background preloader

Exemple de Plan Marketing

Related:  2. Reponse aux besoins ou influence

Lexique du marketing - définition de “Bénéfice client (ou bénéfice consommateur)” Lexique du marketing Accueil Mercator-Publicitor > Lexique du marketing > Bénéfice client (ou bénéfice consommateur) Révisez les concepts-clés du marketing et suivez les dernières tendances du marketing avec le dictionnaire bilingue français-anglais du Mercator 2013 ! Chaque définition propose des renvois complémentaires aux pages du Mercator 2013. Traduction d’un bénéfice-produit ou de la promesse d’une marque en avantage – objectif ou subjectif – pour le client. Exemple d’avantage produit : « Un pot d’Activia contient plus de 10 milliards de Bifidus ActiRegularis, une bactérie probiotique active et unique », et de bénéfices clients : « Consommé quotidiennement, Activia aide à réguler le transit intestinal lent dès 15 jours ». Voir Mercator 10e édition, p. 200 Mots-clés : définitions marketing (3) Envoyer : Toute l’info Achat du Publicitor

La boite à outils Marketing Fiche co-réalisée par Anne-Marie Nestier et Martine Crocquet Il existe deux sources d’information principales : 1. Les sources d’information internes Fichiers clients Fichier fournisseurs Réclamations et suggestions Rapports de visite des commerciauxDossiers sur les concurrentsStatistiques de vente pour analyse Documents comptables et financiers Centre de documentation de l’entreprise (études déjà réalisées ou achetées) Avantages: Elles vont permettre une analyse structurelle des ventes, de situer l’entreprise et ses performances au sein de sa branche professionnelle, de réaliser une analyse financière. Disponibilité, délais courts, coûts faibles, études spécialisées directement adaptables à l’entreprise, donc directement utilisables. Inconvénients : Données essentiellement quantitatives, et souvent insuffisantes pour répondre à toutes les interrogations d’une étude de marché. 2. Avantages : Disponibilité, coûts moindres selon les informations disponibles. 1. 2. 3. 4. 5. 6. QUELS COÛTS ?

Piton Auteur : Isabelle Piton A - Concept de produit (caractéristique) On peut définir le produit comme un ensemble de caractéristiques tangibles et symboliques incluant le service après-vente et la garantie. Il est la promesse faite par l'entreprise de satisfaire un ou plusieurs besoins (psychologiques ou physiologiques) du marché à un moment donné. ( PETTIGREW.et TURGEON - DARMON) Le produit peut-être tangible ou intangible, comme les services et être destiné au grand public (bien ou service de grande consommation) ou aux entreprises (marketing industriel, ou marketing B to B). le produit peut également être une association, un club, un parti politique, un acteur de cinéma,.... B - Gamme de produit C - Le cycle de vie du produit Le produit présente des analogies avec un être vivant. Il est bien évidemment difficile de déterminer exactement le cycle de vie d'un produit. D - Nouveaux produits Un produit nouveau est un produit qui n'existait pas encore sur le marché. E - Stratégies de marques

Satisfaction client : connaissez-vous les 4 principales mesures ? Lorsque nous vivons une bonne expérience avec une marque, nous sommes habituellement prêt à lui apporter notre confiance une seconde fois. Les évaluations positives concernant un produit ou un service de votre marque sont des signes d’une grande satisfaction client. Cette satisfaction, si elle est maintenue, augmentera la fidélité de votre client ainsi que sa propension à renouveler son achat. Mais comment pouvons-nous mesurer efficacement la satisfaction du client ? Voici les 4 dimensions de la satisfaction clients essentielles à la réussite de votre entreprise. Dimension émotionnelle : mesure de la satisfaction globale Exemple de question : Dans l'ensemble, êtes-vous satisfait du « Restaurant Michel Sarran » ? Cette question reflète l'opinion globale de l'expérience de la satisfaction du consommateur avec le produit ou le service qu'il a utilisé. La qualité perçue est souvent mesurée dans l'un des trois contextes : Qualité globale Fiabilité perçue Aptitude à répondre aux besoins du client

La boite à outils Marketing Connaître son marché Signifiera donc déjà dans un premier temps accéder aux données disponibles sur son produit et son service, en incluant l’ensemble des acteurs du marché, pour comprendre son organisation, les chiffres clé, l’évolution, les principaux acteurs (concurrence). De manière plus précise, connaître son marché en tant que publics de son produit ou service (deuxième « définition » du terme de marché) signifiera d’appréhender (comprendre, mesurer) les comportements, motivations, attentes, de son ou ses publics cible (clients et/ou distributeurs et/ou prescripteurs pour mieux adapter le produit/service et la manière dont il est mis sur le marché aux attentes mises à jour. Les études de marché constituent les outils privilégiés permettant l’acquisition de cette connaissance et donc l’aide à la décision. POURQUOI ? En amont de votre stratégie d’entreprise en création ou développement : QUOI ? Informations quantitatives ou qualitatives ? QUAND ? Les erreurs à éviter !

Créer un fichier client et savoir l'utiliser Comment constituer, organiser et utiliser son fichier client ? Une question centrale pour une efficacité commerciale maximum. L'essentiel Il est encore coutume de parler de fichier client même si ce dernier est maintenant informatisé. Le terme de base de données clients semble plus approprié pour désigner l'ensemble des informations collectées sur sa clientèle. Elaborer un fichier client en 4 étapes 1 - Définir les objectifs de sa base : avant de déterminer quelles informations intégrer, il est indispensable de savoir à quoi il va être utilisé : alimenter la gestion commerciale avec des informations nominatives ? 2 - Choisir les informations : données personnelles, comportementales, transactionnelles, communication... au regard des objectifs définis précédemment, choisir les informations pertinentes à stocker 3 - Fixer les méthodes de collecte : à partir des commandes, des études marketing, de formulaires en lignes...choisir des moyens appropriés selon les types de données Articles

Création et co-création de valeur : une approche interactionnelle du marketing. Introduction de la conférence : Introduction Intervenant : Gilles Marion Professeur Émérite (HDR) à EMLYON Business School. Il a publié de nombreux articles dans Marketing Theory, Recherche et Applications en Marketing, Gérer et Comprendre, Revue Française de Gestion, Décisions Marketing…, et plusieurs ouvrages dont Idéologie Marketing (Eyrolles, 2004). Synthèse de la conférence Nous soutenons qu’il n’est pas possible de concevoir la formation de la valeur des offres destinées à l’échange (marchand) sans mobiliser la notion d’interaction. Enregistrement audio de la conférence : M. Séquence des questions/réponses Questions <-> Réponses

Calcul d'une part de marché en ligne La part de marché est un indicateur représentatif de la politique commerciale et marketing de l'entreprise. Elle permet de lire directement les effets de la stratégie souhaitée (ou pas). Cette mesure s'interprète de deux manières : Part de marché globale : il s'agit du rapport entre les ventes de l'entreprise et celle du marché. Ce chiffre donne instantanément une photo de sa position. Part de marché relative : elle se calcule par référence au principal concurrent. Chaque indicateur peut être calculé en volume et en valeur. Article Marketing : enquêtes client-mystère Facile à mettre en oeuvre, elle permet, si elle est bien pratiquée, d’obtenir rapidement une mesure fiable de la qualité de service et des informations précises qu’il est difficile d’obtenir dans le cadre des enquêtes de satisfaction classiques auprès de la clientèle (plus coûteuses, plus complexes et moins rapides à mettre en oeuvre). Universelle, elle se pratique aussi bien dans les secteurs marchands (banques, distribution, hôtellerie et restauration, services aux particuliers...) que dans les administrations et les services publics. Préparation du protocole d’enquête Si on essaye de le formaliser, l’objectif d’une enquête client-mystère est d’améliorer la qualité de service au client, en comparant ses performances réelles aux objectifs initiaux et aux normes de la profession. La mesure effectuée dans les différents points de contact avec la clientèle permet d’évaluer le respect par chacun d’entre eux des normes et engagements de l’organisation. Déroulement de la mesure

Analyse SWOT: comment utiliser cet outil audit marketing ? Définition L’analyse SWOT est un outil d’audit marketing de l’entreprise et de son environnement concurrentiel. C’est la première étape de la démarche d’analyse marketing. Elle aide votre entreprise à se concentrer sur les questions clés. Une fois les questions clés identifiées, elles sont introduites dans des objectifs marketing. Matrice d’Analyse SWOT SWOT est l’abréviation des Strengths (S – forces), Weaknesses (W – faiblesses), Opportunities (O – opportunités), Threats (T – menaces). Les forces et les faiblesses sont les facteurs internes à votre entreprise. Forces (Strengths) Expertise de spécialiste marketingProduit ou service innovateur ou différenciéLieu de votre activitéProcédures de qualitéTout autre aspect de votre business ajoutant de la valeur à votre produit ou service, … Faiblesses (Weaknesses) Manque d’expertise marketingProduit ou service indifférencié (par rapport à vos concurrents)Lieu de votre activitéMauvaise qualité de vos marchandises ou servicesRéputation endommagée, …

La boite à outils Marketing Contribution Développement Durable réalisée par Hélène-Claire Leboutet-Barrell Les actions de communication quelles qu'elles soient (tous supports imprimés ou nouvelles technologies de l'information) ont un impact environnemental significatif : consommation de papiers, d'emballages, d'énergie, utilisation de produits toxiques ou dangereux, production de déchets, pollutions liées au transport… Pour être en cohérence avec vos engagements en matière de développement durable et notamment de respect de l'environnement, il y a lieu de mettre en œuvre des actions nouvelles visant à réduire dans toute la mesure du possible les impacts de vos opérations de communication sur l'environnement. " Il est possible de communiquer efficacement en réduisant les impacts. Eco-communiquer, c’est laisser son empreinte dans les esprits, pas sur l’environnement !" Toute activité économique a des impacts sur l'environnement et la communication n'est pas en marge de ces problématiques. Les mailings postaux.

Comment les sites de commerce nous manipulent Grâce à de nouveaux logiciels, les professionnels de la vente en ligne ne se contentent plus de tout savoir sur nous. Ils devinent nos préférences et anticipent nos intentions. LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Yves Eudes Tout a commencé avec une géniale invention, celle du cookie. Une simple ligne de code – par exemple MC1:UID = 6daa554691bd4 f9089dc9d92e5cdadf4 – déposée sur votre navigateur par les sites Web que vous visitez, et des publicités ciblées s’affichent sur votre écran. Appelé ainsi en référence aux biscuits que les restaurants offrent au moment de l'addition, le cookie apparaît dès 1994, l'année où le Web s'ouvre au public. Fiché 108 fois en 3 clics Les cookies sont gérés par des sociétés spécialisées qui les déposent, les récoltent, les classent, les analysent, les agrègent et les revendent. L'objectif est de vous « profiler », c'est-à-dire de créer des fichiers personnalisés, stockés dans des bases de données. Profils détaillés Algorithmes auto-apprenants

La fabrique de l’ennemi Pas de grande marque sans histoire(s)… Tel aurait sans doute pu être le titre ou le sous-titre du dernier ouvrage de Georges Lewi*, s’il n’avait opté (pour de bonnes raisons bien sûr) pour cet intitulé plus énigmatique et accrocheur : La fabrique de l’ennemi **. Dans ce petit livre bien fichu, dont je recommande vivement la lecture, le célèbre expert en branding et e-branding revient sur tous les secrets de fabrication (et l’importance pour les marques) d’un bon storytelling. Rien de très nouveau sous le soleil, me diront mes lecteurs les plus avertis ? Qu’ils se détrompent. Tout l’intérêt et la réussite de cet opus résident dans son approche à la fois théorique et pratique. Comme à son habitude, Georges Lewi réussit le tour de force de marier avec beaucoup de pédagogie les concepts et principes fondateurs avec l’exposition des facteurs clés de succès d’un storytelling efficace. Sauf si ce concurrent est l’archétype établi d’un mythème, d’une opposition binaire. Notes et légendes :

Big Data : pourquoi nos métadonnées sont-elles plus personnelles que nos empreintes digitales A l’occasion du colloque « la politique des données personnelles : Big Data ou contrôle individuel « organisé par l’Institut des systèmes complexes et l’Ecole normale supérieure de Lyon qui se tenait le 21 novembre dernier, Yves-Alexandre de Montjoye (@yvesalexandre) était venu présenter ses travaux, et à travers lui, ceux du MediaLab sur ce sujet (Cf. « D’autres outils et règles pour mieux contrôler les données » ). Yves-Alexandre de Montjoye est doctorant au MIT. Il travaille au laboratoire de dynamique humaine du Media Lab, aux côtés de Sandy Pentland, dont nous avons plusieurs fois fait part des travaux. Nos données de déplacements sont encore plus personnelles que nos empreintes digitales Faire correspondre des empreintes digitales n’est pas si simple, rappelle Yves-Alexandre de Montjoye. Image : illustration de l’unicité de nos parcours repérés via des antennes mobiles. Et Yves-Alexandre de nous inviter à retrouver un de ses collègues du Media Lab. Hubert Guillaud

Related: