background preloader

DESINFORMATION

Facebook Twitter

Attentats ; les hoaxes de l’extrême-droite démontés un par un - Le KaC. L’excellent site démonte un par un les hoxes que l’extrême-droite, si peu certaine de son idéologie, invente pour ratisser large. Ainsi, une si "belle" occasion ne va peut être pas se reproduire pour l’extrême droite. Surfant sur la légitime émotion de compassion et de colère, elle tente par tous les moyens de continuer le travail que les terroristes ont commencé.

C’est pourquoi on assiste à un déferlement de hoaxes et d’intoxs sur internet. Heureusement traité cette fois massivement par les médias mainstreams… Voici notre contribution à cette lutte La suite sur. Les rumeurs prolifèrent sur les réseaux sociaux après les attentats de Paris. C'est malheureusement presque devenu une habitude lors des événements de cette ampleur, des rumeurs et autres détournements sont largement diffusés sur les réseaux sociaux. La même femme aurait donc échappé à plusieurs si l'on en croit le message qui accompagne un photomontage largement partagé ces dernières heures sur Twitter : la bombe du marathon de Boston, "shooting at school" et les attentats de Paris. Sauf que... Le collage des trois femmes en bas de l'image vient des Etats-Unis.

Il a été utilisé par des adeptes de la théorie du complot pour tenter de montrer que les massacres de Sandy Hook, d'Aurora et l'attentat de Boston étaient des inventions du gouvernement et des médias. Sauf qu'il s'agit de femmes différentes : A lire aussi : Non, la même femme n'apparaît pas à chaque tuerie aux Etats-Unis La photo du haut a donc été ajouté au photomontage américain. Sauf que.. C'est un petit texte d'hommage à la France qui a été partagé à de très nombreuses reprises sur les réseaux sociaux.

Attaques à Paris : les rumeurs et les intox qui circulent. Dans le sillage des fusillades à Paris et en région parisienne, de nombreuses réactions de soutien ont émergé sur les réseaux sociaux, mais aussi des rumeurs et de fausses informations. Le gouvernement a mis en garde contre la propagation de ces rumeurs et édité un guide de bonne conduite, les #MSGU, ou pratique des Médias sociaux en gestion d’urgence. Voici les principales, ainsi que l’explication de leur caractère erroné. 1. Non, quatre policiers n’ont pas été tués Des chaînes d’information et quelques sites ont diffusé durant la nuit une information erronée évoquant quatre policiers tués en neutralisant les assaillants au Bataclan, qui s’est répandue très rapidement. En revanche, un policier en civil, qui n’était pas en service, a été tué rue de Charonne. 2.

D’autres médias ont pu donner des informations non avérées, comme dans ce tweet, très relayé. En réalité, il n’y a eu aucune confirmation sur des fusillades ou des victimes aux Halles, à Belleville, au Trocadéro ou à République. 3. Toutes les intox qui circulent sur les attentats... et nos conseils pour s'en prémunir. C'est désormais la règle : chaque fait d'actualité est l'objet de rumeurs, de faux ou de déformations diverses sur les réseaux sociaux. La vague d'attentats qui a frappé Paris vendredi n'a pas échappé à ce phénomène de bullshit viral. Voici quelques exemples. Et quelques conseils sur la manière de s'en prémunir. 1) Se méfier de la précipitation, des interprétations hâtives et des bruits qui courent (y compris les bruits de pétards) #L'INCENDIE DE CALAIS La rumeur s'est répandue autour d'une heure du matin, vendredi.

Un incendie aurait été déclenché à Calais. Immédiatement, certains twittos font le lien avec les attaques terroristes. Les migrants auraient mis le feu en solidarité avec les terroristes (version fachosphère) D'autres véhiculent l'idée que les terroristes ont aussi attaqué les réfugiés... Puis certains «corrigent» la rumeur... en affirmant qu'il n'y a pas eu d'incendie. Car, oui, un incendie s'est bien déclaré. 2) Se méfier des photos #LES TERRORISTES ABATTUS...

Le mal est fait. Attentats de Paris - Facebook : la vidéo d'islamistes dans le métro à Paris est un hoax. Ces images avaient déjà fait le buzz après les attentats contre Charlie Hebdo, en janvier dernier. Une simple vidéo, postée en mode public sur Facebook, prétendait montrer des provocations islamistes dans le métro parisien, que les médias ignoreraient sciemment. Postée les 11 et 12 janvier sur deux profils différents, elle affiche aujourd'hui un total de presque 20 millions de vues, et circule de nouveau sur les réseaux sociaux depuis les attentats qui ont ensanglanté Paris le vendredi 13 novembre.

"J'ai vu une vidéo où une meuf dit 'ce drapeau sera à l'Élysee'. Franchement j'aime pas ce genre de réaction. Attention à l'amalgame", commente un twitto. Sans que ceux qui s'excitent en la diffusant ne précisent que la vidéo date... de 2010, comme metronews l'avait déjà montré en janvier. Sur ces images, qui durent presque une minute, on peut voir un petit groupe d'hommes et de femmes vociférant des "Allahou akbar" dans une station du métro parisien. "Forsane Alizza" dissous en 2012. Charlie from Paname. La DGSI au rapport. Attentats du 13 novembre : 7 conseils pour déjouer les rumeurs.

Les intox et les fausses informations se multiplient rapidement sur Internet ou par SMS après des événements angoissants. Comment s’en prémunir. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter Partager Tweeter fermer A chaque événement angoissant (attentat, explosion), les informations arrivent au compte-gouttes et sont parfois contradictoires selon les sources. Partez du principe qu’une information donnée sur le web par un inconnu est par défaut plus fausse que vraie.Fiez-vous plutôt aux médias reconnus, aux journalistes identifiés. Hoaxbuster.com - #stopalertesparsms TOUTES les alertes... La lettre d'Eric Cantona après les attentats... est en fait celle d'Eric Montana. C’est une lettre franche au titre accrocheur, «Le meilleur des mondes» : «Voici les vrais responsables de nos malheurs (Sarkozy, Hollande et Marine…)».

Partagée plus de 50 000 fois sur Facebook, cette analyse est présentée comme la réaction post-attentat d’Eric Cantona, condamnant la classe politique actuelle (FN inclus) et regrettant les beaux jours de la diplomatie à la Chirac. La lettre commence par les clichés d’une douce France qui n’existe plus : «Jusqu’à Jacques CHIRAC, la France n’avait que des amis et des alliés dans le monde arabe. La France était perçue comme une nation qui partout favorisait la paix et le dialogue.» La suite, selon la lettre, c’est le chaos : avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy, «nos amis d’hier sont devenus nos ennemis. Nos alliés d’hier sont devenus nos adversaires d’aujourd’hui». Dans les milliers de réactions, des félicitations émues sur le «courage» et le «franc-parler» de ce «grand joueur» devenu «grand homme». Or, ce communiqué viral n’est pas de lui.

Attentats du 13 novembre: attention, de fausses infos circulent, ne vous faites pas piéger. Ceci est une fausse alerte publiée sur Facebook (CAPTURE FACEBOOK) Hélas, comme à chaque événement tragique d'ampleur internationale, les rumeurs, fausses infos, intox et récupérations nauséabondes ont commencé à pulluler à peine quelques minutes après les attentats du 13 novembre. Cette pratique n'est évidemment pas nouvelle : depuis qu'Internet est entré dans tous les foyers, c'est le cas. La différence aujourd'hui, c'est qu'avec l'avènement des réseaux sociaux, la vitesse de propagation ainsi que la portée se sont amplifiées de manière drastique.

Naïvement, on pourrait croire que les propos les plus stupides seront rapidement démentis par la masse des internautes censés. Hélas, rien n'est si simple. Des intox trop nombreuses De la responsabilité des réseaux sociaux Voyons les faits tels qu'ils sont. En France, le réseau social vraiment populaire, c'est Facebook (avec plus de 30 millions d'utilisateurs). Problème, les responsables du réseau ne retirent jamais rien.

Un vrai problème de société. Toutes les intox qui circulent sur les attentats... et nos conseils pour s'en prémunir. Attentats du 13 novembre : les quatre nouvelles intox qui circulent. Après les attaques de vendredi soir, les réseaux sociaux ont vu passer, durant le week-end, des dizaines de rumeurs, et de nombreuses photos trafiquées. Trois jours plus tard, le flot ne se tarit pas. Voici une sélection de nouvelles informations que les internautes continuent de partager lundi sans les vérifier, alors qu’elles sont fausses ou datées. 1. Le cas de « Zouheir », le vigile héroïque du Stade de France Première histoire : celle d’un agent de sécurité au Stade de France, qui aurait, par son comportement héroïque, empêché les kamikazes d’entrer dans l’enceinte sportive et de commettre encore plus de dégâts.

Un texte, publié par une internaute américaine prénommée Rebekka sur son compte Twitter, a été très relayé sur les réseaux sociaux : [Traduction : nous avons tous vu la vidéo du match de football France-Allemagne, au moment où l’explosion a retenti et où les joueurs se sont regardés, intrigués et confus. Il s’appelle Zouheir, il est musulman.] L’histoire est très belle. 2. 3. ETATS D’URGENCE (3/5) : Rumeurs, "Hoax", "Fake"… émotions sur les réseaux sociaux.

RUMEURS CHARLIE