background preloader

Les relations commerciales avec les fournisseurs : des négociations libéralisées qui restent difficiles

Les relations commerciales avec les fournisseurs : des négociations libéralisées qui restent difficiles
Les relations entre les entreprises agroalimentaires et la grande distribution sont caractérisées par des tensions récurrentes. Les pouvoirs publics sont donc périodiquement intervenus pour rétablir l’équilibre contractuel. Les outils réglementaires de la régulation des relations commerciales La loi Galland du 1er juillet 1996, en clarifiant la fixation de la « marge avant [1] », a permis d’éradiquer les pratiques de revente à perte et des prix prédateurs . La distribution a alors développé les services de « coopération commerciale », et donc accru les « marges arrière [2] », correspondant à cette coopération commerciale, mais non susceptibles d’être répercutées dans les prix de vente au consommateur. La loi sur les nouvelles régulations économiques du 15 mai 2001 a lutté contre les abus de puissance d’achat, de dépendance économique et pour la justification des marges par des services contractualisés effectivement rendus. Les outils de médiation et de veille Related:  Projet Terminale

ECR France va proposer des formations sur Après deux ans de travail conjoint industriel/distributeur, dans le cadre « neutre » de l’organisme paritaire ECR France, une « boîte à outils » de 17 fiches pratiques sur le thème central de « l’efficacité des promotions » vient de voir le jour. Un contenu qui s’accompagne de la parution d’un guide de bonnes pratiques pour « maximiser la la création de valeur de la promotion pour le distributeur, l’industriel et le conso-shopper ». Ce guide public est co-signé par les coprésidents d’ECR France, Tristan Farabet, pdg de Coca-Cola Entreprise, et Vincent Ringenbach, directeur général exécutif de Cora. La promotion reste un thème prioritaire L’ensemble de ce contenu va servir de support à des modules de formations inter-entreprises que va proposer ECR France en 2013. L’objectif, chez les industriels comme chez les distributeurs, est de développer les compétences de leurs équipes juniors et experts. Plus de renseignements sur le site d’ECR France.

France | cas ?annee=2011 Catégorie : Communication corporate | Annonceur : SFR | Agence : LEG. | La saga «Lambert et son patron» de SFR Business Team, l'offre de l'opérateur à destination des entreprises, a permis à la marque de casser le monopole de fait d'Orange sur ce marché. Elle monte sur la plus haute marche du podium Effie cette année. Objectifs : Marque jeune et en forte croissance, SFR Business Team doit accroître la notoriété de son expertise fixe. Pour autant, malgré cette migration d'un modèle «mobile centric» à un modèle «client centric», SFR Business Team n'émerge pas comme opérateur global auprès de la cible des entreprises. Ce déficit de notoriété sur le fixe constitue un frein pour le développement commercial de la marque. Pour la marque, le gisement de croissance prioritaire est clairement identifié: les PME-PMI de 200 salariés et plus. Moyens : Pour casser le monopole d'Orange sur la cible, SFR Business Team va miser sur la scénarisation du poids des habitudes et de la peur du changement.

Marketing, Communication entreprise, Relation client De l’arrivée en magasin au passage en caisse, Monoprix place la relation client au cœur de sa stratégie commerciale D’ici le mois de juin, l’ensemble des collaborateurs de Monoprix en magasin porteront une nouvelle tenue aux teintes noire et taupe (en illustration). Accompagnée d’un badge nominatif et inspirée des métiers de bouche traditionnels, elle permettra de les rendre plus facilement identifiables. C’est un des changements visibles de la nouvelle stratégie de l’enseigne, accompagnant la nouvelle signature, « Vivement aujourd’hui », et le nouveau logo jouant sur l’apostrophe de Monop’. Cette nouvelle stratégie vise à faire de la relation client un axe essentiel de différenciation. « Nous devons passer d’une simple proximité géographique en centre-ville à une proximité relationnelle grâce à l’écoute, l’attention et le conseil », explique l’enseigne. Pour y arriver, l’enseigne place ses collaborateurs au cœur de la démarche. Plus d’infos : Points de vente Explications en vidéo :

La distribution face au choc économique : vers une nouvelle révolution commerciale Les prévisions économiques de Xerfi 2012-2017 en vidéo sur Xerfi Canal. Frank Benedic, Directeur de Xerfi-Precepta Pour quelles raisons les ménages dépenseraient-ils plus d’ici la fin de l’année et au-delà ? Et bien en réalité aucune car le pouvoir d’achat est attaqué de tous les côtés et de façon durable. Entre les salaires qui progressent peu ou pas, le retour de l’inflation, le tour de vis fiscal en cours et à venir, la persistance d’un marché du travail délabré, la reconstitution d’une ... Frank Benedic La distribution face au choc économique : vers une nouvelle révolution commerciale - Présentation - Suite L'audace ou le déclin : quelle stratégie économique pour la France? Laurent Faibis : L'audace du rebond: pour un choc stratégique Alexander Law : Monde 2012-2017 : le rééquilibrage n’est pas fini Aurélien Duthoit : Zone euro 2012-2017 : l’écartèlement inexorable Alexandre Mirlicourtois : France 2012-2017 : le prix des impasses de notre modèle économique

La chasse aux ruptures devient mature - PGC - Produit de grande consommation Des produits bien en place dans les rayons, une urgence alors que les ventes de PGC baissent de 0,9% en volume au premier semestre 2012, selon les données de SymphonyIRI. Une glissade que la croissance du drive ne compense pas. Tel est le contexte de la première remise des trophées « Zéro rupture : mode d'emploi », du nom du site et du baromètre trimestriel mis en place par ECR France, l'organisme paritaire spécialisé sur le sujet. Ruptures en hausse Cette cérémonie s'est déroulée le 17 octobre, à Paris. Chez L'Oréal, par exemple, un meilleur taux de service en linéaires a été érigé en véritable projet d'entreprise, et un indicateur de performance sur le sujet a vu le jour. « Nous voulons passer d'une logique de facturation de produits à une logique d'écoulement de ces produits dans les circuits commerciaux », indique t-on chez le leader du DPH, l'une des catégories les plus rupturistes, historiquement. Castorama abaisse de moitié les ruptures Source : Castorama Cémoi, des MDD réactives

France | cas Imperfections «mythiques» Pour se distinguer de ses concurrents sur le marché des célibataires, Meetic mise sur une campagne «hors des sentiers battus» qui renverse les codes de la séduction. Et ça marche ! La preuve : le second volet de «#LoveyourImperfections» a reçu le 21 novembre le Grand Prix Effie de l'efficacité publicitaire, organisé par l'Association des agences-conseils en communication (AACC) et l'Union des annonceurs (UDA) en partenariat avec Stratégies. Etude de cas d'une rencontre réussie. Objectifs : Renouveler le genre Après une première campagne couronnée de succès en 2015, Meetic souhaitait affirmer de nouveau son discours libérateur en cassant l’idéal de séduction. Moyens : Remettre l’humain au centre «Face à la concurrence récente qui s’est construite uniquement sur la technologie et l’innovation (swipe, géolocalisation), il nous paraît important de redonner à la marque une posture et de jouer la carte émotionnelle», poursuit Thomas Granger. Résultats :

Distribution (place) : canal de distribution pour d?placement produit Un canal de distribution comporte une panoplie d’entreprises qui participent à toutes les activités de déplacement d’un produit de sa fabrication à sa consommation. La distribution (Place, en anglais) est le 4ème élément du mix marketing. La ‘place’ est généralement traduite en français par ‘canal de distribution’, ‘chaîne de distribution’, ‘mise en place’, ‘distribution’ ou encore ‘intermédiaires’. C’est un mécanisme à travers lequel les biens et services sont déplacés du fabricant au consommateur final. Les décisions de distribution se répartissent en 6 parties distinctes : Utilisez-vous une distribution directe ou indirecte ? Avec quel distributeur voulez-vous travailler ? Segmentation de votre marché – le distributeur doit être accoutumé à votre cible.Changement au long du cycle de vie de votre produit – différents canaux peuvent être utilisé à différents points du cycle de vie de votre produit. Types d’intermédiaires Grossistes Agents commerciaux Détaillants Internet

L’ECR RPF Comment les industriels cherchent à valoriser... - Grande Distribution et consommation Le linéaire de l'ultrafrais n'est pas à négliger. Avec plus de 600 références, qui représentent entre 3 et 5% du chiffre d'affaires d'un point de vente, ce rayon est important, car le consommateur va choisir son magasin en fonction de la lisibilité de ce dernier. La catégorie se porte bien dans son ensemble, mais les industriels souhaitent cependant augmenter le nombre de références par panier. Si les quantités achetées sont peu importantes, c'est en raison du peu de temps que le client passe en rayon (en moyenne une minute et treize secondes). « C'est un endroit dans lequel on va par nécessité et, une fois le produit trouvé, on s'en va », explique Hugues Rousseau, directeur du category management chez Danone Produits frais France. Les industriels ont alors mis le doigt sur des thématiques jusqu'alors jamais abordées : la clarification de l'offre, l'organisation des stocks, la gestion du froid psychologique et physique... Deux approches différentes Parfaire le confort d'achat 3 à 5 %

Le yaourt grec, locomotive de Danone pour reconquérir les USA par Noëlle Mennella et Dominique Vidalon PARIS (Reuters) - Danone met les bouchées doubles pour rattraper son retard aux Etats-Unis dans le marché très dynamique du yaourt grec, sur lequel il pourrait s'appuyer pour s'imposer auprès des Américains qui consomment six fois moins de produits laitiers frais que les Européens. Mais si Danone réduira cette année l'écart avec le leader du yaourt grec outre-Atlantique - le groupe turc Agro Farma qui a enthousiasmé les Américains avec sa marque Chobani - il mettra du temps pour y ancrer ses produits phares, estiment des analystes interrogés par Reuters. Focalisé sur son Activia, Danone reconnaît avoir "raté le train du yaourt grec" aux Etats-Unis. Pire, Chobani, qui fait écho à la diète protéinée très en vogue avec son produit à 0% de matières grasses, sans cholestérol et riche en protéines, a phagocyté les autres segments des produits laitiers frais. Danone n'entend pas en rester là. Edité par Dominique Rodriguez

CAS D'ECOLE 3: STRATÉGIE D’EXTENSION DE LA GAMME : COMMENT MONTBLANC S’EST IMPOSE COMME UNE MARQUE GLOBALE Tout le monde connaît Montblanc à cause du stylo, Mais la plus grande force de la marque pouvait également devenir sa plus grande faiblesse. Richemont (l’entreprise propriétaire de la marque Monblanc) est au coeur des problématiques du luxe : numéro deux mondial du secteur, il est également propriétaire de Cartier, Van Cleef, Lancel, etc. Montblanc risquait de s’étioler. C’est le revers de la médaille de l’identification d’une marque à un produit... Le risque devenait d’autant plus fort que le fameux stylo en résine noire a commencé à s’essouffler commercialement. Les années 1980 avaient fait sa fortune. Les ventes s’effondraient. Enfin, l’entreprise Montblanc souffre des défauts de sa qualité : son propriétaire n’en possède généralement qu’un et le renouvelle rarement ! La solution a été la diversification. Lorsqu’il a fallu déterminer comment compléter la gamme, ce sont les montres et les bijoux qui ont été sélectionnés dans un premier temps. Il fallait réinventer la gamme.

Le retailer doit donner encore plus envie de venir en point de vente : Interview de Marie Mercier Après Adeline Brogard, c’est Marie Mercier qui nous fait le plaisir de bien vouloir répondre à nos questions pour cette nouvelle interview Connected Store. Bonjour Marie, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Connected Store ? Bonjour à tous les lecteurs ! Je suis Directrice Retail & Luxe au sein de Novedia Group. Je porte également la responsabilité de l’offre Digital Store. Mon rôle et plus largement celui de Novedia, agence digitale intégrée, est d’accompagner nos clients dans la définition et la mise en œuvre de leurs politiques digitales sur tous les canaux, tous les terminaux. Notre offre Digital Store vise à optimiser l’efficacité commerciale des points de vente et plus largement à accélérer la transformation des points de vente. Selon vous, comment peut-on définir le terme de “magasin connecté” ? Comment voyez-vous le futur des points de vente physiques ? Les défis de mes clients et plus globalement des retailers seront liés à des enjeux business. Articles similaires:

Related: