background preloader

Désinformation

Facebook Twitter

« Post-vérité » et « fake news » : fausses clartés et points aveugles. Concepts flous, utilisations orientées L’expression « post-vérité » (post-truth politics en version originale), apparue dès les années 2000 [1] connaît actuellement une deuxième vie, tellement riche qu’elle a été désignée « mot de l’année 2016 » par le dictionnaire Oxford.

« Post-vérité » et « fake news » : fausses clartés et points aveugles

C’est Katharine Viner, rédactrice en chef « Informations et Médias » du quotidien britannique The Guardian, qui l’a remis au goût du jour, en l’actualisant, dans un éditorial du 12 juillet 2016. Au lendemain du Brexit, cette journaliste spécialiste des questions médiatiques donne ainsi un nouveau cadre à l’expression : les électeurs, trompés par de fausses nouvelles (fake news), ont voté pour le Brexit alors même que les médias favorables au maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne leur exposaient à longueur de colonnes et d’émissions les faits qui auraient dû les convaincre de voter « remain ». Fausses nouvelles, fabrications ou mauvais journalisme Une crise de confiance : mais confiance en qui ? Les mille et une ruses de l’industrie de la désinformation. Enquête sur des méthodes employées par des sites trompeurs pour diffuser de fausses informations sans se faire prendre.

Les mille et une ruses de l’industrie de la désinformation

Les fake news qui circulent massivement en ligne ne tombent pas du ciel. L’examen détaillé de certaines de ces rumeurs par Les Décodeurs à l’occasion du lancement du Décodex montre que les artisans de la propagande déploient des méthodes de plus en plus ingénieuses. 1. Avancer masqué Dans un univers numérique où l’identification des sources d’information est plus difficile pour les lecteurs, la mouvance d’extrême droite dite « identitaire » a lancé de prétendus sites d’informations locales.

Le même phénomène existe pour des sites anti-IVG, qui se présentent comme des plates-formes d’information neutres. Sur Facebook, de manière plus insidieuse, des pages comme « Je soutiens la police » ou « Je soutiens nos pompiers » s’efforcent d’attirer la sympathie en mélangeant informations anodines et propagande d’extrême droite. 2. 3. 4. 5. 6. What is fake news? How to spot it and what you can do to stop it.

Until recently, there was news and “not news” – as denoted by comments of “that’s not news” below the line on more light-hearted stories or features.

What is fake news? How to spot it and what you can do to stop it

Now there is “fake news”, said to be behind the election of Donald Trump as US president and a recent incident involving a gunman at a Washington pizzeria. The term has become widely used – too widely. But it’s understandable there’s confusion when some fake news is only a bit fake, or fake for an arguably legitimate reason (such as satire). Can we still make a useful definition of fake news? And should we even be worried about it at all? Definitely real fake news First the most famous example of an indisputably (or so you would think) fake news story that has had real-world consequences. On 4 December, a North Carolina man opened fire at the Washington pizzeria Comet Ping Pong, which an online conspiracy theory purports to be the headquarters of a child sex ring run by Hillary Clinton.

How big a problem is this kind of fake news, really? US libraries join struggle to resist the Trump administration. US president Donald Trump could have saved himself some embarrassment this week if he had consulted his local library rather than Fox News before mentioning terror attacks in Sweden.

US libraries join struggle to resist the Trump administration

For across the country, librarians have stepped in to verify facts and authenticate web content in a bid to counter fake news reports. Not that he would have felt welcome, because the profession has placed itself in the vanguard of resistance to his policies on refugees and immigration, according to Elizabeth Flock of PBS Newshour. The intervention follows the president’s executive orders banning immigrants from seven predominantly Muslim countries and threatening to pull federal funding from cities that defy the ban.

Le Figaro à Saint-Denis : Désinformation-sur-Seine. « Molenbeek-sur-Seine » Samedi 21 mai 2016, Le Figaro Magazine publiait l’enquête de Nadjet Cherigui sur la ville de Saint-Denis renommée pour l’occasion « Molenbeek-sur-Seine ».

Le Figaro à Saint-Denis : Désinformation-sur-Seine

À la demande de plusieurs dionysiens et internautes effarés par l’angle choisi et les « insinuations abjectes », nous avons donc remis nos trenchs d’enquêtrices pour aller démêler le vrai du faux. Après deux semaines de rencontres, de présence sur place et d’entretiens, notamment avec les personnes citées, nos doutes quant à l’utilisation de procédés journalistiques équivoques et de simplifications outrancières ont été confirmés. Manipulation, déformation, falsification de plusieurs citations, informations non vérifiées devenues assertions, occultation délibérée de propos pouvant nuancer l’enquête : le résultat est pour le moins accablant.

Ce que Le Figaro a présenté comme une enquête de trois mois, puis d’un mois et demi, n’est en fait qu’une succession de biais réducteurs et de témoignages peu fiables.