background preloader

Le cartel de la réserve fédérale: les huit familles

Le cartel de la réserve fédérale: les huit familles
Les quatre cavaliers du système bancaire américain (Bank of America, JP Morgan Chase, Citigroup and Wells Fargo) possèdent les quatre cavaliers du pétrole (Exxon Mobil, Royal Dutch/Shell, BP Amoco et Chevron Texaco) en tandem avec Deutsche Bank, la BNP, Barclays et d’autres anciens pontes européens de l’argent. Mais leur monopole sur l’économie globale ne s’arrête pas aux limites des champs pétroliers. D’après les déclarations d’entreprise 10K enregistrées avec la SEC (NdT: la commission des cotations boursières, le “shériff” de Wall Street, ou ce qui devrait l’être), les quatre cavaliers de la banque sont parmi les 10 actionnaires majeurs de pratiquement toutes les entreprises figurant dans le ghotta du Fortune 500 [1] Alors qui sont donc les actionaires de ces banques centralisant l’argent ? Un des monument de la richesse de l’oligarchie globale qui possède ces compagnies de holding bancaire est la US Trust Corporation, fondée en 1853 et maintenant propriété de Bank of America. Related:  groupes d'influence : Quand ?

Organisation armée secrète Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. 14 décembre 2012 à Djdiouia, ex Saint Aimé (Algérie) : cinquante ans après dans l'Algérie indépendante, traces indélébiles d'une inscription murale, le slogan : « Vive l'Algérie française », elle date des dernières années de la présence française en Algérie. Création[modifier | modifier le code] L'histoire de l'OAS se présente comme la manifestation la plus radicale d'une partie de l'armée et de civils de conserver l'Algérie française, où vivaient un million d'Européens et huit millions d'autochtones et qui avait alors le statut de département français, en s'opposant par tous les moyens à la politique d'autodétermination mise en place par le général De Gaulle à partir de la fin de l'année 1959. Le 8 janvier 1961, le référendum sur l'autodétermination en Algérie est approuvé par 75 % des votants[8]. Pour les partisans de l'Algérie française, ce référendum annonce l'abandon de celle-ci. Répression[modifier | modifier le code]

La naissance de la Fed - Terphouf Conspiracy Notre groupe voyage sous des noms d’emprunts. Les participants avaient fait preuve de ruses de Sioux afin de ne pas se croiser avant l’ébranlement du convoi et s’étaient interdit de se nommer en s’adressant la parole - ou de n’utiliser que leurs prénoms - durant le temps que dura le voyage, tellement leur méfiance était grande et s’étendait au personnel de service . Un incognito total devait être préservé. L’un d’entre eux, qui n’avait jamais chassé de sa vie, portait même un grand fusil sur l’épaule afin de compléter le réalisme naïf du tableau. Ces personnages, qui se comportaient de manière aussi étrange, représentaient pourtant à eux seuls le quart de la richesse planétaire de l’époque. La description de l’embarquement et du voyage figure dans les ouvrages des auteurs qui rapportent cette scène, notamment dans celui, très détaillé, d’Eustace Mullins, Secrets of the Federal Reserve, The London Connection, dont je parlerai plus loin (2). 2 - La liste des conspirateurs Etaient présents:

Traité de Bruxelles (1948) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les signataires sont Georges Bidault pour la France, Ernest Bevin pour le Royaume-Uni, Paul-Henri Spaak pour la Belgique, le baron Carel Godfried van Boetzelaer van Oosterhout pour les Pays-Bas et Joseph Bech pour le Luxembourg. Ces cinq pays signataires seront tous des membres fondateurs de l'OTAN l'année suivante[1]. Ce traité de coopération économique, sociale et culturelle, et essentiellement, de défense collective (son article 5 prévoyait une assistance militaire automatique entre les cinq membres en cas d'agression), s'inscrit dans la logique du traité de Dunkerque de 1947 pour l'institution d'un système d'assistance mutuelle automatique en cas d'agression armée en Europe. Le siège de commandement se situe à Fontainebleau. Cependant, face à la menace soviétique, les pays européens se tournent rapidement vers les États-Unis afin de compléter l'efficacité de leur sécurité, une démarche qui aboutira à la mise en place de l'OTAN en 1949.

Union de l'Europe occidentale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Drapeau de l'UEO L'Union de l'Europe occidentale (UEO; WEU, Western European Union en anglais et Westeuropäische Union en allemand) est, de 1954 à 2011, une organisation européenne de défense et de sécurité, composée d'États membres de l'OTAN et de la Communauté économique européenne puis de l'Union européenne. À partir de 1984 et surtout au début des années 1990, elle est identifiée par les États membres pour être le support de la politique européenne de défense mais le projet n'est pas poursuivi. La politique européenne de sécurité et de défense (PESD) est donc créée en 1998, pour assumer ce rôle. Bien que le dispositif normatif de l'UEO n'ait pas été repris par la PESD, un certain nombre de ses travaux, de ses initiatives, des accords conclus avec d'autres organisations et de ses organes sont repris par l'Union européenne. Historique[modifier | modifier le code] Origines[modifier | modifier le code] Organisation[modifier | modifier le code]

1954 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Événements[modifier | modifier le code] Le prix Nobel de la paix est attribué au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Afrique[modifier | modifier le code] Maghreb[modifier | modifier le code] Amérique[modifier | modifier le code] 23 février : démission du ministre du Travail brésilien João Goulart. Etats-Unis[modifier | modifier le code] Océanie et Pacifique[modifier | modifier le code] Asie[modifier | modifier le code]

1954 en France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page concerne l'année 1954 du calendrier grégorien. Évènements[modifier | modifier le code] Janvier[modifier | modifier le code] 22 janvier : organisation du premier tiercé hippique, une invention d'André Carrus (1898-1980). Février[modifier | modifier le code] 1er février : vague de froid de l'hiver 1954. Mars[modifier | modifier le code] 1er mars : le pape Pie XII interdit l’expérience des prêtres ouvriers, commencée en 1943.9 mars : début du débat sur l’Indochine à l’Assemblée nationale. Avril[modifier | modifier le code] 4 avril : Laniel et Pleven sont conspués place de l'Étoile à Paris.3 avril : les premiers renforts de troupes français sont parachutés sur Điện Biên Phủ.10 avril : vote de la loi instituant la TVA.11 avril : les Viêt-minh attaques la zone de l’aérodrome, qui est pris le 23 avril. Mai[modifier | modifier le code] Juin[modifier | modifier le code] Juillet[modifier | modifier le code] Août[modifier | modifier le code]

Karl Polanyi, le marché et le socialisme - La vie des idées Recensé : Karl Polanyi, Essais, Paris, Seuil, 2008, 589 p., 29 €. Édités par Michèle Cangiani et Jérôme Maucourant, traduits par Françoise Laroche et Laurence Collaud, avec une postface d’Alain Caillé et Jean-Louis Laville. On prend aujourd’hui la mesure de la postérité intellectuelle de Karl Polanyi, dans des domaines aussi divers que l’anthropologie (Marshall Sahlins, Louis Dumont), l’histoire de la Grèce antique (Moses Finley) ou la sociologie économique (Mark Granovetter). Un courant de sciences sociales comme le MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales, auquel appartiennent Alain Caillé et Jean-Louis Laville, auteurs de la postface) revendique son influence. Il n’en reste pas moins que la réception française a longtemps souffert des retards et de la rareté des traductions de l’œuvre prolifique du grand penseur hongrois. Ce gros volume, annoncé il y a quelques années par Jérôme Maucourant dans une lumineuse petite monographie intitulée Avez-vous lu Polanyi ?

L’historien qui a percé à jour les Francs-Maçons | Henry Makow Pendant une brève période, au cours de l’occupation Nazie de la France (1940-1944), la Franc-maçonnerie rencontra sa bête noire. Ce n’était pas un guerrier mais plutôt un intellectuel. Bernard Faÿ, un historien diplômé d’Harvard, un membre du Collège de France et Directeur de la Bibliothèque Nationale, dirigea une commission d’enquête qui conduisit à l’expulsion des Francs-maçons. Travaillant pour le Président de la France de Vichy, Philippe Pétain, ainsi que pour la Gestapo, Bernard Faÿ compila une liste de 170,000 francs-maçons, parmi lesquels 989 furent envoyés en camps de concentration où 549 furent fusillés. En outre, environ 3000 d’entre eux perdirent leur travail. Tous les francs-maçons furent obligés par la loi de se déclarer aux autorités. Faÿ s’empara également des archives secrètes du Grand Orient à Paris ainsi qu’au sein des loges maçonniques à travers tout le pays. Les articles principaux portaient des titres tels que La Franc-maçonnerie et la corruption des mœurs. WordPress:

Related: