background preloader

Liste des crises monétaires et financières

Liste des crises monétaires et financières
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Voici, ci-dessous, un ensemble de tableaux récapitulant les crises ayant durablement atteint le monde économique ou financier. On peut constater que leur nombre a explosé depuis 1971, année considérée comme le point de départ d'un ensemble d'évènements qui va engendrer la période d'instabilité financière mondiale que nous connaissons aujourd'hui. Cette instabilité est due à un nombre réduit de facteurs qui a contribué à bouleverser l'économie mondiale entre 1971 et les années 1990 : Un abandon du système de référence du Gold Exchange Standard et de la suprématie du dollar : 1971 : abandon du système du Gold Exchange Standard (qui avait remplacé l'étalon OR en 1931. Ensuite, d'autres facteurs vinrent se greffer à la fin de la reconnaissance des États-Unis comme économie-monde financière : Avant 1971[modifier | modifier le code] 1971-aujourd'hui[modifier | modifier le code] Il est plus exact d'évoquer la "prétendue bulle immobilière espagnole". Related:  Les crises monétaires4.7.3. Crisis

Krach Étymologie[modifier | modifier le code] Causes économiques[modifier | modifier le code] Formation et éclatement des bulles spéculatives[modifier | modifier le code] Impact de l'informatique[modifier | modifier le code] Exemple du flash-Krash du 6 mai 2010, le cours de l'indice en bleu représentant l'indice SP. Aujourd'hui, le phénomène est largement amplifié par l'informatique. Pour contrer ce phénomène, les places boursières comme Paris, Londres, Francfort ou Wall Street ont mis en place des garde-fous comme les coupe-circuits. Les flash krash, chutes brutales observées sur des espaces de temps très faibles, sont symptomatiques de l'influence des programmes informatiques qui renforcent les spirales baissières ou haussières. Impact des ventes à découvert[modifier | modifier le code] Les ventes à découvert peuvent tout aussi bien stabiliser les marchés en contrecarrant les cours excessifs que les amplifier en exagérant une baisse au-delà de son fondement réel. Krach, sur le Wiktionnaire

Loi de Gresham Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La loi de Gresham, du nom du commerçant et financier anglais Thomas Gresham (vers 1519 - 1579), constate que « la mauvaise monnaie chasse la bonne ». En effet lorsque deux monnaies se trouvent simultanément en circulation avec un taux de change légal fixe, les agents économiques préfèrent conserver, thésauriser la « bonne » monnaie, et par contre utilisent pour payer leurs échanges la « mauvaise » dans le but de s'en défaire au plus vite. Cette loi vaut en particulier dans les systèmes monétaires bimétalliques, quoique Thomas Gresham lui-même l'ait formulée à propos de la seule monnaie en argent de son époque, le shilling, dénaturée par un seigneuriage trop important, ce qui avait entraîné la disparition des shillings fondus avant ce seigneuriage. – Aristophane l'évoque déjà dans sa comédie les Grenouilles[1] ; – Nicole Oresme en démontre le mécanisme en 1371[2] ; Le cas du système bimétallique[modifier | modifier le code] ↑ Vers 891-898 ; cf.

Watch High-Speed Trading Bots Go Berserk The animated .gif above shows the rise of high-frequency trading across several U.S. stock exchanges over the last five years. You’ll notice that there’s relatively little activity in 2007, followed by spikes in activity at the opening and close of the market starting in 2008. And then, sometime around the start of 2010, activity becomes much, much more frenetic and erratic. Algorithmic trading lets financial firms to spot and exploit market patterns at lightning speeds. The ascent of high-frequency trading has long been a concern within the financial industry (see “Trading Shares in Milliseconds”). The stock market today is a war zone, where algobots fight each other over pennies, millions of times a second. (Thanks to Tom for the tip).

Blythe Masters Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Blythe Sally Jess Masters (née le à Oxford au Royaume-Uni) est une opératrice de marché de la banque J.P. Morgan & Co. (actuelle JPMorgan Chase) dans le secteur des ressources de base et matières premières de première nécessité (head of global commodities). Biographie[modifier | modifier le code] Elle a reçu une double formation en mathématiques et en finance. Création[modifier | modifier le code] Blythe Masters a été accusée par le journal britannique The Guardian d'être « la femme qui a inventé les armes financières de destruction massive » [1]. Conséquences[modifier | modifier le code] Les CDS pouvant être souscrits librement sur les marchés, ils sont un levier de spéculation à la baisse. Dans la vie courante, cela reviendrait à prendre une assurance sur le véhicule d'un mauvais conducteur pour empocher une prime si celui-ci a un accident[réf. nécessaire]. Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Krach de 1929 La foule se presse devant la Bourse de New York après le krach. Graphe de la valeur du Dow Jones entre octobre 1928 et octobre 1930. Le krach de 1929 est une crise boursière qui se déroula à la Bourse de New York entre le jeudi 24 octobre et le mardi 29 octobre 1929. Cet événement, le plus célèbre de l'histoire boursière, marque le début de la Grande Dépression, la plus grande crise économique du XXe siècle. Les jours-clés du krach ont hérité de surnoms distincts : le 24 octobre est appelé « jeudi noir », le 28 octobre est le « lundi noir », et le 29 octobre est le « mardi noir », dates-clés de l'histoire boursière. Conséquence directe, aux États-Unis, le chômage et la pauvreté explosent pendant la Grande Dépression et poussent quelques années plus tard à une réforme agressive des marchés financiers. Mécanisme[modifier | modifier le code] Le krach de 1929 est consécutif à une bulle spéculative, dont la genèse remonte au début des années 1920. Histoire[modifier | modifier le code]

Thomas Gresham Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Gresham. Sir Thomas Gresham, 1544 (anonyme) Sir Thomas Gresham (env. 1519 - ) était un marchand anglais et surtout un financier qui travailla pour le roi Édouard VI, puis sa demi-sœur, la reine Élisabeth Ire. Biographie[modifier | modifier le code] Il fit ensuite son apprentissage pendant huit ans auprès de son oncle sir John Gresham, lui aussi un négociant, qui créa la Gresham's School à Holt, Norfolk en 1555. Gresham mourut subitement en novembre 1579. Thomas Gresham au service de l’État[modifier | modifier le code] Lorsqu'en 1551, la mauvaise gestion de sir William Dansell, marchand du roi aux Pays-Bas, eut placé le gouvernement anglais dans un grand embarras financier, les autorités demandèrent à Gresham son avis, puis le choisirent pour mettre en œuvre ses propositions. La loi de Gresham[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

The Benefits of Speculation Dr. Block is Senior Economist, The Fraser Institute, 626 Bute Street, Vancouver, B.C., Canada V6E 3M1. Whenever housing prices rise we hear a chorus of complaints blaming the speculator. This view is incorrect. Suppose that in the absence of speculation, the future supply of widgets is as in the Biblical story: seven fat years followed by seven lean. Enter the speculator. The speculator will be seen by people to be selling at high prices in years 8 to 14. But the speculator does far more than merely iron out prices over time. Furthermore, the speculator’s actions in the market signal to all other businessmen that an era of short supply is expected in the future. But, as in the days of yore when the bearers of ill tidings were put to death for their pains, modern day messengers—the speculators—are blamed for the bad news they bring. There is only one possible fly in the ointment. The Market Guards Against Unlimited Profit or Loss 1. 2. 3. 4. The Functions of Speculation

Échec et Mat : le piège en or de Vladimir Poutine Très peu de gens comprennent ce que fait Poutineactuellement. Et presque personne ne comprend ce qu’il va faire dans les temps à venir. Tout aussi étrange que cela puisse paraître, mais d’ores et déjà, Poutine ne vend du pétrole et du gaz naturel russes qu’en échange d’or physique. Poutine ne le crie pas sur les toits. Et bien sûr, il accepte encore les dollars US comme moyen intermédiaire de paiement. Afin de le comprendre, il suffit de regarder la dynamique de croissance des réserves en or de la Russie et de comparer ces données aux revenus d’échanges monétaires de la Fédération de Russie provenant de la vente de pétrole et de gaz naturel sur la même période. En outre, au troisième trimestre les achats par la Russie d’or physique sont au plus haut niveau qu’ils aient jamais atteint. Au total, les banques centrales de tous les pays du monde ont acheté 93 tonnes du métal précieux au troisième trimestre de 2014. Il y a un autre élément intéressant au jeu de Poutine. Dmitry Kalinichenko

Tempêtes boursières de juillet, août et septembre 2011 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les bourses vont connaître un certain nombre de tempêtes boursières en juillet, août et septembre 2011 , qui vont aboutir à l'une des plus sévères baisses de l' Histoire des bourses de valeurs . Ces profonds mouvements baissiers ont été causés par la crainte de voir la reprise économique mondiale s'essouffler après seulement un an de croissance, ce qui déclencherait une aggravation des déficits publics alors que la crise économique de 2008 , la plus profonde depuis 70 ans, les avait déjà creusés subitement. Le krach s'est traduit par une baisse très forte de la plupart des grands marchés boursiers occidentaux, mais répartie sur plusieurs semaines, avec des variations quotidiennes dépassant 6 %. Le contexte économique [ modifier ] La plupart des grands pays industriels ont connu une année de croissance en 2009, mais modeste, qui est loin d'effacer l'ampleur de la récession subie en 2008 . Le contexte financier [ modifier ]

Uriage, l'école des cadres de la Collaboration En abrogeant la République et en proclamant l’État français [1], Philippe Pétain n’ouvre pas « une parenthèse dans l’histoire » [2], mais place au pouvoir des factions actives de la droite française avides de prendre leur revanche aussi bien sur la gauche du Front populaire que sur 1789. Les anciens combattants de la Première Guerre mondiale, les traditionalistes, les insurgés du 6 février 1934 et les « techniciens » [3], en rupture avec le parlementarisme, se disputent les postes politiques. Mais l’État français n’est pas seulement le théâtre d’une confiscation du pouvoir, il est aussi porteur d’un projet idéologique, la Révolution nationale. Cette formule doit en fait être comprise comme désignant une forme de nationalisme contre-révolutionnaire qui entend balayer les acquis de la Révolution universaliste de 1789. Le blason de l’école d’Uriage Philippe Pétain cherche également à créer une structure élitiste capable de former les cadres de la Révolution nationale. Hubert Beuve-Méry

Stop Speculation Now – Black on Black Thought « The SuperSpade This is part of the bi-weekly Black on Black Thought feature. Guess what? Gas is expensive. Well, the argument against excessive speculation, especially on commodities like oil, has brought together groups of citizens, organizations, and companies that often times are at odds with one another. How to stop speculation The big ways to limit the impact of speculation is to regulate, eliminate loopholes, and increase transparency. Re-establish strict position limits on energy commoditiesClose the London LoopholeRegulate “swap trades”, which are related to the “London Loophole”Fully close the Enron LoopholeBring transparency to all energy trading Is this really the problem? Speculation, when regulated, is not necessarily evil. In simple terms, what’s happening is two basic yet sinister phenomena: Oil companies are artificially driving up the price of their own product by betting on high prices in the futures market.As a result of #1, we’re getting gouged at the pump [and everywhere else].

The riddle of Argentina | VOX, CEPR’s Policy Portal Once upon a time, Argentina was a very rich country. There is little disagreement that this time was in the period before WWI. According to della Paolera and Taylor (2003), Argentina’s 1913 level of per capita income (USD 3,797 in 1992 US Dollars) compared favorably to that of France (USD 3,452) and Germany (USD 3,134.) Large inflows of foreign physical, human, and financial capital shored up the expansion of primary products exports (grain, meat, wool and leather) which fueled rapid economic growth. Disagreement is seldom about whether the fall occurred and mostly about when and why. Figure 1. Note: Authors' calculations using GDP per capita data from Maddison (2007), Western Europe is: Austria, Belgium, Denmark, Finland, France, Germany, Italy, Netherlands, Norway, Sweden, Switzerland and United Kingdom. A vast literature emerged offering various competing explanations for such extraordinary long-run relative economic decline (Taylor 2014). A horse race worth watching? Crises’R’Us

Krach d'octobre 1987 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. « Lundi noir »[modifier | modifier le code] L'expression « lundi noir », traduction de l'anglais Black Monday, utilisée parfois pour désigner le 19 octobre 1987, constitue une référence indirecte au Black Thursday, ou jeudi noir, du , première journée du long krach de 1929 de la bourse de New York, qui fit entrer les États-Unis dans la Grande Dépression. Causes[modifier | modifier le code] L'origine du krach est avant tout à chercher dans : les importantes et brutales fluctuations du dollar au milieu des années 1980 ;un mécanisme d'immunisation des portefeuilles, dit portfolio insurance en anglais, très en vogue à l'époque, destiné à réduire les risques mais que sa généralisation transforma en système vicieux ;les systèmes automatiques d'achats et de ventes d'actions (program trading) relativement récents à l'époque, qui ont amplifié et accéléré le plongeon des cours. Contexte historique[modifier | modifier le code]

Related: