background preloader

L'approche par compétences : 
une mystification pédagogique

L'approche par compétences : 
une mystification pédagogique
Cet dossier a initialement été publié dans L’école démocratique, n°39, du mois de septembre 2009. Il peut être téléchargé au format PDF en cliquant ici : Le dossier complet, au format PDF. A imprimer pour une lecture plus aisée. Contenu du dossier : Introduction Articles principaux : I. II. « Mobiliser », sans connaître ni comprendre. III. IV. Bibliographie Encadrés : Un concept lié à l’ère la globalisation Gramsci et l’enseignement par compétences L’enseignement catholique souffre davantage du virus APC Crahay : il faut aussi de la routine ! Hors dossier La notion de compétence est-elle pertinente en éducation, par Jean-Paul Bronckart Introduction Dans le monde francophone, le mouvement de réforme pédagogique baptisé « approche par compétences » a commencé par se développer au Québec et en Suisse romande, avant de s’étendre à la Belgique, à Madagascar et, plus timidement, en France. Une approche ni récente ni originale Ce que ça change Des détracteurs … et non des moindres ! Encadré : Bibliographie

http://www.skolo.org/spip.php?article1099&lang=fr

Related:  PEDAGOGIEAnti-collège2016!Education

Principes fondamentaux soutenus par le programme de formation de l'école québécoise Tiré de Vie pédagogique, no 100, septembre-octobre 1996, p. 30 à 32. Un article de Luce Brossard : " Mettre à jour ses savoirs sur l’apprentissage" (Basé sur les 7 postulats de Burns) Les principes fondamentaux s’inscrivent dans un cadre de référence pour l’exploitation des TIC en adaptation scolaire Cliquer sur l’image pour voir les principes fondamentaux en format tableau Premier principe : On apprend avec les autres

La classe inversée n'a pas réponse à tout Il y a eu les Mooc, il y a désormais la classe inversée. Si la méthode n'est pas vraiment nouvelle, elle suscite l'intérêt d'une communauté enseignante de plus en plus attentive à la pédagogie dans l'enseignement supérieur. Preuve s'il en faut : les ateliers sur le sujet ont fait salle comble lors d'un colloque organisé à Brest du 15 au 17 juin 2015 sur les questions pédagogiques. À cette occasion, AgroParisTech et l'École de biologie industrielle ont présenté leurs expérimentations, soulignant des avantages mais également des limites. Des étudiants plus actifs Rythmes scolaires: attention, finances locales au bord du gouffre S'ils sont d'accord sur le principe de la réforme des rythmes scolaires, Ludovic Bu, président de l'association Moins Vite !, et Véronique Dubarry, adjointe EELV au maire de Paris, s'inquiètent du coût de cette réforme pour les communes. Car, dans le même temps, pour financer une partie des 20 milliards d’euros de crédit d’impôt « compétitivité » accordés aux entreprises, la contribution financière des collectivités pourrait bien être multipliée par quatre. Nous entendons les propositions du gouvernement sur les rythmes scolaires, nous entendons les inquiétudes compréhensibles d'une partie du monde scolaire, et nous leur demandons : n’auriez-vous pas oublié quelque chose ? La grande absente de ce débat nous semble la solidarité –territoriale et entre les riches et les autres– c'est-à-dire très concrètement les enfants prolos des grandes métropoles. Cette réforme est l'occasion d'un effet de ciseaux qui risque de laisser en short les déjà moins habillés.

Adolescent à l'école ? Adolescent à l’école : est-ce possible ? Philippe Meirieu L’école française s’est construite, très largement, avant l’émergence de l’adolescence comme phénomène de société. Elle se donne comme objectif la transformation de l’enfant en adulte et vit l’arrivée des « ados » comme une invasion de « barbares » qui font voler ses principes en éclats. Collège : une réforme informe J’imagine que ce n’était pas l’effet escompté. Le stage de formation (Université d’automne) sur la réforme du collège organisé dans mon académie a transformé la créature dubitative mais bienveillante que j’étais en farouche opposante, le professeur constructif bien que circonspect quant à sa mise en œuvre en enseignante écœurée. Il fallait le faire ! Bien joué. De bons débuts

Madrid : milliers d'étudiants dans la rue Des milliers d'étudiants espagnols ont manifesté aujourd'hui à Madrid contre les coupes budgétaires qui frappent les écoles et les universités, défilant derrière une grande banderole où était écrit: "Notre éducation ne paiera pas votre dette". "Ils privatisent l'éducation, ils augmentent les frais universitaires, ils coupent dans les budgets de la recherche et il y a de plus en plus d'étudiants par classe", lançait Jorge Barrio, un étudiant ingénieur de 20 ans, dans le défilé qui a traversé le centre de Madrid jusque devant le ministère de l'Education. "C'est une honte. La seule solution que je voie, c'est de partir étudier et travailler à l'étranger", a ajouté le manifestant prêt à rejoindre les milliers de jeunes Espagnols qui partent chercher du travail à l'étranger, alors que le taux de chômage chez les 16-24 ans dépasse les 55%.

CIPE : jeux d'entreprise, conception jeu pédagogique, formation par le jeuCIPE : jeux d'entreprise, conception jeu pédagogique, formation par le jeu Voilà ce qu’un jeu du CIPE n’est pas … Ci-dessous, deux vidéos humoristiques pour illustrer l’anti-pédagogie : 1) Le jeu « démagogique » 2) Le jeu « psychédélique » Quand le BYOD et la classe inversée renforcent les inégalités scolaires Dans un article intitulé Homework is a Social Justice Issue – Hybrid Pedagogy, Kris Shaffer revient sur la question des devoirs à domicile à l’ère du BYOD (Bring Your Own Device) et de la classe inversée et sur la question de l’égalité des chances (justice sociale) à l’école. Il en arrive rapidement au constat que ces technologies et ces approches pédagogiques renforcent les inégalités scolaires au profit des élèves et étudiants déjà privilégiés socialement et financièrement. Cela ne l’empêche pas de recourir à la classe inversées, mais en introduisant un nouveau paramètre de justice sociale à la taxonomie de Bloom.

L’austérité sur les budgets de l’éducation en Europe, en quelques chiffres Depuis 2010, l’austérité a frappé durement les budgets des pays européens, selon le dogme de réduction des déficits imposé par la troïka. Malheureusement, le budget de l'Education Nationale n'a pas forcément été épargné. 11 pays ont réduit ou gelés les salaires de leurs enseignants, et 10, dont la France, ont vu leurs effectifs fondre. La commission européenne vient de publier une étude sur l’état des budgets consacrés à l’éducation en Europe depuis 2010. Des coupes de plus de 5 % ont été imposées en Grèce, en Hongrie, en Italie, en Lituanie et au Portugal, contre des baisses situées entre 1 et 5 % en Estonie, en Pologne, en Espagne et au Royaume-Uni. La courbe est changeante pour la France d’une année sur l’autre.

Le décrochage scolaire n’est pas une fatalité Chaque année, plus de 150 000 jeunes sortent prématurément du système scolaire, sans qualification, ni diplôme. L’école leur renvoie une image écornée d’eux-mêmes qui leur est insupportable, entraînant un rejet total. Quels sont les signes à repérer ? Quel rôle pour les parents ?

Des professeurs de socle 27 octobre 2015 Si la DGESCO envisage, comme nous l'avons montré hier, des enseignements pratiques interdisciplinaires différents selon les élèves d'une même classe (latinistes ou non latinistes par exemple), se pose dès lors une question supplémentaire : puisque chaque EPI doit traiter une partie du programme des disciplines qui y contribuent, par quel miracle pédagogique est-il possible de traiter ces mêmes parties de programmes dans des EPI différents, sur des thèmes distincts ? Première possibilité : la DGESCO improvise, sans vraiment comprendre les contraintes de programme qu'imposent les EPI qu'elle a elle-même créés. Car ce qui compte dans le nouveau collège, c'est le socle commun, qui n'est pas conçu de façon disciplinaire.

Maîtresse d’école, la réforme des rythmes scolaires, j’en rêvais Tribune Je suis prof. Le genre de prof qui croit au sens de son métier, qui l’a choisi par vocation, s’est battu pour lui avec passion, et le vit au quotidien comme un engagement. Je ne suis pas meilleure qu’une autre, je rencontre des difficultés, j’essuie des échecs, je fais parfois des impasses que je regrette, des erreurs... Je suis juste une « maîtresse » qui ne compte pas ses heures, ni dans l’école ni à la maison, quand il s’agit de monter ses projets ou de préparer son matériel. Je suis une enseignante impliquée dans le parcours de ses élèves, en auto-formation permanente.

Related: