background preloader

Islande : la “sagesse des foules” au secours de la Constitution

Islande : la “sagesse des foules” au secours de la Constitution
Gudrun Petursdottir, présidente du Comité constitutionnel d’Islande, est venue sur la scène de Lift France nous présenter le projet assez étonnant de révision de la Constitution en cours en Islande. Comme tout le monde le sait, l’Islande a subi de plein fouet la crise économique de 2008. L’une des conséquences de ce séisme économique a été une profonde remise en cause du système politique traditionnel et le lancement d’un vaste processus de réécriture participative de la Constitution, qui attend aujourd’hui sa ratification par le Parlement. Image : Gudrun Petursdottir sur la scène de Lift, photographiée par Loup Cellard pour la Fing. L’Islande, nous a rappelé Gudrun Petursdottir dans sa présentation, est une république assez jeune. Cette intrusion des nouveaux moyens de communication dans l’espace public a inspiré le processus de révision de la Constitution actuellement en cours en Islande. « Pour arriver à un changement, il fallait donc impliquer le public. » Related:  L'Islande et sa gestion de "la crise"aspect démocratique

La Constitution participative islandaise soumise à référendum Terrassée par la crise financière de 2008, l'Islande panse ses plaies. Sur le plan économique, le pays a procédé à la dévaluation de sa monnaie, relançant ainsi ses exportations, et à la nationalisation des principales banques pour éviter un effondrement du secteur bancaire. Si la situation tend désormais à s'améliorer, le pays reste convalescent et un long chemin reste à parcourir sur la voie de la guérison. Sur le plan politique, l'Islande a engagé une refonte de sa Constitution afin d'empêcher la réitération de la crise financière. Les travaux de l'Assemblée constituante sont désormais terminés. Six questions sont posées au peuple islandais sur la nouvelle Constitution, qui peut être lue ici. Au-delà de la révision de la Constitution, c'est le processus choisi par l'Assemblée constituante pour travailler qui s'est révélé intéressant. Une page Facebook a ainsi été ouverte, tout comme un compte de photos Flickr, une chaîne sur YouTube et un profil sur Twitter.

Birgitta Jonsdottir : « L’Islande peut être le laboratoire de la démocratie » Birgitta Jónsdóttir en 2011, devant le parlement islandais (Halldor Kolbeins/AFP/Getty Images) (De Reykjavik) Chômage en baisse rapide, croissance qui accélère... L’Islande se remet plutôt bien de la crise financière qui l’a mise à terre en 2008 : ses trois banques s’étaient effondrées, la couronne avait plongé, le PIB avait chuté de plus de 10% pendant deux ans. Les Islandais ont vite repris leur destin en main, forçant la chute du gouvernement (dominé par la droite), élisant un gouvernement de centre-gauche et mettant sur les rails un nouveau texte constitutionnel, selon un processus original. Derrière plusieurs des récentes initiatives démocratiques islandaises, on retrouve une femme hors du commun : Birgitta Jonsdottir, 45 ans, se définit comme une « anarchiste pratique », « poéticienne plus que politicienne ». Elle était de toutes les manifestations pour faire tomber le gouvernement conservateur, considéré comme responsable de la crise. Le mariage gay en Islande Exactement.

Comment l'Islande traque ses "néo-vikings" de la finance, responsables de la crise Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Charlotte Chabas Avant la crise économique, Olafur Hauksson était commissaire de police à Akranes, petit port de 6 500 habitants planté au bout d'une péninsule glacée, à une cinquantaine de kilomètres de Reykjavik. Les plus grosses enquêtes de sa carrière concernaient quelques meurtres et viols commis dans la région. Le reste du temps, sorti de son commissariat, il aimait profiter de sa famille et pêcher la truite argentée dans les rivières islandaises. Aujourd'hui, la taille de ses prises a changé. Jusqu'à l'été 2008, les économistes ne tarissaient pourtant pas d'éloges sur le "miracle" islandais. Mais à la fin de l'été 2008, la bulle islandaise explose, conséquence de la crise des subprimes américaine. Depuis cette date fatidique, l'Islande a connu des jours troubles. Les élections législatives anticipées portent la gauche au pouvoir. A ce jour, quelques condamnations ont déjà été prononcées. D'autres attendent encore de passer devant la justice.

Quand l'Islande réinvente la démocratie Le 27 mars, une centaine de policiers de la PAF ( police aux frontières) attendaient en gare de Lyon à Paris la descente de 85 réfugiés syriens dont 41 mineurs afin de leur signifier un arrêté de reconduite à la frontière ... En automne dernier Hollande déclarait que la France accueillerais 500 syriens ! Comment un chef d’état peut-il donné un chiffre par avance, sans tenir compte des circonstances, des réfugiés, du nombre de mineurs par exemple arrivés jusqu’ici. Non, ce n’est pas le printemps, qui est responsable du taux de pollution ! Horreur de la peine de mort. pour faire céder Ayrault ! C’est sous le soleil de ce 1er février, que la manifestation de soutiens aux espagnol-es pour le droit à l’avortement, c’est déroulée. manifestation mercredi 29 janvier 17h odéonMercredi 29 janvier à 17 heures une manifestation est prévue par les signataires de cet appel Métro Odéon. En Uruguay comme au Colorado ou dans l’état de Washington, ça y est, le cannabis est légal !

Iceland Was Right, We Were Wrong: The IMF VANCOUVER (Silver Gold Bull) -- For approximately three years, our governments, the banking cabal, and the Corporate Media have assured us that they knew the appropriate approach for fixing the economies that they had previously crippled with their own mismanagement. We were told that the key was to stomp on the Little People with "austerity" in order to continue making full interest payments to the Bond Parasites -- at any/all costs. Following three years of this continuous, uninterrupted failure, Greece has already defaulted on 75% of its debts, and its economy is totally destroyed. The UK, Spain and Italy are all plummeting downward in suicide-spirals, where the more austerity these sadistic governments inflict upon their own people the worse their debt/deficit problems get. Ireland and Portugal are nearly in the same position. What was Iceland's approach?

L’Islande ne plaisante pas avec la loi. Voilà ce qui arrive aux banquiers de la crise ! Radical. Ce mois-ci, l’Islande vient encore d’envoyer trois banquiers de plus en prison ! Ce qui porte à 26 le nombre de financiers islandais condamnés à vivre derrière les barreaux depuis 2012. 26 ! On les accuse d’avoir plongé le pays dans la crise de 2008. Mais, pourtant, cette crise financière était internationale. Alors, pourquoi les banquiers islandais sont-ils les seuls à payer ? Cumulées, les 26 condamnations représentent 74 années de prison ! Pour résumer, tous ces gens se sont rendus coupables de manipulations illégales sur les marchés financiers après la dérégulation du secteur en 2001. Ces fraudes, les Islandais ne les ont jamais pardonnées. Contrairement aux autres pays victimes de la crise (eux aussi malmenés et endettés), l’Islande a donc décidé de trouver les coupables et de les faire payer. Olafur Ragnar Grimmson est le président de l’Islande. « Nous avons été assez sages pour ne pas suivre les préceptes traditionnels qui sont ceux de la finance occidentale depuis 30 ans.

Les banquiers détestent l’Islande A force d'enquêtes judiciaires, l'île aux volcans a fait drastiquement diminuer ses dettes. Etonnant non? La crise financière mondiale, attisée localement par la cupidité aussi surprenante que hors norme des banquiers islandais, a bien failli rayer l’île de la carte en 2008. Aujourd’hui c’est du côté de Reykjavik - que l’agence de notation Fitch a d’ailleurs relevé d’un cran à la mi-février - et qui a renoué avec la croissance en 2011 jusqu’à tabler sur un taux de 2,7% pour 2013 avec une balance commerciale redevenue excédentaire, que se déroule une véritable révolution dans l’indifférence quasi générale des médias européens. Petit rappel d’islandais pour les nuls : C’est en 2008 que le phénomène a pris naissance. A l’époque, la Couronne Islandaise était sur le point de rejoindre l’épave du Titanic. En avril 2009 une nouvelle coalition de socialistes et d’écologistes prend les choses en mains sous la conduite de Johanna Siguroardottir, nouvelle Premier Ministre. Des banquiers à l’amende

Pourquoi l’Islande met les banquiers en prison et pas les autres pays Imaginez le patron de la deuxième banque française condamné à 12 mois de prison dont trois ferme… Impossible en France, mais pas en Islande. C'est ce qui est arrivé ce mercredi à l'ancien directeur général de Landsbanki, la deuxième banque islandaise jusqu'à l'effondrement du secteur financier du pays en 2008. Deux autres cadres de la banque ont été condamnés à de la prison pour avoir participé à la même magouille. Il leur est reproché d’avoir manipulé le cours de Bourse des actions de la banque. Pourquoi donc l’Islande arrive à envoyer les patrons de banque en prison et pas les autres pays? La crise a plongé le pays dans le chaos Si ce petit pays est aussi sévère à l’égard de ses banquiers, c’est d’une part parce que la crise financière y a été d’une violence inouïe par rapport aux autres pays. "La crise a été beaucoup plus dramatique qu’ailleurs. Selon l'économiste, si la crise a été d’une telle violence, c’est parce que le secteur financier était démesuré.

Le FMI félicite l’Islande pour son bras d’honneur aux banquiers Toute honte bue, l’économiste en charge de l’Islande au FMI admet que les insulaires ont fait le bon choix en refusant d’appliquer les cures d’austérité habituellement prescrites par les équipes de Christine Lagarde… Décodé, le style télégraphique du titre de l’article du 13 août de businessweek.com est éloquent : « Le FMI déclare que le plan de sauvetage à la manière Islandaise fournit des leçons pour les temps de crise ». L’article fait référence à l’interview récemment accordée à Bloomberg par la charmante Daria Zakharova, chef de la mission économique en charge de l’Islande au sein du FMI, qui tire les enseignements du « surprenant et puissant rétablissement » de sa « protégée ». Maniant une langue de bois bien compréhensible compte tenu du contexte déjà évoqué par Bakchich à 2 reprises, Zakharova a bien sûr omis de rappeler à son interlocuteur, le sort un brin expéditif réservé par les autorités locales, aux banksters locaux à l’origine du naufrage du pays. L'Europe attendra

Très populaire, le Parti Pirate est en position de gouverner en Islande - Politique En Islande, le Parti Pirate caracole en tête des sondages et ne cesse des battre des records. A un an des élections, le parti enregistre 42 % des intentions de vote, ce qui lui permettrait de gouverner. L’Islande deviendra-t-elle le premier pays au monde dirigé par des Pirates ? Depuis près d’un an, le Parti Pirate islandais arrive systématiquement en tête dans les sondages de la petite île nordique, et les électeurs semblent plus disposés que jamais à donner leur confiance à la jeune formation politique. Selon un sondage publié par le quotidien Fréttablaðið et Channel 2, le Parti Pirate caracole désormais à près de 42 % d’intentions de vote, ce qui ferait de lui — et de très loin — le premier parti politique d’Islande. Avec 42 % dans les sondages, le Parti Pirate fait pas loin du double du Parti des Indépendants,qui arrive en deuxième position à 23,2 % d’intentions de vote. La semaine dernière, un sondage MMR avait placé le Parti Pirate à 34,9 % des voix. Lire

Islande, chez les sans-culottes en laine polaire Stylo-feutre à la main, Ragnar Arnason trace à grands traits énergiques sur une feuille de papier la courbe de croissance du PIB islandais. Et, avec un plaisir non dissimulé, ce professeur d'économie à l'université de Reykjavik s'applique à souligner le contraste saisissant entre cette pente ascendante et l'effondrement des grands voisins européens, en particulier ceux du Sud, comme la Grèce et l'Italie. Impensable mais vrai : l'Islande, première victime du krach, est sortie de la récession en un temps record. Que n'a-t-on pas entendu sur ce pays de 320 000 habitants niché le long du soixante-sixième parallèle nord, que le blizzard cisaille plusieurs mois par an ? Vilipendée par ses voisins européens - les Anglais ont brandi une loi antiterroriste pour geler un temps les avoirs bancaires islandais -, montrée du doigt par la communauté internationale, menacée par le FMI de gel de ses crédits, toujours sous le coup de poursuites judiciaires, l'Islande n'a rien lâché.

Panama Papers. Le Premier ministre islandais démissionne Des milliers d’Islandais étaient descendus dans la rue pour réclamer la démission de Sigmundur David Gunnlaugsson après les révélations montrant qu’il avait des actifs cachés dans des sociétés offshore. Mardi 5 avril en fin d’après midi, il a annoncé sa démission. Il aura fallu mois de 48 heures pour que les Panama Papers fassent tomber une première tête. Le Premier ministre islandais, Sigmundur David Gunnlaugsson, vient de donner sa démission, annonce The Guardian. “Son départ doit encore être accepté par ses partenaires politiques, ou par le président”, précise le quotidien. Les informations contenues dans les Panama Papers ont montré que le Premier ministre islandais avait possédé, avec sa femme, une entreprise domiciliée dans les îles Vierges britanniques. Au lendemain de ces révélations, l’opposition a immédiatement préparé une motion de censure contre le gouvernement.

Related: