background preloader

Franck Ramus : "Mets-toi ça dans la tête !" : Les stratégies d’apprentissage à la lumière des sciences cognitives

Franck Ramus : "Mets-toi ça dans la tête !" : Les stratégies d’apprentissage à la lumière des sciences cognitives
Dès le cours préparatoire (et souvent dès la maternelle), les élèves reçoivent de bien mystérieuses consignes : « apprenez la leçon pour la semaine prochaine ». Encore dociles à cet âge, bien peu d’élèves ont le culot nécessaire pour oser demander à leur enseignant : « mais comment fait-on pour apprendre une leçon » ? Au grand soulagement de la plupart des enseignants, qui se retrouveraient d’emblée mis en difficulté, et seraient obligés de livrer quelques consignes sommaires (et peu efficaces) : « relis la leçon jusqu’à ce que tu la retiennes ». Pourtant, si l’on y réfléchit bien, savoir apprendre de manière efficace devrait être l’une des compétences fondamentales que l’école primaire a pour mission d’enseigner, aux côtés des incontournables lire, écrire, compter. C’est en effet une compétence dont tous les élèves auront besoin tous les jours de leur longue scolarité, jusque dans l’enseignement supérieur, puis au-delà dans leur vie professionnelle. Comment retenir l'information ?

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/11/07112016Article636140851689657687.aspx

Related:  Apprentissage (pédagogie, didactique)NeuroLa mémorisationBIBLIOGRAPHIE - CAPPEI

Pour Yuval Harari « ce que les enfants apprennent aujourd’hui sera inutile en 2050 » L'historien Yuval Noah Harari fait partie des rares intellectuels à s'adonner sérieusement à l'exercice de la prospective. De larges extraits de son nouvel ouvrage, 21 leçons pour le XXIe siècle, ont été publiés dans l'édition britannique du magazine Wired. Et si l'auteur fait preuve de l'optimisime qui le caractérise, il enjoint l'humanité à prendre des décisions fortes, notamment en termes d'éducation, si elle veut s'adapter aux bouleversements en cours. Il avait résumé l’histoire de l’humanité en quelques pages dans Sapiens, une brève histoire de l'humanité, en 2011. Puis s’était attaqué aux années à venir dans Homo Deus : Une brève histoire de l’avenir (2017). Dans son nouvel ouvrage, 21 leçons pour le XXIe siècle, qui paraîtra à la rentrée, Yuval Noah Harari s’attache à se projeter en 2050.

Mémoire: des techniques pour mieux retenir  La mémoire peut se renforcer tout au long de la vie, grâce à des exercices et des techniques tirant parti des connaissances en neurosciences. Mais où est donc Ornicar? Tout le monde connaît cette concaténation, enchaînement d’unités linguistiques, qui permet de se souvenir des conjonctions de coordination (mais ou et donc or ni car). Mais cette star des moyens mnémotechniques agace un peu Sébastien Martinez, le champion de France 2015 de la mémoire: «D’autres méthodes, bien plus élaborées et plus efficaces, attendent depuis des siècles qu’on leur fasse de la place sous les projecteurs», écrit-il dans un petit livre que tous les écoliers et étudiants devraient avoir lu (Une mémoire infaillible, Éditions Premier Parallèle).

Apprentissage de l'abstraction de Britt-Mari Barth - Livre - Decitre "Ce ne sont pas les matières qu'on leur enseigne que les élèves ne comprennent pas, mais les leçons qu'on leur donne". Cette réflexion de Piaget est particulièrement vraie dans le domaine de l'abstraction. L'absence d'une pédagogie appropriée aboutit trop souvent à un blocage des potentialités intellectuelles de l'élève. Le cadre conceptuel de cet ouvrage se réfère aux travaux de la psychologie cognitive et tout spécialement à ceux de Jérôme Bruner, le grand psychologue américain. 5 conseils pour construire vos cartes mentales - Beneylu Pssst Je constate depuis un certain temps que les enseignants cherchent de nouveaux outils pour contrer les difficultés de mémorisation des élèves. Pour faciliter l’apprentissage, j’ai choisi d’utiliser les cartes mentales dans ma classe. La carte mentale, aussi appelée carte heuristique, topogramme ou « mind mapping » en anglais, est un outil qui respecte le fonctionnement naturel de notre cerveau. Il s’agit de favoriser la mise en lien de nos idées.

Francis Eustache : nouvelles technologies et mémoire Chercher désespérément son code de carte bleue, ne pas se rappeler de la capitale du Swaziland, ni de l'adresse de ce restaurant délicieux : au quotidien, nous sommes confrontés à la sensation désagréable que notre mémoire – du latin memoria " aptitude à se souvenir " - nous échappe! Que nous arrive-t-il ? L'utilisation quasi-permanente des nouvelles technologies aurait-elle un impact négatif sur notre mémoire ? INSHEA (Institut national supérieur de formation et de recherche pour l'éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés) Etablissement, enrichissez votre fiche ! Vous faites partie de l’équipe administrative de l’établissement et souhaitez compléter vos informations pour apporter l’info la plus juste à vos futurs étudiants potentiels ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous, nous vous contacterons dans les plus brefs délais. Formations

De nouveaux équilibres Oui, il faut courageusement questionner les dérives décourageantes qui aboutissent aux résultats Pisa en français. Oui, il est essentiel de rééquilibrer l’activité de la classe au profit de plus d’écriture, plus d’expression orale organisée. Oui, il faut comprendre les difficultés de certains élèves pour entrer dans les usages scolaires de la langue. L’oubli, mécanisme clé de la mémoire « Dans sa chute, il avait perdu ­connaissance ; quand il était ­revenu à lui, le présent ainsi que les souvenirs les plus anciens et les plus banaux étaient devenus intolérables à force de richesse et de netteté. Il s’aperçut peu après qu’il était infirme. (…) Sa perception et sa mémoire étaient maintenant infaillibles. » Cette fiction de Jorge Luis Borges (1899-1986), Funes ou la ­mémoire (1942), est inspirée d’une histoire vraie : celle d’un patient, « S. », suivi par le psychologue russe Alexandre Luria (1902-1977). Funes ou l’impossible oubli.

L’école du cerveau Un ouvrage qui se veut « référence sur la neuropédagogie » et que Olivier Houdé, spécialiste du développement psychologique de l’enfant, a conçu comme une sorte de boite à outils à l’usage du grand public, et notamment des enseignants peu au fait des sciences cognitives. Une très abondante bibliographie invite bien sûr à aller plus loin. L’auteur n’hésite pas à aller sur l’arène de ce que l’on nomme probablement mal la « vulgarisation », au risque d’être pourfendu par nombre de ses collègues, mais aussi à relier les sciences cognitives à une longue chaîne qui unit à la fois des philosophes (Platon, Locke, Rousseau) et des pédagogues, au premier chef Montessori et Freinet. Il s’oppose à tout réductionnisme et à tout scientisme : « Les neurosciences n’enlèvent rien, mais au contraire ajoutent des informations à l’explication des phénomènes, à la compréhension de l’enfant et des apprentissages ».

Related: