background preloader

Le big data dans la connaissance client

Le big data dans la connaissance client
" A nos yeux, la relation client ne vaut que si elle est personnalisée, a affirmé David Amsellem, président de la conciergerie privée John Paul qui travaille essentiellement pour les clients premium de marques comme Visa, Lexus ou encore Air France. Le succès d'une marque tient dans la qualité relationnelle avec ses meilleurs clients. ". La table ronde consacrée à la connaissance client et la personnalisation comme arme concurrentielle réunissait aussi les témoignages de L'atelier des chefs et de la marque de cosmétique Etat Pur. Lors de la conférence " Big data, big challenge, big opportunity, " organisée par Marketing Magazine, ces jeunes entreprises nées avec le digital ont témoigné comme elles améliorent, en permanence, leur connaissance client sans dépenser des fortunes. De l'utilité des questionnaires De l'importance du cycle de vie du client L'atelier des chefs est convaincu que le big data représente un enjeu majeur pour la croissance de son activité. Small data versus big data Related:  Chapitre 3 : Le SIMGRCFA4.1

Big Data : pourquoi nos métadonnées sont-elles plus personnelles que nos empreintes digitales A l’occasion du colloque « la politique des données personnelles : Big Data ou contrôle individuel « organisé par l’Institut des systèmes complexes et l’Ecole normale supérieure de Lyon qui se tenait le 21 novembre dernier, Yves-Alexandre de Montjoye (@yvesalexandre) était venu présenter ses travaux, et à travers lui, ceux du MediaLab sur ce sujet (Cf. « D’autres outils et règles pour mieux contrôler les données » ). Yves-Alexandre de Montjoye est doctorant au MIT. Il travaille au laboratoire de dynamique humaine du Media Lab, aux côtés de Sandy Pentland, dont nous avons plusieurs fois fait part des travaux. Nos données de déplacements sont encore plus personnelles que nos empreintes digitales Faire correspondre des empreintes digitales n’est pas si simple, rappelle Yves-Alexandre de Montjoye. Image : illustration de l’unicité de nos parcours repérés via des antennes mobiles. Et Yves-Alexandre de nous inviter à retrouver un de ses collègues du Media Lab. Hubert Guillaud

Le Big Data fait-il l’inverse de ce qu’il promet Comme le rappelle le célèbre manifeste des évidences, les marchés sont des conversations : le commerce a, de tout temps, consisté à marchander… Si on définit le commerce sous cet angle, force est de constater alors qu’internet a tué le commerce ! “Dans un monde où les organisations sont outillées avec les données, comment peut-on reproduire du commerce, de la conversation, pour que les individus y retrouvent leur compte ?” C’est l’une des questions que se pose la Fing depuis plusieurs années. Le programme Identités actives, qui s’était achevé par la publication du livre Informatique, liberté, identité concluait en s’interrogeant : pourquoi les gens donnent-ils l’impression de ne pas contribuer à leur propre protection ? La Fing a ensuite travaillé sur la question de la confiance. Présentation : la présentation de Daniel Kaplan. Big Data : le degré zéro du commerce ! Nous sommes dans un monde où l’on a industrialisé l’objet de la confiance : la relation. Hubert Guillaud

Les bonnes techniques de vente Comme il existe de nombreuses techniques de vente, la question qui se pose pour chaque entreprise est de savoir laquelle choisir. Le but de la vente Avant tout, il est essentiel de connaitre l’objectif de la vente. Les qualités humaines dont un vendeur doit disposer Les qualités humaines sont essentielles pour un commercial. - Honnête : la base de la vente est la confiance. Avoir une bonne qualité relationnelle La relation avec les clients est une manière de pouvoir susciter la vente. - Être attentif : le vendeur doit écouter le client lorsqu’il parle. Se préparer pour la rencontre avec le client Afin de pouvoir convaincre un client, il est important d’élaborer un argumentaire de vente. Donnez une note à cet article À propos de l'auteur

Faire une recherche sur Internet Vous connaissez ? Eh oui, il s’agit du moteur de recherche le plus connu et utilisé au monde : Google. Il y en a plein d’autres (Yahoo Search, See, Bing), mais prenons celui-ci ! Contrairement à ce que pensent certains, il ne suffit pas de taper la question, le mot ou l’idée qu’on vous demande de chercher. Si vous tapez Réchauffement climatique, vous aurez 654 000 résultats! Je vais devoir regarder toutes ces pages ? Étape 1 : Faites un remue-méninges sur la question posée. Posez-vous les 6 questions de base : 3QOCP ? Recherche : réchauffement climatique en France Résultats Google : 1 920 000 résultats Recherche : réchauffement climatique + France (impact sur environnement et santé) Résultats Google : 1 650 000 résultats Recherche : réchauffement climatique (ou impact environnement et santé) en France Résultats Google : 737 000 résultats Recherche : (dérèglement climatique) or impact environnement and santé en France Résultats Google : 966 000 résultats. Résultats Google : 483 000 résultats.

La SNCF, la RATP, Transdev et BlaBlaCar vont partager leurs données | Le Hub « Face au péril représenté par les géants américains du numérique, plusieurs grands noms du transport français ont décidé de mettre de côté leurs rivalités pour travailler à une mise en commun de leurs données », écrivent Les Échos. Selon le quotidien économique, la SNCF, la RATP, Transdev (le groupe de transport public contrôlé par la Caisse des dépôts) et BlaBlaCar viennent de signer un protocole d’accord portant sur la création d’un « data warehouse » (littéralement, un « entrepôt de données ») qui centraliserait les informations des quatre opérateurs sur leur activité, et notamment les horaires théoriques mais aussi en temps réel. Objectif : un billet unique pour un trajet avec plusieurs modes de transport « Une fois créé, ce data warehouse constituerait la plus large base de données existant à ce jour sur l’offre de transport terrestre en France, mêlant déplacements longue distance et transports urbains, en train, bus, métro ou covoiturage », poursuivent Les Échos.

Futurologie : IBM prévoit le big data et des ordinateurs bienveillants Le superordinateur Watson d’IBM concentre tout le savoir-faire technologique de Big Blue en matière de cloud computing et d’informatique cognitive. Des outils qui sont désormais commercialisés pour permettre aux entreprises de développer des services et des systèmes d’analyse puissants. © IBM Futurologie : IBM prévoit le big data et des ordinateurs bienveillants - 2 Photos Chaque année depuis huit ans, IBM produit un rapport intitulé 5 in 5. Son objet : décrire cinq innovations qui amélioreront notre quotidien dans cinq ans. La société travaille depuis de nombreuses années sur les outils susceptibles de digérer des téraoctets d’informations pour répondre à des questions posées en langage naturel, pour élaborer des modèles prédictifs susceptibles d’assister les humains dans leur quotidien. Désormais, Watson joue les VRP pour IBM, qui veut monétiser ce savoir-faire. IBM voit des cours sur mesure pour le futur Le commerce de proximité sauvé par Watson Le cancer traité au niveau génétique

Vendre avec une tablette : le levier numérique pour plus d'efficacité commerciale ? Vendre avec une tablette : le levier numérique pour plus d’efficacité commerciale ? L’étude du magazine Action Commerciale (en partenariat avec le cabinet MCR Groupe et l’éditeur d’applications The App Lab)* affirme que 100% des clients approuvent l’utilisation de tablettes par les commerciaux, considérant que l’outil vient professionnaliser et moderniser le discours commercial. Même si on doit légitimement se méfier de statistiques aussi tranchées, la tablette serait donc perçue comme positive en termes d’image par la majorité des entreprises. Mais selon l’étude, elle l’est également en termes d’efficacité. une augmentation de leur chiffre d’affaires pour 26% d’entre eux (progression de +13% en moyenne)une augmentation de leur marge pour 11% d’entre eux (progression de 11% en moyenne).une amélioration de leur taux de conversion de 40% en moyenne pour 11% d’entre eux. Pas étonnant donc que les commerciaux soient nombreux à accueillir avec enthousiasme ce nouvel outil. 1. 2. 3. S’entraîner

10 tutoriels vidéo pour limiter les traces de sa navigation Internet (CNIL) La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) poursuit le développement son offre pédagogique en ligne avec l’ajout de vidéos récentes sur sa chaîne YouTube dédiée, notamment de tutoriels afin d’agir non seulement en internaute responsable, mais aussi de sauvegarder en tant que citoyens ses droits au respect de la vie privée et aux données personnelles : sécurisation des smartphones, achat en ligne, choix de mot de passe… Cf. l’article de NetPublic : 18 tutoriels vidéo sécurité pour smartphones et internet (par la CNIL). Astuces et conseils La CNIL diffuse ainsi des vidéos courtes et explicatives avec conseils et astuces fort utiles sur des aspects de plus en plus importants du Web et de la mobilité. Captures d’écran et points de vue de juristes et d’experts viennent compléter les explications claires et précises fournies dans ces modules mis à disposition de tous les internautes et mobinautes. Sécurité Internet NOUVEAU : Effacer les traces de sa navigation (3 mn 10 s)

Face aux GAFA et aux NATU, alliance ou défiance? | Le Hub 1Les grands magasins Kohl’s accueillent des espaces Amazon Aux États-Unis, la grande distribution est en proie au doute. Comment contrer la concurrence du e-commerce et continuer de faire venir les consommateurs en magasin ? (C’était l’objet de notre Tendance de juin dernier, Retail : le grand chambardement). La chaîne de grands magasins Kohl’s a choisi de « transformer une menace en un précieux allié », indique le site LSA. Ainsi, à partir de ce mois d’octobre, l’enseigne accueillera dans 10 de ses points de vente, autour de Los Angeles et Chicago, des espaces Amazon. Sous l’intitulé « Amazon Smart Home Experience », ces espaces de 90 mètres carrés commercialiseront les produits high-tech développés par Amazon, comme son assistant vocal Echo, ses tablettes Fire ou encore l’Amazon Fire TV. Pour Kohl’s, qui possède plus de 1 100 magasins dans 49 états américains, l’ouverture de ces 10 espaces Amazon relève bien sûr d’une expérimentation. 2Des malls américains proposeront des lounges Uber

Big Data : le degré zéro du commerce "Je vous prie de m’excuser. On va parler de commerce… Cela va nous permettre d’éviter les grands principes et d’en rester à des questions plus triviales”, prévient Daniel Kaplan (@kaplandaniel), délégué général de la Fing, venu parler du contrôle individuel au colloque sur la politique des données personnelles organisé par l’Institut des systèmes complexes et l’Ecole normale supérieure de Lyon (voir sa présentation). Comme le rappelle le célèbre manifeste des évidences, les marchés sont des conversations : le commerce a, de tout temps, consisté à marchander… Si on définit le commerce sous cet angle, force est de constater alors qu’internet a tué le commerce ! “Dans un monde où les organisations sont outillées avec les données, comment peut-on reproduire du commerce, de la conversation, pour que les individus y retrouvent leur compte ?” C’est l’une des questions que se pose la Fing depuis plusieurs années. La Fing a ensuite travaillé sur la question de la confiance.

Marketing : comment collecter et traiter les données clients Même s'il a pu faire ses preuves par le passé, le marketing de masse n'a plus beaucoup de raison d'être aujourd'hui. Pour conquérir et fidéliser des clients, mis à part un prérequis de base (un produit ou service de qualité adapté à leurs besoins), les entreprises doivent apprendre à les comprendre et à décortiquer leurs habitudes de consommation. "Connaître ses clients, c'est aussi mieux comprendre ce que recherchent les prospects qui leur ressemblent ", rappelle Fatima Aliane, responsable "data-mining" chez Acxiom France, spécialiste des technologies et des services marketing. Cela sous-entend collecter des données sur vos clients et les répertorier dans une base de données. Identifier les données-clés Mais, avant tout, la collecte doit répondre à un objectif précis, en lien avec la stratégie de l'entreprise. Les différents modes de collecte Une fois les données-clés identifiées, reste à les collecter... L'enquête de satisfaction est une autre piste pour récolter des informations.

Sécurité numérique de l’entreprise… Un serious game ! Devenir ange gardien de la sécurité numérique de son entreprise… le serious game « Keep an Eye » Si la Data, « big ou smart, voire quantique », est aujourd’hui quasi unanimement considérée comme le nouvel « or noir » pour l’entreprise, elle en est ainsi d’autant plus convoitée, donc vulnérable ! Aucun système d’information n’est plus à l’abri d’une intrusion… C’était déjà le maitre mot circulant aux Assises de la Sécurité des SI début octobre 2013. C’est pourquoi le CIGREF, très impliqué dans la sécurité des usages numériques, travaille à l’élaboration d’un outil permettant de faire passer la culture du risque en entreprise. Cet outil c’est un serious game baptisé « Keep an Eye » ! Aujourd’hui, très sollicité à la fois par l’impatience des entreprises fortement impliquées dans la sécurité de leur SI et par les médias1, le CIGREF lève un coin du voile et nous fait découvrir le teaser de « Keep an Eye », alors même que le jeu aborde la dernière ligne droite de sa réalisation…

La « blockchain » expliquée à ta belle-mère en moins de trois minutes - 11 octobre 2016 L’année 2016 a commencé avec un nouveau mot : « Blockchain ». Ce système informatique est partout. Les médias généralistes s’en sont emparés, l’équipe de Blockchain France en vante les mérites lors de conférences, des banques et assurances françaises s’y intéressent, et la revue The Economist en a récemment fait sa une. Pourtant, pas facile de déchiffrer ce qui se cache derrière ce que l’on présente comme une « révolution ».

Related: