background preloader

Apprendre et réussir (3) : quand et où pratiquer sa mémoire

Apprendre et réussir (3) : quand et où pratiquer sa mémoire

http://www.youtube.com/watch?v=1EXjMo-i6H8

Related:  Psychologie cognitiveInnovation PédagogiqueMémoireMémorisation

Arts de la mémoire : les principes de la mémorisation – Formation 3.0 Quels sont les principes de mémorisation utilisés dans les arts de la mémoire ? Comment mémoriser des quantités d’informations sans se tromper ? Quel rôle peuvent encore jouer les arts de la mémoire à l’ère numérique ? Ce sont quelques questions que je me pose depuis quelques années. Et sur lesquelles je voudrais échanger avec vous au cours d’une nouvelle série d’articles. Inserm - Mémoire Une affaire de plasticité synaptique Il est démontré que les émotions peuvent moduler la façon dont une information est enregistrée, l’émotion renforçant ponctuellement l’attention. Ainsi, une émotion positive peut se traduire par une amélioration ponctuelle des performances mnésiques. Il apparaît également que la consolidation, et donc la rétention d’une information est favorisée par l’émotion : le rappel d’un souvenir émotionnel après un long intervalle est souvent plus important que lorsque ce souvenir est neutre. L’imagerie fonctionnelle montre d’ailleurs que le rappel des souvenirs est proportionnel à leur intensité émotionnelle qui peut être observée par l’activation de l’amygdale, siège des émotions. Enfin, la récupération d’un souvenir est aussi améliorée par la présence d’une émotion positive.

Sur la mémorisation 1 Comment faut-il apprendre par cœur? Quel procédé convient-il d'adopter pour que la mémorisation soit rapide et qu'elle soit sûre? Tel est le problème intéressant qui a été discuté dans une des dernières séances de notre Société1 et sur lequel je me propose de revenir en quelques mots. 2 On peut imaginer bien des méthodes d'étude : deux ont été signalées en particulier,la méthode de répétition fragmentaire et la méthode de répétition totale. La première consiste à découper le morceau qu'il s'agit d'apprendre par cœur en fragments qu’on étudie les uns après les autres; c'est la méthode, non la plus naturelle, car tout le monde ne remploie pas spontanément, mais la plus répandue. La seconde méthode est caractérisée par la lecture et la répétition du morceau tout entier; elle est d'un usage fort rare.

Comment apprendre ? Pourquoi réviser ? Nous possédons tous plusieurs types de mémoire : une mémoire visuelle, axée sur la vision ; une mémoire auditive, axée sur ce que nous entendons et une mémoire kinesthésique ou mémoire sensorielle, basée sur les autres sens que la vue et l’audition. Ces trois formes de mémoire fonctionnent alternativement ou conjointement. Selon les personnes la mémoire dominante est différente mais la majorité de la population a une mémoire visuelle. D’après une étude d’université nous apprenons : 1% des choses par le goût, 1,5% par le toucher, 3,5% par l’odorat, 11% par l’ouïe et 83% par la vision.

5 stratégies de mémorisation plus efficaces que la relecture simple Dans le livre Mets-toi ça dans la tête, Brown, Roediger et McDaniel expliquent que la simple relecture pour apprendre et réviser des cours ou leçons a plusieurs arguments décisifs en sa défaveur : elle prend beaucoup de temps (faire des lectures répétées à intervalles courts est coûteuse en temps et produit des effets négligeables sur les apprentissages);elle ne produit pas de mémoire à long terme (la relecture et la répétition ne fonctionnent pas pour un apprentissage durable. En revanche, il est pertinent de relire un texte si un temps suffisant s’est écoulé depuis la première lecture. Le seul contexte dans-lequel des relectures peuvent être efficace est dans le cas de relectures espacées dans le temps et régulièrement réactivées.) Toutes ces stratégies d’apprentissage préconisées par les sciences cognitives ont en commun de :

Comprendre les fondamentaux des sciences cognitives pour concevoir des modules e-learning efficaces : (1/4) Le fonctionnement de la mémoire Dans cette série d’articles, nous allons nous appuyer sur les sciences cognitives pour comprendre les mécanismes d'apprentissage et en déduire des recommandations concrètes pour concevoir des modules multimédias efficaces. En effet, plus l’utilisation du multimédia pour l’apprentissage se démocratise et se généralise, plus les concepteurs e-learning innovent dans les formats de formation. De la vidéo de formateur au serious game en réalité virtuelle, en passant par la vidéo pédagogique et le module interactif, à chaque format son utilité et son contexte d’utilisation (voir un article que nous avons consacré à cette question).

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention Mémorisation active efficace: pourquoi tant d'élèves et professeurs l'ignorent ? Les mémoires sont certainement le champ des sciences cognitives relatif à l’apprentissage celui qui a été le plus étudié au cours des dernières décennies. Et sur lequel nous pouvons nous appuyer avec confiance pour bâtir des modalités pédagogiques efficaces. Nous avons par ailleurs démontré dans une autre section du site (cf. Rubrique SE FORMER, « TOUTES LES MEMOIRES SONT MOBILISEES ») à quel point les mémoires sont au cœur de toutes les activités scolaires. Nous avons choisi d’insister, en les explicitant ci-dessous, sur 4 conditions hautement favorisantes – car elles ont fait leurs preuves – pour une mémorisation efficace : La consolidation mnésique et le multi testingLa mémorisation activeLe feedback procheLe bon usage du temps

Généralités sur la mémoire : les éclaireurs de la mémoire - La Mémoire Humaine L’étude de la mémoire a surtout été, jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’attribut de la philosophie. Mais au XXe siècle, elle est devenue un sujet de la psychologie d’abord, puis de la biologie. Le physiologiste Théodule Ribot développe sa « loi de régression des souvenirs » : la mémoire vieillissante se dégrade de façon ordonnée, du souvenir le plus récent au plus ancien, du souvenir plus complexe au plus simple. apprendre intelligences multiples cerveau Connaître ses groupes d’élèves « J’ai fait passer le test des IM à mes différents groupes d’élèves, puis j’ai constitué un portrait de chaque groupe. Je me suis servi de l’affiche sur les IM pour illustrer le profil de chaque groupe. » Témoignages d’enseignants ayant recours aux IM Pour combattre l'ennui Proposer des activités variées et complexes afin de combattre l’ennui, ennemi de la curiosité intellectuelle. Les trois cerveaux de l’être humain (PDF)

La répétition espacée, meilleure technique de mémorisation La mémorisation est sans doute l’un des aspects les plus fondamentaux de l’apprentissage d’une langue étrangère. En effet, notre cerveau n’est naturellement pas très doué pour retenir de nouvelles informations, il est donc nécessaire d’optimiser cette activité grâce à des techniques efficaces. La répétition espacée en fait partie et les avancées technologiques récentes l’ont consacrée comme un moyen incontournable d’apprendre du vocabulaire. Partons donc à la découverte de ce formidable outil qui vous fera dire adieu aux trous de mémoire. Etes-vous maintenant un « branché-mémoire » Ce quizz est composé de 10 questions. Les réponses se trouvent aux pages indiquées dans les Cahiers ou sur le site pour les articles concernés. On trouvera aussi les extraits qui constituent des réponses complètes à ces questions... L’ensemble des réponses sont regroupées en bas de page. Les questions 1.

Related: