background preloader

SIDA

Facebook Twitter

Regard sur l’apartheid médical en Afrique du Sud. La mort de Nelson Mandela, en ce début décembre 2013, me rappelle ces affiches qui avaient tant marqué ma mémoire de môme.

Regard sur l’apartheid médical en Afrique du Sud

Collées sur un pont enjambant la route des vacances, elles appelaient au boycott des oranges Outspan, avec ce visage d’enfant noir écrasé sans fin sur un presse-agrume par une main d’homme blanc en costume labellisé apartheid. Dès l’annonce de la mort de Madiba (l’affecteux surnom de Mandela), les collabos de l’époque, tous ceux qui, en France et ailleurs, dans les années 1980, défendirent la tyrannie raciste, furent les premiers à se répandre en hommages cyniques, vantant « saint Mandela », celui qui a su « pardonner ».

Honte sur eux. L’apartheid a été vaincu, mais la vie de tous a-t-elle désormais la même valeur ? Quand un Noir, une femme, un pauvre, peut crever dans son coin, que fait la main blanche en costume ? L'infection à VIH/sida en Afrique subsaharienne, propos géographiques. L’enseignement professé par Charles Nicolle au Collège de France il y a deux tiers de siècle se rappelle à nous brutalement quelques années seulement après la déclaration par l’OMS de l’éradication de la variole [2] Alors que la variole était encore responsable d’au... [2] , qui concrétise un siècle de progrès médical ininterrompu et de lutte victorieuse contre les maladies infectieuses, les premières tueuses des hommes jusqu’au xxe siècle.

L'infection à VIH/sida en Afrique subsaharienne, propos géographiques

Le VIH/sida au Botswana - Les ARV : une priorité politique - Article - Arcat - VIH/sida et pathologies associées. BOTSWANA: Qu’est-ce qui alimente l’épidémie de VIH à Selebi-Phikwe? Des hommes buvant de la bière traditionnelle dans un shebeen de Selebi-Phikwe SELEBI-PHIKWE, 17 novembre 2009 (IRIN) - A bien des égards, Selebi-Phikwe, ville minière d’environ 50 000 d’habitants, dans le nord-est du Botswana, n’a rien d’exceptionnel.

BOTSWANA: Qu’est-ce qui alimente l’épidémie de VIH à Selebi-Phikwe?

Le centre commerçant consiste en une rue principale brûlée par le soleil, accueillant quelques boutiques et une station de taxis ; la mine de cuivre et de nickel située en bordure de la ville constitue la principale source d’emplois pour ses habitants. Personne ne sait avec certitude pourquoi Selebi-Phikwe présente le taux d’infection au VIH le plus élevé du pays, tout comme personne ne sait avec certitude pourquoi le Botswana – et, plus généralement, l’Afrique du Sud – ont été si durement touchés par la pandémie mondiale du sida. D’après les résultats d’une récente étude sur la prévalence dans le pays, 26,5 pour cent des adultes de Selebi-Phikwe vivent avec le VIH, comparé à un taux national de 17,6 pour cent.

M. Ks/he/il/ail. L’impact du VIH/SIDA sur l’agriculture et la sécurité alimentaire. L’évolution de l’épidémie On peut rendre compte de l’évolution de l’épidémie au moyen de la courbe logistique, qui a une forme (extrêmement schématisée) de “S”.

L’impact du VIH/SIDA sur l’agriculture et la sécurité alimentaire

Pendant le premier stade de l’épidémie, la prévalence du HIV est d’abord très faible; elle s’intensifie ensuite pendant le deuxième stade, au cours lequel la contamination par le virus se poursuit à un rythme accéléré dans l’ensemble de la population. Le troisième stade se caractérise par un ralentissement de la progression de l’épidémie et par la stabilisation du nombre de nouvelles infections; à ce stade, une importante proportion de la population à risque a déjà été infectée. Enfin, on doit pouvoir enregistrer une baisse globale du nombre de nouvelles infections et de celui des personnes infectées. JC2286_Sourcing-African-Solutions_fr.pdf. Documents. ONUSIDA. Incidence économique du sida en Afrique subsaharienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Incidence économique du sida en Afrique subsaharienne

L'Afrique est le continent le plus touché par l'épidémie de sida. En 2011, 69 % des cas et 70 % des décès occasionnés par la maladie ont eu lieu dans la région[1]. Épidémiologie[modifier | modifier le code] taux d'infection de la population en 1999 34 à 46 millions de personnes dans le monde sont porteurs du virus du sida. L’impact de la maladie ne se mesure d’ailleurs pas qu’en nombre de morts. Dans l’ensemble du monde, les personnes âgées entre 20 et 40 ans sont les plus touchées. Incidence sur les indicateurs économiques et sur la croissance[modifier | modifier le code] La croissance économique d’un pays est habituellement corrélée à l’espérance de vie.

Il est très difficile de chiffrer précisément les conséquences économiques d’une maladie donnée sur le développement d’une région. Sida : l'Afrique subsaharienne, première victime du virus. En 30 ans, trente millions de personnes sont décédées du virus du sida. © AFP 30 ans jour pour jour après la découverte du sida, ce virus est toujours l’une des premières causes de mortalité en Afrique. Même si un vaccin n’est toujours pas au point, les chercheurs espèrent éradiquer la maladie. Le 20 mai 1983, la revue américaine Science publie les résultats d’une étude menée par une équipe de chercheurs français dirigée par le professeur Luc Montagnier.

Rapport sur l’épidémie mondiale de sida 2013 - UNAIDS_Global_Report_2013_fr.pdf. RENAPAS - Rencontre nationale avec le peuple d'Afrique du Sud. Sida et politique en Afrique du Sud.

RENAPAS - Rencontre nationale avec le peuple d'Afrique du Sud

15.VIH en afrique subsaharienne.pdf. Contre le sida, le KwaZulu Natal (KZN) fait circoncire les hommes : Chroniques d'Afrique. La province sud-africaine la plus affectée par le sida a lancé un programme pour circoncire 2,5 millions de personnes d'ici 2014 dans l'espoir de ralentir la propagation du virus VIH. Cette campagne de circoncision de masse a été lancée en Avril. Elle a lieu dans les hôpitaux, dans les universités et même dans les prisons. Enfin, l’Afrique du Sud affronte le sida, par André Clément. C’est le jour des enfants à la clinique VIH de Site B, un quartier de Khayelitsha, le grand township situé dans la banlieue du Cap.

Enfin, l’Afrique du Sud affronte le sida, par André Clément

En ce mercredi de la fin octobre, ils sont venus, une quinzaine, avec un parent ou, pour les orphelins, avec la grand-mère ou l’oncle qui les a pris sous son aile. L’infirmière les pèse, vérifie qu’aucun ne tousse, et distribue un mois de médicaments antirétroviraux (ARV). Certains ont 8, 9, 10 ans ou plus. A l’approche de l’adolescence, il est temps de leur expliquer à quoi servent ces cachets qu’ils avalent quotidiennement pour combattre le virus et empêcher qu’il ne provoque le sida. Un groupe d’enfants plus âgés se réunit dans un préfabriqué ; une conseillère prend les adultes à part et leur « donne les outils pour révéler convenablement leur statut aux enfants et les amener à prendre eux-mêmes la responsabilité de leur santé » . « Nous procédons en trois sessions, explique Mme Nombasa Dumile, la conseillère.

Fin de la politique de déni. Risques et sociétés. 1.

Risques et sociétés

Comment connaître l'infection à VIH/sida ? 2. La planète VIH/sida 3. Afrique du Sud : une génération sans sida ? Le gouvernement sud- africain va poursuivre ses efforts pour combattre le sida et pour assurer une nouvelle génération sans VIH/sida, a déclaré (fin juillet) le président Jacob Zuma.

Afrique du Sud : une génération sans sida ?

C’est ce qu’il a expliqué à l'actrice d'origine sud-africaine Charlize Theron. Cette dernière a récemment été nommée pour travailler avec l'ONUSIDA. Au cours de la réunion, le président et l’actrice ont discuté des progrès dans la lutte contre le VIH en Afrique du Sud et ont exploré les possibilités d'une coopération qui pourrait soutenir, y compris l'atténuation de l'impact négatif de la pandémie sur les jeunes filles, indique l’agence de presse chinoise Xinhua.

En 2010, environ 280 000 personnes sont décédées des suites du sida, représentant plus de 40 % de tous les décès dans le pays.