background preloader

La "constante macabre" par André Antibi

La "constante macabre" par André Antibi
Related:  PädagogikEvaluation : processus, formes, modèles...

Canopé académie de Besançon : Cartes heuristiques Ces dossiers thématiques sont archivés, nous attirons votre attention sur leur date de mise à jour. Qu'est-ce-que c'est ? Selon Wikipédia, une carte heuristique (du grec ancien εὑρίσκω, eurisko, "je trouve"), appelée aussi carte des idées, schéma de pensée, carte mentale, arbre à idées ou topogramme (mind map en anglais), est un diagramme qui représente les connexions sémantiques entre différentes idées, les liens hiérarchiques entre différents concepts intellectuels. C'est le plus souvent une représentation arborescente des données. Basée sur les avancées dans le domaine des neurosciences, la méthode a été mise au point par le psychologue anglais Tony Buzan dans les années 70. cerveau droit (couleurs, images, formes, rythmes, sentiments)cerveau gauche (mots, parole, analyse, logique, nombres, linéarité) Il définit ce concept comme "une manifestation de la pensée irradiante" et désigne des processus associatifs qui partent d'un point central. quatre caractéristiques essentielles :

Transfert des apprentissages (2012) Macabre constant Description[edit] Many parameters may contribute to the prevalence of this phenomenon, but the two main causes are: The tendency to sanction in the examination rather than emulating knowledge. The macabre constant creates an "artificial failure of students",[3] which may potentially lead to a school disengagement of failing students[4] by a mechanism similar to the learned helplessness. Studies[edit] In 2006, Andre Antibi conducted a survey of 1900 teachers in France, which led to the result that "95% of the teachers recognized that the macabre constant existed, by which they account for the systematic attribution of bad marks In 2009, another survey of 3020 teachers led to the result that 99% of them recognizing the existence of the macabre constant.[6] In October 2011, a debate organized by SGEN-CFDT (syndicate for French national education and public research) gathered 150 teachers-researchers with André Antibi to discuss this phenomenon.[7][8] Evaluation system by trust contract[edit]

En évaluation, critères, indicateurs : quelles différences ?- Compétences François-Marie Gérard , dans son guide pratique Evaluer des compétences, nous donne quelques précieuses pistes.L’évaluation des compétences doit, dans la mesure du possible, faire sortir la valeur d’une production donnée (du latin e-valuere ), c’est-à dire mettre en évidence ce qui est réussi et pas seulement signaler les lacunes. Pour cela, l’évaluateur doit s’appuyer sur deux éléments : les critères et les indicateurs. • Le critère ou la qualité que l’enseignant s’attend à trouver dans les productions de l’élève Des listes de critères sont fréquemment observées dans les sujets de devoir donnés aux élèves, ces critères doivent être formulés de façon globale et qualitative car ils sont généraux et abstraits.D’après Gérard ils sont aussi : • Les indicateurs ou ce que l’évaluateur doit regarder pour évaluer le degré de maîtrise d’un critère Les indicateurs sont contextualisés, concrets, observables et sont prélevés par l’évaluateur.

Apprendre Vite et Bien | Lecture Rapide, Mémoire et Mind Map pour Apprendre Vite et Bien | Apprendre Vite et Bien Evaluation de la formation : les 3 limites du modèle de Kirkpatrick Le père du fameux modèle d’évaluation en entreprise en 4 niveaux vient de disparaître. Les experts du monde de la formation lui ont rendu hommage, à juste titre. Sans remettre en cause les apports de ce modèle (simplicité, effet mobilisateur des acteurs de la formation…), reconnaissons qu’il n’épuise pas le sujet de l’évaluation en entreprise. Voici, résumé les 3 limites de ce modèle. Limite n°1 : Le modèle est focalisé sur l’action de formation et les apprenants Première limite, le modèle de Kirkpatrick ne couvre pas tout le champ de l’évaluation de la formation en entreprise. Le modèle de Kirkpatrick est focalisé sur l’action de formation et l’apprenant. Toute action de formation est aujourd’hui gérée comme un projet. Si le modèle de Kirkpatrick prend en compte aujourd’hui les coûts des actions de formation, en revanche, il ne donne aucune indication sur les coûts de la non formation. Enfin, le modèle de Kirkpatrick ignore totalement le système qui produit l’action de formation.

Constante macabre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. André Antibi considère que la constante macabre est à l'origine de nombreux échecs scolaires. La constante macabre est un phénomène qui serait observé lors de la notation d'examens, par lequel la proportion de mauvaises notes serait similaire quel que soit le sujet de l'examen et quel que soit le correcteur, indépendamment de la qualité véritable des réponses données par ceux qui passent l’examen. « Par “Constante macabre”, j'entends qu'inconsciemment les enseignants s'arrangent toujours, sous la pression de la société, pour mettre un certain pourcentage de mauvaises notes. Ce phénomène de « sociologie dans l'évaluation » a depuis fait l'objet de plusieurs études, notamment dans le cadre de la sociologie de l'éducation[4],[5]. Définition[modifier | modifier le code] Ce concept ne s'adresse pas qu'aux filières élitistes, mais également aux filières généralistes et à tous les niveaux de l'éducation. Références[modifier | modifier le code]

5 outils en ligne pour créer un quiz Il est devenu très facile de créer un quiz en ligne ou un test interactif. Il existe de nombreux services qui permettent de sonder les acquis. En quelques minutes vous pouvez facilement bâtir un questionnaire pour sonder vos étudiants ou apprenants. Voici une petite liste de 5 outils pour créer un quiz en ligne très faciles à prendre en main. Drag’n Survey. Drag’n Survey est une solution en ligne qui permet de créer des quiz en ligne en toute simplicité. La Quizinière. La quiziniere est un outil développé par le réseau Canopé que j’ai eu l’occasion de présenter ici même. ThatQuiz. ThatQuiz n’st pas à proprement parler un outil nouveau mais il continue de rendre de bons et loyaux services. Quizzoodle. Quizzodle présenté sur OutilsTice il y a quelques mois de cela permet pour sa part de créer un quiz en direct lors d’une conférence ou d’une présentation. Experquizz. On finit cette petite liste par un outil expert.

101 moyens de motiver | Comment motiver Comment motiver les étudiants à l’enseignement supérieur : ce qu’en disent les auteurs Ce texte vise à donner de l’information générale sur la façon de motiver les étudiants à l’enseignement supérieur. Il donne des pistes pour les activités d’enseignement-apprentissage, la relation de l’enseignant avec l’étudiant, la gestion de classe et, finalement, l’évaluation des apprentissages. Les activités d’enseignement-apprentissage Comment une activité d’enseignement-apprentissage peut-elle être motivante aux yeux des étudiants? 1. Le fait d’utiliser des modèles et des méthodes d’enseignement variés comme l’exposé interactif, l’apprentissage par problèmes, la méthode des cas, la pédagogie par projets, le travail en équipe ou la simulation constitue une bonne manière d’éviter l’ennui et l’effet de saturation des étudiants à l’égard d’une seule activité. 2. 3. L’enseignant qui sait organiser les savoirs favorise leur traitement et leur rappel. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. La gestion de classe 1. 2. 3.

Evaluer les acquis : adapter l'évaluation aux niveaux de formation Evaluer les acquis de formation, oui mais comment ? Comment assurer l’adéquation entre les objectifs visés par la formation et l’évaluation censée mesurer leur atteinte ? Voici une proposition. Ma proposition est construite au croisement de deux taxonomies : « SOLO », pour « Structure of Observed Learning Outcomes » (Structure des résultats observés des apprentissages) de Biggs et Collis (1982) et Bloom (1956). « SOLO » a justement le mérite d’attirer notre attention sur les livrables résultant des apprentissages. Ainsi, écrit Carmel McNaught (2011), « l’évaluation doit être liée au résultat souhaité des apprentissages » (..). J’ai déjà abordé la taxonomie de Bloom dans le billet « De l’intérêt des objectifs pédagogiques ». « Maîtriser » regroupe le deux niveaux supérieurs (« Evaluer » et « Créer » pour le domaine cognitif). Evaluer les fondamentaux Evaluer au niveau « Maîtrise » Enfin, le troisième niveau requiert à son tour des « résultats observables des apprentissages » plus complexes.

Que signifie « évaluer les élèves » ? Télécharger la version imprimable (4 pages) au format PDF Qu’est-ce qu’évaluer ? L’évaluation consiste en une prise d’informations sur des performances ou des comportements qui sont ensuite rapportées à des objectifs à atteindre ou à des normes. En amont, l’évaluation implique un choix de démarches et/ou d’instruments de mesure. En aval, elle fait l’objet d’une interprétation des informations recueillies, et, elle peut être accompagnée d’une prise de décision. Les résultats et les analyses sont communiqués aux acteurs concernés. L’institution scolaire conçoit et utilise différents types d’évaluation qui ont différentes fonctions : une fonction de certification, l’essence même des examens, une fonction de prédiction basée sur les résultats de tests psychométriques et une fonction à finalité didactique qui permet de réguler les apprentissages. l’évaluation sommative apparaît sous formes de notes, de commentaires, elle représente un enjeu dans les relations avec la famille de l’apprenant.

Evaluation de la formation en 9 étapes Pourquoi chercher à évaluer une formation ? L’évaluation de la formation représente-t-elle une perte de temps ou au contraire une mine d’informations pour les entreprises ? Quelles sont les différentes étapes dans le « labyrinthe » de l’évaluation ? 90% des entreprises évaluent la satisfaction des participants à l’issue d’une action de formation, mais très peu sont celles qui ont recours aux autres types d’évaluation. Manque de temps, choix des indicateurs, compétences limitées… De nombreuses raisons expliquent la réticence des entreprises à mettre en place d’autres types d’évaluation. Pourtant évaluer est une étape indispensable dans la mise en place d’une formation, et permet de se rappeler que former ce n’est pas que dépenser, c’est aussi et surtout investir. Évaluer : à quoi ça sert ? Évaluer une formation vous permettra de : L’évaluation d’une formation permettra à l’équipe de management et RH de réguler et d’adapter les formations réalisées. Comment lire l’infographie ?

Related: