background preloader

Consommation: "On cède sur l'accessoire pour conserver l'essentiel"

Consommation: "On cède sur l'accessoire pour conserver l'essentiel"
En quoi la consommation des Français a-t-elle changé? C'est le rapport même à la consommation, à mon sens, qui s'est le plus transformé, avec l'émergence d'un phénomène spectaculaire: l'essor de la consommation collaborative. Les pratiques comme le recours au marché de l'occasion, les achats groupés ou encore l'emprunt sont anciennes, mais leur ampleur, elle, est tout à fait nouvelle. Pour quelles raisons se sont-elles à ce point répandues? L'explication tient à la fois à des facteurs économiques, technologiques et sociétaux. 80 % des ménages disent ressentir une dégradation de leur niveau de vie. Or, lorsque l'on sent que l'on s'appauvrit, on consomme différemment. A quoi le notez-vous? Les consommateurs aspirent à davantage de sens, ils ont envie de se montrer plus responsables dans leur façon d'acheter, par rapport à l'environnement, notamment; ils sont plus sensibles qu'avant à la lutte contre le gaspillage. Non. La consommation permet-elle toujours d'afficher son statut social?

Le néo-consommateur : une espèce en voie d’apparition ou le consommateur 2.0 Le consommateur d’aujourd’hui aspire à consommer différemment. Il a d’autres envies, d’autres ambitions pour lui-même et est en train d’adopter de nouvelles habitudes de consommation. En effet, si la crise économique de 2008 est à l’origine de l’émergence du néo-consommateur, celui-ci est cependant le fruit de mutations plus profondes qui ont donné naissance à de nouvelles tendances de consommation. 1. L’attention des consommateurs a toujours été focalisée sur leur pouvoir d’achat. Cette crise de 2008 a tout d’abord entrainé une perte de repère de la part des consommateurs, qui se sont alors réfugiés dans les valeurs sûres : la recherche de prix bas, ou tournés vers de nouveaux médias pour consommer. 1.1 Une perte des repères de la part des consommateurs D’après une étude du CREDOC [1], en 2008, le niveau du moral des Français est à un niveau extrêmement bas, à cause du contexte économique certes, mais également à cause de la perception erronée de la baisse de leur pouvoir d’achat. 2.

L'évolution de la consommation dans le milieu de la mode Consommer à l’heure de la crise Pourquoi avoir consacré un livre aux pratiques des consommateurs?L’idée de départ de cet ouvrage collectif était d’observer, à travers une série d’enquêtes de terrain et de réflexions sociologiques, ethnologiques et économiques, quels effets la crise de 2008 a pu avoir sur le pouvoir d’achat des Français et comment ces derniers se sont organisés pour vivre dans un contexte de crise. étonnamment, notre premier constat a été de voir que l’impact de la crise sur la consommation ne s’est pas fait ressentir immédiatement, de façon évidente. Je me souviens avoir interviewé, en 2009, un directeur des Centres E. Leclerc dans l’Est de la France qui m’affirmait ne pas avoir remarqué de baisse des paniers d’achat dans son magasin. Il a fallu, de fait, attendre 2011-2012 pour observer le développement de comportements plus économes, typiques des pratiques de consommateurs sous contrainte de pouvoir d’achat et qui perdurent. C’est quoi, pour vous, être un consommateur malin?

Le Panache Paris - C+ accessoires « Questionner le modèle dominant de l’hégémonie américaine » en matière de casquette, tel est le propos de cette marque 100 % française. Jérôme Gauthier, par ailleurs designer de mobilier, offre une alternative à la 59fifty et à la 5 Panel, modèles streetwear qui dominent le marché, en inventant une architecture néo-couture. Le nom « Cap Trick » fait allusion à l’expression anglo-saxonne « hat trick », qui désigne une action en 3 coups gagnants. Ainsi la calotte de la casquette Cap Trick est conçue à partir de 3 pièces d’étoffe, en harmonie avec nos plaques crâniennes, frontales et pariétales. Les partenaires de fabrication sont : la modiste et meilleur ouvrier de France 2011, Clotilde Toussaint ; Les Toiles du Soleil, garantes de tissus parfaitement résistants aux rayons du soleil, et la Chapellerie Dandurand, artisan pour les grands noms du luxe. Cette expertise inscrit Le Panache Paris dans une niche commerciale haut de gamme (280 €).

Johanna Braitbart - C+ accessoires La créatrice, spécialisée dans l’offre accessoire, s’offre un nouvel écrin dans le bas Marais parisien, au 26 rue des Blancs-Manteaux. Les dépenses des Françaises en vêtements et... - Textile, habillement Les Françaises continuent à aimer la mode. Tel est le premier enseignement de l'étude réalisée par l'Ifop pour la Fédération française du prêt-à-porter féminin : 80% des quelque 1000 femmes de 15 à 65 ans interrogées en ligne début mai par l'institut estiment que faire du shopping est un plaisir. Un plaisir plutôt égoïste puisqu'elles sont aussi 70% à déclarer que la mode, c'est d'abord pour se faire plaisir à soi-même. Si elles estiment que ceux qui font la mode aujourd'hui sont les célébrités (citées par 45% des sondées), devant les médias (35%), les marques de prêt-à-porter (33%) et les créateurs et couturiers (30%), elles trouvent d'abord l'inspiration pour leurs achats auprès des personnes du quotidien (48%), des marques de prêt-à-porter (43%), d'internet (20%) et des médias (16%). Ne pas bouder son plaisir En moyenne, les Françaises dépensent 63€ par mois en articles de mode, un budget moyen qui grimpe à 72€ chez les 15-24 ans et les 35-44 ans. Simple et efficace

Etude Crédoc : les habitudes de consommation des Français en matière de vente à distance et sur internet Communiqué de presse Lille, le 23 octobre 2012 A l’occasion du salon VAD e-commerce qui se tient à Lille (du 23 au 25 octobre 2012), la Fevad, La Poste, Reed Exhibitions et la CCI Grand Lille ont fait réaliser par le Crédoc une étude sur les Français qui achètent à distance. L’intérêt de cette étude, réalisée tous les deux ans depuis 2004, réside notamment dans le fait qu’elle porte sur l’ensemble des Français et non uniquement sur les internautes. > Voir la présentation Internet, catalogue, téléphone : 69% des Français achètent à distance Dans un contexte de crise persistante, alors que le pouvoir d’achat par ménage risque de baisser pour la 3ème année consécutive, le nombre de Français qui achètent à distance ne fléchit pas. 69% des Français ont acheté à distance au cours des 12 derniers mois soit 33,8 millions de personnes. La part des Français achetant en ligne continue de croître alors que le nombre d’acheteurs sur internet mobile a doublé en deux ans Méthodologie : Contacts Presse :

La bijouterie fantaisie se re nouvelle aussi... - Tous les marchés Multifacette, le marché de la bijouterie fantaisie ne se laisse pas facilement enfermer dans un écrin statistique. Selon Société 5, les ventes en bijouterie fantaisie représentaient 0,5 Mrd E en 2006, en recul de 6 %. Mais si l'on ajoute l'argent, selon le cabinet Precepta, le marché est évalué à 1,3 Mrd E en 2006 (évolution non communiquée, l'étude étant une première). Et là, l'avenir est nettement plus rose : Precepta estime que le chiffre d'affaires du commerce de détail de la bijouterie fantaisie et de l'argent va continuer de progresser, au rythme moyen de 3,5 % en 2007 et en 2008. Avec une petite avance pour l'argent, qui devrait connaître une progression plus élevée que le segment purement fantaisie. « Sur le long terme, le marché devrait être très positif. De fait, concernant les produits tout comme la distribution, le marché fait le grand écart, de la babiole à la pièce de créateur, de l'éventaire à la boutique chic. Une logique d'achat plaisir

Bijouterie Archives Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ? Compétences Qualification professionnelle Aptitudes commerciales Maîtrise de la gestion Spécificités Poids des investissements Importance de la qualité de l'emplacement Intensité de la concurrence Vie privée Niveau de rémunération Degré des contraintes horaires Facilité de remplacement Après avoir renoué avec la croissance en 2017, le marché de la bijouterie, joaillerie, orfèvrerie et horlogerie a marqué le pas en 2018. Toutefois, les segments du secteur connaissent des évolutions contrastées : alors que l'horlogerie profite de la hausse de la fréquentation touristique qui stimule particulièrement la vente de montres haut de gamme, les ventes de bijoux restent quant à elles stables sur l'or et l'argent et progressent sur le segment du bijou fantaisie. Tendances Le nombre de bijouteries et horlogeries devrait continuer de diminuer dans les prochaines années, en particulier en centre-ville. (2) Source : INSEE, ESANE.

Related: