background preloader

« Post-vérité » et « fake news » : fausses clartés et points aveugles

« Post-vérité » et « fake news » : fausses clartés et points aveugles
Concepts flous, utilisations orientées L’expression « post-vérité » (post-truth politics en version originale), apparue dès les années 2000 [1] connaît actuellement une deuxième vie, tellement riche qu’elle a été désignée « mot de l’année 2016 » par le dictionnaire Oxford. C’est Katharine Viner, rédactrice en chef « Informations et Médias » du quotidien britannique The Guardian, qui l’a remis au goût du jour, en l’actualisant, dans un éditorial du 12 juillet 2016. Au lendemain du Brexit, cette journaliste spécialiste des questions médiatiques donne ainsi un nouveau cadre à l’expression : les électeurs, trompés par de fausses nouvelles (fake news), ont voté pour le Brexit alors même que les médias favorables au maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne leur exposaient à longueur de colonnes et d’émissions les faits qui auraient dû les convaincre de voter « remain ». Fausses nouvelles, fabrications ou mauvais journalisme Une crise de confiance : mais confiance en qui ?

http://www.acrimed.org/Post-verite-et-fake-news-fausses-clartes-et

Related:  Les enjeux moraux et civiques de la société de l'informationmémoire suitedécodexLa manipulation par l'imageA LIRE...

On te manipule Une Théorie du complot, c'est quoi ? Une théorie du complot (on parle aussi de conspirationnisme ou de complotisme) est un récit pseudo-scientifique, interprétant des faits réels comme étant le résultat de l’action d’un groupe caché, qui agirait secrètement et illégalement pour modifier le cours des événements en sa faveur, et au détriment de l’intérêt public. Incapable de faire la démonstration rigoureuse de ce qu’elle avance, la théorie du complot accuse ceux qui la remettent en cause d’être les complices de ce groupe caché. Elle contribue à semer la confusion, la désinformation, et la haine contre les individus ou groupes d’individus qu’elle stigmatise.

Le quotidien du journaliste avec les réseaux sociaux Audience, veille, production de contenus... Comment les médias sociaux ont bouleversé la manière de travailler des journalistes ? Réponse en infographie avec Cision et l’Université Canterbury Christ Church. Entre les réseaux sociaux et les journalistes, l’idylle dure depuis quelques années déjà, et on ne voit pas comment la belle histoire pourrait prendre fin un jour.

Goldnadel : “Decodex ou Deconnex ?” Au lendemain des succès du Brexit et de Donald Trump, les journaux de la presse convenue, et qui seule se croit convenable, convenaient que la défaite de ce qu’ils avaient espéré, soutenu et prophétisé était avant tout la leur. L’auteur de ces lignes avait écrit dans le Figaro pour résumer le phénomène “que les électeurs avaient voulu donner une leçon aux donneurs de leçons”. Un temps même, on aurait pu croire que ces donneurs médiatiques de leçons, avait retenu la dernière, puisque le New York Times, maître en la matière, s’était engagé à désormais s’attacher aux faits plutôt qu’à l’idéologie. Promesse de gascon, puisque le président élu n’avait pas encore prêté serment, que le journal de la côte est oubliait cette leçon pour à nouveau guerroyer contre le symbole même de sa détestation. Curieusement, les journalistes n’ont pas eu la curiosité consubstantielle à leur métier d’enquêter sur les raisons de leur mauvaise presse. J’envie ces Décodeurs et leur belle assurance.

Fréquence médiévale : Al-Andalus ou l’Andalousie musulmane au Moyen Âge – Histoire & Images Médiévales L’histoire d’Al-Andalus, la région de la péninsule ibérique sous domination des dynasties islamiques, est l’objet aujourd’hui de nombreux fantasmes. Le premier voudrait que l’occupation musulmane se soit accompagnée de violences permanentes et de conversions forcées (rappelez-vous, nous en avions déjà parlé ici). Mais il existe aussi une autre légende, qui affirme qu’Al-Andalus ait été une terre de tolérance entre les trois grandes religions (Islam, Judaïsme, Chrétienté latine). Ce mythe, apparu au XVIIIe et surtout au XIXe siècle, est encore largement diffusé aujourd’hui dans les milieux progressistes. Pour en savoir plus et découvrir, derrière les images d’Épinal, les réalités multiples et complexes des sept siècles et demi de présence musulmane dans la Péninsule ibérique, Fréquence médiévale a eu le plaisir de recevoir à son micro l’historienne Emmanuelle Tixier du Mesnil. Bonne écoute :

Etapes de la recherche d'information De combien de temps disposez-vous ? Qui compose votre groupe ? Quel type de production est attendu ? Où Combien Dossier - Journalistes belges et réseaux sociaux - HcoM, le Blog... Les réseaux sociaux font-ils partie de la profession de journalistes ? Comment ceux-ci les utilisent-ils ? Sont-ils des boosteurs de réactivité par rapport à l’info ? Le Vilain Petit Canard Le decodex, probablement la plus grande invention depuis le fil à couper le beurre est enfin disponible. Comme promis, je me suis donc livré à son analyse qui tend à confirmer un certain nombre de mes craintes. Pour réaliser le test, j'ai donc installé la version « firefox » de l'extension proposée par Le Monde, s'agissant dans un premier temps de vérifier l'inocuité du logiciel, avant d'en venir au fond.

Programme du mois d’avril//397-426 mars – Debout Education Populaire Pour chacune des interventions enregistrées, nous travaillons à la publication de compte-rendus, bibliographies, pistes d’approfondissement pour continuer le débat. Samedi 1er avril // 397 mars : Anniversaire de Nuit Debout 11h : Jardin des Tuileries : « Commençons la démocratie » : publication des Propositions du 32 Mars, résultats d’un an de collectes et de mises en forme de propositions populaires sur la démocratie et de la pétition « Commençons la démocratie » – organisons depuis la base, un débat public sur la démocratie. Rendez-vous sur la terrasse du jeu de Paume. 15h : Place Stalingrad : Rencontres Inter Nuit Debout 15h-18h : Atelier sociocratie : Une gouvernance qui permet de fonctionner selon un mode auto-organisé et une prise de décision distribuée

TIC et projet de recherche d'information Je fais l'inventaire des ordinateurs et des périphériques, des appareils et du matériel multimédias disponibles à l'école. J'apprends à les utiliser en fonction de mon projet et à me dépanner de façon à être autonome. J'accède à mon espace personnel ou à l'espace de mon groupe de travail sur le serveur de l'école. Je m'assure que l'antivirus et le coupe-feu installés sur l'ordinateur que j'utilise sont actifs et à jour. Je respecte les règles de l'école en matière de TIC :accès à l'information numérique avec mon mot de passe; stockage et dissémination de l'information; respect des droits d'auteur et des règles de la vie privée, etc.

Infographie : les journalistes français et leur usage des réseaux sociaux La majorité des journalistes ont recours aux réseaux sociaux pour promouvoir et partager leurs articles, élaborer une veille sur leurs sujets de prédilection et développer leur "Personal Branding". Plus de 91% des journalistes français utilisent les réseaux sociaux comme un outil professionnel et 40% y consacrent plus de 2h par jour, selon une étude réalisée par Cision auprès de 240 journalistes. Par ailleurs, 70% estiment que les réseaux sociaux ont amélioré leur réactivité et 37% leur productivité. Twitter est le réseau considéré comme le plus important professionnellement, suivi par Facebook et Linkedin. L’étude note toutefois des disparités d’usage en fonction du support du média, des sujets traités ou de la périodicité du média.

«Qui fact-checkera les fact-checkeurs ?» : le Decodex du Monde suscite des critiques Des journalistes ont exprimé leur scepticisme envers la démarche du Monde qui consiste à établir le degré de fiabilité des sites d'information sur internet. Certains acteurs mis à l'index se demandent ce qui fonde la légitimité du Monde à distribuer les bons points. «Un premier pas vers la vérification de masse de l'information». C'est ainsi que se définit «Decodex» le nouvel outil du Monde pour décrypter la fiabilité de l'information sur internet et lutter contre les intox qui pullulent sur le web. La démarche, qui se veut pédagogique, prend notamment la forme d'un moteur de recherche, le logiciel classe les sites soumis en plusieurs couleurs: vert pour «plutôt fiable», jaune pour «peu fiable» rouge pour «très peu fiable» ou bleu pour «parodique». Labellisation du bon journalisme

Related: