background preloader

Opt out of PRISM, the NSA's gobal data surveillance program - PRISM BREAK

Opt out of PRISM, the NSA's gobal data surveillance program - PRISM BREAK

http://prism-break.org/en/

Related:  Citizen reactionsInternet, Wifi et Réseaux décentralisésNSA | PRISMRessources et Outils numériquesGuide et ASTUCES | Protection numérique

Vie privée: «Il n'est pas trop tard pour se protéger de la NSA» - News High-Tech: Web Vie privée La surveillance d'internet était au cœur d'un congrès international lundi à l'EPFL. Nous y avons rencontré Jacob Applebaum, hacktiviste fondateur du réseau TOR, et proche de WikiLeaks. Interview Au travers du programme PRISM, la National Security Agency a mis en place un système généralisé d'écoutes sur internet, absorbant sans discernement des quantité gigantesques de données privées.Image: archive/Reuters

Wiki de l'internet libre Bienvenue ! L'objectif de ce wiki est d'établir une base de connaissances technique communes et vulgarisées qui nous permettra à tous de profiter d'Internet et de l'espace de liberté que ce formidable outil nous offre. Rédigez vos tutos ! Mettez des captures écrans ! "Pourquoi stocker toutes nos vies sur des serveurs aux Etats-Unis ?" Jérémie Zimmermann, porte-parole de la Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, était l'invité d'un chat avec les lecteurs du Monde.fr, mercredi 12 juin. Ark : Comment est-il possible que des programmes aussi sensibles que Prism puissent être approuvés par le Congrès américain, et que personne (le public) n'en sache rien ? Est-ce que l'objectif du programme est masqué ? Un acte du Congrès est public, me semble-t-il. Vaste question, qui a trait en grande partie à l'attitude des Etats-Unis à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

Google+ : bienvenue dans la Matrice La lecture de la semaine est un post du blog techno publié sur le site du Guardian, par Charles Arthur (@charlesarthur), journaliste. Son titre : "Google+ n'est pas un réseau social, c'est Matrix". "Presque tout le monde (moi inclus, dit Charles Arthur) a mal compris ce qu'était Google+. A cause de ressemblances superficielles avec des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter - on peut devenir "ami" avec des gens comme Facebook, on peut "suivre" des gens qui ne vous suivent pas, comme dans Twitter -, on a pensé que Google+ était un réseau social, et on l'a jugé sur ses bases, en concluant qu'il ne fonctionnait pas vraiment : un faible engagement et peu d'impact sur le monde extérieur. Si Google+ était un réseau social, force serait de constater qu'avec ses 500 millions de membres - soit près de la moitié de Facebook ce qui est colossal - ce serait un échec : on entend rarement parler de ce qui se passe sur Google+, et on reçoit peu de lien nous invitant à aller y voir.

le guide de la publicité comportementale Les sociétés listées ci-dessous sont quelques uns des fournisseurs qui travaillent avec des sites web pour collecter et utiliser des informations nécessaires à de la publicité comportementale. Utilisez les boutons ci-dessous pour contrôler et définir vos préférences en termes de publicité comportementale. Vous pouvez sélectionner ou dé-sélectionner d’un coup toutes les sociétés, ou définir vos préférences société par société. En cliquant sur le bouton “i” vous pourrez obtenir plus d’information sur chacune de ces sociétés, comme par exemple savoir si cette société a déposé des cookies pour de la publicité comportementale sur votre navigateur. En cas de problème pour définir vos préférences, n’hésitez pas à consulter la page d’aide.Merci de noter : cela ne désactive pas toutes les pubs internet mais seulement celles qui sont basées sur vos centres d’intérêt définis en fonction de votre activité internet et navigation antérieure.

Des milliers de citoyens allemands montrent l’exemple en manifestant contre la surveillance de la NSA Des milliers de manifestants ont participé samedi à Berlin à une manifestation pour dénoncer les atteintes à la vie privée, notamment par la surveillance des télécommunications par les services secrets comme l’agence américaine NSA. Le collectif d’organisations qui avait appelé à manifester sous le slogan «la liberté plutôt que la peur» – parmi lesquels figurent les Verts, le parti de gauche radicale Die Linke et le parti Pirate -, a revendiqué 20 000 manifestants. La police de Berlin a toutefois refusé de commenter ce chiffre ou de donner une estimation, se bornant à dire que ses «méthodes de comptabilisation sont différentes de celles des organisateurs». Dans le cortège, on pouvait voir des pancartes aux messages clairs comme «Arrêtez de nous espionner!» ou à l’ironie mordante comme : «Merci Prism (le programme d’espionnage mené par l’agence américaine NSA), grâce à toi le gouvernement sait enfin ce que veut la population».

PirateBox, le réseau qui veut faire sécession du net Crédits : David Darts Do it Yourself ! Prenez un routeur quelconque, branchez-y une clé usb. Téléchargez un petit fichier, et alimentez le tout par une batterie. Ça y est : vous avez une PirateBox. Ca m’énèrve #libre #microsoft #NSA #hadopi #pellerin #peillon #maman Maman, ça craint. Ton PC est vérolé. Il y a un virus dedans que les antivirus ne t’enlèveront pas: une back door comme ils appellent ça, c’est à dire un point d’entrée pour le gouvernement US. Non, non, tu n’as rien fait de mal, tu n’as pas attrapé ce virus, ça fait parti de ton Windows, c’était pré installé.

wget Wget est un programme en ligne de commande non interactif de téléchargement de fichiers depuis le Web. Il supporte les protocoles HTTP, HTTPS et FTP ainsi que le téléchargement au travers des proxies HTTP. Wget peut travailler en arrière-plan et ainsi vous permettre de lancer un téléchargement et de vous déconnecter du système ! utile car il ne requiert d'action de l'utilisateur et vous permet d'effectuer ses tâches en arrière plan, ce qui peut être très utile pour les téléchargements de données nombreuses et lourdes. Vous pouvez ainsi changer de session et laisser Wget finir le travail !

Anonymat et cryptage : les logiciels de téléchargement se rebiffent Intéressante mise en perspective : en France, l'arrivée d'Hadopi avait propulsé les internautes vers l'offre de streaming, qui n'était pas soumise au contrôle du net. Ainsi, on voyait exploser la demande illégale pour des sites offrant non plus du téléchargement d'oeuvres, mais de quoi les consulter directement . Un streaming qui allait donc bon train, jusqu'au moment où le FBI a mis la main sur le fondateur de MegaUpload, et fait fermer le service. Là, le net s'est retrouvé comme orphelin de tout un pan des services auxquels il recourrait. Un récent sondage avait par ailleurs démontré que l'offre légale ne suffirait pas pour faire oublier la fermeture de ce site, surtout quand cette offre légale manquait cruellement de tarifs attractifs.

Espionnage: Snowden soutenu par une majorité d'Américains, de Britanniques et de Canadiens, selon un sondage Selon un nouveau sondage international, une majorité de Canadiens et Britanniques auraient une opinion favorable d'Edward Snowden, mais pour les Américains, leur compatriote serait soit un héros soit un traître. Ce sondage effectué par Angus Reid Global conclut que le Canada est le plus grand partisan de l'ancien agent de la NSA, avec 67% d'opinions favorables, suivi par le Royaume-Uni (60%). L'opinion publique américaine est plus divisée: 51% des participants l'érigent en héros, tandis que les 49% restants en font un traître. L'opinion est aussi partagée entre jeunes et vieux, une majorité des Américains âgés de moins de 35 ans défendant Edward Snowden tandis que les plus de 55 ans le condamnent.

CLERMONT-FERRAND (63000) - "Pirate box": un réseau alternatif à Internet voit le jour à Clermont-Ferrand en 2011, par David Darts, professeur de technologie à l'Université de New York. Christopher Mendes, lui, est alors élève au lycée Roger-Claustres à Clermont-Ferrand. Il importe à son tour dans son internat ce boîtier wifi portatif, pour en faire profiter ses camarades. Depuis le 13 avril dernier, avec le concours de l’informaticien Scott Marlin, comme lui membre des Indignés du 63, Christopher veut désormais développer les "pirate box" à Clermont-Ferrand. Il les renomme "share box", "parce que ce nom fait bien moins peur aux gens".

Pour une autre innovation Comme le dit Bluetouff, le scandale Prism c’est effectivement comme si on se réveillait d’une gueule de bois qui a duré 12 ans, comme si il nous avait fallu tout ce temps pour digérer l’amère poussière de l’effondrement des tours du World Trade Center. Les scandales Prism et Verizon ne posent pas seulement la question de la surveillance d’Etat, mais de la surveillance tout court, celle dont nous sommes l’objet à l’heure des très grandes masses de données, des Big Data, des algorithmes et des traitements. Ce n’est pas seulement la confiance dans nos Etats qui est cause, mais également la confiance dans les grands opérateurs de l’internet et dans nos fournisseurs d’accès.

Related:  protection numérique // anonymat, anti-fichageLogiciels libresOutils internetWorld is ControlledEspionnage étatiqueNSA, SOPA, CISPA & PRISMVOYAGES, SPORTS,MULTIMEDIASOutils WebVie privée