background preloader

Comparaison rapide des différentes structures

Comparaison rapide des différentes structures
EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée EURL : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (SARL unipersonnelle) SARL : société à responsabilité limitée SA : société anonyme SAS : société par actions simplifiée SASU : société par actions simplifiée unipersonnelle SNC : société en nom collectif 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7Suivant >

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?pid=1627&espace=1&tp=1

Related:  C8. Les raisons du choix de la structure d’entreprise4. Critères de choix d'une forme juridiqueformes juridiques et création d'entrepriseDUT Info - EconomieCONNAISSANCE DU MILIEU PROFESSIONNEL

7 - Choisir un statut juridique - APCE, agence pour la création d'entreprises, création d'entreprise, créer sa société,l'auto-entrepreneur, autoentrepreneur, auto-entrepreneur, auto entrepreneur, lautoentrepreneur, reprendre une entreprise, aides à  la cr Cette étape consiste à donner à votre projet de création d'entreprise un cadre juridique qui lui permettra de voir le jour en toute légalité.Le choix n'est pas aussi compliqué qu'on le pense... Quelle que soit votre activité, vous devrez opter :- pour l'entreprise individuelle (EI),- ou pour la création d'une société. Pour vous aider, l'APCE a mis à votre disposition une application très simple qui vous guidera vers la formule la mieux adaptée à votre cas. En choisissant l'entreprise individuelle... Vous ne formerez, avec votre entreprise, qu'une seule et même personne.

Créer une entreprise individuelle ou une société ? - creation entreprise Ca y est ! Vous vous êtes décidé et êtes prêt à vous lancer dans le monde excitant de la création d'entreprise. Mais quelle structure choisir ? Quelle sera votre protection sociale ? Les actualités Création d’entreprise : quelles aides fiscales ? Le 05 avril à 15h04 En France, une entreprise qui se lance bénéficie de coups de pouce fiscaux qui se traduisent par des exonérations d’impôts et de cotisations sociales. [...] Laissons de côté ici le statut d’auto-entrepreneur, encore récent (2009) et qui donne droit à des exonérations de charges et une franchise de TVA. [...] Penchons-nous sur les nouvelles entreprises évoluant sous un statut classique. [...] Les milliards perdus de l'Union Européenne. Vidéo : Perdus, évaporés, ... les milliards de l'Union ! Des investissements mal prévus ou mal étudiés, le gaspillage se chiffre par milliards dans le financement d'infrastructure qui ne trouvent pas leur rentabilité, voire qui sont inutiles. Exemples en Espagne et en République tchèque ! Les autres actualités

Création d'entreprise: quel statut juridique choisir? On entend par forme juridique le cadre juridique qui permet à l'entreprise de voir le jour en toute légalité. Que l'activité soit commerciale, industrielle, artisanale ou libérale, l'entrepreneur a le choix entre deux grandes formes juridiques : l'entreprise individuelle (EI) ou la société (SARL, SA, EURL...). Le choix entre entreprise individuelle ou société se fait en fonction de plusieurs critères : 1. La volonté de s'associer ou non: seule la société permet de créer une entreprise à plusieurs.

Comment choisir le statut juridique de son entreprise ? Choisir un statut juridique est une problématique à laquelle sont confrontés tous les créateurs et repreneurs d’entreprises. Il n’existe pas de statut juridique idéal mais simplement un statut juridique adapté à la situation de chaque entrepreneur, en fonction de ses souhaits, de la nature et de l’importance de son projet. Voici les critères de choix à prendre en compte pour sélectionner le statut juridique de son entreprise. Critère n° 1 pour choisir le statut juridique de son entreprise : la volonté de s’associer Le choix du statut juridique d’une entreprise dépend, en premier lieu, du nombre de personnes contribuant au projet de création d’entreprise (ou de reprise d’entreprise).

EIRL : quels sont les avantages et les inconvénients du statut pour un entrepreneur individuel? L'entrepreneur individuel à responsabilité limitée, ou EIRL, est un mode d'exercice d'une activité indépendante, ouvert aux professions commerciales, artisanales, libérales et agricoles depuis le 1er janvier 2011 (loi n° 2010-658 du 15 juin 2010). Son principal atout est de protéger les biens personnels de l'exploitant des dettes nées de l'activité professionnelle, sans les contraintes de la création d'une société. L'EIRL est destinée aux entrepreneurs individuels, en micro-entreprise ou non et s'adresse aussi aux auto-entrepreneurs. Caractéristiques générales de l'EIRL Avec l'EIRL, un exploitant exerçant seul peut mettre son patrimoine personnel à l'abri de ses créanciers professionnels, grâce à une déclaration d'affectation de ses biens à l'exercice professionnel. Seul ce patrimoine "affecté" pourra ainsi servir au remboursement des dettes professionnelles.

Les formalités de création et de fonctionnement des organismes de formation Dernière mise à jour le 17 mars 2014 Synthèse Toute personne physique ou morale qui exerce, à titre principal ou accessoire, l’activité de dispensateur de formation professionnelle doit, lors de sa création, déclarer son activité. Par la suite, elle doit établir chaque année un bilan pédagogique et financier retraçant son activité, appliquer des règles comptables spécifiques et respecter, dès lors qu’elle emploie des formateurs, la convention collective nationale des organismes de formation. La voiture à hydrogène pour 2016 Le 12 janvier 2010, un séisme d'une intensité de 7,3 sur l'échelle de Richter frappait Haïti, détruisant sur son passage la capitale Port-au-Prince, et faisant 222 750 morts, des dizaines de milliers de blessés et 1,7 million de sans-abri. Malgré l'élan de solidarité et les milliards d'euros d'aide qui ont permis d'accélérer les mesures d'urgence, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour reconstruire le pays. Parmi les sinistrés, beaucoup ont reçu une aide pour payer le premier loyer annuel de leur nouveau logement. Mais cinq ans après la catastrophe, certains habitent toujours dans des abris temporaires, censés durer trois ans. Et près de 80 000 sinistrés vivent encore dans des camps de fortune, dans des conditions inhumaines dénoncées par Amnesty International. Dans son dernier rapport, l'organisation indique par ailleurs qu'un tiers seulement des habitants de ces camps n'ont pas accès à des latrines.

Related:  droit des sociétésdroitDroit-de-l'Entreprise