background preloader

MaisQueRefaire?

MaisQueRefaire?

appli6.hec.fr/amo/Public/Files/Docs/276_fr.pdf Jeu de cartes #ReFaire Découvrez l'écosystème lié à la 3ème révolution industrielle! Utilisez les cartes pour le comprendre, amliorer vos projets ou imaginer de nouveaux projets! Au croisement des pratiques et modèles d’innovation ouverte et de coproduction issus de l’internet et le renouveau dans la conception, production, utilisation et fin de vie des produits, l’expédition #ReFaire de la Fing, en partenariat avec nod-A et nodesign, a exploré durant une année l’émergence d’un nouvel écosystème industriel en devenir. Pour en rentre compte, nous publions un jeu de carte, un objet tangible pour prendre la mesure de ces transformations à l’oeuvre ainsi qu’une version web ( avec une version PDF téléchargeable gratuitement). Chacune de ces cartes a trait à de nouvelles méthodes, de nouveaux lieux, de nouvelles pratiques,… à l’image d’un jeu des 7 familles. Règles du jeu : Ces cartes ont été créées pour pouvoir être ‘jouées’. Elles sont pensées comme des briques de Lego. Exemples : Zoom :

« Les Fab labs sont une incarnation physique du Web » Un Fab lab, c’est quoi ? F E : C’est un espace ouvert dans lequel on va retrouver des compétences, des connaissances, des machines et une communauté. Cela permet de développer des projets et de réaliser des prototypes physiques. Mais, à la pratique, on se rend compte qu’on est moins intéressé par la technique que par la rencontre des gens : c’est une incarnation physique de ce qu’a permis le Web. Après avoir bidouillé derrière leur écran avec les blogs, le code HTML, le traitement de l’image, les gens quittent leur écran pour aller se rencontrer. Que représentent les Fab labs en France ? F E : Il existe une vingtaine de Fab labs dans l’Hexagone. À quel public sont destinés les Fab labs ? F E : Ils sont ouverts à tous. Combien ça coûte ? F E : En général, les Fab labs affichent des prix très bas. Comment se financent ces lieux ? F E : C’est la grande question. Peut-on vraiment y fabriquer tous les objets du quotidien ou est-ce encore un peu prématuré ? F E : C’est trop tôt pour le dire.

Pourquoi un jeu de carte? Mais que refaire ?Des cartes pour s’approprier l’écosystème du nouveau monde industriel émergent. Au croisement des pratiques et modèles d’innovation ouverte et de coproduction issus de l’internet et le renouveau dans la conception, production, utilisation et fin de vie des produits, l’expédition #ReFaire de la Fing, en partenariat avec nod-A et nodesign, a exploré durant une année l’émergence d’un nouvel écosystème industriel en devenir. Pour en rentre compte, nous publions un jeu de carte, un objet tangible pour prendre la mesure de ces transformations à l’oeuvre ainsi qu’une version web. Chacune de ces cartes a trait à de nouvelles méthodes, de nouveaux lieux, de nouvelles pratiques,… à l’image d’un jeu des 7 familles. Plusieurs règles du jeu sont disponibles pour vous aider à les explorer, mais c’est à vous d’en inventer de nouvelles. Il manque des cartes, des exemples, des pratiques? Télécharger le jeu de cartes en PDF.

Les modèles économiques des Tiers Lieux Toute structure peut faire rentrer de l'argent dans ses caisses de trois manières différentes. Primo, en proposant des produits, des services ou des solutions payantes à (certains de) ses publics. Ce sont les revenus tirés de ses activités propres. Secundo, des subventions publiques qu'une structure est capable d'aller chercher. Interview de Christophe Sempels en septembre 2013 Ouvrir la vidéo dans un nouvel onglet Revenus issus de ses activités propres La voie la plus classique et la plus sécurisante pour bâtir un modèle de revenu solide, c'est de développer une offre de produits, de services ou de solutions qui puisse convaincre des bénéficiaires de payer pour y accéder et en profiter. La construction d'un revenu issu de ses activités peut se fonder sur différentes approches : La vente d'un produit ou d'un service : La méthode la plus classique de génération d'un revenu consiste à vendre un produit ou un service dans un tiers-lieu. Revenus issus de fonds publics [En cours de réalisation]

A propos de #ReFaire Et si, demain (à la faveur, notamment, de l’association croissante entre produits et services), les modèles d’innovation ouverte et « horizontale » caractéristiques de l’internet s’appliquaient à la production industrielle ? Et si certaines pratiques dites « amateures » se rapprochaient, là aussi, des pratiques professionnelles, comme cela a été le cas ces dernières années dans les domaines de la production de contenus multimédia, de logiciels ou de services en ligne ? Et si le « nouveau monde industriel » que décrivent les économistes obéissait à des règles très différentes de l’ancien, en particulier dans sa relation aux consommateurs, aux écosystèmes d’innovation, aux acteurs des services ? Décryptage Cette réflexion aboutira à la publication de « pistes d’innovation », pistes pour se saisir des opportunités de ce nouveau monde industriel. Elles seront publiées au fil de l’eau sur le site Fing. Partenaires

Pour des espaces hybrides et partagés… — The French Tech Touch Depuis longtemps, je préfère la définition d’”espace hybride et partagé” à celle de “tiers lieu” et je vais vous expliquer pourquoi. Je sais bien que l’expression “tiers lieu” est devenu la référence, suite à la publication du sociologue Ray Oldenburg d’un ouvrage appelé “ The great good place “ destiné à conforter la stratégie marketing des StarBucks Coffees et qui, par viralité, s’est répandu parmi les chercheurs ou praticiens qui gravitent à la frontière de la vie des gens, du développement para public et des nouveaux modes de travail. Je n’aime pas cette formule littéralement. Et badaboum, la nature économique et politique ayant peur du vide, ces “tiers lieux” pourraient alors être affectés à ces nouveaux territoires improbables que sont les lieux d’innovation… Et bien entendu, sans en préciser les contours, le fonctionnement et modèles économiques, sociaux, hiérarchiques… Restons cools, hein. Donc. Il nous proposent une typologie complexe et large. Partagé. Voiliii, voilaaa.

Sabine Blanc – Journaliste Web Fablab, Hackerspace, Depuis quelques années, de nouveaux types d'ateliers collaboratifs émergent. Ils se retrouvent sous différentes appellations selon les points de vue ou la culture : hackerspaces, fablabs, medialabs, techshops. Ces termes ne regroupent cependant pas toujours la même réalité et sont parfois utilisés de façon approximative par le grand public alors qu'ils sont l'objet de discussion pointue chez leurs acteurs. Ainsi, bien que travaillant à des buts différents et différentes méthodes, ils ont tous en commun certaines caractéristiques. D'abord, ce sont des lieux centrés sur les questions techniques, construction d'objets à l'aide de machines inventées ou montées pour l'occasion. Ces lieux se rassemblent sous l'appellation de "laboratoire de fabrication numérique collaboratif". Hackerspace/Makerspace Littéralement "espace de hackers*", ces lieux rassemblent des passionnés de technologie (informatique, électronique, biologie...). Medialabs Fablabs Techshop

Site died ... :( somebody has a backup? by leths Jan 21

Related: