background preloader

Conséquences de la fonte des glaces - CLIMAT, Une enquête aux pôles - CNRS - sagascience :

Pourquoi se rendre aux pôles pour y étudier le climat ? Comment les recherches s’y organisent-elles ? Quels sont les domaines scientifiques concernés ? Comment vit-on aux pôles ? Autant de questions auxquelles cette animation donne des éléments de réponse, de façon vivante et ludique, à travers de nombreux films, photos, interviews et textes. Voir l'animation Augmentation du niveau des océans Au cours des deux derniers millions d’années, le niveau de la mer a varié de façon périodique au gré des alternances de périodes glaciaires et interglaciaires. Au cours du 20e siècle une nette augmentation de ce niveau est clairement détectée. Fonte des glaces terrestres La banquise, qui est de l’eau de mer gelée, flotte sur la mer. Contrairement à la fonte de la banquise, la fonte des glaces d'eau douce, c’est-à-dire des calottes glaciaires et des glaciers, contribue à la montée du niveau de la mer. Modification des courants océaniques De nouvelles routes maritimes au pôle Nord Related:  Mer Arctique

Fonte record de la banquise arctique en 2012 La banquise arctique a fondu à une vitesse record en 2012, « un signe inquiétant du changement clima­tique », selon l'Organisation météorologique mondiale. L'année 2012 se classe parmi les dix années les plus chaudes jamais observées depuis les premiers relevés de températures effectués en 1850, a confirmé jeudi l'OMM (Organisation météorologique mondiale). Mais, pour l'agence de l'ONU, le fait climatique le plus significatif de l'année écoulée est sans conteste la «fonte record» de la banquise arctique. À la mi-septembre, elle a atteint «le niveau le plus bas de son cycle annuel, avec 3,41 millions de kilomètres carrés», précise-t-elle. Pour avoir de bonnes nouvelles, il fallait l'an dernier regarder du côté du pôle Sud. Hausse du niveau des océans Cette situation correspond à «un signe inquiétant du changement clima­tique», estime Michel Jarraud, le président de l'organisation. Il cite ainsi la hausse du niveau des océans.

La banquise arctique ne cesse de diminuer : 2018, 2e record de fonte après 2017 La banquise arctique poursuit sa régression : le 17 mars 2018, son étendue maximale était de seulement 14,58 millions de km², le deuxième plus faible record enregistré depuis près de 40 ans. Chaque année, la couverture de glace de mer recouvrant l'océan Arctique et les mers environnantes s'épaissit et s'étend pendant l'automne et l'hiver, atteignant son maximum annuel entre la fin février et le début avril. Puis, la glace fond en partie au printemps et en été jusqu'à ce qu'elle atteigne son minimum annuel en septembre. Or, au cours des dernières décennies, la glace de mer arctique a diminué au cours des saisons de croissance et de fonte, au point qu'un record de fonte a été établi le 7 mars 2017 avec seulement 13,98 millions de km² de banquise mesuré par satellite. Selon les données du GISS de la NASA, depuis les années 1990, l'Arctique se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne planétaire. La fonte de la banquise augmente-t-elle le niveau des océans ? Droits de reproduction du texte

Réchauffement climatique : nouveau rapport alarmant du GIEC Le deuxième volet du nouveau rapport du groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat assombrit encore un peu plus les perspectives de la planète au XXIe siècle. Sécheresses, inondations, maladies, migrations, pénuries alimentaires, risques de conflit, etc. : le deuxième volet du cinquième rapport du groupe intergouvernemental d'experts de l'ONU sur l'évolution du climat (GIEC), publié lundi 31 mars, recense les impacts déjà observables du changement climatique. Selon ce texte du GIEC, résultat d'un immense travail de lecture et de compilation de douze mille publications scientifiques, le changement climatique a eu ces dernières décennies des impacts « sur tous les continents et dans les océans », essentiellement sur les systèmes naturels. Dans de nombreuses régions, le changement dans les régimes de précipitations et la fonte des neiges et des glaciers ont modifié les systèmes hydrauliques, « affectant les ressources en eau en quantité et en qualité ».

L’Arctique fond, fond, fond et bouleverse le climat La banque Arctique se forme sur l’océan. En fondant, elle laisse à place à la surface de l’océan qui absorbe davantage les rayons solaires et amplifie le réchauffement © NASA La banquise a une influence climatique. En cause ? C’est en grande partie pour cette simple raison que les températures s’élèvent 2,5 fois plus vite en Arctique que dans le reste du monde. Pourquoi ce phénomène va-t-il s’amplifier ? Il fait plus chaud en Arctique à toutes les saisons. Evolution annuelle de la banquise arctique de 1980 à 2013. Parallèlement à la baisse de son étendue, la glace devient plus jeune et plus fine. Un nouveau record de fonte des glaces a été observé en 2012 avec une banquise ne recouvrant plus que 3,41 millions de kilomètres carrés au 16 septembre. Quel impact en Europe ? Un lien atmosphérique est proposé entre le recul de la glace de mer en Arctique et la sévérité des hivers froids en Europe. Toutefois, la météo de l’Europe de l’Ouest ne dépend pas que de cette influence arctique.

Réchauffement climatique : fonte record de la banquise arctique en 2016 (MAJ) Sur les premiers mois de l'année 2016, la banquise arctique a enregistré des fontes record. De nouvelles données, portant cette fois sur l'âge des glaces qui la constituent, semblent ajouter encore aux inquiétudes quant à sa capacité à survivre au réchauffement climatique. Time-lapse surprenant de l'évolution de la banquise Découvrez en vidéo l'évolution de la banquise arctique entre fin mars et la mi-août 2016. « Au fil des années, nous observons que les glaces les plus âgées ont tendance à disparaître de la banquise arctique. » C'est ce que nous apprend aujourd'hui Walt Meier, un spécialiste de la question au Nasa Goddard Space Flight Center de Greenbelt (États-Unis). En effet, chaque hiver, de la glace se forme sur la banquise arctique. La glace ancienne de la banquise fond Si Walt Meier est aussi catégorique, c'est qu'il s'appuie sur des mesures réalisées notamment par des satellites micro-onde passifs. Les six premiers mois de 2016 sont les plus chauds depuis 1880

La sécheresse : causes et conséquences ...Très bonne année 2017 dans le respect des autres, du vivant et de notre environnement... www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre Les sécheresses font plus de victimes et provoquent plus de déplacements de populations que cyclones, inondations et séismes réunis. Ces catastrophes naturelles, moins spectaculaires, sont pourtant moins médiatisées. Depuis les années 1970, les superficies touchées par la sécheresse ont doublé, et ce sont souvent les femmes, les enfants et les personnes âgées qui payent le plus lourd tribut. A ce jour, 168 pays (sur 197) se disent touchés par la désertification, processus de détérioration des sols dans les régions arides qui se répercute sur la production alimentaire et qui est exacerbé par la sécheresse. Sécheresse : définition D'après la définition des climatologues, on parle de sécheresse lorsqu'il n'y a pas eu de précipitations sur une zone pendant une longue période. Les différents types de sécheresse Notes

Hiver froid : la faute à la banquise arctique INFOGRAPHIE - Le réchauffement de l'océan Arctique pourrait faciliter les descentes d'air polaire sur l'Europe. Le froid qui sévit dans le nord de la France depuis le début du mois de janvier et qui devrait encore se prolonger pendant plusieurs jours est-il lié au réchauffement climatique? Les épisodes neigeux exceptionnels qui ont balayé à plusieurs reprises le nord des continents américain et européen sont-ils, eux aussi, le résultat de l'augmentation globale des températures? En 1979, début des mesures satellitaires, la glace couvrait environ 7 millions de kilomètres carrés d'océan durant l'été. Bétail prisonnier de la neige La réduction de la banquise arctique, qui atteint son maximum en septembre-octobre, accentue le réchauffement de l'océan Arctique. Ce phénomène serait à l'origine des épisodes de grand froid et de fort enneigement qui ont marqué le mois de mars en Europe du Nord et sur le continent nord-américain. La théorie est séduisante.

La fonte des glaces en Arctique se fait désormais au rythme le plus rapide depuis au moins 1500 ans Atlantico : En moins de vingt ans, l'Arctique a perdu 1,6 millions de km2 de glace. Comment expliquer cette accélération manifeste de la fonte des glaces et la fin du permafrost en région Arctique ? Quels sont les risques ? Etendue de la glace de mer (en km²) Copyright : NOAA Étendue mensuelle moyenne de la glace de mer dans l'Arctique entre janvier 1979 et 2018 (en millions de km&) Copyright: NSIDC Nicolas Imbert : Le dérèglement climatique est maintenant constaté depuis plusieurs dizaines d'années. Ces millions de kilomètres carrés qui fondent sont catastrophiques, non seulement par rapport aux habitats naturels des ours polaires qui ne sont plus en état d'assurer leur survie, mais aussi et surtout par leur impact sur l’activité planctonique, et l’effet révélateur et accélérateur qu’ils jouent dans le dérèglement climatique. Quelles sont les conséquences directes de cette diminution sur le reste de la planète (montée des eaux, risques pour les villes côtières…) ? Lire ou relire plus tard

Related: