background preloader

Competence-2191.png (Image PNG, 1024x768 pixels)

Competence-2191.png (Image PNG, 1024x768 pixels)

Des obstacles aux apprentissages comme appuis pour les surmonter 28 février 2010 Henri Boudreault Apprendre, Didactique professionnelle, Environnement didactique, L'apprenant, Le contexte, Objet d'apprentissage, Pratique pédagogique Figure 1 : Éléments à considérer pour surmonter les obstacles aux apprentissages. Le rôle d’un enseignant est de faire apprendre. Si nous désirons élaborer des environnements d’apprentissage pertinents et efficaces, il faut pouvoir identifier les obstacles que cet environnement devra permettre de surmonter. Conscient de cette distinction je propose donc que l‘on s’attaque aux problèmes d’apprentissage dans une démarche qui fait en sorte de considérer les problèmes que nous ne désirons pas voir apparaître plutôt que de trouver des solutions pour atténuer le problème lorsqu’il apparaît. Pour débuter une réflexion sur l’élaboration d’un modèle de référence pour élaborer des environnements d’apprentissage en formation professionnelle, voici une liste, non exhaustive, d’obstacles que cet environnement devra aider à surmonter.

untitled Sur son blogue Didactique professionnelle, Henri Boudreault Ph.D., professeur en formation professionnelle et technique à l'Université du Québec à Montréal, a publié l'an dernier une de ses présentations, "L'apprenant adulte en enseignement individualisé". Le didacticien y explique l’utilisation de treize outils "permettant de mettre en place une démarche d’enseignement différencié à l’éducation des adultes en formation professionnelle". Il propose des instruments pédagogiques pour assurer un tel enseignement et mentionne que la particularité de la formation professionnelle aux adultes serait qu'on y enseigne des compétences à des personnes pour lesquelles "l’adhésion à la formation, le sens et la pertinence des apprentissages jouent un rôle essentiel". 13 instruments didactiques 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. La présentation d'Henri Boudreault est structurée de manière limpide et mérite le détour pour tout enseignant de la formation professionnelle et technique.

Motivation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son engagement pour une activité précise. Elle en détermine le déclenchement dans une certaine direction avec l'intensité souhaitée et en assure la prolongation jusqu'à l'aboutissement ou l'interruption. Cette notion se distingue du dynamisme, de l'énergie ou du fait d'être actif. La motivation prend de nos jours une place de premier plan dans une organisation. Elle est déterminante pour la productivité chez les employés. Se manifestant habituellement par le déploiement d'une énergie (sous divers aspects telle que l'enthousiasme, l'assiduité, la persévérance), la motivation est trivialement assimilée à une « réserve d'énergie ». Mais plus qu'une forme « d'énergie potentielle », la motivation est une instance d'intégration et de régulation d'une multitude de paramètres relatifs aux opportunités d'un environnement et aux sollicitations d'une situation.

Les 7 compétences clés du travail de demain Michel Serres nous rappelait récemment que l’évolution des technologies nous force à être intelligents. Les technologies révolutionnent en effet notre environnement de travail et nous poussent à développer de nouvelles compétences. De nombreuses prospectives alimentent le débat et mettent en lumière les compétences qui feront la différence sur le marché du travail de demain. Quelles sont les évolutions dans les compétences distinctives ? Quelles doivent être les priorités en termes de développement des compétences ? Un consensus se dégage autour de 7 compétences Etre compétent dans son travail requiert un savant mix de compétences techniques (les hardskills), comportementales (les softskills), et sectorielles (je maîtrise les enjeux et la culture du secteur d’activité dans lequel j’évolue). 1. Une grande qualité relationnelle : Ecoute, partage, empathie, communication interpersonnelle, être en capacité à se «connecter» aux autres et d’établir des relations riches et sincères. 2. 3. 4.

Apprendre à questionner ? Quand Socrate peut encore être utile ! Les débats autour des compétences informationnelles des jeunes, leurs habiletés, leur naïveté, leur absence de sens critique sont entrés désormais dans le champ de la banalité. Ils acquièrent des connaissances « futiles » et pas des connaissances « utiles », déclarait un orateur lors de la conclusion du séminaire sur le manuel numérique organisé par le ministère de l’éducation les 20 et 21 janvier à l’ENS de Lyon. Ils ne maîtrisent pas réellement l’ordinateur disent les autres enseignants, il leur faut des cours d’informatique disent encore d’autres, fiers d’annoncer qu’ils ont obtenu une option informatique en terminale et que l’informatique entre à nouveau dans l’enseignement. Renvoyons donc à la lecture du livre « la culture au pluriel » de Michel de Certeau (Points 1973 – 1987) ainsi qu’à celle du livre « Les nouveaux modes de comprendre » de Pierre Babin et Marie France Kouloumdjian (Le Centurion 1983). A suivre et à débattre…

Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Les circuits cérébraux : des capacités disponibles dès l’origine Les circuits cérébraux qui sous-tendent les apprentissages ne sont d’ailleurs pas si variés. L’apprentissage de la lecture active une région spécifique, mais il mobilise et active aussi d’autres zones. Différentes zones du cerveau La zone de la lecture recycle un « algorithme » préexistant, celui de la reconnaissance des visages : au scanner, on voit nettement la même zone s’activer. 1. 2. 3. 4. Stanislas Dehaene

Comment étudier efficacement en 5 étapes Comment étudier ? Comment comprendre et retenir la masse incroyable de matière vue au cours ? Quelles techniques bien utiliser pour bien mémoriser ? Et comment répondre aux questions du prof ? Vu le nombre d’ados désemparés devant leur feuille blanche lors des examens, il semble bien que la dernière matière enseignée au programme soit « Apprendre A Apprendre »… Pourtant, apprendre cela s’apprend. Tout le monde peut appliquer ces méthodes d’apprentissage et améliorer ses performances. (Cliquez sur la carte pour la voir sur Biggerplate. Je reviendrai sur chacune de ces étapes lors de prochains billets, mais faisons d’ores et déjà un petit tour d’horizon de cette méthode d’étude efficace en 5 étapes. 1. Apprendre, cela demande d’abord de la motivation. Quels sont mes objectifs ? Autant de questions qui vous font avancer et diminuent d’autant votre stress que vous regagnez une certaine maîtrise de vos études. 2. N’attendez pas la veille des examens pour ouvrir votre cours ! 3. 4. 5.

Guide Compétences clés Mode d'emploi Ce guide est organisé autour de 2 livrets pour agir : l’un pour créer, l’autre pour animer des situations de formation dans le cadre des compétences clés. Ce sont 2 processus de réalisation étayés par des fiches outil et des fiches éclairage. Ces ressources sont complétées par des aides, des références et une présentation. Libre à vous d’utiliser ces ressources selon vos besoins. Avertissement : Ce guide a été conçu pour PC équipé d’Office 97-2003. Livret pour concevoir ou pour animer une situation de formation ; il indique les étapes de réalisation Fiche outil à compléter pour réaliser une des étapes du livret Au format Word ou Excel Fiche synthèse permettant de rassembler les données issues des fiches outil Fiche éclairage précisant les définitions, concepts, cadre de travail Lien pour aller plus loin : définitions, informations/points de vue complémentaires, documents de référence… Aide n°38 Guide compétences clés : visite guidée - Valérie Languet (video 18 mn)

Présentation - 8ème Colloque sur l'Autoformation Article Rolland Viau Introduction Les élèves en difficulté d’apprentissage ont souvent des problèmes de motivation. Leurs difficultés à apprendre, leurs nombreux échecs et l’image qu’ils ont aux yeux des autres élèves amènent bon nombre d’entre eux à se démotiver et à perdre tout intérêt à apprendre en contexte scolaire. Que pouvons-nous faire pour les aider à reprendre goût à l’apprentissage? Par cette conférence, nous aimerions proposer un cadre de référence afin d’aider les enseignants qui travaillent auprès des élèves en difficulté d’apprentissage à mieux analyser les problèmes motivationnels que ces élèves rencontrent et à intervenir plus efficacement sur les facteurs liés à la classe qui influent sur leur dynamique motivationnelle. Intervenir auprès des élèves afin de susciter leur motivation est souvent une tâche ardue. Pourquoi se préoccuper de la motivation de l’élève en difficulté d’apprentissage ? Dans bien des cas, l’enseignant est le seul modèle « d’apprenant » que l’enfant peut observer Deci, E.

Le traitement de l’erreur et la notion de progression dans l’enseignement/apprentissage des langues 1L’erreur est souvent perçue comme un élément perturbateur dans le processus d’enseignement/apprentissage. Dans l’enseignement des langues, plus que dans tout autre domaine, l’erreur dérange ; lorsqu’un apprenant se trompe, l’enseignant a parfois l’impression d’avoir échoué dans sa mission. Si l’erreur dérange, il n’en demeure pas moins que l’enseignant y est confronté au quotidien et qu’il doit, s’il la considère comme un problème, tenter d’y remédier. Nombreux sont les enseignants de langue qui considèrent que le problème émane des apprenants. Or, notre expérience nous a permis de nous rendre compte du fait que l’enseignant devait, pour remplir au mieux sa fonction, se remettre en question, prendre du recul sur sa pratique et s’appuyer sur des connaissances théoriques solides afin d’adapter au mieux son intervention à chaque situation d’enseignement/apprentissage. Cet article, axé sur la pratique, se propose de retracer une expérience de recherche et de réflexion. 1.1. 1.2. 1.3.

Related: