés désormais dans le champ de la banalité. Ils acquièrent des connaissances « futiles » et pas des connaissances « utiles », déclarait un orateur lors de la conclusion du séminaire sur le manuel numérique organisé par le ministère de l’éducation les 20 et 21 janvier à l’ENS de Lyon. Ils ne maîtrisent pas réellement l’ordinateur disent les autres enseignants, il leur faut des cours d’informatique disent encore d’autres, fiers d’annoncer qu’ils ont obtenu une option informatique en terminale et que l’informatique entre à nouveau dans l’enseignement.

Diotime - Les débats à partir de la littérature : une voie indirecte qui contribue à la formation du sujet-enseignant Annick PERRIN, professeur de philosophie à l'IUFM de Créteil (annick.perrin@neuf.fr) Je suis philosophe de formation et je travaille en IUFM. Je voudrais d'abord situer ma pratique des débats à partir de la littérature en formation d'adultes, par rapport à mes objectifs de formation et au contexte actuel de la formation des professeurs des écoles. Je forme des professeurs des écoles à l'éthique du métier, ce qui suppose la mise en place à la fois d'attitudes et de démarches réflexives chez les futurs enseignants. Former des " sujets " relève avant tout d'une éthique de la liberté.

"Madame, ils l'ont bien cherché quand même". Un débat en classe vendredi 9 janvier 2015 Je travaille depuis près de 10 ans avec Caroline Faivre dans ses classes de EGPA (enseignement spécialisé dans les collèges). Nous co animons des ateliers de philosophie et suivons les élèves de la 6ème à la 3ème. Caroline est une enseignante remarquable, engagée, qui ne lâche rien sur la nécessité de transmettre à ses élèves -pourtant très en difficulté - une rigueur de pensée et des références culturelles exigeantes. Vendredi matin, j'étais comme prévu dans sa classe... Caroline a écrit pour la revue Les Cahiers Pédagogiques ce témoignage poignant. Je le diffuse aussi ici pour rendre hommage à tous les enseignants, éducateurs qui se battent tous les jours pour aiguiser l'esprit critique des enfants et en faire des Charlie.

Penser par soi-même - Sommaire et Introduction Bien sûr, vous pensez depuis votre naissance et vous n'avez pas eu besoin de moi pour ça. Vous croyez penser déjà par vous-même, et ceci ne fait aucun doute. Mais, quand vous dites « je » pense ceci, ou « je » pense cela, êtes-vous véritablement sûr que ce soit vous qui pensiez ? D'où vient cette idée à laquelle vous vous identifiez ? En êtes-vous véritablement l'auteur, et dans quelle mesure ? Si tous les mots que j'utilise (ou presque) m'ont été appris par la culture, je possède déjà un immense stock qui ne m'appartient pas en propre.

Related: