background preloader

Notre planète a hébergé et héberge un nombre incroyable de formes de vie ! Un peu plus et l’on s’y perdrait…

Notre planète a hébergé et héberge un nombre incroyable de formes de vie ! Un peu plus et l’on s’y perdrait…
Notre planète a hébergé et héberge un nombre incroyable de formes de vie ! Un peu plus et l’on s’y perdrait… Et pourtant… Pourtant les scientifiques n’ont eu de cesse de les trier, de les ranger, de les classer. Et depuis Charles Darwin, la théorie de l’évolution a donné encore plus de sens à ce travail de titan puisque la classification actuelle résume les liens de parenté entre les êtres vivants et nous parle ainsi de leur histoire évolutive. Venez ici faire de l’acrobatie sur un arbre bien singulier : celui du vivant ! Crédits Scénario, animation & réalisation : Yannick MahéDesign & programmation : Thomas CussonneauDéveloppement de "L'arbre du vivant" : Emmanuel GrandadamIllustrations : Gilles MacagnoText : Adeline AndréProduction : CNDP (2011) Parrain scientifique Guillaume Lecointre Muséum national d'histoire naturelle, Département Systématique & Evolution, Paris, France Systématique Related:  Evolution et génétiqueB : Biodiversité, résultat et étape de l'évolution

II. Terre, Vie et Evolution | Science de la Vie et de la Terre en Seconde Télécharger toutes les fiches TP du chapitre au format .pdf I/ Particularité de la planète Terre à l’échelle du système solaire (SÉANCE 1) La Terre est une planète rocheuse du Système Solaire, comme Mercure, Vénus et Mars. Les autres planètes (Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune) sont des planètes gazeuses. Entre ces deux groupes de planètes se trouve une ceinture d’astéroïdes. Les conditions physico-chimiques qui y règnent permettent l’existence d’eau liquide et d’une atmosphère compatible avec la vie. Ces particularités sont liées à la taille de la Terre et à sa position dans le système solaire. Un QCM en ligne pour réviser cette séance II/ Les molécules caractéristiques de la planète Terre (SÉANCE 2) Les êtres vivants sont constitués d’éléments chimiques (C, H, O, N principalement) disponibles sur le globe terrestre. III/ Les grandes voies métaboliques des cellules vivantes (SÉANCE 3) Un QCM en ligne pour réviser les séances 2 et 3 Un QCM en ligne pour réviser cette séance J'aime :

L’évolution (partie 1) | Pellentzarium Suite à une rencontre fortuite, je vous parle d’un sujet que j’aime beaucoup : l’évolution du vivant. L’évolution est pour moi l’élément qui unifie toute la biologie. Je vais essayer de couvrir cela au mieux, avec plusieurs posts consécutifs. Voici donc le début d’une petite série… * En fait, c’est possible d’hériter de caractères acquis à travers l’épigénétique. ** Voir ici Ah, et juste pour la route, même si on parle de « Théorie de l’évolution« , l’évolution est un fait avéré. 2 clics pour protéger vos données : il faut cliquer une première fois pour rendre le bouton actif et une seconde fois pour envoyer votre recommandation sur Facebook.

Evolution biologique-Histoire du vivant-biodiversité-mécanismes de l'évolution-le temps en géologie ANCIEN La crise crétacé - tertiaire (K-T) Depuis l’apparition de la vie sur la Terre, il y a près de 3,8 GA, la diversité des espèces témoigne de leur adaptation aux conditions des milieux de vie. Toutefois, des changements brutaux ont entraîné des hécatombes et des renouvellements profonds des faunes et des flores qui ont servi aux géologues à délimiter les grandes périodes géologiques. Extrait de la carte géologique de Bayonne (1/50000) et de sa notice. La limite Crétacé-Paléocène, localisée sur la carte géologique précedente, peut s'observer facilement dans la région de Bidart à proximité de Bayonne. Le pendage des terrains est observable sur les deux photographies. Vue 1 d'ensemble de l'affleurement de Bidart Vue 2 de détail de la limite Crétacé-Paléocène de l'affleurement de Bidart. La colonne stratigraphique ci-dessous montre une séquence de plusieurs ensembles sédimentaires disposés de part et d'autre de la couche d'argile sombre correspondant à la limite Crétacé tertiaire. Visualiser quelques groupes éteints

évolution | Résultats de recherche La théorie de l’évolution est une théorie scientifique nous dit-on. Soit. Mais sur quelles preuves se base-t-elle ? Qu’est-ce qui permet de dire qu’elle est plus vraie que fausse ? Comment répondre aux différentes attaques créationnistes (des plus radicales aux Lire la suite L’échelle des êtres se cache-t-elle dans l’arbre phylogénétique ? Dans l’émission de France Inter la Tête au carré portant sur l’attention (déjà abordée ici) est abordée l’utilité de l’attention. Vous vous rappelez de la naissance des éditions Matériologiques, en février 2011 ? Joël Peerboom a incrusté dans le fil de sa pièce de théâtre sept documents vidéo. Joël Peerboom nous a autorisé à reproduire son travail, qui servait de corps à son Certificat d’Aptitude Pédagogique (2009-2010), module Psychopédagogie et méthodologie générale, soutenu à l’Institut de Promotion Sociale de la Communauté Française (IEPSCF) de Dison, Belgique.

Enseigner Classification Evolution (ECEV): Les idées reçues sur l'évolution Auteurs: Bruno Chanet et Sophie Mouge (Enseignants de SVT) et Guillaume Lecointre (Professeurs, MNHN) Les connaissances de chacun de nos élèves sont le fruit d’une évolution sociale, culturelle et familiale. L’interaction entre leurs réflexions personnelles et leur environnement génère parfois des idées erronées par rapport à la réalité scientifique. Découvrons quelques-unes des expressions erronées en essayant de comprendre ce qui les rend si prégnantes. "L’évolution, une marche vers le progrès" Cette jolie phrase laisse penser que l’évolution entraîne l’apparition d’une sophistication, de systèmes avec des caractères de plus en plus complexes, des organismes de plus en plus compétitifs. La conquête du milieu terrestre : un progrès ? Dans la nature actuelle, les organismes vivants les plus abondants ont une organisation simple. © P. Il n’y a pas de direction, encore moins de direction préétablie. "L’évolution, une marche vers la complexité" Qu’entend-on par complexité ? 1. 2.

Le grand arbre de la vie - Laetoli Production Le grand arbre de la vie from Laetoli Production on Vimeo. Disponible en DVD ! Pour les médiathèques chez leurs fournisseurs habituels. Pour les enseignants et les établissements scolaires sur notre boutique. Un crocodile est-il plus proche d'un colibri ou d'un lézard ? Est-ce que le terme "chainon manquant" a vraiment un sens ? Le grand arbre de la vie raconte l'histoire de la classification des espèces en Europe et décrit les méthodes des scientifiques qui leur permettent de nous dire qui est le plus proche de qui ... Lieux de diffusion Le Muséum de RouenLe Musée zoologique de StrasbourgLe Muséum-Aquarium de NancyLe Muséum de la RochelleLe Muséum régional des Sciences Naturelles de Mons

Capricorne asiatique des agrumes : recommandations pour l’éradication d’un foyer L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque Actualité du 24/02/2020 Un foyer du capricorne asiatique des agrumes a été découvert à Royan en 2018 sur des érables. Cet insecte ravageur dangereux pour de nombreuses espèces d’arbres d’ornement, forestiers ou fruitiers, est l’objet depuis 2012 de mesures de lutte obligatoire au niveau européen. Le capricorne des agrumes Anoplophora chinensis est originaire d'Asie où il est largement présent. Un insecte dangereux pour de nombreux arbres L’insecte est de grande taille : il mesure de 25 à 35 mm, avec des antennes au moins aussi longues que son corps. Les dégâts qu’il cause sont essentiellement dus au développement dans les arbres de ses larves qui sont difficilement détectables. Ce ravageur a une grande longévité et une capacité de vol qui lui permet une dissémination sur une distance de plusieurs kilomètres. Analyse des mesures de gestion Recommandations pour éradiquer le foyer de Royan

La théorie de l’évolution - Laetoli Production Disponible en DVD ! Pour les médiathèques chez leurs fournisseurs habituels. Pour les enseignants et les établissements scolaires sur notre boutique. La théorie de l'évolution, née au 19ème siècle, est un élément fondateur de la biologie moderne. Lieux de diffusion La Cité des Sciences et de l'Industrie de Paris (en version 3D relief) Le Muséum d'histoire naturelle de Paris (film intégré par chapitres à collection permanente) Le Vaisseau (avril à août 2014) Arte

La cicindèle, l'insecte le plus rapide, court trop vite pour bien voir La cicindèle serait l'animal le plus rapide du monde, si l'on rapporte ses performances à sa taille. Mais elle court tellement vite qu'elle ne peut pas voir clairement la proie qu'elle doit saisir avec ses impressionnantes mandibules. Un bon prédateur se doit de courir vite pour attraper sa proie. C'est le cas des cicindèles, des coléoptères dont la vitesse de pointe, rapportée à leur taille, bat tous les records : alors que ces insectes mesurent généralement 1 à 2 cm, ils peuvent parcourir jusqu'à 120 fois leur longueur en une seconde... De quoi faire pâlir de jalousie les sprinters dans l'espèce humaine qui courent une distance de cinq fois leur longueur en une seconde ; avec les performances des cicindèles, ils dépasseraient les 700 km/h ! Toutefois, courir aussi vite présente des inconvénients : à de telles vitesses, tout semble flou, si bien qu'il devient difficile pour l'insecte de voir précisément sa proie. Cela vous intéressera aussi Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Espace Elèves Sais-tu ce qu'est la biodiversité ? Les animations multimédias ci-dessous vont te permettre de la découvrir. Clique sur leur titre pour les découvrir. Note : Si les animations ne se chargent pas correctement, il faut installer (ou mettre à jour) le plugin flash sur ta machine. Le jeu de l’évolution Sélection naturelle : des phalènes, des arbres et des mésanges Adaptations Le réseau alimentaire Biodiversité et réchauffement climatique : des mésanges et des chenilles Biodiversité et réchauffement climatique : menace sur les coraux Une coproduction La Main à la Pâte / eduMedia Sciences << Retour à l'espace enseignants

Psyché du gramen (Canephora hirsuta) – Les carnets nature de Jessica Ordre : LepidopteraSous-ordre : GlossataInfra-ordre : HeteroneuraSuper famille : TineoideaFamille : PsychidaeSous-famille : OiketicinaeTribu : AcanthopsychiniGenre : CanephoraEspèce : Canephora hirsuta Identification : Le Psyché du gramen (Canephora hirsuta) mâle est un papillon noir aux antennes plumeuses. La femelle est comme une grosse larve blanche et ne quitte jamais son fourreau. Habitat : Bois clairs et milieux ouverts. Plantes hôtes : Divers végétaux ligneux et herbacés comme les aubépines, les ronces, le plantain, les arbres feuillus. Oeufs : La femelle les pond directement dans son fourreau avant de mourir. Chenille : Elle peut atteindre 16 mm de long. Espèces semblables : Le fourreau est assez caractéristique, hirsute, avec de grandes tiges et brindilles. Sources : WordPress: J'aime chargement…

Les premiers écosystèmes terrestres - Encyclopédie de l'environnement La mise en place d’écosystèmes complexes sur les continents est probablement l’événement le plus important dans l’histoire de la vie multicellulaire après les radiations cambrienne et ordovicienne qui ont révolutionné le monde marin et engendré la formation des premiers écosystèmes complexes (lien « Les premiers écosystèmes complexes »). Les plantes ont été les premières à coloniser la terre ferme, dès l’Ordovicien, il y a 470 millions d’années, modifiant fondamentalement la géosphère : oxygénation de l’atmosphère, formation des sols et nouveaux régimes climatiques et sédimentaires. Les arthropodes ont été les premiers animaux à franchir le pas, avec les myriapodes (« millepattes ») et les arachnides (araignées, scorpions, acariens) à la fin du Silurien, il y a 430 millions d’années, puis les hexapodes (insectes) au début du Dévonien (- 410 millions d’années). 1. La taille des premières plantes vasculaires augmente considérablement au cours du Dévonien (Figure 3, [3]). 2. 3. 4. 5.

Related: