background preloader

AP- Alimentation et agriculture

Facebook Twitter

Compléments au film Food Inc.

En Andalousie, plongée dans l’enfer des serres de tomates bio. Campohermoso. « Le joli champ ».

En Andalousie, plongée dans l’enfer des serres de tomates bio

Rarement localité aura aussi mal porté son nom. Pas une herbe folle, pas un coquelicot, pas un arbre, pas un ruisseau, pas un chant d’oiseau, pas un battement d’aile de papillon dans cette campagne andalouse. Le coût de la viande bon marché, par Agnès Stienne (Le Monde diplomatique, avril 2013) A chaque scandale alimentaire, le même scénario se répète.

Le coût de la viande bon marché, par Agnès Stienne (Le Monde diplomatique, avril 2013)

Les politiques grognent, les industriels beuglent, la grande distribution bêle, et tous reprennent de concert : transparence ! Traçabilité ! Étiquetage ! Des mesures annoncées haut et fort, et tant de fois répétées… pour mieux persévérer. Si l’on veut comprendre pourquoi, il faut élargir la focale et passer de l’étiquette des lasagnes fourrées au « bœuf » à la carte du monde, où s’entrecroisent les fils d’un système agricole en pleine recomposition. Un système dévolu à la poursuite d’un unique objectif : produire à grande échelle pour l’exportation, en créant des pôles de spécialisation afin de dégager plus de profit.

L’alimentation bio réduit significativement les risques de cancer. La présence de résidus de pesticides dans l’alimentation conventionnelle pourrait expliquer la baisse de 25 % du risque chez les grands consommateurs de bio. Pour les agences réglementaires, les résidus de pesticides dans l’alimentation ne présentent aucun risque pour la santé. Mais un corpus scientifique récent, sur les effets des mélanges de molécules et des expositions chroniques à faibles doses, suggère que les risques posés par les traces de produits phytosanitaires sont, au contraire, bien réels pour le consommateur. Une étude épidémiologique française, publiée lundi 22 octobre dans la revue JAMA Internal Medicine, est ainsi la première à pointer de tels risques dans la population générale, s’agissant du cancer.

Quand manger bio n'est pas si bio : 60 millions de consommateurs alerte. Les serres chauffées, emblèmes d’une industrialisation du bio. Deje de comprar comida ecológica si quiere salvar el planeta. No pocas etiquetas de productos biológicos (aquellos productos que aseguran no haber sido tratados con ningún tipo de pesticida que no sea natural; que han sido cultivados respetando los ciclos propios de la naturaleza y no han sido modificados genéticamente) le prometen no solo un sabor auténtico, sino que al elegirlos contribuirá a cuidar la naturaleza.

Deje de comprar comida ecológica si quiere salvar el planeta

Pourquoi la viande est-elle si nocive pour la planète ? Jamais nous n’avons produit et consommé autant de viande qu’aujourd’hui. En 2017, 323 millions de tonnes ont été produites dans le monde, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Chaque année, ce sont 65 milliards d’animaux qui sont tués (soit près de 2 000 animaux… par seconde) pour finir dans nos assiettes. Une production massive qui n’est pas sans conséquences sur notre environnement. L’élevage responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre La viande, plus que tout autre aliment, coûte cher à la planète.

Toutes les viandes n’ont toutefois pas un coût égal et certaines sont plus gourmandes en ressources que d’autres. Comment créer un avenir alimentaire durable ? Le 5 décembre dernier, le World Resources Institute, en partenariat avec la Banque mondiale, l’ONU pour l’environnement, le Programme des Nations Unies pour le développement et les agences françaises de recherche agronomique, a rendu un rapport intitulé "Créer un avenir alimentaire durable".

Comment créer un avenir alimentaire durable ?

Les Bonnes Choses reviennent sur le diagnostic et les solutions préconisées dans ce rapport qui donne des solutions pour nourrir les 10 milliards de Terriens que comptera le monde en 2050, en se penchent sur la nécessaire révolution alimentaire à conduire pour permettre à une population toujours plus nombreuse de se nourrir toujours plus sainement dans un climat toujours plus dégradé. Comment créer un avenir alimentaire durable ? Pour aller plus loin : Une courte vidéo vous donnant quelques éléments. Un diaporama de National Geographic. Les batailles de la viande (1/4) : Une histoire de l’homme carnivore. Du pâté au Moyen-Âge aux disettes de la Révolution en passant par l'introduction de la viande de bœuf à la table du roi Louis XVI, la consommation de la viande en France suit un mouvement loin d'être linéaire.

Les batailles de la viande (1/4) : Une histoire de l’homme carnivore

Marqueur social entre tous, la consommation carnée rythme l'histoire de France. C’est une série consacrée à la viande que nous vous proposons cette semaine, depuis les premières prises de chasse de l’homo habilis il y a deux millions d’années jusqu’aux chaînes de production contemporaines. Demain, on s’intéressera à la filière viande : quel est l’itinéraire d’un bifteck, des prairies à nos assiettes ? Mercredi, ce sont les conditions de travail dans les abattoirs qui nous occuperont, après la multiplication des scandales largements médiatisés, et jeudi, enfin, on tentera de dessiner l’avenir des relations entre l’homme et l’animal. Mais tout d’abord, retour sur l’histoire de notre alimentation carnée.

Les batailles de la viande (2/4) : Itinéraire d'un bifteck. Le XXe siècle a vu les élevages de bêtes se densifier, les productions se rationaliser et la viande devenir une marchandise échangée au niveau mondial.

Les batailles de la viande (2/4) : Itinéraire d'un bifteck

Les batailles de la viande (3/4) : Dans la cuisine des abattoirs. La conjonction entre l’augmentation de l’intérêt pour le bien-être animal, le souci d’une meilleure consommation alimentaire et une prise de conscience des ravages du productivisme font de l’abattoir un laboratoire sociétal des crises que notre société traverse. Troisième épisode de notre série consacrée à la viande. Aujourd’hui, nous allons pénétrer dans la cuisine des abattoirs. Depuis la diffusion des vidéos de l’association L214, jamais la question du bien-être animal n’a été aussi présente dans le débat public et pourtant, les actes de cruauté n’ont pas cessé, comme en témoigne ces images choquantes tournées au début du mois dans un abattoir de l’Indre.

Des images qui posent question car elles jettent l’opprobre, semble-t-il, sur les ouvriers chargés de la mise à mort quand c’est le système tout entier qu’il faudrait interroger et c’est justement ce à quoi nous allons nous atteler dans l’heure qui vient. Les batailles de la viande (4/4) : Par-delà l'animal ? Sécurité alimentaire - EUR-Lex. La consommation de viande bovine. La viande de bœuf est la deuxième viande la plus consommée après la volaille. Pour de nombreux consommateurs, l’idée selon laquelle la consommation de viande de bœuf est élevée est courante. Interbev. Interbev. Elevage bovin. L'impact de la viande sur les humains, les animaux et l'environnement. Latlasdelaviande. LoveMEATender. Impuesto-carne-roja-procedada-salvaria-vidas. Un estudio del Departamento de Salud Pública Nuffield y del Programa sobre el Futuro de los Alimentos de la Escuela Oxford Martin, ambos pertenecientes a la Universidad de Oxford, refleja que un impuesto a la carne podría salvar más de 220.000 vidas.

impuesto-carne-roja-procedada-salvaria-vidas

Una tasa que se sumaría a la que reciben otros productos que afectan a la salud, como el tabaco, el azúcar o el alcohol. Le lobby de la malbouffe tue. Les conclusions du rapport de la commission d’enquête parlementaire sur l’alimentation industrielle, présentées le 26 septembre à l’Assemblée nationale, sont sévères.

Le lobby de la malbouffe tue

Chronique. « Ces attaques sont une caricature ! », s’est insurgé Richard Girardot, le président de l’Association nationale des industries alimentaires, le ­1er octobre, après la publication du rapport de la commission d’enquête parlementaire sur l’alimentation industrielle présenté le 26 septembre à l’Assemblée nationale. Il faut dire que ses conclusions sont sévères : s’appuyant sur les nombreuses études qui établissent une corrélation nette entre la consommation régulière d’aliments « transformés et ultra-transformés » et les risques de cancer, de surpoids, d’obésité, de diabète, d’hypertension et de maladies cardio-vasculaires, le président de la ­commission parle d’une « mauvaise alimentation » qui « rend malade, voire tue ». « Education alimentaire »

Le bio peut nourrir l’Europe. Herbicides, fongicides, insecticides, engrais de synthèse… Et si les Européens décidaient de se passer de ces drogues dures qui pourrissent leur vie ainsi que la nature ?

Le bio peut nourrir l’Europe

Leur agriculture serait-elle encore assez productive ? Continuerait-elle à les nourrir ? Et à fournir les pays du Sud qui en ont besoin ? La réponse est oui. Des chercheurs de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) ont modélisé ce que pourrait être une Europe agroécologique à l’horizon 2050, en prenant pour hypothèse structurante l’abandon des pesticides et des fertilisants de synthèse. Nouveau régime alimentaire. Les Français consomment toujours moins de viande. Les assises de l'élevage et de l'alimentation se déroulent cette semaine à Rennes.

Les Français consomment toujours moins de viande

Parmi les préoccupations des professionnels du secteur figure la baisse de la consommation de viandes : selon une étude publiée la semaine dernière, la consommation de viande a baissé de 12% en dix ans. En dix ans, la consommation de viande par les Français a baissé de 12% : c'est ce qu'il ressort d'une étude du Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) publiée la semaine dernière, alors que les professionnels de l'alimentation sont réunis cette semaine à Rennes pour les Assises de l'élevage et de l'alimentation.

Entre 2007 et 2016, la consommation moyenne de viande est passée de 153 à 135 grammes par jour et par personne. La consommation de viande en France recule depuis dix ans. Les viandards impénitents sont-ils une espèce menacée ? Selon une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc), publiée mardi 4 septembre, la consommation de viande a baissé de 12 % en France au cours de la décennie écoulée.

Prix, impact sur la santé et considérations environnementales permettent, en partie, d’expliquer ce constat mis en lumière ces dernières années par plusieurs études. Depuis 2007, le Crédoc mène tous les trois ans une enquête intitulée « Comportements et consommations alimentaires des Français ». En 2016, un échantillon de 1 925 adultes âgés de 15 ans et plus et de 1 164 enfants de 3 à 14 ans a été interrogé, selon une méthode immuable. « Nous demandons de renseigner tout ce qui a été mangé pendant sept jours, lors des repas et hors repas, que ce soit au domicile ou à l’extérieur », détaille Gabriel Tavoularis, directeur d’étude et de recherche au Crédoc. Géopolitique de l'obésité. Autour de Christine Ockrent : Avec Francesca Colombo, chef de la division Santé à l'OCDE.

L'OCDE a publié en 2017 le Panorama de la santé. Arnaud Basdevant, Professeur émérite, Chef du service de Nutrition à l'hôpital Pitié-Salpêtrière. Il a dirigé l’ouvrage collectif de référence, Traité médecine et de chirurgie de l'obésité aux editions Lavoisier-Médecine Sciences, en 2011. Georges Vigarello, historien-anthropologue, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Fabrice Etilé, Professeur associé à l’Ecole d’économie de Paris et Directeur de recherche INRA. Comment nourrir tout le monde ? - Accessibilité. « On peut manger du local plein de pesticides » « Manger local » n’est pas une fin en soi, mais un moyen vers d’autres fins.

Or, vantée par tous les bords politiques, mise en avant par les supermarchés, la notion a été dévoyée, souligne la géographe Flaminia Paddeu. Flaminia Paddeu, enseignante-chercheuse en géographie à l’université Paris-XIII, travaille sur l’engagement associatif environnemental et alimentaire en France et aux Etats-Unis. Elle est l’auteure de « Manger local. Leurres et promesses », publié dans la revue Vacarme (n° 81, octobre 2017). Agriculture et économie des champs (2/4) : Joyeuse PAC. Deuxième jour de notre série consacrée à l’agriculture et l’économie des champs. Manger local ? « Je pensais que ça aurait été plus compliqué et plus cher » L’alimentation en circuit court n’est plus marginale en France, elle gagne du terrain dans tous les milieux sociaux.

Des locavores fraîchement convertis racontent ce que cela a changé dans leur quotidien. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Céline Mordant. Élevage intensif : 10 raisons de tout changer. AGRICULTURE - L'élevage et en particulier les vaches polluent, c'est bien connu. Les bovins émettent du méthane lorsqu'ils pètent, mais ils sont aussi responsables de l'émission d'autres gaz à effet de serre, au premier chef desquels le dioxyde de carbone. En cause? Le fourrage, nécessaire à leur alimentation (45%), mais aussi la décomposition du fumier(10%), au point qu'en 2006, la FAO avait tiré la sonnette d'alarme dans un rapport qui a fait date.

Un monde d'alternatives. Poules enfermées dans des cages minuscules, poulets estropiés d’avoir grandi trop vite, truies en stalle contraintes à l’immobilité, canards et oies gavés... les animaux dans les élevages ont généralement des conditions d’existence misérables. Organisation dédiée au bien-être des animaux de ferme. En Bretagne, l'élevage bio met les cochons sur la paille, pas les éleveurs.

Des cochons élevés sur paille, libres de se dégourdir les pattes à l'extérieur, nourris aux céréales bio et soignés aux huiles essentielles: l'agriculteur Bernard Buet a coupé les ponts avec l'élevage intensif, convaincu qu'au final "tout le monde s'y retrouve", y compris financièrement. Manger mieux sans payer plus, c’est possible, assure WWF France. Dans une étude publiée jeudi, l’ONG compose une alimentation plus saine et respectueuse de l’environnement au prix du panier standard des Français.

L’UFC-Que choisir dénonce les « marges exorbitantes  » de la grande distribution sur les fruits et légumes bio. Pourquoi nous consommons de moins en moins de viande. Que se passerait-il si tout le monde était végan ? Révoltés par l’abattoir, alléchés par le steak. Véganisme : enquête sur une révolution de palais. L’industrie alimentaire se détourne en masse des œufs de poules en cage. Crise de l’élevage : comprendre la fixation des prix, des marges et des subventions. Tuer n’est pas une fête, par Vincent Message. Le paradoxe de la viande. Comprendre les raisons de la crise des éleveurs. Outils pédagogiques Starting Block - Dossier pédagogique ALIMENTERRE 4ème-BTS. Gaspillage alimentaire. Des GES dans mon assiette.

La Politique agricole commune (PAC) Histoire de la PAC - 50 ans de PAC. La viande dans l'accord de libre-échange entre UE et USA: les différences de normes d'élevage que craignent les éleveurs. Le gaspillage alimentaire à l’origine d’un gâchis écologique. Le modèle agricole intensif breton est à bout de souffle. Alimentation : trop de viande nuit à la planète. Plongée dans l’univers sordide des élevages en batterie de poules pondeuses. La « ferme des mille vaches » : retour sur trois ans de conflits. La Roumanie est en passe de redevenir le grenier de l’Europe. Le bœuf, une source de protéines qui coûte cher à l'environnement.