background preloader

Chez Gore-Tex, chaque salarié est son propre manager

Chez Gore-Tex, chaque salarié est son propre manager
Dans l’art de la torture, Yannis est une référence qui inspire le respect à ses pairs. Et quand on voit le gaillard à l’œuvre, on comprend mieux pourquoi. Les traits tendus, le geste sûr, il arrache sa victime aux entrailles d’une machine bruyante qui l’a éreintée pendant des heures pour lui faire subir l’épreuve de la «rain tower» (la tour de la pluie). «C’est un peu le moment de vérité, ça passe ou ça casse», explique Yannis avec un petit sourire en coin. C’est passé : elle s’en est sortie. Pour cette chaussure de randonnée, qui aura bien mérité son label Gore-Tex garantissant à l’acheteur un tissu à la fois parfaitement imperméable et respirant, c’est la fin du cauchemar. Autonomie à la base. Bienvenue chez Gore ! Un PDG et des leaders élus. Référence mondiale. Une libération de la créativité. Dès 1958, la société familiale de Newark, aux Etats-Unis, fabrique des isolants de câbles électroniques. Une culture déstabilisante. Des greffes délicates. Ranking démocratique. Delphine Lorin

http://www.capital.fr/enquetes/strategie/chez-gore-tex-chaque-salarie-est-son-propre-manager-837156

Related:  ManagementOrganisation apprenante

Favi, l’usine qui tourne sans chefs Posée comme un ovni au milieu des champs, à Hallencourt, commune coincée entre Amiens et la baie de Somme, l’usine Favi – Fonderie et ateliers du Vimeu – tourne sans discontinuer au rythme des trois huit. Il est 13 heures pile : le moment précis où l’équipe de l’après-midi doit, comme chaque jour, prendre le relais. En fait, dans le grand hangar éclairé aux néons, tous les opérateurs sont déjà en place, installés devant leurs machines depuis cinq bonnes minutes. «Ça a commencé avec le retrait des pointeuses, explique l’un d’eux. 10 outils pour faire de votre équipe une équipe auto organiséeLIFE IS A SERIOUS GAME Recevez un extrait de notre guide de survie aux réunions pour transformer vos réunions en moments funs et productifs ! Une fois n’est pas coutume, nous remettons en avant un de nos articles les plus lus sur le blog. À lire et à relire !

Management Post Moderne L'intention collective: levier individuel de motivation? » Management Post Moderne L´intention collective redonnera le sens du sacré et du vital aux organisations postmodernes Les organisations postmodernes travailleront de en plus en plus en réseau voir en tribu au service de projets très engagés et de valeurs fortes. Le vrai patron à l´ère postmoderne c´est le projet et les valeurs, tout le reste n´est que bavardage.

La véritable autorité est celle qui fait grandir l'Autre "La seule autorité possible est fondée sur la compétence" écrivait Michel SERRES dans la revue "Le Point" en septembre 2012, à propos de la publication de son petit ouvrage "Petite Poucette". Il y relate que l'autorité fondée sur la pression, la menace, le conflit, la force, a vécu. Il s'agit là d'une autorité fondée sur le pouvoir. La nouvelle autorité, elle, à l'inverse, fonde le pouvoir, la capacité de réalisation. Quel est l'impact d'un management à distance ? La vie d’un collaborateur à distance peut paraître enviable : liberté d’aménager ses horaires, tranquillité d’un espace choisi loin des sollicitations et des imprévus, meilleur équilibre vie professionnelle / vie privée, meilleure maîtrise du rythme de son activité et de ses priorités… Bref une vie facilitée avec un confort d’organisation et un espace plus propice aux temps de réflexion… Est-ce aussi simple que cela ? Comment vos collaborateurs peuvent-ils trouver leur place dans ce mode de management à priori séduisant ?

Les "Espoirs du Management" : une inspiration pour changer Sur le principe des césars, des oscars ou des molières, pour sa 7e édition les Espoirs du Management, bien nommés, ont mis en compétition trois nominés un peu particulier. Qu’il y a-t-il de commun entre les pompiers de Saône et Loire, le fabricant de clôtures Lippi et celui de tartelettes Poult ? Chacun à sa façon tente l’aventure pour trouver un autre fonctionnement collectif, une autre manière de travailler ensemble. Ils le font à leur manière, concrètement, en tâtonnant parfois. S'ils se retrouvent nominés c’est qu’ils réussissent.

Management situationnel : la différence entre manager et bien manager ! - l'Eclosoir Le bon manageur est celui qui s’adapte ! Aux collaborateurs, à leur personnalité, leur état d’esprit, leurs forces et faiblesses, leurs missions… Autant de paramètres à considérer pour adopter le style de management qui convient et parvenir aux objectifs souhaités : à court terme, mener à bien les missions confiées aux équipes et à plus long terme parvenir à l’autonomie des chaque collaborateur. Etre un bon manageur nécessite donc d’exercer un type de management dit « situationnel », c’est-à-dire d’avoir la capacité d’analyser en temps réel la situation managériale pour choisir l’attitude à adopter. Objectif de tout bon manageur : faire progresser ses collaborateurs pour les mener à l’autonomie !

Télétravail : nos conseils pour être efficace (même avec vos enfants !) C’est l’une des grandes interrogations pour beaucoup de salariés, d’entrepreneurs et d’indépendants : comment bien télétravailler, surtout quand on a des enfants à domicile ! Voici des témoignages, conseils et astuces pour vous aider à tout concilier. Bérangère Touchemann, fondatrice de Coaching de Carrière : “Personnellement, je n’arrive pas à écrire un mail professionnel, quand j’ai mon aînée qui sautille sur mon genou droit, et que ma cadette colorie mon pied gauche. Donc la règle pour moi, c’est de cloisonner hermétiquement les temps. Beaucoup plus que si j’étais salariée. Changer les pratiques managériales, pas si simple ? Les salariés et les directions des ressources humaines ne semblent pas très en phase, à en croire l'édition 2012 de l'enquête Climat social menée par Cegos. Voir le compte-rendu qu'en faisait hier Le Monde, qui titre Climat social : salariés et dirigeants vivent-ils dans les mêmes entreprises ? Parmi les points de vue divergents, on notera par exemple que 37 % des salariés estiment les règles d'attribution des formations claires, contre 64 % des DRH. Ou encore que les premiers sont 30 % à juger les rémunérations équitables, contre 58 % pour les seconds. Divergences encore, mais cette fois dans l'autre sens, lorsqu'on interroge les uns et les autres sur les pratiques managériales, les salariés ayant un point de vue davantage positif que les DRH sur les managers de proximité.

Related: