background preloader

Collaborative Cities

Collaborative Cities
Today we are meeting with Caroline Woolard from OurGoods, "a network of creative people who barter skills, spaces, and objects to get independent projects done". In 2010, Caroline and her friends launched Trade School, an alternative education initiative, also running on barter: "Over the course of 35 days, more than 800 people participated in 76 single session classes." say Trade School organisers. Video by documentary film maker and Trade School teacher Alex Mallis. Thanks to a successful Kickstarter campaign they ran Trade School for another semester in 2011. Today, local Trade School chapters are popping up everywhere around the world from Milan, to Paris, Guadalajara to Bangkok.

http://collaborative-cities.com/

Related:  Ville contributive

Beyond digital plenty: Building blocks for physical peer production by Christian Siefkes Summary Commons-based peer production has produced astonishing amounts of freely usable and shareable information. While that is amazing in itself, many people think that it is all, arguing that peer production flourishes in the digital realms of the Internet—and only there. This would mean that peer production could never be more than a niche phenomenon, since nobody can survive on information alone. This article challenges the conventional viewpoint, arguing that the potential of peer production extends far beyond the digital sphere into the sphere of physical production and that corresponding developments are already under way.

Coopération, co-opétition, collaboration, co-opportunité, économie collaborative, co-management, Co-Révolution… KesaCO? Société collaborative - broché - Ouishare, Diana Filippova Le manifeste du collectif OuiShare, dont l’ambition est de construire une société basée sur le partage, la collaboration et la contribution Le collectif OuiShare Association loi 1901 fondée en janvier 2012 à Paris, OuiShare est un acteur international de premier plan dans le domaine de l’économie collaborative. Il s’appuie sur 80 membres actifs et plusieurs milliers de membres sympathisants et contributeurs, en Europe, Amérique Latine et Afrique du Nord. Les activités de OuiShare sont structurées en 4 grands domaines : animation de communauté (événements locaux, groupes en ligne, OuiShare Fest, etc.), production intellectuelle (études et recherche, publications, méthodologies), incubation et accélération de projets collaboratifs et formation/accompagnement (étudiants, professionnels, entreprises, collectivités). Pour en savoir plus : www.ouishare.net

Les boucles locales d’innovation : la démocratie pour reterritorialiser la mondialisation Depuis plus de vingt ans, les collectivités locales et les petites et moyennes entreprises (PME) étaient noyées dans la mondialisation, subissant de plein fouet les décisions des grands groupes. Les territoires étaient perçus comme de simples réserves de main-d’œuvre se différenciant les uns des autres par leurs salaires, leur productivité ou leur niveau d’infrastructures. De cette période, il reste bien plus que des traces : la création de richesse est toujours contrôlée par des groupes multinationaux qui se jouent des continents. C’est encore pour une bonne part dans les salles de marchés et les directions des achats des grandes entreprises que le travail, les capitaux ainsi que les connaissances et savoir-faire du monde entier sont combinés pour s’inscrire dans des chaînes de valeur globales.

OuiShare - Connecting the Collaborative Economy Communautés ouvertes, communautés fermées - 1/4 Le terme « communauté » fait partie de ces mots qui échappent à la rigueur d’une analyse profonde et qui restent bien souvent évanescents, flous, voire un peu mystique. Le genre de mot qui autorise tout sans avoir besoin de se justifier. C’est dommage, d’autant que nous vivons une époque où les communautés font leur grand retour, pour le meilleur et pour le pire. Au XXème siècle, on a voulu penser le pays comme une infrastructure mais l’histoire récente nous montre que ce n’est pas vrai, ou du moins que ça n’est pas suffisant. Les logiques de communauté se retrouvent partout, du club de tennis au mouvement politique, de la grande entreprise au petit village, dans les religions et dans les cultures… Les communautés ne sont pas non plus dénuées d’intentions ni d’objectifs, elles sont des organismes vivants qui veulent exister, s’affirmer, perdurer et prospérer.

Let's Talk Community Engagement Envision Sacramento Asked: How would you rate the overall quality of life in our community? Engage Oakland Asked: Would you favor more fenced dog parks in Oakland? Los Angeles Mobility Element Asked: How would you prefer to travel around in the future? Museum tour apps for It is getting easier and cheaper for cultural and scientific organizations make mobile, handheld tours. According to Nielsen, 40% of Americans with mobile phones are carrying smartphones; of those 40% run Android, and 28% have an Apple iPhone. This is a huge market, and by 2012, approximately half your audience could use your app from the smartphone in their pocket. Or, you can loan iPod Touches to visitors on site. Keeping it simple

Alan Moore: Designing Sustainable Towns and Cities Recently the Prime Minister's Office let it be known that Prime Minister David Cameron sees Letchworth as a model community wanting to apply the principles of Garden Cities throughout the UK. I was born in Letchworth in 1964 and my parents moved there from London in 1958 and still live there. There is no doubt that Letchworth was inspirational in its conception and design. Rendre inaliénables les biens communs, par Ugo Mattei Lorsqu’un Etat privatise une voie ferrée, une ligne de transport aérien ou un hôpital, qu’il cède la distribution d’eau potable ou vend des universités, il exproprie la communauté d’une partie de ses biens ; une expropriation symétrique à celle qu’il réalise sur la propriété privée lorsqu’il souhaite construire une route ou tout autre ouvrage public. Dans un processus de privatisation, le gouvernement vend quelque chose qui n’est pas à lui, mais qui appartient proportionnellement à chacun des membres de la communauté, de la même manière que, lorsqu’il saisit un champ pour construire une autoroute, il acquiert par la coercition une propriété qui n’est pas la sienne. Cela revient à dire que toute privatisation décidée par l’autorité publique — représentée par le gouvernement du moment — prive chaque citoyen de sa quote-part du bien commun, comme dans le cas d’une saisine de bien privé. Taille de l’article complet : 2 012 mots. (4) Elinor Ostrom, Gouvernance des biens communs. (6) Carlo M.

contributif Connected. This pad seems to be opened in more than one browser window on this computer. Reconnect to use this window instead. Your permissions have changed while viewing this page. Try to reconnect. What will the UK collaborative economy look like in 2025? Amid rising popularity and disruption, where is the UK collaborative economy headed? Nesta has created six possible future scenarios for the UK collaborative economy. Looking ahead to 2025, each scenario highlights some of the key trends and assumptions that are currently driving forward this space, such as micro-entrepreneurship to environmental sustainability to local economic development. By no means exhaustive or exclusive, the scenarios are intended to stimulate discussion and prompt reflection on the future of the collaborative economy – and how we can influence this future.

Related: