background preloader

L’éducation de l’attention à l’âge du numérique ubiquitaire

L’éducation de l’attention à l’âge du numérique ubiquitaire
L’avènement du numérique tend à décanter, purifier et distiller le statut de l’enseignant, en le délivrant des scories qui alourdissaient et encombraient jadis sa tâche. Il apparaît de plus en plus clairement que le cœur de son travail consiste moins à « transmettre des connaissances » (Wikimédia, les MOOCs, les manuels, les tutoriels et les immenses banques de données accessibles en ligne depuis n’importe quel smartphone tiennent ces connaissances à notre disposition) qu’à « éduquer l’attention », comme le précise l’anthropologue Tim Ingold. Cette formule peut se décliner de multiples façons. Un art de la préhension Cela implique d’abord d’apprendre où, comment et grâce à qui accéder à ce dont nous avons besoin pour résoudre le problème auquel nous nous trouvons confrontés. Au sein d’un monde de plus en plus riche en « données » – où, comme l’écrit Michael Wheeler : Un art de la conversation Un art de l’erratisme Or tel est bien l’enjeu de l’attention, dans ce qu’elle a d’émancipateur.

http://theconversation.com/leducation-de-lattention-a-lage-du-numerique-ubiquitaire-62172

Related:  Sciences cognitives et apprentissageImpact sur le métier d'enseignantIdentité, sécurité, responsabilité

Neurolearning : les neurosciences au service de la formation - Le blog de C-Campus Les neurosciences appliquées à la pédagogie font le buzz ! Les articles se multiplient, les conférences et séminaires se succèdent sans relâche. Les vidéos YouTube ne se comptent plus… Cette profusion de sources d’information peut paraître suspecte. Cela sent l’effet de mode. Et les marketeurs s’en emparent pour renforcer leurs argumentaires produits, que ce soit pour vendre une plateforme de E-Learning ou un casque de réalité virtuelle ! Alors, depuis quelques mois, on s’est renseigné.

Profs, contrôlez vos données sur les réseaux sociaux - Blog de Julien Delmas Pourquoi se faire discret sur internet ? Vous ne voulez pas que vos élèves, parents d’élèves, collègues, supérieurs hiérarchiques ne trouvent les informations que vous publiez sur internet ? Vous ne souhaitez pas que vos photos de vacances soient accessibles à tous ?

6 règles d'or pour que votre cerveau continue de fabriquer de nouveaux neurones - Sciencesetavenir.fr La production de nouveaux neurones ne s'arrête jamais. Des chercheurs ont observé que dans une région du cerveau impliquée dans la formation des souvenirs et la gestion des émotions - l'hippocampe -, les anciens neurones étaient remplacés par d'autres, fraîchement produits à partir de cellules souches. Et chacun de nous aurait ce potentiel, quel que soit notre âge. Rassurant. Sauf que, d'après le Pr Pierre-Marie Lledo, lors de la deuxième édition du colloque S3 Odéon, les expériences chez les souris ont montré que cette capacité pouvait diminuer, voire même disparaître (en cas de stress) selon l'environnement.

Libre - Depeche "Et oui, deux mois de vacances et nous sommes toujours autant en colère". Posté le 28 août 2016 avec le hashtag #college2016, ce tweet d'une "syndiquée Snes" (@MLGuegan) résume l'état d'esprit d’une partie des enseignants présents sur le réseau aux 140 signes. Depuis plus d’un an, Twitter est le lieu de discussions très vives, notamment au sujet de la réforme du collège : l’évolution de l’enseignement des langues est vivement dénoncée par une partie des enseignants, tout comme la mise en place des EPI. Quelques mots sur l’Evidence-Based Education et la neuroéducation J’aimerais évoquer aujourd’hui deux sujets qui reviennent régulièrement sur le devant de la scène : l’Evidence-Based Education d’une part, et la neuro-éducation d’autre part. La première est liée à la volonté de fonder sur des « preuves » les décisions relatives à l’éducation, la seconde consiste, si je caricature, à se fonder sur les neurosciences cognitives pour tenir des propos prescriptifs quant à la conduite des activités scolaires. Evidence-based Education La volonté d’objectiver l’évaluation des politiques publiques éducatives a conduit à travers le monde à promouvoir les méthodes expérimentales ou quasi-expérimentales dans les démarches d’évaluation, conduisant au développement de ce que l’on nomme parfois l’evidence-based education (Davies, 1999; Sanderson, 2002 ; Slavin, 2002) Ce terme renvoie à l’utilisation de l’expérimentation randomisée de pratiques pédagogiques, et l’évaluation de leurs effets sur la base de tests standardisés.

SOYEZ NET SUR LE NET Page précédente Fiche pratique : Amis Trier ses amis Facebook "L'école entrave le mécanisme d'apprentissage des enfants" Révoltée par l’échec scolaire et les inégalités sociales, Céline Alvarez devient professeur des écoles en 2011. Après avoir obtenu carte blanche d’un conseiller de Luc Chatel, alors ministre de l’Education, son objectif est d'"infiltrer" l’Education nationale et de tester des méthodes d’enseignement révolutionnaires fondées sur un principe : l'autonomie. Les enfants sont aidés à choisir des activités constructives pour eux! Durant trois ans, dans sa classe, 25 élèves de ZEP, de 3 à 5 ans, issus des milieux les moins favorisés de Gennevilliers et dont beaucoup accusaient déjà un retard, ont pu poursuivre une même activité aussi longtemps qu’il leur plaisait, origami, table de calcul, cubes ou laçage d’un ruban, etc.

Journée nationale sur le Harcèlement : Premiers résultats, nouveaux efforts "Un tabou a été brisé". La Journée contre le harcèlement à l'Ecole, le 3 novembre, est ouverte par N Vallaud Belkacem par un bon chiffre : la baisse du taux de harcèlement dans les écoles françaises. Le ministère ne baisse pas la garde. Il annonce de nouveaux outils et lance un nouveau chantier : celui du cyberharcèlement. La violence scolaire en baisse "L’enquête internationale HBSC (Health Behaviour in School-aged Children), menée tous les quatre ans dans 42 pays auprès de collégiens, montre une diminution des brimades subies ou agies, à savoir du harcèlement entre 2010 et 2014, pour la première fois en vingt ans. Les 12 lois du Cerveau - Learning By Doing Lorsque nous nous intéressons à quelque chose, notre niveau optimal d’attention ne peut dépasser la durée de 10 minutes, puis il tombe en chute libre en l’espace de quelques secondes, même pour un sujet passionnant. Notre cerveau passe ensuite en mode multitâches, c’est à dire qu’il devient très vulnérable aux perturbations provenant de l’extérieur : bruits, mouvements, autres idées… Et lorsque nous exécutons plusieurs tâches en même temps, chacune de ces tâches est effectuée avec une perte de performance. Bien que le mythe du multitâches soit valorisé par nos croyances, l’être humain est incapable biologiquement d’exécuter plusieurs actes simultanés qui demandent la focalisation de l’attention ; ceci est un fait prouvé scientifiquement. Une étude a montré qu’il suffisait de tendre une main pour prendre un objet, en conduisant, pour multiplier le risque d’accident par 9 !

L’identité au défi du numérique - Collège des Bernardins « Comment habiter les environnements hautement techniques de manière humaine ? » Nous sommes aujourd’hui plus de 3.4 milliards d’êtres humains connectés à internet. Demain, cette connexion concernera également des dizaines de milliards d’objets, de robots, de capteurs…. Quel traitement le numérique réserve-t-il à nos identités ?

Related: