background preloader

Enfants et écrans : psychologie et cognition

Enfants et écrans : psychologie et cognition
L’Académie des sciences vient de publier un rapport (.pdf) sur la relation des enfants aux écrans (disponible également sous la forme de livre aux éditions Le Pommier), un rapport qui tord le cou à nombre d’idées reçues sur le sujet et fait le point sur les connaissances scientifiques, éducatives et neurobiologiques. Comme le précisait Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences lors de la présentation publique du rapport, l’Académie a souhaité éclaircir les bases scientifiques de nos usages excessifs des écrans (voir les vidéos des présentations). Un rapport qui a voulu insister pas seulement sur les effets délétères des écrans – des effets qui existent, qui influent par exemple sur le temps de sommeil, l’attention, mais de manière plus rare qu’on a tendance à le penser – mais surtout sur les effets positifs de notre exposition aux écrans et notamment de l’exposition des plus jeunes aux écrans. A l’inverse, chaque culture apporte également son lot d’avantages.

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2013/02/01/enfants-et-ecrans-psychologie-et-cognition/

Related:  Impact du numérique sur les processus sociocognitifsSciences cognitivespolitique et économie numériqueConstruction de l'identité virtuellenumérique processus sociognitifs

L'essor des prothèses numériques "cognitives" et leur impact en termes socio-anthropologiques - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne L'essor des prothèses numériques "cognitives" et leur impact en termes socio-anthropologiques Les prothèses « cognitives » (les ordinateurs, les consoles de jeu, les smartphones, et bientôt les Google Glass®...) accompagnent étroitement l'activité mentale et sociale de l'individu. Maxime Derian Chercheur postdoctoral en socio-anthropologie à l'ISCC (CNRS) et au CRPMS (Université de Paris 7 - Diderot). Chercheur associé au Centre d'Etudes des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (CETCOPRA) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Maxime Derian est chercheur postdoctoral à l’ISCC et au Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société (CRPMS, université Paris 7), et membre associé du Cetcopra (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne).

Les élèves qui lisent sont-ils meilleurs que ceux qui jouent aux jeux vidéos (...) Le XXIe siècle a connu une véritable explosion des technologies de l’informatique et des communications. Dans ce nouveau monde, les élèves ont changé, le Canadien Marc Prensky parle des « digital natives » pour les désigner, puisque ces enfants sont nés dans le langage digital de l’ordinateur, des jeux vidéos et de l’internet. Si certains parents ou éducateurs craignent une baisse du niveau intellectuel ou scolaire de leurs enfants ou élèves, certains chercheurs se sont posé la question des répercussions positives dans le développement cognitif.

"La deuxième vague numérique arrive et la France a toutes ses chances", affirme Benoît Thieulin L'Usine Digitale - La notion de filière numérique a-t-elle un sens ? Benoît Thieulin - Dans un premier temps, le numérique a été pensé et discuté au sein de petites communautés de geeks, de développeurs… Et s’il a touché de grands secteurs, comme les médias ou la culture, il avait un faible poids économique. En parallèle, on a assisté à l’émergence de gros acteurs "pure players", qui créent leurs propres usages. Identité numérique : être ou ne pas être sur le Web? Andrée Beaudin-Lecours, chargée de projet (La Vitrine Technologie-Éducation) Depuis l’avènement de ce qu’il est convenu d’appeler l’«École 2.0» (School 2.01), dans la foulée du Web 2.0, les acteurs du milieu éducatif utilisent Internet plus que jamais. Sur cette Toile qui se veut «centrée sur l’utilisateur» (user centric), enseignants et étudiants tendent à devenir maîtres du jeu. Ils se transforment en véritables producteurs de contenu, que ce soit par leurs interventions sur un blogue, leurs collaborations à un wiki, la diffusion de leurs vidéos, leurs photos, etc.

écriTech’6 : Les actes Le numérique appartient au quotidien des jeunes. Leurs pratiques, à la fois individuelles et collectives, sociales et privées, sont riches de leurs singularités et en constante évolution. Pour cette sixième édition, les acteurs du système éducatif ont réfléchi aux relations entre la sphère scolaire et la sphère privée que le numérique interroge : la pratique numérique des élèves et l’évolution de la construction de soile numérique, la construction des apprentissages et leur évaluationles usages numériques et l’exercice de la citoyenneté La grenouille gobe t'elle aussi les cailloux ? La grenouille gobe t'elle aussi les cailloux ? Une introduction aux neurosciences computationnelles Elaa Teftef et Thierry Viéville Où l'on montre, à travers l'exemple de l'étude du cerveau, que si Informatique et Sciences du Numérique (ISN) forment une discipline à part entière, cela induit aussi une véritable révolution scientifique vis à vis des autres Sciences de la Vie et de la Terre (SVT), elles ont aussi quelques vertus en ce qui concerne la formation générale de l'esprit.

L'avenir numérique de l'Université Le numérique constitue une nouvelle épistémè : c’est la nature même des savoirs sous toutes leurs formes qui s’en trouve affectée. Cette technologie fait à notre époque ce que l’écriture fit à l’Antiquité (et dont on peut dire qu’elle fit l’Antiquité en la défaisant). C’est ce que soulignait déjà L’informatisation de la société il y a trente cinq ans : « Lorsque les Sumériens inscrivaient les premiers hiéroglyphes sur des tablettes de cire, ils vivaient, sans probablement la percevoir, une mutation décisive de l'humanité : l'apparition de l'écriture. Et pourtant, celle-ci allait changer le monde. » Quant aux enseignements universitaires en ligne, ils deviennent à Harvard des small private online courses, ce qui fait dire à Robert Lue que « nous sommes déjà dans l’ère post-moocs ».

Psychologie et numérique, le blog de Guillaume Gillet Psychanalyse et Numérique ? Psychanalyse du Numérique ? ou Psychanalyse numérique ? Le droit à la formation suscite peu d’intérêt au sein des entreprises Huit ans après la loi qui l'a établi en 2004, le droit individuel à la formation (DIF) tâtonne encore. Selon deux enquêtes publiées fin avril sous le titre "DIF: Huit ans après sa création, quelles évolutions?" par le groupe Demos, un acteur important du marché de la formation professionnelle, la moitié des travailleurs ne l'ont jamais utilisé, mais cette part est en légère diminution. Le lecteur face à l’écran Les mécanismes de lecture à l’écran diffèrent de ceux de la lecture d’un texte imprimé. Lire à l’écran exige de nouvelles compétences, met notre attention à l’épreuve et entraîne quelquefois son lot de désagréments physiques. Depuis l’apparition de l’ordinateur personnel dans les années 1980, la lecture à l’écran a fait l’objet de plusieurs études et réflexions. C’est surtout l’arrivée de l’Internet dans les années 1990, qui, en amplifiant le phénomène, nous amène encore aujourd’hui à nous pencher sur cette activité qui bouleverse les habitudes du lecteur.

Bonjour, Très intéressant cet article sur l'opposition/complémentarité entre la culture du livre et celle du numérique. Concernant les enfants, il en ressort que le problème n'est pas les écrans en tant que tels mais plutôt le fait de les laisser seuls devant. Merci pour cette perle. Bonne journée, Aline. by dupre_groupe4_psy Mar 16

Cet article posté le 01.02.2013 par Hubert Guillaud sur le blog du Monde, et qui s’appuie sur le rapport de l’académie des sciences, explique en quoi la culture du livre et celle du numérique sont complémentaires, notamment en expliquant les impacts de ces deux activités au point de vue cognitif. Hubert Guillaud est un journaliste français surtout connu pour son travail au sein de la Fondation internet nouvelle génération (FING) by mathilde_groupe2_psy Apr 4

Related:  FormationRéflexions