background preloader

Désinformation

Facebook Twitter

Decodex

Pourquoi la désinformation fonctionne et comment la contrer. Alors que les exemples de désinformation ne manquent pas, notamment sur la scène politique, le chercheur en psychologie Stephan Lewandowsky de l'Université of Western Australia et ses collègues (1) décrivent, dans un article paru dans la revue Psychological Science in the Public Interest, les facteurs cognitifs qui font que certaines personnes adhèrent si fortement à certains éléments de désinformation.

Pourquoi la désinformation fonctionne et comment la contrer

Ils identifient certaines techniques qui peuvent être efficaces pour contrecarrer les croyances erronées. La raison principale pour laquelle la désinformation fonctionne, estiment-ils, est que le rejet de l'information exige un effort cognitif. Évaluer la plausibilité et la source d'un message requière plus de ressources cognitives et motivationnelles que d'accepter simplement le message comme vrai. Si un sujet n'est pas très important pour une personne ou si elle a d'autres choses à l'esprit, la désinformation est plus susceptible de fonctionner. Les discours médiatiques. Passionnant numéro de la revue TDC – Les Outils Tice. La revue TDC du réseau Canopé finit l’année scolaire avec un passionnant numéro spécial consacré aux « discours médiatiques ».

Les discours médiatiques. Passionnant numéro de la revue TDC – Les Outils Tice

Un numéro indispensable à tous ceux qui s’intéressent à l’éducation aux médias. Je vous le recommande. Je le recommande aussi à tous les étudiants en journalisme et aux confrères en activité. Désinformation et rumeurs - Canopé. L’info était bidon… mais elle est toujours en ligne sur ton site, coco. Pour aider les internautes à distinguer le vrai du faux, les médias ont lancé des rubriques de fact checking et passent en revue toute la journée des déclarations politiques, des légendes urbaines croquignolesques ou des reportages de la télé russe — un exercice aussi sain que sans fin.

L’info était bidon… mais elle est toujours en ligne sur ton site, coco

Mais que se passe-t-il quand les sites d’actu sont eux-mêmes à l’origine de la diffusion d’une info bidon ? Font-ils preuve de la même exigence envers leurs propres contenus ? Que deviennent les articles concernés quand ils sont démentis, parfois brutalement, deux heures ou deux jours plus tard ? Pour le savoir, j’ai mené une petite expérience. Après une rapide consultation sur Twitter et sur Facebook, j’ai sélectionné cinq histoires récentes. Le parcours du #badbuzz. Comment se construit une fausse alerte.

Cancer du sein et environnement par Catherine Hill - 23 septembre 2016 « La vérité sur le cancer du sein ».

Comment se construit une fausse alerte

Le Nouvel Observateur du 8 septembre 2016 (en partenariat avec France Info) nous promet en couverture des « révélations sur une crise sanitaire ». Pour ce faire, la parole est donnée à André Cicolella, présenté comme exerçant la « profession » de « lanceur d’alerte » et étant devenu le « cauchemar des industriels et des pouvoirs publics ». La thèse est la suivante : le nombre de cancers du sein exploserait à travers le monde. Remarquons que « l’alerte » passe par un livre, un hebdomadaire, une radio du service public, mais par aucune publication scientifique évaluée par les pairs. Examinons en détail les arguments avancés et confrontons-les aux données scientifiques acquises. Figure 1, Echelle verticale : taux pour 100 000 à âge égal (standard européen) Esprit critique. Manipulation.

Vérifier l'information

Biais cognitifs. Surcharge informationnelle. Ethique(tte) News is bad for you – and giving up reading it will make you happier. In the past few decades, the fortunate among us have recognised the hazards of living with an overabundance of food (obesity, diabetes) and have started to change our diets.

News is bad for you – and giving up reading it will make you happier

But most of us do not yet understand that news is to the mind what sugar is to the body. News is easy to digest. The media feeds us small bites of trivial matter, tidbits that don't really concern our lives and don't require thinking. That's why we experience almost no saturation. Unlike reading books and long magazine articles (which require thinking), we can swallow limitless quantities of news flashes, which are bright-coloured candies for the mind. News misleads. We are not rational enough to be exposed to the press. News is irrelevant. News has no explanatory power. News is toxic to your body. News increases cognitive errors. David Puttnam: Does the media have a "duty of care"?

InfoTrack : Formation aux compétences informationnelles. Tomber de Charybde en Scylla. Cette expression est employée depuis le XIVe siècle, mais elle remonte à l'Antiquité.

Tomber de Charybde en Scylla

Jean de la Fontaine l'a utilisée dans "la vieille et les deux servantes" ( ) où il conte l'histoire de deux servantes qui, étant dérangées dès le chant du coq par leur patronne, crurent bon d'égorger l'animal. Hélas, une fois l'animal passé de vie à trépas, la vieille, craignant de laisser passer l'heure du réveil, n'arrêtait plus de les déranger. A l'origine Charybde et Scylla auraient été deux dangers du détroit de Messine, entre l'Italie et la Sicile, le premier étant un tourbillon, le second un écueil.Les marins qui cherchaient à éviter le premier allaient périr en s'écrasant sur le second.

Médias français : qui possède quoi, par Marie Beyer & Jérémie Fabre (Le Monde diplomatique, juillet 2016) Cette infographie sur les médias français réalisée avec l’association Action-Critique-Médias (Acrimed) est une refonte de la carte du Parti de la presse et de l’argent (PPA) conçue pour Le Plan B en 2007 et mise à jour à l’occasion de la sortie du documentaire Les Nouveaux Chiens de garde en 2012.

Médias français : qui possède quoi, par Marie Beyer & Jérémie Fabre (Le Monde diplomatique, juillet 2016)

Voir aussi « Le pouvoir médiatique en France », une adaptation de cette infographie sous forme d’affiche, imprimée avec l’édition de décembre 2016. Plutôt que l’exhaustivité, nous avons fait le choix de la lisibilité, en simplifiant l’information. Ainsi, seuls les principaux propriétaires des médias sont indiqués, plutôt que la multitude de petits actionnaires qui cohabitent souvent avec eux (1). Médias et Information : il est temps de tourner la page, par Viktor Dedaj. Jesselyn Radack, avocate.