background preloader

Classification phylogénétique

Classification phylogénétique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette classification est principalement fondée sur les méthodes de la cladistique, méthode établie en 1950 par Willi Hennig[1]. Cette méthode révolutionna ainsi toute la systématique à partir de la fin des années 1960. L'analyse cladistique qui sert de base à l'établissement de cette classification considère les caractères à toutes les échelles à valeur égale : les caractères macroscopiques et microscopiques issus de l'anatomie comparée et de l'embryologie, les caractères moléculaires[2] issus de la biochimie et de la biologie moléculaire, ainsi que les données apportées par la paléontologie. Principes[modifier | modifier le code] « Erreurs » induites par la classification classique[modifier | modifier le code] Comparaison entre classifications classique et phylogénétique. La classification traditionnelle n'a pas pour fonction de retracer la parenté et l'évolution des espèces. Méthodes[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_phylog%C3%A9n%C3%A9tique

Related:  phylogénétiqueMAMMIFERESPhylogénieSciences du vivant

Arbre phylogénétique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Arbre phylogénétique, basé sur le génome d'après Ciccarelli et al. (2006)[1] Les arbres phylogénétiques ne considèrent pas les transferts horizontaux, et un nouveau modèle se développe en phylogénie, celui de graphe ou réseau phylogénétique qui permet de les prendre en compte, ainsi que les recombinaisons. Historique[modifier | modifier le code] Darwin est le premier à avoir illustré et popularisé le concept d'un arbre de la vie, dans son ouvrage De l'origine des espèces, publié le .

Le monde des mammifères Le groupe zoologique des mammifères se distingue par plusieurs caractères communs à tous ses représentants. La présence de poils sur la peau, ainsi que le fait que les femelles allaitent leurs petits, sont les plus représentatifs de ces caractères et permettent à eux seuls de définir les mammifères. Adaptations du membre antérieur Les mêmes structures anatomiques se sont modifiées au cours de l'évolution des différents groupes de mammifères. De telles structures sont dites homologues car elles sont constituées des mêmes éléments dont l'anatomie est adaptée à des fonctions différentes : marche et soutien d'un poids important chez l'éléphant, vol chez les chauve-souris, nage chez les cétacés, préhension chez les primates. Ce sont des vertébrès à sang chaud, leur cerveau est bien développé et le système nerveux complexe.

Évolution (biologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En biologie, l'évolution est la transformation des espèces vivantes qui se manifeste par des changements de leurs caractères génétiques et morphologiques au cours des générations. Les changements successifs peuvent aboutir à la formation de nouvelles espèces. La théorie de l'évolution est une explication scientifique de la diversification des formes de vie qui apparaissent dans la nature. Les secrets de l’évolution vus d’un papillon La théorie de l'évolution pour les nuls ! La phalène du bouleau, un papillon de nuit, est l'un des exemples les plus parlants du mécanisme de l'évolution. Il est d'ailleurs cité dans la majorité des ouvrages expliquant la théorie de Darwin, du fait de sa très rapide évolution. Une équipe de l'Université de Liverpool a enfin découvert le secret de son adaptation, qui lui a permis de survivre à deux modifications consécutives de son environnement. Ce papillon, vivant dans les villes d'Angleterre, est naturellement paré d'une robe blanche tachetée de noir. Elle lui permet de se confondre avec l'écorce lorsqu'il est posé sur le tronc d'un bouleau, et ainsi d'échapper à la vue des prédateurs.

Systématique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En sciences de la vie et en histoire naturelle, la systématique est la science de la classification des taxons, via un système permettant de les dénombrer et surtout de les classer en les organisant dans un certain ordre, sur la base de principes logiques. Elle ne doit pas être confondue avec la systémique, qui est une méthode qui aborde une question en prenant en compte l'ensemble de ses composants et de leurs interactions, l'ensemble du système. Éléments de définition[modifier | modifier le code]

Phylogénie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On représente couramment une phylogénie par un arbre phylogénétique. Le nombre de nœuds entre les branches, qui représente autant d'ancêtres communs, indique le degré de parenté entre les taxons. Plus il y a de nœuds et donc d'ancêtres entre deux espèces, plus leur parenté est éloignée, c'est-à-dire que leur ancêtre commun est ancien. Dans un arbre (dendrogramme) élaboré par phénétique (phenogramme), la longueur des branches représente la distance génétique entre taxons ; dans un arbre élaboré par cladistique (cladogramme), on place sur les branches les événements évolutifs (états dérivés de caractères homologues) ayant eu lieu dans chaque lignée. Présentation[modifier | modifier le code]

Planète Gaia : l'essentiel du savoir sur le vivant C.S.M. : Aujourd'hui, tout le monde reconnaît la finitude de notre planète. Ce qui se passe à l'autre bout de la Terre peut avoir des répercutions chez nous. Ce site montre les nombreuses interactions du monde du vivant, ses liens, symbioses et interdépendances, dans une Biosphère unique et limitée. La disparition de l'un des acteurs entraîne la disparition de tout un système dont, bien évidemment, nous appartenons.Actuellement, la classification traditionnelle des espèces est constituée de 3 Règnes (Empires ou Lignées), les Bactéries, les Archées et tous les Eucaryotes (dont l'Homme). Le tout constituant les 6 anciens Règnes qui divisaient le monde vivant : Archées, Bactéries, Protistes (Protozoaires), Fungi (Champignons), Plantes et Animaux.Un Virus Annonce un 4ème Règne du Vivant (actuellement les Virus ne figurent dans aucun règne, ils sont inclassables !)

Caractère ancestral et caractère dérivé Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. S'il est commun à plus d'un taxon -c'est-à-dire qu'au moins une autre espèce a hérité de ce caractère-, et qu'il a par ailleurs dérivé dans une tierce espèce au moins du taxon, il constitue alors une symplésiomorphie. S'il est spécifique à un seul taxon, il s'agit plus précisément d'une autapomorphie

Related: