background preloader

Crises

Facebook Twitter

Si nous ne changeons pas notre mode de vie, une étude prévoit la fin de l'humanité en 2040. Ourra-t-on continuer longtemps à vivre comme aujourd'hui ? Une équipe du Global Sustainability Institute, en Grande-Bretagne affirme que non. En se basant sur un modèle scientifique de développement, ils prédisent que si les hommes ne font pas évoluer leurs habitudes et leurs modes de vie, nos sociétés devraient logiquement s'effondrer. L'échéance a de quoi inquiéter : 2040, soit d'ici seulement 25 ans. En cause ? La production de nourriture. Le système alimentaire mondial fait face à une pression chronique pour répondre à une demande sans cesse croissante. Des besoins toujours plus grands La FAO, rattachée à l'ONU et qui se penche sur les questions d'agriculture, prévoit que d'ici 2050 la demande en nourriture va au minimum doubler nous rappelle The Independant.

Nous pouvons craindre une recrudescences des conflits liés à la nourritures, accentués par des phénomènes météorologiques. Que faire ? Europe : alternatives à la crise. A partir du début des années 1980, le secteur bancaire privé a réussi à se libérer des contraintes que les pouvoirs publics avaient établies et maintenues pendant plusieurs décennies afin d’éviter une répétition de la crise bancaire des années 1930. Les régulateurs et les gouvernements devenus adeptes du néolibéralisme ont laissé la bride au cou des banquiers capitalistes qui en ont profité au maximum. Le tout s’est déroulé dans un contexte où le grand capital prenait sa revanche sur une série de conquêtes sociales obtenues par les travailleurs dans l’intérêt de l’écrasante majorité de la population. L’actuelle crise qui a débuté en 2007-2008 n’a pas conduit les pouvoirs publics à imposer une véritable discipline au capital privé.

Les droits économiques, sociaux et culturels énoncés dans la déclaration universelle des droits humains de 1948, codifiés dans un pacte international en 1966 [1], font l’objet d’une vaste entreprise de démolition [2]. Quelles sont ces mesures ? 1. 2. 3. 4. La démondialisation, suite logique de l'altermondialisme par Bernard CASSEN.

Face à un phénomène nouveau, les mots se bousculent pour le désigner jusqu’à ce que l’un d’entre eux finisse par s’imposer. C’est ce qui est arrivé, en français, avec le terme « altermondialisme ». Il est entré dans le champ politique en 2001-2002. Il désigne la nébuleuse mondiale d’organisations et de réseaux qui se sont reconnus peu ou prou dans le slogan des Forums sociaux mondiaux, « Un autre monde est possible », repris de l’association Attac (créée en juin 1998) qui l’avait elle-même emprunté au titre d’un article d’Ignacio Ramonet dans Le Monde diplomatique de mai 1998. Il est intimement lié aux moments de haute visibilité médiatique qu’ont été les Forums, depuis celui de Porto Alegre de 2001, et les grandes manifestations contre l’OMC, le FMI, la Banque mondiale, etc., depuis Seattle en décembre 1999.

Et voilà qu’un nouveau concept de la même lignée vient de faire irruption dans le lexique politique français : celui de « démondialisation ». 10 prédictions pour 2014 qui font froid dans le dos. Il y a une dizaine d'années, quand il a commencé cet exercice original, l'économiste en chef de Saxo Banque Steen Jakobsen pouvait compter les membres de son auditoire sur les doigts des mains. Mardi 17 décembre, ils étaient une centaine à se presser dans une petite salle du très huppé Cercle de l'Union interalliée à Paris. Journalistes, financiers ou encore simples épargnants écoutaient avec curiosité les "prédictions chocs" ("outrageous predictions") de l'analyste pour 2014. D'ailleurs, pour fêter l'événement, Saxo Banque s'était offert une fausse couverture en Une du Financial Times du jour, rien que ça. Lorsque le public lui demande si ses prédictions se révèlent souvent exactes ou non, Steen Jakobsen assure que ce n'est pas le plus important.

Mais si l'on y regarde de plus près, il a parfois fait mouche par le passé. Voici ses dix prédictions chocs pour l'année 2014 : 1. La déflation menaçante et le manque de croissance va entraîner le Vieux Continent dans une spirale infernale. 2. Le Grand Tarbes se serre la ceinture - Hautes-Pyrénées. « Une usine à gaz aux effets pervers », « une fiscalité toujours plus lourde sur les ménages » et « peu de retombées pour les entreprises », la réforme des collectivités territoriales a, une nouvelle fois, fait l'unanimité contre elle, lors du débat d'orientation budgétaire du Grand Tarbes. Des finances marquées par le gel de dotations de l'État et un nouveau dispositif fiscal encore incertain. « Mais qui s'est traduit par une hausse de 2 % de la taxe d'habitation », a regretté Daniel Frossard, le maire d'Ibos. « Pourtant, nous n'avons pas touché au taux de cet impôt, rappelle Gérard Trémège. Il s'agit de l'effet de variation des bases. » « Ce n'est pas clair pour nous comme pour les administrés qui ne cessent de téléphoner, regrette Yannick Boubée.

On paye davantage alors que les taux se neutralisent. Voilà qui éloigne encore le citoyen de la politique. » Le montant des investissements s'élèvera, malgré tout, à près de 12 millions d'euros en 2012. Etats-Unis: Les services secrets prédisent l'enfer pour 2030 - News Santé: Environnement. Etats-Unis Surpopulation, guerre de l'eau, manque de nourriture et épuisement des ressources de la planète, un rapport du National Intelligence Council dresse un constat qui fait froid dans le dos pour les années à venir.

Nous sommes de plus en plus nombreux sur la Terre ce qui provoque des conséquences alarmantes. Image: Keystone A quoi ressemblera la Terre en 2030? Crucial La question de la démographie est cruciale pour l'avenir de la planète. Autant de chiffres qui ont des conséquences pour l'état de santé de la Terre. On consomme plus que l'on produit «Au cours de sept des huit dernières années, le monde a consommé plus de nourriture qu'il n'en a produit. En outre, les pays émergents sont en train de changer leur régime alimentaire et consomment de plus en plus de viande. Le rapport souligne aussi que 60% de la population mondiale vivra en ville en 2030.

Bref: l'avenir ne s'annonce pas franchement rose en terme de sécurité alimentaire. (Newsnet) Créé: 24.12.2012, 14h26 79 Commentaires. L'année du Dragon menace les Bourses et Mme Merkel.