background preloader

Pratiques efficaces en gestion de classe et relation maître-élèves.

Pratiques efficaces en gestion de classe et relation maître-élèves.

http://www.youtube.com/watch?v=sjhFf03w-FM

Related:  Envie d'apprendreGestion de classeEncourager et accompagner élèves à apprendreRessources pour les LV

Empathie à l'école. Transformer l'idéal en réalité Créativité, attitudes entrepreneuriales, sensibilité aux enjeux sociaux, résolution de problèmes. L’importance de ces compétences pour demain est régulièrement rappelée, en particulier dans les travaux de l’OCDE, qui a rédigé récemment un rapport sur l’impact des compétences socio-affectives en termes de progrès social. Sans surprise, les compétences socio-affectives comme l’estime de soi ou l’extraversion se répercutent sur la réussite scolaire, l’accès à l’enseignement supérieur (et une rémunération plus élevée), et jouent aussi un rôle de réduction de risques sociaux (addictions diverses comme le tabagisme, l’alcoolisme etc.), comme le montre une étude longitudinale menée en Nouvelle Zélande, « Competent children, competent learners » sur un groupe d’apprenants suivis pendant 25 ans. Au-delà de l'affirmation de valeur «Eduquer pour résoudre les problèmes mondiaux.», des initiatives pratiques montrent que l'idéal peut devenir réalité.

[Organisation] Que faire lorsque j’ai terminé mon travail ? Ce que je peux faire lorsque j’ai fini mon travail, c’est souvent varié, c’est souvent prévu à l’avance, c’est souvent dit… Mais pourtant certains élèves se demandent parfois que faire… Où alors font toujours la même chose.Voici donc un affichage courant dans nos classes afin d’aider les élèves un peu distraits. J’ai couplé cet affichage avec mon système de permis de circulation, afin de bien montrer aux élèves que la couleur de leur permis influe les libertés et les droits qu’ils ont dans la classe.Je vous laisse le fichier en pdf pour voir un peu mieux ce qu’il en retourne, mais je joins également la version OpenOffice (.odg) modifiable pour adapter tout cela à votre classe si vous le souhaitez. Attention cependant, si vous utilisez ce document, merci de ne pas le diffuser sur la toile. à voir les très jolis post-it de Marevann qui m’ont donné envie de remettre en forme mon affichage.

Est-ce qu’il est beau mon dessin? – Le compliment en question. Jamais avant d’être à l’école mon fils ne m’avait posé cette question. Ce type de question est apparu avec le jugement sur le travail produit par l’enfant. Vous savez, les notations soit disant ludiques (les petites têtes qui sourient ou non) Avant l’école , je détaillais son dessin en disant par exemple « j’adore l’association de couleur » ou « j’aime moins cette couleur « ou encore « je reconnais bien la tête du bonhomme et je vois bien ses membres » ou simplement « je le trouve très agréable à regarder »… bref j’essayais toujours de détailler ce qui me plaisais et ce qui me plaisait moins ou pas. Je pensais ainsi que mon Big boy ne me demanderait jamais : Est ce qu’il est beau mon dessin?

Les gestes professionnels et le jeu des postures de l’enseignant dans la classe : un multi-agenda de préoccupations enchâssées Un contexte idéologique et politique pressant 1Partout en Europe et en Amérique, la question de l’école et de la formation des maîtres devient une question politique et idéologique de premier plan. Les cursus de formation sont rallongés ici, raccourcis, là. Les institutions de formation sont prises dans la tourmente permanente de remises en cause, de campagnes médiatiques, de prescriptions institutionnelles, elles-mêmes soumises au maelström d’une pensée politique qui puise plus ses arguments dans des logiques économiques, technocratiques, supranationales que dans la culture accumulée par les enseignants, par les formateurs et les travaux de recherche. En même temps, l’évolution sans précédent des savoirs et des moyens de leur diffusion, la transformation dans nos pays développés des modes de vie (travail, loisirs, mentalités) questionnent en profondeur la place de l’école, ses visées et ses modes d’enseigner. La transposition nécessaire d’un ensemble très riche de travaux théoriques

50 conseils pour développer l’envie d’apprendre L’intention initiale de cette série de conseils est le partage le plus large d’idées, de valeurs et de pratiques pédagogiques auprès d’une communauté de formateurs. Ce dispositif fait partie d’une nouvelle génération d’approches qui visent à aider les éducateurs, formateurs, apprenants, concepteurs de cursus à utiliser des ressources libres et à les intégrer à leurs propres fins. Ce type de dispositif n’obéit pas à une logique « d’objectifs » ou de « validation », ou encore à un « modèle économique ». Il se concentre sur la mise en intelligibilité de contenus. Il vise une modularisation libre des séquences, pour des usages flexibles, localisés en salle ou bien délocalisés dans des temps intermédiaires (transport, attente, temps « creux »).

blason d'autonomie Les blasons d’autonomie ont toujours autant de succès (sur la toile comme dans nos classes).Un petit défaut selon moi : certaines activités plus ludiques remportent les suffrages trop facilement face à d’autres activités qui sont pourtant très intéressantes. Certains élèves arrivent tout seul à diversifier leurs activités, mais pas tous. Il fallait les aider !

L'art de donner l'envie d'apprendre Socle de Pédagogie, donner l'envie d'apprendre est vraisemblablement un des objectifs les plus difficiles à atteindre en formation. Envie d'apprendre et étymologie du mot "Savoir"... Un peu d'étymologie ne fait jamais mal ... et mon ancienne professeure de latin-grec serait ravie de cette référence de ma part, elle qui m'en a tant voulu d'avoir abandonné les langues mortes en terminale ! Connaissez-vous l'étymologie du mot "Savoir" ? Le mot "savoir" vient du latin SAPERE - "avoir du goût"- "exhaler une odeur" - "sentir par le sens du goût" et, au figuré - avoir du discernement, du jugement, être sage.

Les gestes professionnels et le jeu des postures de l’enseignant dans la classe : un multi-agenda de préoccupations enchâssées Un contexte idéologique et politique pressant 1Partout en Europe et en Amérique, la question de l’école et de la formation des maîtres devient une question politique et idéologique de premier plan. Les cursus de formation sont rallongés ici, raccourcis, là. Les institutions de formation sont prises dans la tourmente permanente de remises en cause, de campagnes médiatiques, de prescriptions institutionnelles, elles-mêmes soumises au maelström d’une pensée politique qui puise plus ses arguments dans des logiques économiques, technocratiques, supranationales que dans la culture accumulée par les enseignants, par les formateurs et les travaux de recherche. En même temps, l’évolution sans précédent des savoirs et des moyens de leur diffusion, la transformation dans nos pays développés des modes de vie (travail, loisirs, mentalités) questionnent en profondeur la place de l’école, ses visées et ses modes d’enseigner.

Related: