background preloader

Site n° 4 : Le 5ème rapport du GIEC décrypté

http://leclimatchange.fr/

Related:  Controverse sur le réchauffement climatiqueECO 1.2 histoire des faits économiques 2/2changement climatique : ressourcesDébat réchauffement climatiqueMigrants climatiques : origines et conséquences

Site n° 1 : Dérèglements climatiques Qu'est-ce que l'effet de serre ? A l'origine, l'effet de serre est un phénomène naturel. Comme son nom l'indique, il fait de la Terre une serre, au même titre qu'une serre de jardinier. La chaleur du Soleil rentre dans la serre. Réflexions sur la société post-industrielle - Daniel Cohen - 2006 par Daniel Cohen, professeur de sciences économiques à l’Ecole Normale Supérieure Lors de la séance du 23 octobre 2006 de l’Académie des sciences morales et politiques, l’économiste Daniel Cohen donnait une communication sur le thème : Réflexions sur la société post-industrielle. Professeur de sciences économiques à l’Ecole Normale Supérieure, directeur du CEPREMAP, le Centre pour la recherche économique et ses applications, il est aussi l’auteur de "Trois leçons sur la société post-industrielle", publié au Seuil, en 2006. Daniel Cohen constate que nous avons quitté la société industrielle née entre 1913 et 1973, "un bref XXè siècle", où le mode de production était lié à un mode de protection. Chacun réfléchissait de manière solidaire.

Désertification, un enjeu du développement durable [dossier] Tous publicsAgriculture - alimentation,Environnement - développement durable - énergies,Habitat - territoire - transports,Médecine - santé,Sciences de la TerreDéficients visuels,Sourds,Malentendants,Mobilité réduite,Handicap mental Les problèmes de désertification, de dégradation des terres et de sécheresse, ont longtemps été présentés comme une avancée naturelle du désert, liée aux variations climatiques à long terme. Le processus est beaucoup plus complexe. Il doit s'envisager dans un contexte de développement durable et d'éradication de la pauvreté (Rio+20 en juin 2012). 2010-2020 est la décennie des Nations Unies pour "les déserts et la lutte contre la désertification " et le 17-juin, la Journée internationale de lutte contre la désertification et la sécheresse.

Réchauffement : décryptage d’une image de climato-sceptiques L’image souvent présentée par les sceptiques pour annoncer fièrement que le réchauffement s’est arrêté il y a une quinzaine d’années ne serait-elle pas bidon ? Par Acrithène. Les libéraux ont raison d’être sceptiques quant à la thèse du réchauffement climatique. Pour la raison suffisante qu’il faut, dans le domaine scientifique, toujours être sceptique. Quatre idées reçues sur les réfugiés climatiques Ils habitent loin, ils traversent les frontières, ils vont envahir les pays du Nord... A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, vendredi 5 juin, francetv info se penche sur la question des réfugiés climatiques et met à mal quatre idées reçues. 1Ils vivent dans les pays du Sud

Site n° 2 : Changement climatique ? Finalement c’est bien le Soleil… Par jacques Henry. Du nouveau sur le réchauffement climatique Bref, toute cette entrée en matière pour dire que cet article paru dans Nature risque de faire grand bruit parce qu’il remet en cause les théories extravagantes clamées à grands coups de prix Nobel (Al Gore et le GIEC) et de déclarations tonitruantes des ONG du genre Greenpeace et autres WWF ou Sierra Club pour répandre la peur planétaire d’un hypothétique réchauffement climatique. Je m’explique : quand le soleil fait une petite sieste, comme par exemple entre deux cycles d’activité, celle-ci dure environ 11 ans. Le flux des particules émises par le soleil en direction de la Terre diminue d’intensité et donc le champ magnétique terrestre protège moins bien l’atmosphère des rayons cosmiques galactiques.

Exposition aux risques climatiques en France [carte] 24 mars 2014 (mis à jour le 8 décembre 2015) Cet indicateur rend compte de l’exposition des populations, en France métropolitaine, aux risques climatiques depuis 1982. En bref Selon les évaluations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les impacts dus aux changements de fréquence et d’intensité des événements météorologiques extrêmes sont susceptibles d’augmenter. « Certains événements et extrêmes météorologiques deviendront plus fréquents, plus répandus et/ou plus intenses pendant le xxie siècle et on dispose de nouvelles connaissances sur les effets potentiels de tels changements. » (GIEC, 2007) Cet indicateur est conçu comme le croisement de la densité de population et du nombre de risques climatiques identifiés comme risques naturels : avalanches, cyclones ettempêtes,feux de forêt, inondations… Les risques considérés ici sont ceux qui sont susceptibles d’être directement ou indirectement influencés par le changement climatique.

Les 1500 milliards du lobby climatique Par Paul Driessen, depuis les États-Unis Pas de réchauffement depuis 18 ans, aucun ouragan de catégorie 3 à 5 n’ayant ravagé les États-Unis depuis 10 ans, une montée des eaux atteignant à peine 15 cm en un siècle : les modèles informatiques et les discours hystériques sont sans cesse contredits par les faits du monde réel. Alors, comment la Maison Blanche, l’EPA, l’ONU, l’UE, le lobby Vert, le lobby éolien, les médias gauchistes, et même Google, GE et les officiels du ministère de la Défense justifient-ils leur fixation sur le changement climatique considéré comme la plus grande crise à laquelle doit faire face l’humanité ? Comment justifient-ils le contrôle par l’État de notre système énergétique, de notre économie et de presque chaque aspect de nos vies, décidant quels emplois seront protégés et ceux qui seront détruits, et même qui doit vivre et qui doit mourir, le tout au nom de la sauvegarde de la planète ?

Pour un prix du carbone équitable et progressif LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Thomas Porcher (Economiste de l’énergie et auteur du livre "20 idées reçues sur l’énergie" (éd. De Boeck, juin 2015)), Thomas Stocker (Professeur de physique climatique à l’université de Berne (Suisse) et co-président du groupe « Sciences » du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)) et Raphaël-Homayoun Boroumand (Economiste de l’énergie et auteur du livre "20 idées reçues sur l’énergie" (éd. De Boeck, juin 2015))

Related: