background preloader

- Etude marché, Conseil en stratégie : Marketing, Communication entreprise, Relation client - La Poste entreprise : Le'Hub

- Etude marché, Conseil en stratégie : Marketing, Communication entreprise, Relation client - La Poste entreprise : Le'Hub
De l’arrivée en magasin au passage en caisse, Monoprix place la relation client au cœur de sa stratégie commerciale D’ici le mois de juin, l’ensemble des collaborateurs de Monoprix en magasin porteront une nouvelle tenue aux teintes noire et taupe (en illustration). Accompagnée d’un badge nominatif et inspirée des métiers de bouche traditionnels, elle permettra de les rendre plus facilement identifiables. C’est un des changements visibles de la nouvelle stratégie de l’enseigne, accompagnant la nouvelle signature, « Vivement aujourd’hui », et le nouveau logo jouant sur l’apostrophe de Monop’. Cette nouvelle stratégie vise à faire de la relation client un axe essentiel de différenciation. « Nous devons passer d’une simple proximité géographique en centre-ville à une proximité relationnelle grâce à l’écoute, l’attention et le conseil », explique l’enseigne. Monoprix affiche même l’objectif de proposer aux consommateurs « une expérience conviviale et relationnelle incomparable ». Les Echos

http://www.laposte.fr/lehub/-Des-enseignes-revisitent-l-accueil-

Related:  Thème 3 : gestion et création de valeurProjet TerminaleMercatiqueVEILLE - ETUDES -SIMMERCATIQUE

Résultats recherche lesechos.fr bilans Le panorama annuel des SIGR réalisé par l'Amrae passe en revue plus d'une quarantaine de solutions destinées à aider les professionnels dans le suivi des risques et des assurances. Les effets de la politique régionale sont réels mais plus lents qu'attendu. L'accompagnement des PME est aussi important que leur financement. Le conseil d'administration a approuvé une levée de cinq milliards d'euros, et non plus trois milliards.

Les relations commerciales avec les fournisseurs : des négociations libéralisées qui restent difficiles Les relations entre les entreprises agroalimentaires et la grande distribution sont caractérisées par des tensions récurrentes. Les pouvoirs publics sont donc périodiquement intervenus pour rétablir l’équilibre contractuel. Les outils réglementaires de la régulation des relations commerciales La loi Galland du 1er juillet 1996, en clarifiant la fixation de la « marge avant [1] », a permis d’éradiquer les pratiques de revente à perte et des prix prédateurs . La distribution a alors développé les services de « coopération commerciale », et donc accru les « marges arrière [2] », correspondant à cette coopération commerciale, mais non susceptibles d’être répercutées dans les prix de vente au consommateur. La loi sur les nouvelles régulations économiques du 15 mai 2001 a lutté contre les abus de puissance d’achat, de dépendance économique et pour la justification des marges par des services contractualisés effectivement rendus.

Industrie : des trentenaires réinventent les produits du quotidien, made in France ou pas - 2 Des start-up dans l’industrie, il en fleurit encore en France. Les biotechs et la chimie verte, gros pourvoyeurs, sont bien sûr réservés aux scientifiques. Citons dans ce domaine Carbios, à Clermont-Ferrand, qui recycle et transforme les polymères plastiques. Ou encore Fermentalg, basé en Aquitaine, spécialisé dans les micro-algues, et Fluoptics, à Grenoble, qui colore par infrarouges les cellules cancéreuses afin d’en faciliter l’ablation. Mais l’innovation vient aussi des pros du marketing. «Qu’il s’agisse de confort ou d’économies d’énergie, il faut inventer des produits qui partent des besoins du consommateur», observe Anne-Marie Boutin, présidente de l’Agence pour la création industrielle (APCI).

La veille, une approche globale et stratégique Selon BADOT et COVA [1], le pouvoir s’est déplacé, glissant de l’accès des matières premières à l’accès aux sources d’information et à l’information. Cette nouvelle nécessité explique donc que l’une des conditions de survie de la firme est la veille quelle que soit son domaine d’étude. Pour BURGAUD, la veille est « une gestion de l’information qui se développe sur deux axes : spéculatif (recherche et recueil de l’information) et projectif (évaluation et projection des résultats éventuels) et qui concerne l’ensemble de l’entreprise aussi bien les fonctions technologiques que financières et commerciales. » L’AFNOR (norme XP X50-053, avril 1988) présente la veille comme une activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance de l’environnement technologique, commercial…pour anticiper les évolutions. Historiquement ce sont les grands groupes industriels qui ont été les premiers à mettre en œuvre une démarche de veille. 1. Etat des lieux

Ne pas confondre carte de fidélité et fidélisation client Aujourd’hui, nos portefeuilles sont remplis de cartes de fidélité de tout type d’enseignes : vêtements, bricolage, restaurants, parfumerie et cosmétique… Ces morceaux de plastiques colorés aux couleurs des marques ont littéralement envahi nos sacs à main (en tout cas, ceux de nous autres chez My Marketing Manager !). Ce phénomène ne concerne pas uniquement les grandes enseignes mais également de nombreux commerces locaux, avec des moyens plus ou moins importants et des services et avantages divers (système informatisé, newsletter, alertes sms, remises, etc.) La raison à cela : tout le monde met en place un « programme de fidélisation client ». Le Saint Graal ? C’est bien et même très bien de valoriser ses clients, les inciter à revenir, créer un lien personnalisé avec ses clients. Nous en avions d’ailleurs parlé lors d’un précédent Tea Time.

Crises, scandales : faut-il aller jusqu’à changer le nom d’une marque ? Il faut savoir raison garder La force d’une marque tient dans son histoire et dans « le lien qu’elle a réussi à tisser avec les consommateurs », explique Pierre-Louis Desprez, expert en marketing stratégique et co-fondateur de Kaos Consulting. Produits retirés de la vente, suspicions sur la qualité, baisse de la consommation… La crise de la viande de cheval qui secoue depuis plus d’un mois le monde agroalimentaire (Findus, Nestlé, Picard Surgelés, Ikéa et bien d'autres) est un bel exemple des dégâts qu’une marque peut subir en matière de réputation. La rupture, uniquement en cas de crise grave

Distribution (place) : canal de distribution pour d?placement produit Un canal de distribution comporte une panoplie d’entreprises qui participent à toutes les activités de déplacement d’un produit de sa fabrication à sa consommation. La distribution (Place, en anglais) est le 4ème élément du mix marketing. La ‘place’ est généralement traduite en français par ‘canal de distribution’, ‘chaîne de distribution’, ‘mise en place’, ‘distribution’ ou encore ‘intermédiaires’. C’est un mécanisme à travers lequel les biens et services sont déplacés du fabricant au consommateur final. Les décisions de distribution se répartissent en 6 parties distinctes : Comment Apple terrorise nos start-up - 2 Censure, exclusion, diktat... C’est un véritable enfer que vivent un nombre croissant de développeurs et de partenaires commerciaux du fabricant de l’iPhone. La résistance n’aura pas duré bien longtemps. Dans les bureaux de sa société AppGratis, au cœur du Sentier à Paris, ­Simon Dawlat ne veut plus aujourd’hui parler d’Apple. Mi-avril, il avait pourtant courageusement protesté contre la décision du géant américain d’exclure son application de l’App Store, la plateforme en ligne qui permet de télécharger cette dernière sur un iPhone ou un iPad. Son service avait déjà convaincu 12 millions d’utilisateurs.

Ressources sur le monde des études et de la recherche marketing Notre base de connaissances est à votre disposition, en libre service Chez Soft Concept, nous voulons développer les meilleurs logiciels d'enquêtes et de reporting du monde. Mais nous voulons aussi diffuser le plus largement possible les connaissances associées à l'univers des enquêtes et la capacité à les mettre en oeuvre concrètement (de préférence avec nos outils, mais pas seulement). Optimiser la valeur perçue par le client Actimel, produit laitier de Danone, est perçu comme bienfaisant pour l'organisme. C'est pourquoi le consommateur est prêt à payer le prix fort : plus de 5 euros le litre ! L'étude de la perception de la valeur du produit réserve parfois des surprises. Un fabricant de litière pour chat dont les ventes stagnaient voulait baisser ses prix de 20 %.

Related:  MARKETING