Lutte contre le sida

Facebook Twitter


Fin 2010, 34 millions de personnes vivaient avec le VIH dans le monde.

Bien que le sida ait tué près de 2 millions de personnes l'an dernier, les traitements sont de plus en plus efficaces, et il est aujourd'hui admis qu'une charge virale indétectable endigue la transmission du virus.

Du traitement à la prévention, quels sont les enjeux de la lutte contre le sida aujourd'hui ? Nearly 50% of people who are eligible for antiretroviral therapy now have access to lifesaving treatment. Nearly 50% of people who are eligible for antiretroviral therapy now have access to lifesaving treatment Substantial scale up, even during the financial crisis, highlights country driven commitments—new investment framework will help countries save more lives and money L to R: German Federal Minister of Health (BMG), Daniel Bahr, UNAIDS Executive Director Michel Sidibé, German Federal Minister for Economic Cooperation and Development (BMZ), Dirk Niebel.Photo credit: UNAIDS/ C.

Nearly 50% of people who are eligible for antiretroviral therapy now have access to lifesaving treatment

Koall BERLIN/GENEVA, 21 November 2011—A new report by the Joint United Nations Programme on HIV/AIDS (UNAIDS), released today shows that 2011 was a game changing year for the AIDS response with unprecedented progress in science, political leadership and results. Forte baisse des décès et des infections liés au sida en 2010. «Nous avons vu un élargissement massif de l’accès au traitement du VIH, qui a eu un effet spectaculaire sur la vie des gens partout dans le monde.»

Forte baisse des décès et des infections liés au sida en 2010

C’est sous le signe de l’optimisme que Michel Sidibé (photo), directeur exécutif de l’Onusida, a présenté les derniers chiffres de l’épidémie de sida, publiés à l’occasion du 1er décembre. Selon des estimations de l’Onusida et de l’OMS, 47% (6,6 millions) des quelque 14,2 millions de personnes éligibles au traitement avaient accès à la thérapie antirétrovirale salvatrice en 2010, soit une augmentation de 1,35 million depuis 2009.

KABP : Les Français et le VIH/sida en 2010 | vih.org. Les premiers chiffres de l'étude KABP 2010 mettent en lumière une stabilité des comportements dans la population générale, mais une certaine régression des connaissances liées au VIH/sida chez les moins de 30 ans.

KABP : Les Français et le VIH/sida en 2010 | vih.org

Cet article fait partie du Transcriptases n°147. La KABP n'est pas qu'une soirée légendaire des années 2000, c'est surtout l'enquête sur les connaissances, les attitudes, les croyances et les comportements face au VIH de la population générale (Knowledge, Attitudes, Beliefs and Practices, KABP). Déjà réalisée en 1992, 1994, 1998, 2001 et 2004, elle a été renouvelée en 2010 et les premiers chiffres, concernant l'Île de France, permettent de se pencher sur l'évolution des connaissances face au VIH/sida dans l'ensemble du territoire français. Comme les chiffres de l'InVS l'indiquent, cette étude a lieu alors que les chiffres de découvertes de séropositivité dans la population générale en 2009 sont en très légère augmentation (6700 personnes). Evaluer le nombre de non diagnostiqués | vih.org. Alors que le dépistage et le traitement des personnes atteintes devient une part essentielle de la réponse à l'épidémie, l'évaluation du nombre de personnes séropositives qui l'ignorent reste difficile, par définition.

Evaluer le nombre de non diagnostiqués | vih.org

Les chercheurs estiment ce chiffre entre 29.000 et 50.000. Dans sa dernière campagne, L'Inpes a choisi de communiquer autour du chiffre de 50.000 personnes qui vivraient avec le VIH sans le savoir. Ce chiffre inclut les personnes qui connaissent leur statut, mais qui, pour une raison ou une autre, ont choisi de ne pas se faire suivre (Les «autruches», comme les appellent les chercheurs). Roselyne Bachelot propose un dépistage général du Sida - Sciences – Toute l’actualité scientifique et médicale. Home_theme © © France Info - Radio France "Malgré un nombre de tests de dépistage important, il persiste en France un retard au dépistage de l’infection par le VIH.

Roselyne Bachelot propose un dépistage général du Sida - Sciences – Toute l’actualité scientifique et médicale

On estime aujourd’hui que près de 40 000 personnes sont infectées et ignorent leur séropositivité". Opinions & Débats: « Oui à la généralisation du dépistage du VIH. Mais vite! », par Christophe Martet. La scène se passe il y a moins d’un mois dans un grand laboratoire parisien d’analyses médicales.

Opinions & Débats: « Oui à la généralisation du dépistage du VIH. Mais vite! », par Christophe Martet

J’attends mon tour quand arrive à l’accueil un homme d’une trentaine d’années. L’infirmière lui tend une enveloppe. Plan_VIH_2010_2014. Traitements & Recherche. The price of one Sovaldi® pill equals a month of minimum old-age pension Getting cured of hepatitis C will cost you your pension Sovaldi® (sofosbuvir), the new medicine against chronic hepatitis C from American laboratory Gilead, highly increases chances of recovery while also decreasing the side effects that make people stop the cure.

Traitements & Recherche

Le pilulier - yagg. Sida: le traitement antirétroviral plus efficace que prévu. De nouveaux espoirs pour les séropositifs.

Sida: le traitement antirétroviral plus efficace que prévu

L'utilisation du traitement antirétroviral contre la transmission de l'infection au VIH est encore plus efficace qu'annoncé, d'après les derniers résultats d'une étude rendue publique ce lundi à Rome lors de conférence Sida organisée par l'OMS. Cette étude HPTN 052, conduite dans neuf pays, avait été rendue publique en mai. Elle portait sur 1763 couples sérodifférents (une personne infectée, l'autre pas) et faisait apparaître que si on traitait plus tôt la personne infectée il y avait une réduction du risque d'infection chez l'autre de 96% (28 personnes infectées, dont 27 chez les personnes traitées plus tardivement).

Par ailleurs, faire entrer plus tôt les personnes infectées dans un traitement leur procure un bénéfice individuel, puisque les taux de CD4, les cellules qui mesurent l'immunité, ont toujours été plus élevés chez elles que chez les personnes traitées plus tard. TasP : Session extraordinaire pour résultats exceptionnels | vih.org. Suite aux résultats extrêmement encourageants de l'étude HPTN 052, l'IAS a organisé une session spéciale autour de la prévention biomédicale pendant cette conférence de Rome 2011.

TasP : Session extraordinaire pour résultats exceptionnels | vih.org

Avec une transmission réduite de 96% dans certains cas, le TasP, pour Treatment as prevention, ne peut plus être ignoré. Lundi 18 juillet, première journée au Congrès. Rome: La conférence sur le sida marque le triomphe du traitement comme outil de prévention. La sixième conférence sur le sida de l’IAS, qui s’est tenue à Rome du dimanche 17 au mercredi 20 juillet, n’a pas été celle des grandes annonces fracassantes.

Rome: La conférence sur le sida marque le triomphe du traitement comme outil de prévention

Elle a a revanche confirmé la stratégie du traitement comme prévention. L’étude HPTN 052 sur l’intérêt préventif du traitement, menée par le Docteur Myron Cohen, a été au cœur des discussions. Cette étude, dont les premiers résultats ont été publiés en mai dernier, montre une diminution de 96% du risque de transmission du VIH au partenaire d’une personne séropositive traitée précocément. Partners, TDF2 : Deux études encourageantes pour la PrEP | vih.org. Quelques jours avant le début de la conférence, deux études américaines confirmaient l'intérêt de la Prophylaxie pré-exposition (PrEP), dans la prévention de la transmission du VIH dans les couples homme-femme. Les communiqués de presse des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) pour l'étude TDF2 et celui de l'université de Washington pour son étude Partners PrEP, datés du 13 juillet 2011, préjugeaient de l'importance qu'occupe la PrEP à l'IAS de Rome.

Les premiers résultats de ces deux études ont montré que le tenofovir ou le tenofovir + emtricitabine (Truvada), utilisé par le partenaire séronégatif, pouvaient diminuer les risques du transmission de 62% à 78%. Jacques Leibowitch veut en finir avec le sida. Co-découvreur du virus, médecin à l'hôpital Raymond Poincaré de Garches, Jacques Leibowitch n'a jamais eu la langue dans sa poche. Invité de Pascale Clark sur France Inter, à l'occasion de la sortie de son livre Pour en finir avec le sida, chez Plon, il a expliqué qu'il faut entièrement revoir le discours sur le sida, en mettant la priorité sur le dépistage et le traitement des personnes séropositives. "La prévention est toujours arrêtée au préservatif, préservatif, préservatif, explique-t-il. […] Il faut passer à la vitesse supérieure. Mettre le paquet sur les antirétroviraux… Traiter tous les porteurs et porteuses de virus.

Prophylaxie pré-exposition (PrEP)

Le sida, tout de suite - Minorités. Après vingt années pendant lesquelles nous nous sommes battus contre l’idée du « cancer gay », le concept réapparaît à nouveau. Merci le relapse et le bareback. Avec une petite différence. Avant, le « sida gay », c’était un truc de blancs. Aujourd’hui, le « sida gay » est un truc de noirs. Une nouvelle étude publiée le 25 mars dernier montre qu’un homosexuel sur sept est séropositif dans la région de Washington, DC.

« C’est la prévention qu’il faut mettre sous traitement », par Vincent Bourseul. Pour Vincent Bourseul, psychologue et psychanalyste à Paris, “la vie psychique” des HSH – hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes – “n’est pas véritablement prise en compte” par les acteurs de la lutte contre le sida. Et de pointer l’”immense responsabilité” de ces derniers, alors que l’épidémie fait toujours des ravages. “C’est la prévention qu’il faut mettre sous traitement”, par Vincent Bourseul, psychologue et psychanalyste à Paris.

Dis maman, c'est quoi un séropo ?

Lutte contre le sida: Les nouveaux enjeux économiques. Test and Treat, «transition sida», à quelques jours de la Conférence de reconstitution du Fonds Mondial, à New York, les 4 et 5 octobre, Jean-Paul Moatti décrypte pour nous les enjeux économiques de la lutte contre le sida, et fait le bilan de la Conférence internationale de Vienne. Professeur d'économie à l'université Aix-Marseille II, Jean-Paul Moatti travaille depuis 2000 sur l'économie de la santé dans les PED et l'accès aux médicaments essentiels.

Il a notamment aidé à démontrer la faisabilité économique de l'accès aux traitements dans les pays du Sud. Il préside les recherches en santé publique et sciences sociales de l'ANRS et dirige l'unité de recherche SE4S (UMR 912, Inserm - IRD). Sida. Conférence de Casablanca. Sida & Prévention. Sida.