background preloader

Comment renverser les modifications génétiques provoquées par la douleur chronique ?

Comment renverser les modifications génétiques provoquées par la douleur chronique ?
L’expérience de douleur chronique domine la vie des personnes qui en souffrent et les modifie en profondeur. Aujourd’hui, un groupe de chercheurs spécialisé dans la douleur et des généticiens ont découvert que ce sentiment n’est pas loin d’une vérité scientifique. Être affligé d’une douleur chronique modifie la façon dont votre cerveau fonctionne sur le plan physique. Les bonnes nouvelles sont que vous pouvez également le changer de nouveau. Le chercheur Maral Tajerian et son collègue Sebastian Alvarado ont voulu savoir si la douleur chronique changeait la façon dont le cerveau fonctionne sur le plan génétique. Alvarado se spécialise dans un domaine en plein essor appelé l’épigénétique, qui se penche sur la façon dont l’environnement et l’expérience affectent l’expression des gènes, ou leur activité. Le travail de Tajerian et Alvarado s’est centré sur des souris ayant subi une lésion nerveuse entrainant une douleur chronique. Alvarado et Tajerian se sont demandé :

http://www.gurumed.org/2013/03/30/comment-renverser-les-modifications-gntiques-provoques-par-la-douleur-chronique/

Related:  cerveauCerveau

Autisme : un faux pli dans le cerveau ? Des chercheurs du CNRS viennent d'identifier un marqueur cérébral spécifique de l'autisme qui pourrait permettre de dépister très tôt les enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA). Ces travaux publiés dans la revue Biological Psychiatry montrent qu'une anomalie dans la formation d'un pli du cerveau se retrouve systématiquement chez les enfants atteints de TSA. Une découverte rendue possible grâce aux techniques d'imagerie de pointe développées à l'Institut de neurosciences de la Timone (CNRS/Aix-Marseille Université). Une anomalie détectée dans l'aire de Broca

Notre cerveau est-il comparable à Internet ? DÉCOUVERTE. Pendant des années, les neuroscientifiques se sont mis à la recherche d'indices sur le fonctionnement du cerveau grâce à sa structure, notamment le rôle des lobes et les circonvolutions. Plus récemment, ils se sont intéressés à la manière dont les neurones sont connectés entre eux, grâce à l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf).

Bonne nouvelle : Internet va être plus rapide grâce au cerveau humain Avec le haut débit, les internautes se sont accoutumés à un chargement des pages presque instantané. Or, les sites Web sont de plus en plus complexes et il faut trouver le moyen de rendre la navigation toujours plus rapide. © Nmedia, Shutterstock Bonne nouvelle : Internet va être plus rapide grâce au cerveau humain - 2 Photos À l'époque pas si lointaine des modems RTC, les sites Internet pouvaient mettre plusieurs minutes à se charger et personne n'y trouvait à redire. Cerveau : la naissance des souvenirs observée en direct Sur cette image, on peut observer un neurone en culture. Les synapses excitatrices et inhibitrices sont respectivement en vert et en rouge. Cette nouvelle étude montre comment la cellule nerveuse contrôle la formation des souvenirs. © Don Arnold, DP Cerveau : la naissance des souvenirs observée en direct - 1 Photo Au fil des années et des expériences vécues, le cerveau emmagasine des informations qu’il stocke dans un coin et peut réutiliser en cas de besoin. Ces souvenirs constituent ainsi une sorte de trame sur laquelle se greffent progressivement de nouvelles connaissances.

Autisme et cancer : des prédispositions génétiques similaires ? Les dernières actualités de la recherche contre le cancer sont présentées pour Sciences et Avenir et en exclusivité par le Pr David Khayat, chef de service de cancérologie à la Pitié-Salpêtrière. Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Trends in Genetics, l'autisme et le cancer présenteraient 43 gènes de prédisposition communs. Des chercheurs californiens ont découvert, pour la première fois, que deux pathologies pourtant très différentes, l’autisme et le cancer, partageaient des facteurs de prédisposition génétique. Selon le Pr Jacqueline Crawley, l’auteure principale de l’étude : "Des mécanismes biologiques potentiellement similaires suggèrent qu'il pourrait être possible de réutiliser l’arsenal thérapeutique contre le cancer pour traiter les troubles du développement neurologique." Pour expliquer les mécanismes en jeu, elle avance ces hypothèses : "La différence majeure entre ces deux maladies serait une simple question de 'timing'. Les précédentes chroniques du Pr Khayat :

Neurones miroirs (I) Une découverte monumentale mais ignorée En 1996, Giacomo Rizzolatti, neurologue de l’Université de Parme, fit la surprenante découverte des neurones miroirs. Une découverte qui, bien que très peu connue du grand public, pourrait être à l’origine d’une révolution scientifique majeure dont on ne pressent que quelques contours. 1. Découvertes des neurones miroirs. Des chercheurs dévoilent une carte du cerveau d'une précision inégalée Une équipe internationale de neurologues, d'ingénieurs et de spécialistes en informatique a annoncé avoir établi une nouvelle cartographie du cerveau humain, dont le degré de précision est inédit. Les chercheurs, dont les travaux sont publiés mercredi 20 juillet 2016 dans la revue scientifique Nature, ont cartographié 180 régions distinctes du manteau extérieur (ou cortex), soit plus du double de celles déjà connues. "Ces nouvelles connaissances (...) devraient permettre d'expliquer comment notre cortex a évolué et le rôle de certaines zones", a commenté Bruce Cuthbert, directeur de l'Institut américain de la santé mentale, qui a cofinancé les recherches. Une carte du cerveau datant de 1909 toujours utilisée

Notre cerveau est neurosocial! Voici le trosième article sur les richesses incommensurables de notre cerveau! L’article s’inspire du livre Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner, une œuvre présentée par Patrice Van Eersel, rédacteur en chef du magazine Clés. M. Van Eersel interviewe dans son livre cinq chercheurs. L’article présent fait suite à l’entretien avec Boris Cyrulnik, éthologue, et Pierre Bustany, neuropharmacologue qui travaille avec les nouvelles techniques d’imagerie cérébrale. Un cerveau seul, même sain, ne fonctionne pas.

Voici comment le libre arbitre naît dans le cerveau Existe-t-il plus intangible que le libre arbitre, la faculté qu’aurait l'être humain de se déterminer librement et par lui seul, à agir et à penser ? Probablement pas, ce concept ayant fait l’objet d'interrogations et critiques philosophiques (le libre arbitre ne revient-il pas à nier l’influence des motifs ou des mobiles qui déterminent nos choix et nos actions ?) et psychanalytiques (le libre arbitre n'est possible que si l'on est en mesure de dominer son inconscient). Pour les neurologues, tout l'enjeu est de déterminer comment le libre arbitre se forme dans le cerveau et quelles zones sont impliquées. Devenir le maître de ses rêves, c’est possible Ces résultats encourageants pourraient ouvrir la porte à des applications thérapeutiques. Vous vous êtes toujours demandé s’il était réellement possible de contrôler les évènements qui se produisent dans vos rêves ? Il semblerait que oui. C’est du moins ce qu’affirment les auteurs d’une étude dirigée par Ursula Voss de l’université Goethe de Francfort (Allemagne), publiée le 11 mai dans la revue Nature Neurosciences.

Alcool : découverte des neurones de la sobriété Problème : D2 se désactive en cas d'excès d'alcool ! Si le mécanisme est bien identique chez l'homme, les neurones D2 pourraient encourager les personnes alcooliques à stopper leur consommation. "Du point de vue de la dépendance et de la toxicomanie, les neurones D2 ont une action positive, explique le Dr Jun Wang, auteur principal de l’étude.

Related: