background preloader

Quand l’Islande réinvente la démocratie

Quand l’Islande réinvente la démocratie
Related:  aspect démocratique

Politique de la peur. La démocratie impossible Philosophe et urbaniste, Paul Virilio, est connu pour être le penseur de la vitesse et de la technologie. Dans ce livre-entretien, L’administration de la peur, il pose la question de la multiplicité de nos peurs contemporaines. Causes et conséquences. Comment en est-on arrivé là ? La bombe atomique nous a d’abord appris que la mort pouvait frapper globalement, partout et à n’importe quel moment. Deuxième évolution, la bombe informatique ou l’action des médias de masse modifie le rythme des actualités et le rapport à la peur. Pour Paul Virilio, la troisième évolution se trouve justement du côté de ce qu’il appelle "la bombe écologique" : tsunami en 2004 et Katrina aux Etats-Unis en 2005, changement climatique. Pour Paul Virilio un moment essentiel de la réflexion sur l’espace et la peur est de considérer que la maîtrise du pouvoir est liée à la maitrise de la vitesse.

Quand l'Islande réinvente la démocratie Le 27 mars, une centaine de policiers de la PAF ( police aux frontières) attendaient en gare de Lyon à Paris la descente de 85 réfugiés syriens dont 41 mineurs afin de leur signifier un arrêté de reconduite à la frontière ... En automne dernier Hollande déclarait que la France accueillerais 500 syriens ! Comment un chef d’état peut-il donné un chiffre par avance, sans tenir compte des circonstances, des réfugiés, du nombre de mineurs par exemple arrivés jusqu’ici. Non, ce n’est pas le printemps, qui est responsable du taux de pollution ! Horreur de la peine de mort. pour faire céder Ayrault ! C’est sous le soleil de ce 1er février, que la manifestation de soutiens aux espagnol-es pour le droit à l’avortement, c’est déroulée. manifestation mercredi 29 janvier 17h odéonMercredi 29 janvier à 17 heures une manifestation est prévue par les signataires de cet appel Métro Odéon. En Uruguay comme au Colorado ou dans l’état de Washington, ça y est, le cannabis est légal !

Chamboulons l’hémicycle La démocratie est malade, la démocratie est en train de crever. Je n’ai pas l’intention de vous faire un billet de 20 km de long qui expliquerait en détail tous les organes atteints. Tout le monde sait que l’exemple vient d’en haut (enfin, en l’occurrence d’en bas), et qu’en premier lieu notre Président de la République est une telle caricature de dévoiement de la démocratie… Tout le monde sait aussi que la presse ne fait pas son travail, mais se contente ultramajoritairement de servir au quotidien une soupe libérale et croissanciste, en persuadant les lecteurs/auditeurs/téléspectateurs que c’est la normalité, les conditionnant à tel point qu’ils vont à leur tour répandre les mêmes billevesées, et même vilipender les moins atteints qui tentent de leur faire croire qu’il y aurait une alternative… Vous êtes vous demandé comme moi comment des gens qui sont censés nous représenter pouvaient au contraire se mettre à défendre d’autres intérêts, parfois totalement opposés aux nôtres ?

Intersquat de Paris Le tabou de l'argent du pouvoir Brèves · 21 jan. 2008 à 23:40 Dans une démocratie, la transparence a des limites. Dès qu'il s'agit des questions de l'argent du pouvoir, l'opacité la plus complète est la règle. C'est seulement en période de cohabitation ou quand la presse révèle quelques scandales politico-financiers que le pouvoir se retrouve contraint de revoir ses modes de financement. Par exemple, c'est à l'initiative de Lionel Jospin que les fonds secrets ont été officiellement supprimés, mettant fin à une période où les conseillers étaient rémunérés en argent liquide, sans aucun contrôle. Ce sont les révélations du Canard Enchaîné sur le logement de luxe du ministre de l'économie de l'époque, Hervé Gaymard, qui ont poussé le gouvernement à mieux encadrer les conditions d'attribution de logements de fonction. Les candidats aux élections présidentielles promettent toujours plus de transparence. L'omerta qui règne sur ces questions d'argent complique le travail d'investigation des journalistes.

Birgitta Jonsdottir : « L’Islande peut être le laboratoire de la démocratie » Birgitta Jónsdóttir en 2011, devant le parlement islandais (Halldor Kolbeins/AFP/Getty Images) (De Reykjavik) Chômage en baisse rapide, croissance qui accélère... L’Islande se remet plutôt bien de la crise financière qui l’a mise à terre en 2008 : ses trois banques s’étaient effondrées, la couronne avait plongé, le PIB avait chuté de plus de 10% pendant deux ans. Les Islandais ont vite repris leur destin en main, forçant la chute du gouvernement (dominé par la droite), élisant un gouvernement de centre-gauche et mettant sur les rails un nouveau texte constitutionnel, selon un processus original. Derrière plusieurs des récentes initiatives démocratiques islandaises, on retrouve une femme hors du commun : Birgitta Jonsdottir, 45 ans, se définit comme une « anarchiste pratique », « poéticienne plus que politicienne ». Elle était de toutes les manifestations pour faire tomber le gouvernement conservateur, considéré comme responsable de la crise. Le mariage gay en Islande Exactement.

Quand les pirates inventaient la démocratie et l’assurance maladie » Article » OWNI, Digital Journalism Dès le XVIe siècle, les pirates ont instauré des régimes d'autogestion démocratiques, dont certains principes, comme l'assurance maladie, mirent des siècles à retrouver la terre ferme. Le 28 juillet 1609, une simple tempête jetée sur les premiers bateaux de la conquête anglaise a suffi à percer un trou dans le merveilleux projet de la Couronne : envoyé comme ses confrères pour alimenter en « bras frais » la colonie nouvelle de Virginie, le Sea Venture fut précipité sur une île paradisiaque des Bermudes, sans qu’aucun de ses habitants ne périsse. Or, dans ces contrées inexplorées, riches et pauvres Britanniques découvrirent le mode de vie oisif et heureux d’une poignée d’Indiens caraïbe pour lesquels la propriété privée, pas plus que le travail ou la faim, n’existait (presque) pas. Les débuts du capitalisme anglais : la dictature maritime À l’époque où commence l’aventure maritime de l’Angleterre, le pouvoir doit faire face à un phénomène nouveau : l’exode rural.

/ free the words / bibliothèque du futur? La démocratie représentative n'est pas une démocratie - Puissance Plume Sommaire La démocratie représentative c'est quoi ? La démocratie représentative a été introduite conjointement par la constitution américaine et la Révolution française à la fin du XXVIIIè siècle. Adam Smith aux USA disait clairement : "nous ne voulons pas de la démocratie, nous ne voulons pas que le peuple décide. Il nous faut une structure qui protège les riches des pauvres". C’est ainsi que s’est définie la démocratie représentative : "tu choisis qui te domine, qui décide à ta place", ca donne l’impression de décider de quelque chose. Voici un paragraphe concernant les pères fondateurs dans le livre de Foutopoulos, "VERS UNE DÉMOCRATIE GÉNÉRALE." L´emergence de la "démocratie" représentative Pour assister à la naissance de la "démocratie" représentative, nous devons revenir au dernier quart du XVIII ème siècle : c´est alors que les Pères Fondateurs de la Constitution américaine l´ont littéralement inventée. […]. Les origines du gouvernement représentatif Talleyrand. Les deux pyramides

Islande : la “sagesse des foules” au secours de la Constitution Gudrun Petursdottir, présidente du Comité constitutionnel d’Islande, est venue sur la scène de Lift France nous présenter le projet assez étonnant de révision de la Constitution en cours en Islande. Comme tout le monde le sait, l’Islande a subi de plein fouet la crise économique de 2008. L’une des conséquences de ce séisme économique a été une profonde remise en cause du système politique traditionnel et le lancement d’un vaste processus de réécriture participative de la Constitution, qui attend aujourd’hui sa ratification par le Parlement. Image : Gudrun Petursdottir sur la scène de Lift, photographiée par Loup Cellard pour la Fing. L’Islande, nous a rappelé Gudrun Petursdottir dans sa présentation, est une république assez jeune. Cette intrusion des nouveaux moyens de communication dans l’espace public a inspiré le processus de révision de la Constitution actuellement en cours en Islande. « Pour arriver à un changement, il fallait donc impliquer le public. »

Politics Pour la plupart des gens, la politique, ça se résume à de foutus combats des chefs entre des Sarko-pas-beaux et des Ségolène-la-vilaine que l’on tranche, de temps à autre, d’un négligent bulletin de vote. Et après, on s’étonne que le petit peuple se désintéresse de la chose publique ! C’est tellement vrai que mon blog, au départ classé dans les blogs politiques, a fini dans les blogs société. Parce que je n’y parle pratiquement jamais des petites manœuvres d’appareils, du jeu de chaises musicales mis en scène par les peoplelitiques, les petites phrases assassines, les grandes stratégies d’accès au pouvoir et sa médiocre réalité quotidienne. Franchement, savoir qui, de la brochette de clowns complaisamment mis en scène depuis des années par des médias serviles, va servir la soupe aux forces de l’argent lors de la prochaine passation de la louche en or, ça intéresse qui ? Tout est politique Si tu ne t’intéresses pas à la politique, elle, elle s’intéresse toujours à toi.

Brixton veut soutenir son économie avec une monnaie locale Un des enjeux majeurs pour les villes réside dans le maintien d’une activité commerciale in situ. A la fois pour des raisons économiques et écologiques. Demain, la ville durable fera ses courses en centre ville, et à vélo s’il vous plait ! Pour y parvenir, Brixton, un quartier du sud de Londres, explore la piste de la monnaie locale et bat son « Brixton Pound » depuis septembre 2009. Le principe de la monnaie locale, non soutenue par un état, n’est pas nouveau. Relancer par la demande Brixton souhaite donc conserver sur son territoire le maximum de valeur ajoutée en multipliant les échanges commerciaux. Bien sûr, il est toujours possible de convertir ses Brixton Pounds en Livres Sterling (le taux de change est de un pour un) pour aller dépenser son argent ailleurs… et pourtant cela semble fonctionner. Olive Morris, James Lovelock, C L R James, et Vincent Van Gogh, les héros "locaux" de Brixton Les économistes sont sceptiques Regardons un peu le dessous des cartes. Pour aller plus loin :

Presse : rendre aux journalistes la liberté d'écrire pour m La presse écrite est dans l’oeil du cyclone, comme tant d’autres secteurs, à vrai dire. La crise nous a tous rattrapés, soudainement, brutalement. L’écran sauvera-t-il l’écrit, ou l’inverse, en pleine mode du « reverse publishing », ces sites web qui font leur entrée en kiosque ? Aucun modèle économique miracle n’est encore sorti de la lampe à huile web. La presse écrite, qui navigue à vue, semble souffrir du syndrome de Christophe Colomb, qui cherchait le Japon et trouva l’Amérique : à la veille d’aborder des rivages inconnus, elle n’ose pas reconnaître que sa destination finale n’aura sans doute strictement rien à voir avec celle de départ. Quel avenir dessiner pour notre métier alors que les lecteurs boudent les kiosques et que les annonceurs disparaissent ? Faute de savoir, de vouloir se remettre en cause, se repenser elle-même, la presse écrite semble trop souvent se contenter d’être maintenue sous respiration artificielle à coups de subventions.

Related: