background preloader

Www.esclavagemoderne.org

Www.esclavagemoderne.org
Deux esclaves dans l'Essonne Prison ferme pour l'employeur reconnu coupable de traite des êtres humains par le tribunal correctionnel d'Evry (91) GB ministre anti esclavage Une première mondiale : la Grande Bretagne se dote d'une nouvelle secrétaire d'Etat chargée de la lutte contre ... 29,8 millions d'esclaves ... L'ONG Walk Free publie une carte du monde en fonction du nombre de personnes réduites en esclavage.

http://www.esclavagemoderne.org/

Related:  EsclavageEsclavage moderneL'esclavage moderneEnseigner l'histoire des colonisations et de l'esclavageRACE HUMAINE

Frederick Douglass Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Frederick Douglass Frederick Douglass vers 1879. ROMAN : Mortel smartphone : daeninckx, didier 4 personnes en parlent La technologie, j'adore. Je suis la première à vivre avec mon smartphone toujours près de moi, à me servir plusieurs fois par jour de ma tablette, à surfer sur mon ordinateur, etc. L’esclavage ne recule pas dans le monde… au contraire L’esclavage a augmenté dans le monde de près de 30% depuis 2014. C'est la conclusion effrayante de l’étude annuelle sur l’esclavage publiée par l’Association australienne de défense des droits de l’homme, Walk Free Foundation. Elle a évalué l’esclavage dans les 167 pays les plus peuplés de la planète. Il en ressort que 45,8 millions de personnes dans le monde sont aujourd’hui des esclaves contre 35,8 millions en 2014.

Berlin 1885 : la ruée sur l'Afrique On estime que 70 % des frontières africaines telles qu’on les connaît aujourd’hui furent définies sans concertation avec les populations concernées, entre la conférence de Berlin et la fin de la première décennie du XXe siècle. Si ce découpage colonial n’explique pas tous les problèmes actuels de l’Afrique, il n’en reste pas moins vrai que les États africains ont hérité de frontières marquées du sceau des rivalités et des intérêts des anciennes puissances coloniales. Dès les tout premiers contacts au XVe siècle, les armateurs européens installèrent surtout des comptoirs commerciaux sur les côtes africaines. Ces comptoirs, qu’on appelait aussi factoreries, étaient quasi exclusivement dédiés au commerce.

Peut-on guérir de l’esclavage? Lorsqu’il a annoncé son intention de poursuivre en justice la Caisse des dépôts et consignations au motif qu’elle aurait «profité de l’esclavage», le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) a réalisé un coup médiatique qui a quasiment supplanté les commémorations de l’abolition de l’esclavage. Etait-ce l’objectif recherché? Quoi qu’il en soit, il est intéressant de s’interroger sur les raisons profondes qui motivent des descendants d’esclaves, affranchis depuis 1848, à réclamer aujourd’hui encore des réparations financières. Comment comprendre que la douleur soit si vive 165 ans après? Cette partie de l’Histoire humaine, aussi douloureuse soit-elle, ne peut-elle s’inscrire dans le registre qui est le sien: le passé? publicité

ROMAN : Libérer Rahia Blandine Audric et ses parents, de grands bourgeois, viennent de rentrer définitivement à Paris, après un séjour de plusieurs années au Maroc. Mais Blandine, enfant unique, n’est pas rentrée seule. La fille de l’une de leurs employées marocaines, Rahia, 13 ans, accompagne la famille Audric. Elle étudiera en France en échange de menus travaux domestiques. Telle est, du moins, la version présentée par madame Audric à sa fille. Mais sur place, tout change. 10 pays où l'esclavage moderne fait rage Selon le Global Slavery Index (Indice mondial de l’esclavage) créé par la Walk Free Foundation en 2013, le nombre de personnes concernées par l’esclavage moderne est estimé à 30 millions. 3 critères sont pris en compte pour ce calcul : l’esclavage, le travail forcé ou le trafic d’être humain. Méconnu, ce « crime caché » concentre 22 des 29,8 millions d’esclaves dans seulement 10 pays (dont 14 millions en Inde). Carte de l’esclavage dans le monde, cliquez dessus pour l’agrandir. Source : Walk Free Jetez un œil aux dix pays où l’esclavage est le plus répandu par nombre d’habitant.

Visite guidée de la France coloniale Un noir en short rayé sert un café à un blanc en costume: cette céramique en plein cœur de Paris est l'une des rares traces architecturales laissées par la colonisation dans la capitale, qui a pourtant largement profité de la traite négrière. «A Paris, la traite a laissé moins de traces visibles dans l'architecture qu'à Nantes ou Bordeaux mais ça ne veut pas dire qu'il n'y en a pas», souligne l'historien Gilles Manceron, auteur de Marianne et les colonies. Pour «révéler ces traces auxquelles on ne fait pas attention», il a participé le 14 février 2013, à bord d'un bus à impériale, à une visite guidée de lieux liés à l'esclavage et à la colonisation organisée par le Conseil représentatif des associations noires (Cran).

L'analyse d'un crâne de 1,8 million d'années suggère que nos ancêtres formaient une seule espèce La découverte du crâne fossile vieux de 1,8 million d'années pourrait indiquer que les lointains ancêtres de l'homme appartenaient à une seule espèce, conclut, jeudi 17 octobre, une recherche qui vient alimenter le débat parmi les paléontologues sur l'histoire de l'évolution humaine. Contrairement aux autres fossiles connus du genre Homo, ce crâne bien préservé mis au jour à Dmanisi, en Géorgie, comprend une petite boite crânienne, une longue face et de grandes dents, précisent les chercheurs, qui soulignent qu'il s'agit de l'ancêtre le plus ancien de l'homme découvert hors du continent africain. Les différentes lignées auxquelles se réfère la paléobiologie, comme l'Homo habilis, l'Homo rudolfensis et l'Homo erectus, ne différaient en fait selon les auteurs de ces travaux que par leurs apparences.

Olaudah Equiano Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Olaudah Equiano, né vers 1745 à Isseke au Biafra dans l'actuel Nigeria et décédé dans le Cambridgeshire le 31 mars 1797, plus connu en son temps sous le nom de Gustavus Vassa[1], fut un esclave, affranchi, marin et écrivain britannique calviniste[1] d'origine africaine, qui vécut principalement dans les colonies britanniques d'Amérique et au Royaume-Uni. Biographie[modifier | modifier le code] Page de garde de The Interesting Narrative of the Life of Olaudah Equiano, or Gustavus Vassa the African, written by himself (1789). Il devint une figure influente de l'abolition de l'esclavage et accompagna l'installation des premiers anciens esclaves noirs jusqu'à Freetown au Sierra Leone[3].

Related: