background preloader

Tiers-lieu et autres fablab, hackerspace, medialab, living lab, ... vous n'y comprenez plus rien ? - Les cahiers de l'innovation

Tiers-lieu et autres fablab, hackerspace, medialab, living lab, ... vous n'y comprenez plus rien ? - Les cahiers de l'innovation
Quand on travaille comme moi depuis des années pour le développement économique, il est parfois difficile de faire la différence entre une mode passagère et une véritable révolution. Les fablabs, hackerspaces, livinglabs, biohacklabs et même museumlabs fleurissent sur tous les territoires et semblent remettre en cause profondément la façon dont les projets émergent et dont les gens travaillent ensemble. De façon apparemment contradictoire, l’autonomie et le travail collaboratif sont mis en avant dans chacune de ces initiatives. De plus, les considérations politiques sont souvent présentes et reprises par les collectivités locales (citoyenneté, stratégies de densification, de rétablissement de la proximité, du lien social, de la cohésion sociale, du développement économique et de la qualité d’un territoire). Si la pauvreté commence bien, selon le diagnostic de K. Mais qu’en est-il vraiment de cette « révolution » ? Le Tiers-Lieu Le FabLab Le Living Lab Les hackerspaces

http://lescahiersdelinnovation.com/2015/04/tiers-lieu-et-autres-fablab-hackerspace-medialab-living-lab-vous-ny-comprenez-plus-rien/

Related:  Aliptic formation tiers-lieuxÉCONOMIE COLLABORATIVEMAKERSMédiation numériquetiers-lieux

Le manifeste des Tiers Lieux Le manifeste des Tiers-Lieux est un ouvrage collectif qui vise à améliorer la compréhension de la dynamique des Tiers-Lieux de manière à diffuser ses valeurs et à démultiplier son impact sur la société. Toutes les informations autour de ce manifeste sont disponible dans l'onglet discussion de cette page. "Un Tiers Lieux ne se définit pas par ce que l'on en dit mais par ce que l'on en fait..." - #TourTT La présentation à l'écran Les Tiers Lieux sont mots clés : #Gens #Communautés #Cultures #IntelligenceCollective #BiensCommuns

Les 7 clés de l’économie collaborative Le philosophe français Bernard Stiegler l’appelle l’économie contributive. Le prospectiviste américain Jeremy Rifkin l’a successivement désignée comme étant l’âge de l’accès, la troisième révolution industrielle et plus récemment la société du coût marginal zéro. L’essayiste et consultante australienne Rachel Botsman défend depuis cinq ans le terme de consommation collaborative et depuis peu celui, plus global, d’économie collaborative, rejoignant en cela le chercheur belge Michel Bauwens, qui parle aussi parfois d’une économie de partage de la connaissance. Tous ces concepts fleurissent d’autant plus facilement que les habitants des pays occidentaux se sentent en situation de crise, en particulier depuis 2008 et l’explosion des désormais fameuses subprimes… L'économie collaborative se manifeste en effet d'abord comme une nouvelle «nouvelle économie», se développant via des communautés connectées. Son credo est d'utiliser sans posséder et de reprendre le contrôle de sa consommation.

Viens dans mon tiers-lieu, j’organise un hackaton en open source Michel Bauwens, président de la fondation Peer to Peer (P2P), était à Paris en mars pour présenter son nouveau livre, Sauvez le monde, vers une économie post-capitaliste avec le peer-to-peer (éd. Les liens qui libèrent) prolongeant notamment la réflexion de Jeremy Rifkin sur l’impact du numérique sur l’organisation économique, qui remettrait les «communs», ces biens qui appartiennent à tout le monde, au cœur de la création de valeur et inciterait à repenser en profondeur l'économie capitaliste reposant sur une maîtrise totale de la chaîne de production et une protection des innovations par la propriété intellectuelle. Dans la préface de Sauver le monde, Jean Lievens écrit:

Guide pratique écrire pour Internet Apprendre à écrire sur Internet n’est pas des plus évident. L’écriture Web possède des constantes et des particularités pour : favoriser le repérage des contenus sur une page,inviter à une lecture attentive,et optimiser le partage des productions médiatiques (textes, images, audio, vidéo) sur les espaces du Web social (réseaux sociaux, forums de discussion, sites Internet et blogs) ainsi que les commentaires et échanges entre internautes et mobinautes. Pourquoi et comment L’univers complexe et essentiel de l’écriture Web a aussi ses modes et ses fondamentaux : la maîtrise de la production éditoriale en ligne est devenue très importante pour les entreprises, associations, EPN (espaces publics numériques) et institutions qui souhaitent développer leur présence en ligne. Conseils pour une écriture efficace en ligne

Le travail à l'heure du collaboratif Même si le malaise des cadres et le stress sont des réalités - très médiatisées - dans l'entreprise en France, il existe aussi un autre visage de la vie au travail. Celui de l'entraide et de la solidarité. Stimulées par l'essor constant du 2.0, ces pratiques vitaminent le lien social et la convivialité. Qu'il s'agisse d'échanger de l'expertise ou des objets, de partager des laboratoires de fabrication (fab labs), des espaces de coworking, ou même le pouvoir, voici un focus sur cinq tendances inspirantes, à copier sans modération.

Services innovants en bibliothèque : retours d’expériences, épisode 3 C’est la troisième journée d’étude que le groupe ABF-PACA propose sur cette thématique. L’intérêt des bibliothécaires pour la question de l’innovation étant important, et ce sujet étant par essence un « work in progress », il est toujours bon de voir ce que nos collègues peuvent inventer pour renouveler leurs pratiques, attirer ou fidéliser le public… La journée s’est partagée entre retours d’expériences de bibliothécaires et interventions de fournisseurs avec des offres commerciales « innovantes ».

La consommation collaborative Les détracteurs de la consommation de masse à l’occidentale ont toujours peiné à faire entendre leur voix. Depuis sa diffusion au début des années soixante, et malgré les critiques, un demi-siècle s’est écoulé sans changement majeur. Seuls les objets de désirs se sont en partie déplacés – moins d’alimentation et d’habillement, plus de communication, de transports et de loisirs. Les dépenses individuelles de masse structurent toujours notre économie et orientent nos représentations sociales. Les années 2010 marquent-elle le début d’une inflexion majeure ? L’hyperconsommation semble soumise à des coups de boutoir venus de trois horizons.

La culture maker est morte, vive le re-make, par Felipe Fonseca La culture maker a gagné beaucoup de terrain ces dernières années. Sans doute trop, en fait. Nous pouvons bien sûr ignorer ceux qui, comme toujours, surfent sur la vague de l’hypermédiatisation et qui de toute manière, n’ont souvent pas la moindre idée des concepts qu’ils véhiculent. Mais il semble bien que tout le monde parle aujourd’hui de culture maker. Des termes prononcés par des personnes qui ont toujours été opposées à ce qu’ils devraient signifier. Ou cela vient-il de moi ? Guide Ecrire pour le Web Savoir écrire pour le Web est devenu une nécessité tant la communication, le marketing, les échanges inter-individuels, les projets collectifs et collaboratifs se font via ce mode privilégié dans le monde contemporain. Dans le cadre d’une formation thématique, le Diocèse d’Alsace met à disposition en libre accès (41 pages, en pdf) l’imposant Guide Ecrire pour le Web qui délivre des conseils pratiques via 10 chapitres visant à faciliter cet exercice créatif qui demande de la méthode mais aussi de la stratégie et des compétences particulières. Ecrire numérique, ce qui est essentiel Ecrire c’est d’abord penser publics qui lisent, se référer aussi des pratiques de référencement, à la lisibilité, à l’ergonomie et aussi à la structuration des textes et médias associés.

Tiers-Lieux et plus si affinités #tiliosdesign J’ai eu le privilège de présenter sur scène la journée IN de la Biennale Internationale du Design de Saint-Etienne 2015 intitulée « Tiers-Lieux et plus si affinités » il y a une quinzaine de jours. C’était mon second séjour à St-É’, à l’invitation de mes compères et vétérans de la scène coworking francophone Yoann Duriaux et Antoine Burret, qui animent la POC Foundation, dont je suis membre. Retrouvez et partagez l’intégralité de notre entretien avec Antoine, mais aussi tout le programme de la matinée, sur la chaîne Viméo de TNscop sous licence libre CC-BY-NC-SA 3.0 (on ne se refait pas). Nous avons pu prendre le temps de revenir sur le livre d’Antoine qui donnait son nom à cette journée, « Tiers-Lieux et plus si affinités », et de discuter avec plusieurs acteurs de ces communautés et de ces lieux : pourquoi dans leurs parcours personnels ce besoin de travailler et vivre autrement ?

Les tiers-lieux, tremplins pour changer la société Ils sont près de 150 en Nouvelle Aquitaine, selon la Coopérative des Tiers-Lieux. Collaboratifs et affectifs, les tiers-lieux incarnent le changement de société en cours. Une chance pour les territoires. Tiers-lieu renvoie à tiers-état et tiers-monde : à l’écart des privilèges, de l’élite ; et à tiers-secteur : n’est privé ni public, mais coopératif, social et solidaire.

Related: