background preloader

Doit-on ressusciter les espèces disparues ?

Doit-on ressusciter les espèces disparues ?
Avez-vous entendu parler de Rheobatrachus silus ? Si la réponse est non, il n’y a rien d’étonnant car cette espèce australienne de grenouille, connue en français sous le nom de grenouille plate à incubation gastrique, est considérée comme éteinte depuis 1983, date à laquelle le dernier spécimen conservé en captivité est mort. L’animal s’avère pourtant fascinant, pour deux raisons. La première tient à son mode d’incubation très particulier : une fois qu’elle avait pondu, la femelle avalait ses œufs et les tenait à l’abri dans son estomac où ils grandissaient durant environ un mois et demi. La seconde raison, pour laquelle on reparle de Rheobatrachus silus aujourd’hui, s’appelle le projet Lazare (comme le Lazare que Jésus ressuscite dans le Nouveau Testament). Le même type d’expérimentation avait déjà été tenté en 2003 avec un mammifère, le bouquetin des Pyrénées, dont la dernière représentante était morte trois ans plus tôt écrasée par un arbre. Related:  theoohn

Camera Uses Laser Beams to Take 3-D Images From 1 Kilometer Away | Wired Science 3-D images taken in daylight from 910 meters away. Optics Express Using superconducting nanowires and lasers, a new camera system can produce high-resolution 3-D images of objects from up to a kilometer away. The technology works by sending out a low-power infrared laser beam, which sweeps over an object or scene. The new camera takes advantage of superconducting nanowires, materials with almost no electrical resistance that have to be cooled to extremely low temperatures. “That’s the beauty of this system,” said physicist Gerald Buller of Heriot-Watt University in Edinburgh, Scotland, co-author of a paper on the system that appeared Apr. 4 in Optics Express. The technology is similar to LIDAR, a remote sensing technique that also uses laser light to measure the distance to different objects. So what could this new camera be used for? Buller said the technology could have a lot of different scientific applications. 3-D images of a mannequin and a person from 325 meters away.

Le clonage des espèces menacées Février 2008 Cloner pour mieux sauvegarder paraît difficile à entendre pour le grand public. Cette technique de reproduction jouit d'une très mauvaise réputation. La raison première est la peur de voir apparaître des monstres ou autres chimères, créations de chercheurs zélés. Pourtant face à la disparition massive d'espèces dans le monde, et la France n'est pas épargnée, la science tente d'apporter ses progrès au service de la sauvegarde du patrimoine de l'Humanité. Chrystelle : "Si l'animal initial est en voie de disparition, parce que sensible et fragile à l'environnement où il vit... je ne vois vraiment pas comment son clone survivrait, alors qu'il a le même patrimoine génétique et donc la même sensibilité que son parent. Alexis : "Le clonage est très cher, et il ne peut être appliqué que pour un petit nombre d'espèces "médiatiques" (panda, gorille...), à l'exclusion de toutes les autres. Carine : "Aurions-nous cloné les dinosaures ? Retrouvez tous les témoignages En savoir plus

À la découverte de l'atmosphère solaire EtiennePariat Astrophysicien Extraordinaire source d’énergie, le Soleil peut aussi parfois éjecter des particules qui perturbent nos satellites. Certains phénomènes qui secouent notre étoile nous sont inaccessibles. La démarche scientifique, en physique comme ailleurs, repose habituellement sur un dialogue entre recherches théoriques et expérimentales. Image trichromique de l'atmosphère du Soleil obtenue avec le satellite SDO. Le plus performant des télescopes actuels ne peut résoudre des structures d’une taille inférieure à 70 km sur la surface de notre astre (la taille de l’île de la Réunion). Le soleil est en perpétuelle activité, il abrite en son cœur une réaction thermonucléaire qui dégage de la lumière et un vent solaire qui vient ensuite frapper notre Planète. Dans ce dossier, Étienne Pariat, chargé de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et à l'observatoire de Paris, présente l’art de la simulation numérique en physique solaire.

Les différents types de clonage -Clonage végétal : Chez les plantes, le clonage peut être naturel, en effet les plantes hermaphrodites produisent des plantes filles identiques à la plante mère car elles ont le même ADN. La multiplication végétative est utilisée depuis des siècles par les horticulteurs et jardiniers : bouturage, marcottage et greffage… La micropropagation in vitro dérive de ce phénomène naturel. Les objectifs de ce type de clonage sont d’une part de produire en quantité des plantes d’intérêt agronomique, horticole ou autre qui viennent d’être découverts, créés ou qui ont un intérêt permanent et d’autre part la reproduction de plantes difficiles à reproduire de manière naturelle. -Clonage animal : Tous les animaux se reproduisant de manière sexuée sont uniques génétiquement, le seul cas dans lequel deux individus partagent le même ADN est celui de jumeaux homozygotes. Le clonage animal est décrit de manière très schématique, dans son aspect technique au début de cette partie. -Clonage humain

Pourra-t-on bientôt lire dans les rêves ? Le rêve passionne de nombreux scientifiques et artistes : le peintre Dalí s'est beaucoup intéressé à l'univers du rêve. Dans ses tableaux, il règne une inquiétante étrangeté. © freiheitsfreund, Flickr, cc by sa 2.0 Pourra-t-on bientôt lire dans les rêves ? - 2 Photos Pour certains, c’est un plaisir, pour d’autres, une obligation. Pour tous, dormir est un besoin : nous passons d’ailleurs près d’un tiers de notre vie au lit. Le rêve est un des éléments les plus mystérieux du sommeil. Le cerveau humain est très complexe. Constantes physiologiques et récits de songes Au cours de leurs travaux, les chercheurs japonais ont étudié les rêves de trois individus. Pendant que les chercheurs effectuaient ces mesures, les trois patients ont dû se soumettre à une expérience en deux parties. Technologie pour décoder les rêves Cette expérience est un premier pas dans la compréhension des mécanismes qui se cache derrière la science des rêves. A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

Rhéophysique, la matière dans tous ses états PhilippeCoussot Ingénieur en Chef des Ponts, des Eaux et Forêts Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le dentifrice formait une belle pâte sur la brosse à dents avant de se liquéfier dans la bouche ? Certains matériaux correspondent à des états de la matière qui sortent du cadre habituel de la physique des gaz, liquides ou solides moléculaires puisqu’ils sont composés d’éléments plus gros : polymères, cellules, grains, bulles, gouttes, etc. Dentifrice étalé sur une brosse à dents et mousse à raser : deux matériaux du quotidien facilement modelables, et qui peuvent s’écouler. © Philippe Coussot Pour cela, il est essentiel de comprendre comment se déforment ou s’écoulent ces matériaux en fonction des interactions et des structures formées par les éléments qu’ils contiennent. Peintures formant des gouttes arrêtées sur un mur vertical et étalement d'un mortier colle.

www.leparisien.fr/societe/le-zoo-pouponniere-des-especes-menacees-05-06-2017-7017738.php... 15 ans après dolly... où en est le clonage Des pâturages près d'Edimbourg, en Ecosse, où paissent des moutons : nous voici sur les terres protégées du Roslin Institute, centre spécialisé dans la recherche génétique. Ce jour-là, Ian Wilmut est nerveux. Un agneau s'apprête à naître, une femelle. Sur le papier, la technique mise au point par le chercheur est simple : elle consiste à fusionner des cellules mammaires d'une brebis avec les ovocytes d'une autre brebis, dont le noyau a préalablement été ôté. Un mince espoir, auquel le chercheur s'accroche jusqu'à ce 5 juillet, date à laquelle Dolly naît enfin. Reproduire un être vivant sans la rencontre des sexes n'est toutefois pas une nouveauté. Ne pourrait-on alors forcer une cellule de peau ou de foie à retrouver cette capacité, voire créer un nouvel individu possédant les mêmes gènes ? En février 1997, la nouvelle choc est publiée dans la revue scientifique Nature : quelques mois plus tôt, en Ecosse, le chercheur Ian Wilmut a réussi l'exploit de cloner une brebis adulte. Stade 1

Du côté de la science. - Le clonage 1. Une réalité scientifique De nos jours, différentes techniques ont déjà permis de cloner de nombreux animaux, et particulièrement celle du transfert de noyau d’une cellule d’un individu adulte. Le clonage animal est principalement utilisé sur le bétail afin de "reproduire" des animaux aux capacités exceptionnelles (viande et lait de qualité, en grande quantité, etc.), destinés au commerce. Historique des animaux clonés 2. Le clonage est donc scientifiquement possible, il demeure néanmoins une technique aléatoire au taux de réussite très faible, en particulier chez l’animal. Tout d'abord, les manipulations sont laborieuses. Même lorsque le clonage aboutit à une naissance, des pathologies inexpliquées rendent la survie de la créature clonée particulièrement incertaine. Plus récemment, des chercheurs américains ont publié une étude montrant que les souris clonées souffrent d'obésité mais que ces caractères ne se transmettaient pas à leurs descendants. Le cas de Dolly 3.

Qu'est-ce que le clonage moléculaire? - rts.ch - Corps humain Le clonage moléculaire est une des techniques de base du génie génétique. Il consiste, dans un premier temps, à insérer un fragment d’ADN d’intérêt (par exemple, un gène que l’on veut étudier) dans un morceau d’ADN circulaire que l’on appelle un plasmide. On fait ensuite entrer ce plasmide dans une cellule hôte, en général une bactérie ou une levure. Au fur et à mesure que cette cellule va se diviser, le plasmide et l’ADN que l’on y a ajouté vont se transmettre de cellules-mères en cellules-filles: on obtient ainsi un grand nombre de cellules qui contiennent toutes notre fragment d’ADN d’intérêt. Cette technique est notamment très utile dans deux contextes: en recherche, elle permet d’utiliser des bactéries ou des levures comme "usines" pour fabriquer en grande quantité une protéine ou une enzyme que l’on veut étudier. On parle ici de clonage parce que toutes les bactéries ou toutes les levures produites sont identiques et portent le même ADN.

Cindy Tian Professor Member of the UConn Stem Cell Institute Contact Phone: (860) 486-9087 Email: Xiuchun.Tian@UConn.edu Office: ABL Building, Room 220D, Unit-4163 Lab: ABL Building, Room 231 Lab Phone: (860) 486-6912 Background Education Ph.D. Dr. Academics Area of Interest The research interest of Dr. Classes Taught Awards & Achievements 2018: Governor, International Embryo Technology Society 2017: Core Values Award, Genex 2015: Member of American Association for the Advancement of Science (AAAS) 2015: Editorial Board member, Scientific Reports 2015: Editorial Board member, Journal of Reproduction and Development 2011: Editorial Board member, PLoS ONE. 2010: Section Editor, BMC Developmental Biology 2008: Program co-chair, International Embryo Transfer Society 2009 Annual meeting, San Diego, TX 2007-2015: Associate editor, BMC Research Notes 2006: CANR Research Excellence Award Current Positions of Former Graduate Students Dr. Dr. Dr. Dr. Dr. Dr. Dr. Dr. Dr. Publications High Impact Primary Publications 1. 2.

Related: