background preloader

Agriurbain - Réseau Francophone - Réfléchir à l'agriculture urbaine et périurbaine

Agriurbain - Réseau Francophone - Réfléchir à l'agriculture urbaine et périurbaine

http://agriurbain.ning.com/

Vertigo - vol 10 - Agriculture urbaine Sous la direction de Eric Duchemin (VertigO - La revue électronique en sciences de l’environnement) (Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal) (Université du Québec à Montréal), Luc Mougeot (CRDI, Canada) et Joe Nasr (Collège Ryerson, Canada) Depuis maintenant plus d’une décennie - selon la plus récente estimation disponible – ils sont mondialement environ 800 millions à pratiquer l’agriculture urbaine (AU). 200 millions d’entre eux réalisent de la production de marché et 150 millions le font à plein temps. Ces gens produisent environ 15% de la production mondiale de nourriture. Selon les prédictions, ce pourcentage pourrait doubler dans la prochaine génération. Depuis 1996, les chiffres disponibles pour certaines villes ont démontré une augmentation du nombre de producteurs, de production et de valeur dans cette activité urbaine.

Novembre-Décembre Patrimoine de l'écologie et écologie du patrimoine Colloque international - Appel à contributionsLieu : Université de Versailles, 11-12 octobre 2012Date limite pour la soumission des propositions : 31 décembre 2011Pour plus d'informations Jardins secrets en Seine-Maritime Expositions-Ateliers Dates: 26 mars-17 décembre 2011Pour plus d'infos Macadam Gardens Le Bilan de ce premier été sur le potager de la clinique a été très positif. Beaucoup de salariés se sont impliqués dans l’entretien du potager d’entreprise et certains se sont même découvert une passion pour le jardinage. Plus de 400kg de légumes et aromatiques ont été récoltés sur le toit de la clinique et cuisiné directement à la cantine le midi, pour le plus grand plaisir des salariés et des patients. Après une pause estivale, nous avons relancé une production sur notre potager hors sol dans le parc de Belleville.

Farm City Le mode alimentaire américain basé sur une très forte consommation de viande de boeuf est une catastrophe écologique pour la planète - voir là et là, et risque de dévenir un enjeu d'aménagement urbain essentiel dans les décennies à venir - voir là. D'autres vont plus loin en imaginant carrément des immeubles associant en plein coeur de villes des élevages verticaux couplés à des abattoirs. C'est notamment le cas d'Amir Yousefi avec son projet "Carnivore Factory".

Et si on transformait le toit de votre immeuble en potager ? Une ferme Lufa sur un toit de Montréal (Fermes Lufa) Une batavia fraîchement cueillie qui craque sous la dent est un plaisir simple mais difficile à satisfaire pour un citadin. A mesure que les villes s’étendent et que les bonnes terres agricoles s’épuisent, l’appétit des consommateurs pour les produits frais et locaux se fait plus pressant. Pourquoi ne pas développer des cultures maraîchères en ville sur l’espace inutilisé des toits ?

L'agriculture Nantes Métropole mène une politique de soutien et de développement de l'agriculture, composante importante de son identité et acteur économique de l'agglomération nantaise.Avec un territoire marqué par 15 000 ha de zones agricoles et 15 500 ha de zones naturelles (dont 9 500 ha de zones humides), l’activité agricole reste une activité économique importante, avec près de 330 exploitations, 1 400 emplois directs et une très grande diversité de productions et des produits locaux emblématiques. L’agriculture au service de la biodiversitéPour favoriser la prise en compte de la biodiversité dans les pratiques agricoles, Nantes Métropole entreprend des « diagnostics biodiversité » au sein de sept exploitations volontaires, dont la ferme fruitière Les Trois Villages, à Carquefou.

Engagements VivAgora est membre du Bureau européen de l’environnement (BEE), du Comité 21 et du Rassemblement pour la planète . Elle a signé les 32 engagements du Pacte Civique Elle est membre du groupe nanotechnologies de l’AFNOR , et du Comité sectoriel nanotechnologies de l’Agence nationale de la recherche Voici quelques engagements des dernières années. Intervention au meeting Pugwash à l'Unesco , 15 mars 2012. Texte et diaporama . Les prémices de l'agriculture urbaine Les Nations Unis ont récemment estimé que la population sur la surface du globe serait de 9 milliards de personnes à l’horizon 2050….soit une augmentation de près de 40% par rapport à la situation actuelle. Simultanément, d’ici 2050, les projections font apparaitre que 80% des habitants de la planète seront des citadins. L’extension des villes, ainsi que leur densification, vont engendrer des problèmes logistiques et de sécurisation alimentaire. Avec des fermes de plus en plus éloignées des centres ville, des temps de transports rallongés et un risque accru du développement de la monoculture intensive, la question de l’agriculture urbaine va se faire de plus en plus pressante dans les années à venir et des ébauches de solutions sont en cours.

Dépollution des sols : la Chine cultive les plantes" accumulatrices" Les premières mentions de fougères utilisées comme accumulateurs d’arsenic remontent à 2001, année de la publication d’un article dans Nature. Le 3 juin 2009, le China Daily a publié un long entretien avec Chen Tongbin, spécialiste des sols à la CAS (Académie Chinoise des Sciences). Ce chercheur explique qu’après de longues années de travaux, il a mis au point une remédiation des sols pollués à l’arsenic dès 1999.

Retour à la terre en pleine ville Dans une salle du centre de formation du parc naturel du Maharashtra, on croise des informaticiens, des avocats, des médecins, des étudiants, des personnes âgées et des adolescents boutonneux. Pour eux, Preeti Patil est une célébrité. Ils ont tous lu comment cette femme, responsable de la restauration au sein de l’administration portuaire de Bombay, a galvanisé son service en transformant la terrasse de 280 mètres carrés jouxtant la cantine en une “forêt” luxuriante. Ils sont sidérés d’apprendre que son potager recycle les 20 kilos de déchets produits quotidiennement par la cuisine de la cantine. Et qu’elle y récolte des légumes incroyablement savoureux, parmi lesquels des épinards, des gombos, des aubergines et des tomates cerises, que les salariés mangent souvent crus et, bien sûr, des fruits comme les goyaves, les pommes cannelle, les mangues, les bananes et même les noix de coco d’un gigantesque palmier planté contre le mur de la terrasse. vvv

Les vidéos pratiques [VIDEO] Premier pas d’apiculture urbaine : trouver LE lieu Installer une ruche en ville est très simple. Il vous suffit de disposer d’un lieu calme, dédié aux abeilles : un toit, une terrasse, un fond de jardin ou même … Continuer à lire [VIDEO] Allumer un enfumoir Si vous utilisez votre enfumoir à bon escient, vous pourrez visiter vos ruches en toute tranquillité. Nicolas Géant vous dévoile les trucs et astuces pour obtenir une fumée blanche et … Continuer à lire Phytoremédiation, les désillusions Les plantes capables d'accumuler les polluants suscitent un grand espoir pour la réhabilitation des sols contaminés. Pourtant, toutes les étapes du processus ne sont pas encore maîtrisées. La communauté scientifique s'était peut-être emballée un peu trop rapidement sur la phytoremédiation, cette technique de dépollution des sols par les plantes. « Depuis le début des années 80, époque où le concept s'est développé », comme le rappelle Jean-Louis Morel de l'Ecole nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires (INRA, Nancy), de nombreuses espèces hyper-accumulatrices ont pourtant été découvertes.

En Argentine, les habitants cultivent pour sortir de la crise - Agriculture urbaine Sur le bord de l’autoroute, ils sont plusieurs à bêcher, arroser ou récolter. Nous sommes à Rosario en Argentine, à 300 km au nord de Buenos Aires. Dans le bruit sourd des moteurs, plusieurs hectares très bien entretenus, où poussent légumes et fruits, jouxtent les quartiers les plus vulnérables de Rosario. Comment nourrir 9 milliard d'hommes Dans les principaux soucis que va devoir affronter l'Humanité dans les décennies à venir, celui de son alimentation semble un des moins inquiétants. En effet, l'Occident ayant résolu le problème, pour ce qui la concerne depuis 60 ans, il apparaît bien irréaliste de voir le spectre des famines revenir nous importuner. 1-L'alimentation de 9 milliard d'hommes, où est le problème? Et pourtant, à l'échelle de la planète, il paraît bien nécessaire de se préoccuper du problème. Nous allons être plus de 9 milliard en 2050. Avons-nous la capacité de les nourrir?

Related: