background preloader

Commerçant: cinq astuces pour mieux vendre

Commerçant: cinq astuces pour mieux vendre
Stéphane Plazza a fait connaître le home staging au grand public: l'art de "toiletter" un bien immobilier, en le rendant agréable et "neutre", pour susciter le coup de coeur chez les potentiels acquéreurs. Sur le même modèle, il existe le shop staging pour aider les commerçants à booster leurs ventes : faire en sorte, à travers de subtils ingrédients, que les passants entrent dans le magasin d'abord, et en ressortent après passage en caisse seulement. Les conseils de Bérengère Bouvet, du cabinet Identités Nomades, basés sur les faux-pas les plus fréquemment commis. 1. Allégez votre vitrine Afficher dans sa vitrine le plus de choses possibles, pour montrer l'étendue de son offre. 2. Travaillez l'espace par thème, en délimitant des familles de produits. 3. Il est tendance, de présenter ses produits en hauteur. 4. Un objet sur lequel il y a de la lumière se vend mieux. 5. Tendance "scandinave", "loft industriel", stickers, tatoo, mots écrits sur les murs.

http://lentreprise.lexpress.fr/marketing-vente/promotion-communication/commercant-cinq-astuces-pour-mieux-vendre_1735087.html

Related:  MARKETING STRATEGIQUEChapitre Comment distribuer et vendre son offre?Marketing 2015distribution

Le data marketing : efficace mais inquiétant Une cible toujours plus précise, une connaissance client affinée, des messages personnalisés… Le marketing devient une discipline chirurgicale, notamment grâce à la donnée récupérée auprès des consommateurs. Ce modèle – évidemment bénéfique aux entreprises – volerait également au secours d’un client aujourd’hui encore bombardé de messages qui ne l’intéressent pas. Pourtant, le grand public a une position ambivalente sur le sujet. Le data marketing est directement lié à l’émergence des nouvelles technologies, notamment celle d’internet et de son utilisation croissante par les consommateurs. Le terme, apparu dans les années 2000, est né de la prise de conscience de l’importance des données clients.

Découvrez les trois tendances du magasin de... Publié le par J.-B. DUVAL "Dans le cadre de la dématérialisation, nous avons voulu comprendre la valeur ajoutée du magasin pour les clients", explique Thierry Jadot, président de Dentsu Aegis Network. "En contact avec les industriels, on sentait des tendances produit. Ce que nous avons voulu faire, c’est tester certaines convictions par type de cible, de produits, etc." Comment la Fnac a retrouvé une seconde jeunesse L'agressivité des géants de l'e-commerce et la numérisation tous azimuts ont failli tuer le distributeur. Mais il a trouvé la parade... Deux fois par semaine, Catherine Husson monte au front. La directrice du magasin Fnac de la rue de Rennes, à Paris, s'enferme dans son bureau et décroche le téléphone pour rappeler des clients mécontents. «Les gens sont d'abord très surpris, explique-t-elle, mais ensuite la conversation s'engage et peut durer trente minutes, le temps de trouver une solution.»

Pourquoi le CRM va changer votre vie (ou presque) Le CRM (Customer Relationship Management) ou en français GRC (Gestion de la Relation Client) est, comme son nom l'indique, un logiciel dédié à la gestion de la relation client. En optimisant le traitement et l'analyse des données relatives aux prospects et aux clients, le CRM permet de mieux les satisfaire. Pour beaucoup d'entreprises, ces logiciels restent encore synonymes de " machins compliqués et inutiles " plutôt que d'efficacité commerciale. Pourtant, la satisfaction client est l'un des éléments essentiels que souhaitent développer les entreprises. Il serait dommage de se passer d'un outil qui y est spécialement dédié.

E-commerce: les Français ont dépensé 64,9 milliards d'euros sur Internet en 2015 Le commerce en ligne a encore fortement progressé en France en 2015. Et son succès ne semble pas se démentir, à en croire les chiffres publiés jeudi 28 janvier par la fédération de la vente à distance, la Fevad. En 2015, les Français ont dépensé 64,9 milliards d'euros sur internet, un chiffre en hausse de 14,3% sur un an - contre une progression de 11% en 2014 - et "cette croissance du e-commerce à un rythme encore plus fort qu'en 2014 fait taire les craintes d'un essoufflement", a résumé François Momboisse, président de la Fevad.

Les fabricants se mettent à vendre en direct ! Au cours des 12 derniers mois, plus d'un tiers (35%) des Français ont acheté des produits directement auprès d'un fabricant, d'après le baromètre JDA 2015 sur l'industrie. Un constat qui ne semble pas s'inverser : un tiers (33%) a déclaré acheter davantage de produits directement auprès d'un fabricant qu'il y a cinq ans. Et si tout n'est pas rose côté expérience client (absence d'options de livraison ou de retrait adaptés à leurs besoins), ils sont pourtant 48% à déclarer que leur expérience d'achat a été meilleure qu'avec un non-fabricant ! L'enquête a également mis en évidence que parmi les adultes qui avaient acheté des produits directement auprès d'un fabricant au cours des 12 derniers mois, 72% avaient effectué cet achat en magasin et 47% en ligne.

Le social selling : La force de frappe commerciale se digitalise L'explosion des réseaux sociaux et la généralisation des usages mobiles ont entraîné l'adoption de nouveaux comportements par les consommateurs. Les directions marketing ont été contraintes de s'adapter et d'utiliser tous les nouveaux outils pour créer de la relation et vendre différemment : data management platforms, statistiques omnicanales, etc. Ce constat fait, il n'y a aucune raison de croire que les vendeurs B2B et leurs techniques commerciales fassent exception : le passage à la vente 3.0 doit se faire. Dès le début des années 2010 émerge le concept de " social selling ", désignant les méthodologies de vente reposant sur des outils tels LinkedIn ou encore Twitter.

Les tops et les flops de la franchise La franchise progresse à un rythme supérieur à celui de l'économie française, preuve du dynamisme du commerce organisé. Au 31 décembre 2015, la Fédération française de la franchise (FFF) recensait 1 834 réseaux (contre 1 796 en 2014) soit une augmentation nette de 38 enseignes (solde entre les disparitions et les lancements). Et 69 483 unités franchisées ­ magasins, agences, restaurants... soit une augmentation nette de 1 312 unités par rapport à 2014 (+ 1,9 %). Non, le e-commerce n'est pas près de dépasser le commerce physique La croissance annuelle de la vente en ligne ne cesse de ralentir depuis 2009 et les magasins génèrent toujours 92% du chiffre d'affaires du commerce de détail. Depuis 2004, jamais la croissance annuelle du e-commerce n'avait été aussi basse qu'en 2015 selon l'étude "La transformation digitale de la distribution" de notre partenaire Xerfi. Conséquence : le chiffre d'affaires généré par les ventes en ligne de biens demeure 15 fois moins important que celui du commerce en magasin. 5%.

Marketing : quelles sont les tendances CRM Entreprendre.fr Publié le 24 nov 2014 La satisfaction client est plus que jamais un facteur clé de succès et de compétitivité pour les entreprises.

Related: